Catholique-Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits ...
Voir le deal
0.48 €
Le Deal du moment : -41%
-41% sur l’excellent casque nomade filaire Sony ...
Voir le deal
129 €

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Gilbert Chevalier Lun 21 Jan - 11:33

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Evmwvuzbhrs2aq1z6r357q2y3aq1z6r357q2z
4. FRAYER UN NOUVEAU CHEMIN (TRÈS TORTUEUX)

1) Les Synodes sur la Famille :
une nouvelle approche de la morale sexuelle


Le Synode Extraordinaire : établir un ordre du jour

Le 8 octobre 2013, le Pape François a annoncé la tenue de deux synodes pour discuter des défis auxquels la famille est confrontée. Le premier, le Synode Extraordinaire, se tiendra du 5 au 19 octobre 2014 et le second, le Synode Ordinaire, du 4 au 24 octobre 2015. La période qui a précédé les synodes était dominée par la proposition, dirigée par le Cardinal Walter Kasper, selon laquelle les catholiques qui avaient divorcé et contracté des unions civiles non valides pouvaient être admis aux sacrements de Pénitence et de Sainte Communion sans amendement de la vie. Kasper poursuivait cet objectif depuis de nombreuses années. En septembre 1993, lui et deux autres évêques allemands avaient publié une lettre pastorale appelant à la permission de cette pratique dans certains cas. La Congrégation pour la Doctrine de la Foi a répondu en réaffirmant l’enseignement traditionnel de l’Église, comme le confirmait l’Exhortation Apostolique Familiaris Consortio de 1981.

Le Cardinal Kasper a retrouvé sa place à l’occasion du premier Angélus du nouveau Pape, le 17 mars 2013. La louange de François pour son livre fut, comme mentionné au chapitre 1, le premier signe de la direction du pontificat.

L’organisation des synodes était entre les mains du Secrétariat du Synode dirigé par le Cardinal Lorenzo Baldisseri. Le 26 octobre 2013, le Secrétariat a envoyé un questionnaire à toutes les Conférences épiscopales invitant à répondre aux questions relatives au mariage, à la famille et à l’éthique sexuelle, en mettant l’accent sur les unions irrégulières. Trois jours auparavant, le Cardinal Gerhard Müller, Préfet de la CDF, avait publié dans L’Osservatore Romano un article expliquant pourquoi il était impossible de changer l’enseignement de l’Église sur l’admission des divorcés et remariés aux sacrements (90). Il était manifestement préoccupé par la direction du synode, avant même que l’exercice de consultation officielle n’ait été lancé.

Les craintes du Cardinal Müller pouvaient sembler être justifiées lorsque, le 7 novembre, le Cardinal Reinhard Marx, membre du Conseil interne de neuf cardinaux du Pape François, répondit que Müller ne serait pas en mesure « d’arrêter le débat » (91). Le Cardinal Kasper a été invité à prononcer une allocution au consistoire des cardinaux qui s’est tenu le 20 février 2014 et il a profité de l’occasion pour expliquer longuement sa proposition. Il était le seul cardinal présent à avoir eu une telle opportunité. Il a été rapporté qu’environ les quatre cinquièmes des cardinaux présents se sont prononcés contre sa position (92). Kasper a répondu à la réaction hostile en soulignant qu’il agissait pour le Pape. Il a remercié « le Saint-Père pour ses paroles amicales et pour sa confiance de m’avoir confié ce rapport » (93).

Le P. Federico Lombardi, l’attaché de presse du Saint-Siège, a déclaré aux médias que le Pape avait appelé les cardinaux à s’occuper des problèmes de la famille sans « casuistique » et que le discours de Kasper était « en grande harmonie » avec les paroles du Pape (94). Le lendemain, le Pape a prodigué des louanges à Kasper :

« Hier, avant de m’endormir, je lisais et relisais les remarques du Cardinal Kasper. Je voudrais le remercier, parce que j’ai trouvé une théologie profonde ; et des pensées sereines dans la théologie. C’est agréable de lire la théologie sereine. Cela m’a fait du bien et j’ai eu une idée, et excusez-moi si j’embarrasse votre Éminence, mais l’idée est la suivante : c’est ce qu’on appelle faire de la théologie à genoux. Je vous remercie. Merci. » (95)

Le discours de Kasper a été publié quelques semaines plus tard avec les mots de louange du Pape au dos de la couverture. Vers la même époque, une collection d’extraits d’homélies du Pape François a été publiée sous le titre L’Église de la Miséricorde. L’avant-propos a été écrit par l’Archevêque de Westminster, le Cardinal Vincent Nichols, un dissident de l’enseignement catholique sur l’éthique sexuelle (96). Le prédécesseur à la retraite de Nichols à Westminster, le Cardinal Murphy-O’Connor, membre du groupe de Saint-Gall et militant actif pour l’élection du Cardinal Bergoglio, a déclaré à Vatican Insider en mars 2014 : « Lorsque les cardinaux ont élu Bergoglio, ils ne savaient pas quelle boîte de Pandore ils ouvraient, ils ne savaient pas quel caractère d’acier il était, ils ne savaient pas qu’il était Jésuite de manière très profonde, ils ne savaient pas qui ils étaient en train d’élire. » (97)

Entre février et octobre 2014, Kasper défendit sa proposition, se rendant aux États-Unis et donnant des interviews à diverses publications, stations de radio et de télévision. Pourtant, l’opposition au sein du collège des cardinaux était formidable. Cinq Cardinaux, Walter Brandmüller, Raymond Burke, Carlo Caffara, Gerhard Müller et Velasio de Paolis ont contribué, avec quatre autres érudits, à une réponse complète aux arguments de Kasper publiés sous forme de livre sous le titre Demeurer dans la Vérité du Christ : Mariage et Communion dans l’Église Catholique. Il y a des indications que la réponse a découragé le Cardinal Kasper et le Pape. La Croix a rapporté que le Saint-Père était « mécontent » des cardinaux qui avaient contribué à Demeurer dans la Vérité du Christ. Il a également indiqué qu’il « exigeait » que le Cardinal Müller ne participe pas à la promotion du livre (98).

Le 8 septembre 2014, Kasper a dit à Il Mattino :
« J’ai tout décidé avec lui. Il était d’accord. Que peut faire un cardinal, sinon être avec le Pape ? Je ne suis pas la cible, la cible est un autre..... Ils savent que je n’ai pas fait ces choses tout seul. Je suis d’accord avec le Pape, je lui ai parlé deux fois. Il s’est montré satisfait. Maintenant, ils créent cette controverse. Un Cardinal doit être proche du Pape, à ses côtés. Les Cardinaux sont les coopérateurs du Pape. » (99)

La révélation la plus frappante de la période pré-synodale immédiate a peut-être été celle rendue publique le 20 septembre par Marco Tosatti de La Stampa. Il a révélé que le Cardinal Baldisseri avait été entendu expliquer comment le Synode Extraordinaire allait être géré afin d’atteindre les résultats souhaités par le Secrétariat. La première stratégie, qui avait déjà été accomplie, était que toutes les interventions des pères synodaux devaient être soumises avant le 8 septembre. Cela a permis d’élaborer la deuxième stratégie, qui consistait à lire attentivement toutes les interventions afin de s’assurer que tous les points contraires à l’ordre du jour souhaité puissent être traités de la manière la plus efficace possible avant que l’orateur n’ait eu la possibilité de prendre la parole. La troisième stratégie était simplement d’empêcher certains pères synodaux de s’adresser même à l’assemblée. On leur dira qu’il n’y a plus de temps pour les interventions, mais que leur point de vue sera pris en compte dans le rapport final. La révélation de Tosatti a alerté les participants et les commentateurs sur la menace de manipulation. Lors d’une conférence de presse pré-synodale, le 3 octobre, le Cardinal Baldisseri s’est mis en colère alors que les journalistes remettaient en question le manque de transparence ; « Tu devrais venir ici si tu sais tout, peut-être que tu devrais être un père du synode », dit-il à une journaliste (100).

