News au 6 mai 2019

Aller en bas

News au 6 mai 2019 Empty News au 6 mai 2019

Message par Gilbert Chevalier le Mar 7 Mai - 11:26

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 3593
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 68
Localisation : Pays de la Loire (France)

Voir le profil de l'utilisateur http://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 6 mai 2019 Empty Re: News au 6 mai 2019

Message par Gilbert Chevalier le Mar 7 Mai - 11:33


News au 6 mai 2019 Avorte10

Lundi 6 mai 2019 : 607 avortements
Depuis le début de cette année : 76.871
Depuis 1976 :
9.367.000
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 3593
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 68
Localisation : Pays de la Loire (France)

Voir le profil de l'utilisateur http://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 6 mai 2019 Empty Re: News au 6 mai 2019

Message par Gilbert Chevalier le Mar 7 Mai - 15:47

fr.news  6 mai 2019

La profanation choquante de l'Eucharistie lors d'une messe de Pâques


News au 6 mai 2019 A7ov3w9634s6cqicvvwoqyn09cqicvvwoqyn3

Une profanation de l'Eucharistie a été enregistrée sur deux vidéos à Trieste, en Italie.

Au cours de la messe de Pâques à San Giovanni Decollato, à Trieste, en Italie, un toxicomane présumé est arrivé devant le prêtre avec une caméra corporelle.

Une vidéo de 35 secondes (ci-dessous) montre le prêtre distribuant la communion en disant : « Le corps du Christ. »

L'homme répond : « Merci » et demande sur un ton sarcastique : « De quelle partie de son corps s'agit-il ? »

Le prêtre répond dans le dialecte local : « Mangez. » L'homme hurle : « Je mange quand je veux manger. Je vais manger, je vais manger, reste calme. »

Puis il s'en va, tenant l'hostie devant sa caméra et répétant deux fois : « Est-ce le corps de Christ ? » avant d'ajouter « allez, voilà [...] mamma mia, d'accord. »

Il dit ensuite : « Comment peut-on transformer des chips en corps du Christ ? Soyons sérieux... » - il y a alors un bip de censure dans la vidéo.

Certaines sources disent que l'homme a ensuite été bloqué par un paroissien qui lui a ordonné de consommer l'hostie.

Mais il y a des doutes à ce sujet car une nouvelle vidéo est apparue le montrant à l'extérieur de l'église avec l'hostie placé sur un œil comme un monocle.

Depuis le Concile Vatican II, l'Église prend de tels incidents avec une grande insouciance.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 3593
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 68
Localisation : Pays de la Loire (France)

Voir le profil de l'utilisateur http://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 6 mai 2019 Empty Re: News au 6 mai 2019

Message par Gilbert Chevalier le Mar 7 Mai - 15:54

Jamie Schmidt, martyre de la chasteté ? Cette femme est morte pour avoir refusé de céder à son violeur, « au nom de Dieu »


News au 6 mai 2019 Photo_20181125_2373827_1_G2373827_20181125
Jamie Schmidt : plutôt la mort
que la souillure
 L’histoire que je vais vous raconter est terrifiante et magnifique – et surtout, elle est vraie. C’est celle d’une femme ordinaire, la cinquantaine, mariée, trois enfants. Elle s’appelle Jamie Schmidt. S’appelait, plutôt. Car elle est morte assassinée, pour avoir préféré la pudeur, la chasteté et la fidélité conjugale à la souillure. Il y a quelque chose de sainte Maria Goretti dans cette histoire, quelque chose de saint Charles Lwanga et ses compagnons ; peut-être bien la foi et le sang d’une martyre… La première sainte martyre née sur le sol des Etats-Unis ? Déjà, un prêtre plaide sa cause…

Tout s’est déroulé très vite, le 19 novembre dernier à Saint-Louis, Missouri. Jamie Schmidt, 53 ans, paroissienne zélée, aimable et pieuse, mais aussi discrète et modeste, allait faire ses courses au Catholic Supply local de la Manchester Road où elle s’apprêtait à acheter des fournitures pour fabriquer des chapelets – son apostolat à elle. Sur place, deux employées, l’une d’une vingtaine d’années, l’autre, la cinquantaine aussi. En ce milieu d’après-midi, le magasin était calme. Il n’y avait personne d’autre.

News au 6 mai 2019 AP18333578237962
Thomas Bruce, identifié
comme le tueur
Voici pourtant qu’entre un homme trapu, d’âge moyen. Il jette un coup d’œil, constate la présence des trois femmes, puis annonce qu’il a laissé sa carte de crédit dans la voiture. Il dit qu’il va la chercher parce qu’il voudrait faire quelques achats. Mais ce n’est pas une carte bancaire qu’il rapporte : il revient dans le magasin, revolver au poing.

C’est sous la menace de son arme qu’il oblige les trois femmes à se rassembler dans l’arrière-boutique, terrorisées. Là, horreur, il oblige sa première victime à se dévêtir entièrement. Et la viole, ou plus exactement la sodomise. La deuxième femme subit le même traitement.

Mais lorsque vient le tour de Jamie, celle-ci – malgré le choc, malgré le revolver braqué sur sa tête et la mort qui menace – refuse, calmement, avec assurance. Elle regarde son agresseur droit dans les yeux. Et elle dit (les deux autres victimes en ont témoigné) : « Au nom de Dieu, je n’enlèverai pas mes vêtements. »

(« En nom Dieu, je ne crains pas les gens d’armes », disait Jeanne d’Arc…)

Cela met son agresseur en rage : le coup de feu part aussitôt, à bout portant ; Jamie est gravement blessée à  la tête. Elle s’écroule. Mais alors qu’elle gît là, mortellement touchée, elle murmure le Notre Père – l’une des survivantes en atteste.

Le criminel, lui, s’est enfui. L’ambulance est arrivée vite, Jamie a été emmenée toutes sirènes hurlantes à l’hôpital le plus proche, mais il n’y avait aucun espoir pour elle. De l’espérance, ça oui… Le soir même, en rendant son dernier soupir, Jamie avait encore sur les lèvres les mots, à peine audibles, du Notre Père. Sa Volonté, elle l’avait acceptée, elle l’avait faite. Elle a préféré la résistance héroïque, au prix du sacrifice de sa vie, aux exigences démoniaques d’un sadique, à la solution apparemment plus facile : se soumettre sous la contrainte.

Le criminel a été retrouvé grâce aux descriptions précises fournies par les deux victimes survivantes dès le mercredi 21 novembre. Thomas Bruce – désormais incarcéré – est un ancien pasteur chrétien, marié, vivant dans un parc à caravanes avec sa femme à Imperial à trente kilomètres de Saint-Louis. Il ne connaissait pas les victimes, il n’avait rien contre elles sur le plan personnel. Pourquoi a-t-il choisi un magasin catholique ? L’instruction de son procès pour meurtre, séquestration et sodomie le dira peut-être.

Ce qui est sûr, en revanche, c’est que le geste héroïque de Jamie Schmidt a été dicté par sa foi. Elle n’a pas transigé. Elle n’a pas choisi l’option de subir d’abord, et de se plaindre ensuite. Elle n’a rien cédé. Elle a proclamé, haut et fort, son attachement à la décence et à la chasteté conjugale, son refus de l’adultère et de la perversion.

Par les temps qui courent, quelle leçon ! « En nom Dieu »…
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 3593
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 68
Localisation : Pays de la Loire (France)

Voir le profil de l'utilisateur http://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 6 mai 2019 Empty Re: News au 6 mai 2019

Message par Gilbert Chevalier le Mar 7 Mai - 22:25

Va-t-on voir enfin la queue du loup conciliaire
à Notre-Dame de Paris ?
Probable !



Notre-Dame de Paris peut-elle légalement être restaurée ?

Alors que les projets de rénovation de Notre-Dame de Paris abondent, Nicolas Deiller, docteur en droit public, rappelle que l’affectation cultuelle de la cathédrale, garantie par l’État, instaure une certaine primauté de l’Église sur l’utilisation profane qui peut être faite de l’édifice. Par conséquent, Notre-Dame de Paris ne pourra être restaurée que par un projet architectural respectant scrupuleusement l’affectation cultuelle de l’édifice…

Depuis l’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris et l’annonce du président de la République de restaurer l’édifice religieux en cinq ans, de nombreux projets architecturaux fleurissent, tous plus originaux les uns que les autres. 

Si ces projets semblent intéressants pour un bâtiment « classique », ils ne peuvent, en aucun cas, convenir juridiquement à Notre-Dame de Paris. Impossible, en effet, d’installer un toit verrière afin que les touristes puissent admirer de haut la capitale, encore moins une nouvelle toiture végétalisée, ni une flèche « à la tour Eiffel »…

Car sans entrer dans les détails des normes architecturales en matière d’édifices classés aux monuments historiques, un édifice religieux est protégé dans son essence par la loi.

Juridiquement, cela est garanti par l’affectation cultuelle. Héritage de la loi de séparation des Églises et de l’État, l’affectation cultuelle a été admise par l’État lorsque l’Église catholique a refusé de se constituer en associations cultuelles, ce qui lui aurait permis de retrouver la propriété de ses édifices du culte. Ces édifices cultuels sont donc devenus, par la loi du 2 janvier 1907 concernant l’exercice public du culte, propriété soit de l’État, soit — principalement – des communes. 

Souhaitant pacifier la situation religieuse en France, le législateur du début du XXe siècle a préféré garantir la jouissance de ces édifices non réclamés par les associations cultuelles aux catholiques.

On le comprend, l’affectation publique d’un bâtiment public à un culte, décidée, ici, par l’État, engage ce dernier à plus d’un titre. 

La longue jurisprudence, en particulier du Conseil d’État, est venue clarifier les caractères inhérents à l’affectation publique cultuelle. Ainsi, cette dernière permet aux catholiques de jouir de leurs édifices inaliénables de manière gratuite, perpétuelle, permanente, et surtout exclusivement cultuelle. L’affectation cultuelle protège l’édifice et instaure en outre une certaine primauté du curé sur l’utilisation profane qui peut être faite de l’édifice : son accord pour toute activité non cultuelle au sein d’un édifice est indispensable.