---
(90) Gerhard Ludwig Cardinal Müller, "Testimony to the Power of Grace : On the Indissolubility of Marriage and the Debate Concerning Civilly Remarried and the Sacrament" (Témoignage du Pouvoir de la Grâce : Sur l’Indissolubilité du Mariage et le Débat concernant les remariés civilement et le Sacrement), 23 octobre 2014, vatican.va, http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/muller/rc_con_cfaith_20131023_divorziati-risposati-sacramenti_en.html

(91) ’’The Synod on the Family, Kasper and the Call for Mercy" (Le Synode sur la Famille, Kasper et l’Appel à la Miséricorde), 26 février 2014, Rorate Caeli, https://rorate-caeli.blogspot.com/2014/02/the-synod-on-family-kasper-and-rebels.html

(92) Marco Tosatti, La Stampa, 24 mars 2014. Cité en anglais dans "Very Relevant : Exclusive for La Stampa" (Très pertinent : Exclusif pour La Stampa), 26 mars 2014, Rorate Caeli, https://rorate-caeli.blogspot.com/2014/03/very-relevant-exclusive-for-la-stampa.html

(93) Walter Cardinal Kasper, "The Gospel of the Family" (L’Évangile de la Famille), (New York, 2014), p.43.

(94) Junno Arocho Esteves, "Fr Lombardi : Consistory Focused on Pastoral Vision of the Family" (P. Lombardi : Consistoire centré sur la vision pastorale de la famille), 20 février 2014, Zenit, https://zenit.org/articles/fr-lombardi-consistory-focused-on-pastoral-vision-for-the-family/

(95) "Pope Francis expresses support for Cardinal Kasper’s ’serene theology’ on the family" (Le Pape François exprime son soutien à la "théologie sereine" du Cardinal Kasper sur la famille), 21 février 2014, Rome Reports, https://www.romereports.com/pg155863-pope-francis-expresses-support-for-cardinal-kasper-s-serene-theology-on-the-family--en/

(96) Un aperçu des positions du Cardinal Nichols peut être lu ici "Cardinal who supports LGBT radicals is moderator of English-speaking synod group" (Le Cardinal qui soutient les radicaux LGBT est modérateur du groupe synodal anglophone), 9 octobre 2015, Voice of the Family, http://voiceofthefamily.com/cardinal-who-supports-lgbt-radicals-will-moderate-english-speaking-synod-group/

(97) Gerard O’Connell, "Murphy-O’Connor : Francis is open, honest and made people feel free" (Murphy-O’Connor : François est ouvert, honnête et les gens se sentent libres), Vatican Inseider, http://www.lastampa.it/2014/03/13/vaticaninsider/eng/inquiries-and-interviews/murphyoconnorfrancis-is-open-honest-and-made-people-feel-free-l0DTRug8uPM7dW5efQ5vXN/pagina.html

(98) "Cinq cardinaux rappellent leur ferme position doctrinale avant le Synode sur la famille", 17 septembre 2014, La Croix, https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Rome/Cinq-cardinaux-rappellent-leur-ferme-position-doctrinale-avant-le-Synode-sur-la-famille-2014-09-17-1207640

(99) "Intervista al cardinale Kasper : « Vogliono la guerra al Sinodo, il Papa è il bersaglio »" (Entretien avec le Cardinal Kasper : « Ils veulent la guerre au Synode, le Pape est la cible. ») , 18 septembre 2014, Il Mattino, https://www.ilmattino.it/primopiano/cronaca/cardinale_kasper_intervista_mattino-595778.html

(100) "You should come up here if you know everything’ : Cardinal fires back as press questions Synod’s ’lack of transparency’" (Vous devriez venir ici si vous savez tout : le Cardinal revient sur ses pas en posant des questions à la presse sur le « manque de transparence » du Synode), 3 octobre 2014, LifeSiteNews, https://www.lifesitenews.com/news/you-should-come-up-here-if-you-know-everything-cardinal-fires-back-as-press


(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331

>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : comme François l'est, concluez.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8684
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Gilbert Chevalier Mar 22 Jan - 15:42

Obtenir le résultat souhaité

Le Synode Extraordinaire a commencé, le 5 octobre 2014, par un sermon d’ouverture du Pape François condamnant les « mauvais pasteurs » qui « ont posé des fardeaux intolérables sur les épaules des autres et qui ne lèvent pas le petit doigt pour bouger ». « Les assemblées synodales, a-t-il ajouté, ne sont pas faites pour discuter de belles et intelligentes idées, ni pour voir qui est le plus intelligent. » (101)

Les craintes que ce fut une tentative d’intimidation des pères synodaux ont été renforcées par une interview donnée par le Saint-Père au journal argentin La Nación, publiée deux jours après son sermon. L’intervieweur a demandé au Pape s’il était « inquiet » au sujet du livre Demeurer dans la Vérité du Christ. Dans sa réponse, François s’est distingué de ses auteurs en déclarant qu’il aimait « débattre avec les évêques très conservateurs, mais intellectuellement bien formés ». Mais, a-t-il dit, « le monde a changé et l’Église ne peut s’enfermer dans de prétendues interprétations dogmatiques. » (102)

Au cours de la première semaine de l’assemblée, chaque père synodal a eu quatre minutes pour prendre la parole en séance plénière. Pour la première fois dans l’histoire du synode moderne, ni les textes des discours ni les résumés détaillés n’ont été publiés ; au lieu de cela, les attachés de presse du Vatican ont simplement donné un bref aperçu de ce qui avait été dit à partir de leurs propres notes manuscrites. Il est vite apparu que ces synthèses donnaient une impression déséquilibrée des interventions. Le P. Rosica, le porte-parole anglophone, a été particulièrement critiqué à cause de la partialité perçue de ses résumés. Par exemple, Rosica a exprimé son point de vue selon lequel « l’une des interventions saillantes » du jour était la suggestion qu’il y avait un grand désir de voir notre langage « changer pour faire face aux situations concrètes » et que « "vivre dans le péché", "intrinsèquement désordonné" ou "mentalité contraceptive" ne sont pas nécessairement des mots qui invitent les gens à se rapprocher du Christ et de l’Église ». Pourtant, il était loin d’être clair que de telles interventions étaient typiques. Un haut fonctionnaire du Vatican a déclaré au journaliste Edward Pentin : « Presque tous les briefings de Rosica et de Lombardi étaient orientés vers un angle libéral », tandis que les discours « en faveur de la tradition n’ont pas été rapportés » (103).

Marco Tosatti a réfléchi que si dans les synodes précédents on pouvait savoir ce que chaque évêque avait dit, pendant l’assemblée actuelle « on n’avait rien de tout cela, on avait juste un vague "riassunto", ou résumé... On ne pouvait pas savoir ce que tout le monde disait sur les problèmes. » (104) Le Cardinal Müller était parmi ceux qui se sont prononcés contre les nouvelles procédures. Il a insisté sur le fait que « tous les chrétiens ont le droit d’être informés de l’intervention de leurs évêques. » (105) Le Cardinal Burke a dit à Il Foglio : « ...il me semble que quelque chose ne fonctionne pas bien si l’information est manipulée de manière à ne mettre l’accent que sur une seule position au lieu de rapporter fidèlement les différentes positions qui ont été exprimées. Cela m’inquiète beaucoup, parce qu’un nombre constant d’évêques n’acceptent pas l’idée d’une rupture avec l’enseignement traditionnel de l’Église, mais peu le savent. » (106)

La preuve la plus notoire de manipulation est peut-être la Relatio Post Disceptationem, qui a été présentée aux pères synodaux et à la presse le lundi 13 octobre. Ce document se prétendait fondé sur les interventions des pères synodaux. Parmi les éléments les plus controversés de ce rapport figuraient :
1. l’ouverture à la "proposition Kasper",
2. les appels à l’Église pour qu’elle "valorise" l’orientation homosexuelle et
3. les appels à l’Église pour qu’elle se concentre sur les éléments supposés positifs des unions pécheresses, comme la cohabitation.

---
(101) "Pope Francis' Homily at Opening Mass of Extraordinary Synod on the Family" (L'homélie du Pape François à la messe d'ouverture du Synode Extraordinaire sur la Famille), 5 octobre 2014, Zenit, https://zenit.org/articles/pope-francis-homily-at-opening-mass-of-extraordinary-synod-on-the-family/

(102) "Pope Francis distances himself from 'very conservative' bishops" (Le Pape François se distancie des évêques "très conservateurs"), 8 octobre 2014, LifeSiteNews, https://www.lifesitenews.com/all/date/2014/10/08

(103) Edward Pentin, The Rigging of a Vatican Synod ? An Investigation into Alleged Manipulation at the Extraordinary Synod on the Family (Le montage d'un synode du Vatican? Une enquête sur une présumée manipulation au Synode Extraordinaire sur la Famille), (San Francisco, 2015), p.51.

(104) Edward Pentin, The Rigging of a Vatican Synod ? An Investigation into Alleged Manipulation at the Extraordinary Synod on the Family (Le montage d'un synode du Vatican? Une enquête sur une présumée manipulation au Synode Extraordinaire sur la Famille), (San Francisco, 2015), p.51.

(105) "Top Vatican cardinal wants family speeches public" (Le premier cardinal du Vatican veut des discours publics sur la famille), 9 octobre 2014, Daily Mail, http://www.dailymail.co.uk/wires/ap/article-2786440/Top-Vatican-cardinal-wants-family-speeches-public.html

(106) "Full Text of Cardinal Burke's Major Interview to Il Foglio on the Synod" (Texte intégral de l'Interview importante du Cardinal Burke à Il Foglio sur le Synode), 16 octobre 2014, Rorate Caeli, https://rorate-caeli.blogspot.com/2014/10/full-text-of-cardinal-burkes-major.html

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8684
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Gilbert Chevalier Mer 23 Jan - 10:54

Voix dissidentes

Le rapport a été salué comme une révolution dans l’Église par beaucoup de gens dans les médias, malgré l’insistance de nombreux pères synodaux pour dire qu’il ne reflétait pas fidèlement les interventions faites. Le Cardinal Napier, l’un des quinze membres du Conseil permanent du synode, a rappelé que les pères synodaux se demandaient : « Comment donc dire que cela vient du synode alors que le synode n’en a même pas encore discuté ? » et d’autres qui disaient : « Il y a des choses dites là à propos du synode qui dit ceci, cela et ainsi de suite, mais personne ne les a jamais dites. » Napier a conclu : « C’est là qu’il est devenu évident qu’il y avait une certaine ingénierie en cours. » (107) Il avait été averti de cette menace potentielle. Quelques mois avant le début du synode, l’un de ceux qui étaient associés au synode avait dit à Napier qu’il était « très troublé » par ce qu’il avait vu. « Il s’agissait de manipuler le synode, de l’aménager dans une certaine direction, se souvient Napier. J’ai demandé : “Mais pourquoi ?” Il a dit : “Parce qu’ils veulent un certain résultat.” » (108)

Le Cardinal Pell, Préfet du Secrétariat de l’Économie, a répondu à la Relatio en affirmant que des « éléments radicaux » utilisaient des propositions pour la réception de la Sainte Communion par les remariés comme « cheval de Troie » pour d’autres changements dans l’enseignement de l’Église sur les questions de morale sexuelle. Le rapport était, dit-il, « tendancieux, biaisé ; il ne reflétait pas fidèlement les sentiments des pères synodaux... Dans la réaction immédiate, lorsqu’il y a eu une heure, une heure et demie de discussion, les trois quarts de ceux qui ont pris la parole ont dit avoir eu des problèmes avec le document », a fait remarquer Pell (109).

Le Cardinal Burke a dit au Catholic World Report :
« Je suis entièrement d’accord avec ce que le Cardinal George Pell et le Cardinal Wilfrid Fox Napier ont déclaré au sujet de la manipulation des Pères synodaux par le biais de la Relatio post disceptationem. Il est clair que celui qui a écrit la Relatio a un ordre du jour et a simplement usé de l’autorité d’une réunion solennelle des Cardinaux et des Évêques pour avancer son ordre du jour sans respecter la discussion qui a eu lieu pendant la première semaine du Synode. » (110)

Le Cardinal Baldisseri confirmera plus tard que ce document, et tous les autres documents synodaux, ont reçu l’approbation du Pape François avant leur publication :
« Faites attention car c’est quelque chose qu’il faut vraiment savoir... Le pape présidait toutes les réunions du Conseil du secrétariat. Il préside. Je suis le secrétaire. C’est ainsi que tous les documents furent vus et approuvés par le pape, avec l’aval de sa présence. Même les documents pendant le synode, tels que la Relatio ante disceptationem, la Relatio post disceptationem et la Relatio synodi, ont été vus par lui avant d’être publiés. » (111)

Le Pape François a certes approuvé la Relatio, mais le Cardinal Erdő qui, en tant que Rapporteur Général, en était théoriquement responsable, s’est éloigné de son contenu. Lors de la conférence de presse au cours de laquelle elle a été lancée, lui et l’Archevêque Bruno Forte, Secrétaire Spécial du Synode, étaient tous deux présents. Interrogé sur la signification des passages relatifs à l’homosexualité, Erdő a pointé du doigt Forte et fait remarquer que « celui qui a écrit le texte doit savoir de quoi il parle » (112). Le sujet de l’homosexualité divise particulièrement les pères synodaux. Dans une interview controversée, rapportée par Edward Pentin, le Cardinal Kasper a affirmé que « l’Afrique est totalement différente de l’Occident » et que « vous ne pouvez pas en parler [de l’homosexualité] avec les Africains et les gens des pays musulmans. Ce n’est pas possible. C’est un tabou. Pour nous, nous disons qu’il ne faut pas discriminer, nous ne voulons pas discriminer à certains égards. » Il semblait également suggérer que la position des évêques africains n’était entendue qu’en Afrique, « là où c’est un tabou », mais pas au synode. Le cardinal a ajouté : « Il doit y avoir de la place aussi pour que les conférences épiscopales locales puissent résoudre leurs problèmes, mais je dirais qu’avec l’Afrique c’est impossible [pour nous de les résoudre]. Mais ils ne devraient pas trop nous dire ce qu’on doit faire. » (113)

Beaucoup d’évêques africains ont été irrités par l’insinuation de Kasper que leur position était basée sur un « tabou » arriéré, ainsi que par son affirmation qu’ils ne devaient pas dire aux évêques européens « trop de choses que nous devons faire ». Kasper a d’abord nié avoir dit ces mots, accusant effectivement le journaliste en question de dire des contrevérités. Ce n’est que lorsque Pentin a produit un enregistrement audio de l’entrevue que Kasper a présenté des excuses.

---
(107) Pentin, "Rigging of a Vatican Synod ?" (Le montage d’un synode du Vatican ?), p.21.

(108) Pentin, "Rigging of a Vatican Synod ?" (Le montage d’un synode du Vatican ?), p.21.

(109) "Cardinal Pell : Synod says no to secular agenda" (Cardinal Pell : Le Synode dit non à l’agenda séculier), 16 octobre 2014, Catholic News Service, http://www.catholicnews.com/

(110) "Cardinal Burke to CWR : confirms transfer, praises pushback, addresses controversy over remarks by Cardinal Kasper" (Le Cardinal Burke à CWR : il confirme son renvoi, fait état du pushback, aborde la controverse sur les remarques du Cardinal Kasper), 18 octobre 2014, Catholic World Report, http://www.catholicworldreport.com/2014/10/18/cardinal-burke-to-cwr-confirms-transfer-praises-pushback-addresses-controversy-over-remarks-by-cardinal-kasper/

(111) Pentin, "Rigging of a Vatican Synod ?" (Le montage d’un synode du Vatican ?), p.150.

(112) Pentin, "Rigging of a Vatican Synod ?" (Le montage d’un synode du Vatican ?), p.180.

(113) Edward Pentin, "Statement on Cardinal Kasper Interview" (Déclaration sur l’interview du Cardinal Kasper), 16 octobre 2014, Edward Pentin, http://edwardpentin.co.uk/statement-on-cardinal-kasper-interview/

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8684
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Gilbert Chevalier Jeu 24 Jan - 10:50

Un objectif à moitié atteint

Après la publication du rapport intermédiaire le 13 octobre, les pères synodaux se sont divisés en petits groupes pour suggérer des amendements au texte. Dans la matinée du jeudi 16 octobre, les rapports des petits groupes ont été remis aux autorités synodales et il a été immédiatement annoncé que, contrairement à la pratique habituelle, les rapports ne seraient pas publiés. Cela provoqua un tumulte immédiat dans la salle synodale où les cardinaux et les évêques se levèrent les uns après les autres pour exiger la publication. On rapporte que le secrétariat synodal a été hué et raillé pendant une quinzaine de minutes jusqu’à ce que le Pape François indique au Cardinal Baldisseri que les rapports pourraient être publiés (114).

L’importance de leur publication a été clairement expliquée par le Cardinal Burke :
« Je considère la publication des rapports des dix petits groupes d’importance cruciale, car ils démontrent que les Pères synodaux n’acceptent pas du tout le contenu de la Relatio... Il y a eu une tentative de ne pas publier les rapports et de demander au Père Lombardi d’en filtrer à nouveau le contenu, mais les Pères synodaux, qui jusque-là n’avaient pas de moyens directs de communication avec le public, ont insisté pour que les rapports soient publiés. Il était essentiel que le public sache, à travers la publication des rapports, que la Relatio est un document gravement imparfait et qu’elle n’exprime pas de manière adéquate l’enseignement et la discipline de l’Église et, sous certains aspects, qu’elle propage l’erreur doctrinale et une fausse approche pastorale. » (115)

La publication de ces rapports a permis que le document final reflète plus fidèlement les contributions des pères synodaux. Dans la version finale, les passages controversés sur l’homosexualité ont été entièrement supprimés et remplacés par de brèves reprises de l’enseignement catholique. Les appels à la reconnaissance des aspects positifs des unions pécheresses sont restés dans le projet final et ont été acceptés par les pères synodaux. Les passages sur la réception de la Sainte Communion pour les divorcés et remariés sont restés sous une forme modifiée, mais n’ont pas obtenu la majorité des deux tiers. Malgré cela, le Pape François ordonna que les paragraphes rejetés restent dans le projet. En agissant ainsi, le pape a outrepassé les règles du synode. L’article 26 §1 de l’Ordo Synodi Episcoporum stipule : « Pour arriver à la majorité des voix, si le vote est pour l’approbation d’un point, deux tiers des votes des Membres votants sont requis ; si c’est pour le rejet d’un point, la majorité absolue des mêmes Membres est nécessaire. » En ordonnant le maintien des paragraphes 52, 53 et 55, le Pape François lui-même s’assurait que la "proposition Kasper" resterait à l’ordre du jour du Synode Ordinaire, bien qu’elle ait été rejetée par les pères du Synode Extraordinaire.

La dernière session du Synode s’est tenue le 18 octobre. Dans son discours de clôture, le Pape François a lancé une attaque cinglante contre les "traditionalistes" et les "intellectuels". Il condamne : « la tentation d’une rigidité hostile, c’est-à-dire de vouloir se refermer dans la parole écrite (la lettre) et de ne pas se laisser surprendre par Dieu, par le Dieu des surprises (l’esprit), dans la loi, dans la certitude de ce que nous savons et non de ce qu’il nous reste à apprendre et à accomplir. Depuis le temps du Christ, c’est la tentation des zélés, des scrupuleux, des consciencieux et des soi-disant – aujourd’hui – "traditionalistes" et aussi des intellectuels. »

Il a conclu: « Maintenant nous avons encore un an pour mûrir, avec un vrai discernement spirituel, les idées proposées et pour trouver des solutions concrètes à tant de difficultés et d’innombrables défis auxquels les familles doivent faire face. » (116)

Le Cardinal Marx en a rapidement tiré les conséquences :
« Les portes sont ouvertes, plus larges que jamais depuis le Concile Vatican II. Les débats synodaux n’étaient qu’un point de départ. François veut faire avancer les choses, faire avancer les processus. Le vrai travail va commencer. » (117)

---
(114) Pentin, "Rigging of a Vatican Synod ?" (Le montage d’un Synode du Vatican ?), p.130.

(115) "Cardinal Burke to CWR : confirms transfer, praises pushback, addresses controversy over remarks by Cardinal Kasper" (Le Cardinal Burke à CWR : il confirme son renvoi, fait état du pushback, aborde la controverse sur les remarques du Cardinal Kasper), 18 octobre 2014, Catholic World Report. http://www.catholicworldreport.com/2014/10/18/cardinal-burke-to-cwr-confirms-transfer-praises-pushback-addresses-controversy-over-remarks-by-cardinal-kasper/

(116) "Pope Francis speech at the conclusion of the Synod") (Discours du Pape François à la conclusion du Synode), 18 octobre 2014, Vatican Radio. http://en.radiovaticana.va/news/2014/10/18/pope_francis_speech_at_the_conclusion_of_the_synod/1108944

(117) Christa Pongratz-Lippit, "Cardinal Marx : Pope Francis has pushed open the doors of the church" (Cardinal Marx : le Pape François a poussé les portes de l’Église), 28 octobre 2014, National Catholic Reporter. https://www.ncronline.org/blogs/ncr-today/cardinal-marx-pope-francis-has-pushed-open-doors-church

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8684
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Gilbert Chevalier Ven 25 Jan - 11:08

Le Synode Ordinaire

De telles déclarations ont fait en sorte que la tension a continué de s’accroître à mesure que le Synode Ordinaire de 2015 approchait. Un incident, qui semblait représenter pour beaucoup la conduite douteuse du processus synodal, fut l’histoire, qui a éclaté en février 2015, de la "disparition" des exemplaires de Demeurer dans la Vérité du Christ qui avaient été envoyés par Ignace Press à tous les pères synodaux. Selon le récit reconstitué par Edward Pentin, des exemplaires du livre ont été expédiés à chaque père du synode, dans la salle du synode, dans des enveloppes adressées individuellement, le premier jour du synode, lundi 6 octobre. Les livres ont été livrés au bureau de poste du Vatican le jeudi ou vendredi de la semaine. À leur arrivée, ils ont été conduits dans les bureaux du secrétariat synodal. C’est ici que l’une des enveloppes aurait été ouverte, le livre identifié, et le Cardinal Baldisseri informé. Pour des raisons qui ne sont pas claires, la procédure correcte n’a pas été suivie au bureau de poste du Vatican et les enveloppes n’ont pas été estampillées.

Pentin écrit :
« Selon de multiples sources, le cardinal était "furieux" d’apprendre que le livre avait été envoyé aux pères synodaux... Une deuxième source du secrétariat a dit qu’une "discussion" avait eu lieu entre les membres du personnel sur ce qu’il fallait faire avec les livres. Le Cardinal Baldisseri, a-t-il dit, "a explosé" au sujet du livre en cours de livraison au synode. » (118)

La même source a informé Pentin que le Cardinal Baldisseri voulait bloquer la livraison des livres, mais le postier du Vatican lui a dit que ce serait illégal. Il a donc fait renvoyer les livres au bureau de poste afin qu’ils soient estampillés correctement et a ensuite retardé la livraison le plus longtemps possible. Ce n’est que le mercredi de la deuxième semaine, alors que le synode tirait à sa fin, et près d’une semaine après leur livraison initiale, que les livres furent finalement livrés aux boîtes aux lettres des pères synodaux. Ils ont été laissés à disposition pendant quelques jours pour satisfaire aux exigences légales, puis ont été retirés. La plupart des pères synodaux n’ont donc jamais reçu leur exemplaire de ce livre, qui défendait la doctrine éternelle de l’Église.

Aussi troublant que cet incident puisse paraître, il ne se compare pas au défi présenté à la doctrine catholique traditionnelle par la publication de l’Instrumentum Laboris, le document de travail du Synode Ordinaire, en juin 2015. Dans le présent document, la Relatio Synodi du Synode Extraordinaire est complétée par un commentaire approfondi qui développe les thèmes présentés dans le document initial et aborde certains sujets qui n’avaient pas été abordés auparavant. Le document contient les paragraphes 52, 53 et 55 de la Relatio Synodi, malgré leur rejet par le premier synode. Cependant, les problèmes liés à l’Instrumentum Laboris vont bien au-delà de cette question. Les critiques ont fait valoir que le document :

- a sapé l’enseignement de l’Église sur le mal intrinsèque du contrôle artificiel des naissances en proposant une fausse compréhension de la relation entre la conscience et la loi morale (paragraphe 137) ;

- introduit une ambiguïté dans l’enseignement de l’Église sur les méthodes artificielles de reproduction, telles que la FIV (fécondation in vitro), en discutant du « phénomène » sans porter de jugement sur la moralité de ces méthodes, ni faire référence à l’enseignement antérieur de Donum Vitae et Dignitatis Personae, ou à la perte de vie humaine qui résulte de leur utilisation (paragraphe 34) (119) ;

- réduit l’indissolubilité du mariage au niveau d’un « idéal » (paragraphe 42) ;

- suggère que la cohabitation et le « vivre ensemble » pourraient avoir des « aspects positifs » et pourraient, dans une certaine mesure, être considérés comme des formes légitimes d’union (paragraphes 57, 61, 63, 99 et 102) ;

- a préparé la voie à l’acceptation des unions homosexuelles en reconnaissant la nécessité de définir « le caractère spécifique de ces unions dans la société » (paragraphe Cool ;

- a nié les pleins droits des parents en ce qui concerne l’éducation sexuelle de leurs enfants (paragraphe 86).

La coalition pro-vie, Voice of the Family, a conclu que : « L’Instrumentum Laboris, à l’instar de la Relatio Post Disceptationem et de la Relatio Synodi du Synode Extraordinaire, menace toute la structure de l’enseignement catholique sur le mariage, la famille et la sexualité humaine. »

La composition du comité chargé de rédiger le rapport final du synode a confirmé ces craintes. Il était clair qu’au moins sept des dix rédacteurs nommés par le Pape François étaient des hommes d’opinions connues comme "progressistes". Outre le Cardinal Baldisseri et l’Archevêque Bruno Forte, il s’agit du Cardinal Wuerl de Washington, du Cardinal Dew de Wellington (120), de l’Archevêque Victor Manuel Fernandez d’Argentine (121), de Mgr Marcello Semeraro d’Albano et du Général des Jésuites, le Père Adolfo Nicolás.

Le Pape François a également fait un usage extensif de son pouvoir de faire des nominations spéciales au synode pour donner une voix et un vote aux prélats libéraux qui, autrement, n’auraient pas été présents. En dehors de Walter Kasper lui-même, son choix le plus célèbre fut peut-être le Cardinal Godfried Danneels, l’un des leaders du Groupe de Saint-Gall. Les antécédents de Danneels en matière de dissimulation d’un évêque qui abusait des enfants et de soutien à la légalisation de l’avortement et des unions homosexuelles ont déjà été décrits. Parmi les autres personnes controversées nommées par le Pape figuraient le Cardinal Dew, le Cardinal Cupich de Chicago, qui a ouvertement soutenu l’admission aux sacrements des adultères impénitents et des homosexuels pratiquants, et Walter Kasper lui-même.

Alors que l’ouverture du synode devenait imminente, le Cardinal Robert Sarah a exprimé les inquiétudes de nombreux hommes d’Église de premier plan :

« À l’approche de la XIVe Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques consacrée à « La Vocation et la Mission de la Famille dans l’Église et le monde contemporain », les Églises particulières, les facultés de théologie et les groupes et associations de familles intensifient leurs préparatifs en vue de cet événement ecclésial majeur. En même temps, on a le sentiment que les faiseurs d’opinion, les groupes de pression et les lobbies prennent de l’importance. Nous voyons aussi des stratégies de communication se mettre en place ; il semblerait même que de nouvelles méthodologies pour l’assemblée synodale soient examinées afin de donner une voix à certaines lignes de pensée tout en essayant d’en rendre d’autres inaudibles, sinon de les faire taire complètement. Tout nous porte à croire que la prochaine assemblée synodale sera pour beaucoup un synode aux enjeux élevés. L’avenir de la famille est en jeu pour l’humanité aujourd’hui. » (122)

Certes, deux jours avant l’ouverture du Synode, il a été annoncé que la Secrétariat du Synode avait « imaginé une nouvelle méthode » pour mener les discussions. Les pères synodaux passeraient beaucoup plus de temps dans de petits groupes linguistiques de discussion et relativement peu de temps en sessions plénières. Il n’y aurait pas de Relatio Post Disceptationem, ce qui signifie que, contrairement à l’année précédente où ce rapport intérimaire révélait l’ordre du jour au travail et provoquait une riposte, les pères synodaux ne recevraient aucune indication du contenu du rapport final jusqu’au tout dernier jour du Synode.

---
(118) Pentin, "Rigging of a Vatican Synod ?" (Le montage d’un Synode du Vatican ?), p.61.

(119) "Donum Vitae", Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 22 février 1987 ;

"Dignitatis Personae", Congrégation pour la Doctrine de la Foi, 8 septembre 2008.

(120) Il semblerait que Dew, l’une des récentes nominations de François au collège des cardinaux, était l’évêque cité par le Père Rosica comme ayant dit que l’Église devrait abandonner son langage de condamnation du péché. Au cours du Synode d’octobre 2005, l’Archevêque Dew a plaidé pour l’admission des divorcés et remariés à la Sainte Communion.

(121) Plus tard identifié comme l’auteur fantôme principal du Pape François pour Amoris Laetitia.

(122) Robert Cardinal Sarah, « What Sort of Pastoral Mercy in Response to New Challenges on the Family ? A Reading of the Lineamenta » (Quelle sorte de Pastorale de la Miséricorde pour répondre aux nouveaux défis de la Famille ? Une lecture des Lineamenta), dans "Christ’s New Homeland Africa : Contribution to the Synod by African Pastors" (La Nouvelle Patrie du Christ en Afrique : Contribution des Pasteurs Africains au Synode) (San Francisco, 2015).

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8684
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Gilbert Chevalier Sam 26 Jan - 11:00

Le Pape François est mécontent

C’est dans ce contexte que treize cardinaux ont écrit au Pape François pour lui exposer leurs principales préoccupations. Parmi ces cardinaux figuraient Carlo Caffarra, Archevêque de Bologne, Thomas Collins, Archevêque de Toronto, Timothy Dolan, Archevêque de New York, Willem Eijk, Archevêque d’Utrecht, Gerhard Ludwig Müller, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Wilfrid Fox Napier, Archevêque de Durban, George Pell, préfet du Secrétariat pour l’Économie, Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, Angelo Scola, Archevêque de Milan et Jorge L. Urosa Savino, Archevêque de Caracas. Le texte de la lettre, révélé par le journaliste italien Sandro Magister le 12 octobre 2015, demandait au Pape François « d’examiner un certain nombre de préoccupations que nous avons entendues d’autres pères synodaux et que nous partageons ». Parmi ces préoccupations, mentionnons les suivantes :

- L’Instrumentum Laboris, dont les « nouvelles procédures guidant le synode semblent lui garantir... une influence excessive », comportait « diverses sections problématiques » et ne pouvait donc pas « servir adéquatement de texte d’orientation ou de fondement à un document final ».

- Les « nouvelles procédures synodales » seraient « perçues dans certains milieux comme manquant d’ouverture et de véritable collégialité. Dans le passé, le processus de faire des propositions et de voter sur elles a servi valablement le but de prendre la mesure de l’esprit des pères synodaux. L’absence de propositions et des discussions et votes qui s’y rapportent semblent décourager le débat ouvert et limiter la discussion à de petits groupes ; il nous semble donc urgent de rétablir l’élaboration des propositions qui seront soumises au vote de l’ensemble du synode. Le vote sur un document final intervient trop tard dans le processus pour permettre un examen complet et un ajustement sérieux du texte. »

- « Le manque de contribution des pères synodaux dans la composition du comité de rédaction a créé un malaise considérable. Les membres ont été nommés, et non élus, sans consultation. De même, quiconque rédige quoi que ce soit au niveau des petits cercles devrait être élu et non pas nommé. »

Les cardinaux ont conclu : « ces choses ont créé un souci que les nouvelles procédures ne sont pas conformes à l’esprit et au but traditionnel d’un synode. Il n’est pas clair pourquoi ces changements procéduraux sont nécessaires. Un certain nombre de pères estiment que le nouveau processus semble conçu pour faciliter des résultats prédéterminés sur des questions litigieuses importantes. » (123)

Des rapports ont commencé à circuler que le Pape François est tombé en rage, en présence des évêques et des prêtres, à la réception de la lettre à la Casa Santa Marta, et la nouvelle a été d’une diatribe telle qu’on n’en a sûrement pas entendu de lèvres papales depuis plusieurs siècles. Il Giornale mentionne des rumeurs selon lesquelles le pape s’exclama : « Si c’est le cas, ils peuvent partir. L’Église n’en a pas besoin. Je vais tous les virer ! » (124) Selon d’autres rapports, il a dit : « Ne savent-ils pas que c’est moi qui suis le chef ici ? J’aurai leurs chapeaux rouges. »

Quelle que soit la véracité de ces propos, la réponse du Pape François dans la Salle du Synode, du mardi 6 octobre a été claire. Dans un discours imprévu au synode, le pape a mis en garde contre une « herméneutique de la conspiration » qui était « sociologiquement faible et spirituellement inutile » (125).

---
(123) Sandro Magister, "Thirteen Cardinals Have Written to the Pope. Here’s the Letter" (Treize Cardinaux ont écrit au Pape. Voici la lettre ), 12 octobre 2015, chiesa.espressonline.it, http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/1351154bdc4.html?eng=y
(en français : http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/135115475af.html?fr=y )

(124) Mario Valenza, "Papa Bergoglio : scoppio d’ira e malore dopo la lettera dei cardinali" (Pape Bergoglio : accès de colère et de fureur après la lettre des cardinaux), 13 octobre 2015, Il Giornale. http://www.ilgiornale.it/news/cronache/papa-bergoglio-scoppio-dira-e-malore-lettera-dei-cardinali-1182085.html

(125) Edward Pentin, "Married Couples Have Their Say at the Synod" (Les couples mariés ont leur mot à dire au Synode), 8 octobre 2015, National Catholic Register. http://www.ncregister.com/daily-news/married-couples-have-their-say-at-the-synod

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8684
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Gilbert Chevalier Dim 27 Jan - 10:02

Inclinaison de la balance

L’intervention du Pape François traitait également d’une autre crise qui avait surgi au sein du parti "progressiste", à savoir la défense directe de l’enseignement moral catholique établi par le Cardinal Erdő, le Rapporteur Général du Synode. Dans son rapport d’ouverture, présenté le premier jour de l’assemblée, Erdő a réaffirmé l’enseignement de l’Église à travers tout le spectre de l’éthique sexuelle, y compris en rejetant résolument la "proposition Kasper". La réaffirmation de l’orthodoxie catholique par Erdő a encouragé de nombreux pères synodaux, mais le Pape François a agi de manière décisive pour la saper. Dans son intervention imprévue du lendemain matin, le Pape François a ordonné aux pères de considérer le Synode Ordinaire comme étant en parfaite continuité avec le Synode Extraordinaire. Il leur a dit qu’ils ne devaient considérer que trois documents comme documents formels du synode ; il s’agissait de son propre discours d’ouverture au Synode Extraordinaire, de la Relatio du Synode Extraordinaire et de son propre discours de clôture de ce synode. Il a également souligné que c’est l’Instrumentum Laboris qui devrait guider la discussion dans les prochains jours.

Cela a sapé l’autorité du rapport du Cardinal Erdő et a signalé aux pères synodaux qu’il souhaitait que les discussions se déroulent dans le sens établi par la Relatio Synodi oblique plutôt que par le Cardinal Erdő. Le pape a également précisé que la question de la réception de la Sainte Communion par les « divorcés et remariés » était à l’ordre du jour pour le synode. Le contenu de l’intervention du Saint-Père a été répété à plusieurs reprises par le P. Lombardi et d’autres intervenants lors de la conférence de presse (126). Les actions du Pape François semblaient orientées vers l’affaiblissement des efforts du Cardinal Erdő pour réorienter le Synode Ordinaire vers l’affirmation et la défense de la doctrine catholique.

À bien des égards importants, le Synode Ordinaire a suivi une voie similaire à celle de la première assemblée. Le service de presse semblait encore une fois manipuler le contenu. Le P. Rosica a tenu à rapporter une intervention dans laquelle il a été dit que « dans la pastorale des personnes, le langage de l’inclusion doit être notre langue, en tenant toujours compte des possibilités et des solutions pastorales et canoniques ». Il a également fait référence à des interventions appelant à une « nouvelle catéchèse pour le mariage », à un « nouveau langage pour parler aux gens de notre temps », à de nouvelles « approches pastorales pour ceux qui vivent ensemble avant le mariage » et à une nouvelle approche de l’homosexualité.

L’une des interventions relayées par Rosica était la suggestion que la question de la Sainte Communion pour les divorcés et remariés pouvait être résolue de différentes manières dans différentes parties du monde. Cela conduirait à des pratiques différentes, et implicitement des doctrines différentes, dans différentes parties de l’Église. Ces appels à la "décentralisation" s’inscrivaient dans le cadre de la stratégie globale adoptée par le parti "progressiste" (127).

Dans un important discours prononcé le 17 octobre 2015, à mi-parcours du Synode, le Pape François déclarait qu’il « ressentait le besoin de procéder à une saine "décentralisation" » du pouvoir vers « les Conférences Épiscopales ». « Nous devons réfléchir à une meilleure réalisation à travers ces organismes », a-t-il dit, parce que « l’espoir du Concile que de tels organismes contribuent à accroître l’esprit de collégialité épiscopale n’a pas encore été pleinement réalisé » (128).

La demande de dévolution du pouvoir, y compris « une véritable autorité doctrinale », a été réitérée par certains pères synodaux. L’Abbé Jeremias Schroder, qui a assisté au synode en tant que représentant de l’Union des Supérieurs Généraux, a déclaré que tant « l’acceptation sociale de l’homosexualité » que la manière de traiter les « personnes divorcées et remariés » sont des exemples « où les Conférences épiscopales devraient être autorisées à formuler des réponses pastorales en harmonie avec ce qui peut être prêché, annoncé et vécu dans un contexte différent ».

L’Abbé alléguait que cette délégation était soutenue par une majorité des pères synodaux. « Cela est arrivé à maintes reprises, de nombreuses interventions dans l’aula ont développé le sujet qu’il devrait y avoir une délégation et l’autorisation de traiter des questions au moins pastoralement de différentes manières selon les cultures... Je pense que j’ai entendu quelque chose comme ça au moins vingt fois dans les interventions, alors que seulement deux ou trois personnes se sont prononcées contre, affirmant que l’unité de l’Église doit être maintenue à tous égards et qu’il serait douloureux d’entrer dans une telle délégation d’autorité. » (129)

Il y avait en fait une opposition considérable de la part des pères synodaux conservateurs, comme en témoignent les interventions publiées de prélats tels que l’Archevêque Gadecki de Poznan, l’Archevêque Tomas Peta du Kazakhstan et l’Archevêque Majeur de Kiev, Sviatoslav Shevchuk. Pourtant, la résistance de tels cardinaux et évêques n’a pas pu empêcher l’approbation de nombreux paragraphes qui semblaient miner, voire directement contredire, l’enseignement catholique antérieur (130). À cet égard, le paragraphe 85 de la Relatio, qui soulève la question de « l’intégration » des catholiques divorcés et remariés qui ne sont pas entièrement coupables de leurs péchés, revêt une importance particulière. Ce paragraphe est référencé et développé dans l’Exhortation Apostolique Amoris Laetitia. Dans le paragraphe 305, et la note de bas de page qui l’accompagne (n° 351), le Pape François indique que, dans certains cas, ceux qui vivent dans un « état objectif de péché » peuvent être admis aux sacrements de Pénitence et de Sainte Communion sans modification de la vie, lorsqu’il est jugé qu’ils ne sont pas « subjectivement coupables » de péché mortel. Il s’agit d’une dérogation à l’enseignement établi selon lequel ceux qui sont objectivement coupables de péché mortel public doivent se voir refuser l’admission aux sacrements, malgré l’existence de facteurs qui pourraient réduire leur culpabilité. En ce qui concerne les divorcés et remariés, le Pape Jean-Paul II a enseigné : « Ils ne peuvent y être admis du fait que leur état et leur condition de vie contredisent objectivement cette union d’amour entre le Christ et l’Église qui est signifiée et accomplie par l’Eucharistie. » (131) Il y a donc un conflit entre l’enseignement du paragraphe 305 d’Amoris Laetitia et celui du paragraphe 84 de Familiaris Consortio.

Pour être approuvé, chaque paragraphe devait, selon les règles du synode, être approuvé à la majorité des deux tiers, soit 177 voix. Le paragraphe 85 a reçu 178 voix. On peut voir que si le Pape François n’avait pas ajouté au synode, comme ses propres nominations papales spéciales, de nombreuses personnes – y compris le Cardinal Kasper lui-même – qui étaient connues pour soutenir l’admission des pécheurs publics non repentants aux sacrements, le paragraphe n’aurait pas été approuvé. Ce seul fait vaudrait l’affirmation selon laquelle les synodes sur la famille étaient truqués, par le Pape lui-même. Mais il y a suffisamment de preuves d’une manipulation systématique tout au long du processus synodal pour justifier la remarque de Mgr Athanase Schneider : la manipulation des synodes « restera pour les générations futures et pour les historiens une marque noire qui a entaché l’honneur du Siège Apostolique » (132).

---
(126) "Has the intervention of Pope Francis returned the synod to a heterodox trajectory ?" (L’intervention du Pape François a-t-elle ramené le synode sur une trajectoire hétérodoxe ?), 7 octobre 2017, Voice of the Family. http://voiceofthefamily.com/has-the-intervention-of-pope-francis-returned-synod-to-heterodox-trajectory/

(127) "Has the intervention of Pope Francis returned the synod to a heterodox trajectory ?" (L’intervention du Pape François a-t-elle ramené le synode sur une trajectoire hétérodoxe?), 7 octobre 2017, Voice of the Family. http://voiceofthefamily.com/has-the-intervention-of-pope-francis-returned-synod-to-heterodox-trajectory/

(128) "Ceremony Commemorating the 50th Anniversary of the Institution of Synod of Bishops : Address of His Holiness Pope Francis" (Cérémonie commémorant le 50e anniversaire de l’institution du Synode des Évêques : Discours de Sa Sainteté le Pape François), 17 octobre 2015, vatican.va http://w2.vatican.va/content/francesco/en/speeches/2015/october/documents/papa-francesco_20151017_50-anniversario-sinodo.html
(en français : http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/speeches/2015/october/documents/papa-francesco_20151017_50-anniversario-sinodo.html )

(129) "Papal calls for decentralization put integrity of Catholic doctrine at risk" (Les appels du Pape à la décentralisation mettent en péril l’intégrité de la doctrine catholique), 22 octobre 2015, Voice of the Family, http://voiceofthefamily.com/papal-call-for-decentralization-puts-integrity-of-catholic-doctrine-at-risk/

(130) Une analyse détaillée de la "Relatio Synodi" du Synode Ordinaire peut être trouvée dans "Analysis of the Final Report of the Ordinary Synod" (Analyse du Rapport Final du Synode Ordinaire), 10 mars 2016, Voice of the Family, http://voiceofthefamily.com/wp-content/uploads/2016/03/Analysis-of-the-Final-Report-of-the-Ordinary-Synod-on-the-Family15-3-16.pdf

(131) Jean-Paul II, Familiaris Consortio, N° 84.

(132) "Bishop Athanasius Schneider on the synod on the family" (Mgr Athanasius Schneider sur le Synode de la Famille), 5 novembre 2014, LifeSiteNews, https://www.lifesitenews.com/news/bishop-athanasius-schneider-on-the-synod-on-the-family

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8684
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Gilbert Chevalier Lun 28 Jan - 11:33

2) Qu’enseigne le Pape François ?
Amoris Laetitia et les Dubia des cardinaux

Le Pape François a donné suite au Synode sur la Famille en publiant en mars 2016 l’Exhortation Apostolique Amoris Laetitia, destinée à transmettre l’enseignement du Synode. Avec plus de cent pages, l’Exhortation est difficile à résumer, mais ses sections les plus controversées se trouvent principalement au chapitre 8. Plus précisément, le paragraphe 305, ainsi que sa note de bas de page 351, ont été interprétés par divers évêques comme autorisant directement la Communion pour les catholiques divorcés et remariés civilement : « En raison de certaines formes de conditionnements et de facteurs atténuants, il est possible que dans une situation objective de péché – qui n’est peut-être pas subjectivement coupable, ou totalement coupable – une personne puisse vivre dans la grâce de Dieu, aimer et grandir aussi dans la vie de grâce et de charité, tout en recevant l’aide de l’Église à cette fin. » La note de bas de page 351 disait clairement : « Dans certains cas, cela peut inclure l’aide des sacrements. »

Bien que la controverse ait fait rage sur l’interprétation correcte ou voulue de ces passages, avec de nombreux évêques insistant sur l’impossibilité pour un document papal de contredire l’enseignement antérieur, les évêques de Buenos Aires ont publié leurs directives en septembre 2016 (133). Ils ont admis que « les prêtres peuvent suggérer une décision de vivre en continence », mais ont dit que « si les partenaires échouent dans ce but », après avoir suivi « un processus de discernement », Amoris Laetitia « offre la possibilité d’avoir accès au sacrement de la Réconciliation », sans avoir l’intention de cesser les relations conjugales (134).

Alors que la controverse sur l’interprétation se poursuivait, François garda le silence et n’a pas corrigé les évêques comme Chaput de Philadelphie et Stanislaw Gadecki de Poznan, qui ont adopté la position conservatrice. Mais les seules approbations du Pape ont été envoyées aux évêques de Buenos Aires et de Malte (135) sous forme de lettres de remerciement pour leurs interprétations libérales. François a écrit à ses anciens collègues argentins en les remerciant pour leurs « très bonnes » lignes directrices qui « reflètent pleinement le sens du chapitre VIII d’Amoris Laetitia ». Le pape a ajouté : « Il n’y a pas d’autres interprétations. » (136) Une lettre similaire aurait été envoyée à Malte par l’intermédiaire de la procuration du Pape, le Secrétaire Général des Synodes des Évêques, le Cardinal Lorenzo Baldisseri.

Compte tenu des interprétations divergentes et de l’apparente subjectivité qu’Amoris Laetitia introduisit dans l’enseignement moral catholique, plusieurs cardinaux adressèrent au Pape une lettre demandant des éclaircissements sur le document. Les signataires sont maintenant au nombre de six, bien que seulement quatre noms aient été rendus publics – les Cardinaux Brandmüller, Burke, Caffarra et Meisner – mais ils auraient le soutien d’une vingtaine ou d’une trentaine d’autres. Ils ont commencé par envoyer au Pape et au Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi une lettre privée le 19 septembre 2016 avec les demandes mentionnées. Celles-ci ont été formulées sous la forme traditionnelle des dubia, c’est-à-dire des points contestés qui sont soumis à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi lorsque l’enseignement de l’Église semble incertain. Les cinq dubia peuvent se résumer comme suit :

1. Est-il devenu licite d’admettre les personnes divorcées et remariés à la Sainte Communion ?

2. Est-ce encore l’enseignement catholique selon lequel il existe des normes morales absolues ?

3. Ceux qui vivent en violation d’un commandement, par exemple le commandement contre l’adultère, doivent-ils être considérés comme vivant dans le péché objectif ?

4. L’enseignement catholique enseigne-t-il encore que les circonstances ou les intentions ne peuvent jamais transformer un acte intrinsèquement mauvais en un acte "subjectivement" bon ?

5. Est-ce encore l’enseignement catholique que la conscience ne peut pas légitimer les exceptions aux normes morales absolues ?

À ces questions, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a refusé de répondre, contrairement à la pratique habituelle, et il est clair qu’elle agissait sur les ordres du Pape François. C’est dans ce contexte que les signataires ont rendu publique leur lettre en novembre, rendant ainsi publique leur défi à l’enseignement d’Amoris Laetitia. Le Pape n’a pas répondu explicitement, mais il aurait encouragé ceux qui l’entouraient à discréditer les dissidents par des moyens indirects. La plupart des cardinaux signataires étaient à la retraite ; le seul d’entre eux qui occupait encore un poste officiel était le Cardinal Burke, qui était Patron de l’Ordre de Malte, et ses péripéties seront décrites dans le chapitre 5. En dehors de cela, l’effet des instructions officieuses du Pape est l’attitude d’indignation choquée qui a été exprimée par plusieurs porte-paroles de l’aveuglement des cardinaux face à la nouvelle ouverture de l’enseignement catholique. Ce que cette ouverture est précisément, l’Église ne l’a pas encore découverte, puisque François ne répond pas aux questions qui lui sont posées. Pour