C’est l’exclusivité cultuelle qui posera nécessairement problème dans la future rénovation de Notre-Dame de Paris. À l’heure où les fidèles désertent les bancs des offices, l’affectation cultuelle risque d’être progressivement remplacée par l’affectation culturelle. Aujourd’hui, nombre d’églises sont plus souvent utilisées pour des concerts que pour des messes… Cela ne pose, en soi, pas de problème, lorsque ces manifestations cultuelles sont réalisées en concordance avec la sainteté de l’édifice  et avec l’accord du desservant. Allons-nous, en ce qui concerne Notre-Dame de Paris, vers une affectation partagée de cet édifice ? Le nouveau toit de la cathédrale sera-t-il « laïc » comme certains projets le proposent ? 

Un récent contentieux…

La rénovation de la toiture de Notre-Dame de Paris n’est pas sans rappeler un contentieux assez récent qui a eu lieu à propos de l’église Notre-Dame-de-la-Mer des Saintes-Maries-de-la-Mer . Cette église possède un grand toit-terrasse, accessible par un escalier externe à l’église, avec une vue magnifique sur la baie méridionale. La question qui mit le feu aux poudres concernait des visites d’ordres touristique et culturelle sur ce toit-terrasse organisées par la municipalité sans l’accord du desservant de l’église, bien qu’aucune célébration cultuelle n’ait lieu sur ce toit-terrasse. Toutefois, le curé de l’église considérait — et nous étions de son avis — que l’édifice devait être entièrement affecté au culte, et qu’une division géographique de l’édifice dans son affectation n’était pas opportune. Le Conseil d’État, au contraire, estima que lorsque de telles visites avaient lieu sans qu’il soit nécessaire d’entrer dans l’édifice, alors il était possible de se passer de l’accord du curé… Un revirement de jurisprudence, sans doute d’espèce et non de principe, nous l’espérons. 

En sera-t-il de même pour la cathédrale de Paris ? Nécessairement, cet « arrangement » jurisprudentiel va à l’encontre de l’affectation cultuelle qui doit être vue de manière globale. Distinguer les parties de l’édifice qui seraient ou ne seraient pas destinées à la célébration du culte reviendrait à créer des parties plus ou moins laïcisées, ce qui serait totalement contraire à l’essence religieuse de ce lieu. 

Dès lors, Notre-Dame de Paris ne pourra être rénovée que par un projet architectural respectant scrupuleusement l’affectation cultuelle, qui fait primer le culte sur toute autre manifestation se produisant au sein de la cathédrale. C’est donc une heureuse contrainte à laquelle devront faire face les architectes candidats à la restauration de Notre-Dame : la restaurer saintement en la rendant toutefois accessible à tous. 


  CE, 4 novembre 1994, Abbé Chalumey, n°135842, Lebon ; CE ord, 25 août 2005, Commune de Massat, AJDA 2006.
  Code de droit canonique, canon 1210.
  CE, 20 juin 2012, Commune des Saintes-Maries-de-la-Mer, n° 340648, Lebon.


Dernière édition par Gilbert Chevalier le Mar 7 Mai - 22:42, édité 1 fois
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 3593
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 68
Localisation : Pays de la Loire (France)

Voir le profil de l'utilisateur http://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 6 mai 2019 Empty Re: News au 6 mai 2019

Message par Gilbert Chevalier le Mar 7 Mai - 22:38


Restauration de la cathédrale Notre-Dame :
le projet de loi au Sénat le 27 mai

News au 6 mai 2019 2a74b0947f8b9c79797ccaf500d317ff-restauration-de-la-cathedrale-notre-dame-le-projet-de-loi-au-senat-le-27-mai
  
Les sénateurs examineront lundi 27 mai le projet de loi sur la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le Sénat examinera en séance le lundi 27 mai, et éventuellement le lendemain, le projet de loi pour la restauration de Notre-Dame, qui autorise des dérogations aux normes des marchés publics et de protection patrimoniale.

Selon l’ordre du jour modifié, le texte sera examiné en commission par les sénateurs le mercredi 22 mai.Adopté par les députés en commission jeudi, il sera examiné en séance par l’Assemblée nationale ce vendredi.Emmanuel Macron a promis de reconstruire d’ici cinq ans le joyau de l’art gothique en partie détruit par un incendie il y a trois semaines.

Un dispositif fiscal spécifique

Parmi ses principales dispositions, le texte introduit un dispositif fiscal spécifique qui accorde une réduction d’impôts de 75 % dans la limite de 1 000 € pour les particuliers donateurs.

Il prévoit la création par ordonnance d’un établissement public chargé de gérer les fonds recueillis, les modalités de contrôle de cette gestion et instaure enfin, également par ordonnance, un régime dérogatoire aux règles de l’urbanisme et de protection de l’environnement pour accélérer les travaux.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 3593
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 68
Localisation : Pays de la Loire (France)

Voir le profil de l'utilisateur http://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 6 mai 2019 Empty Re: News au 6 mai 2019

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum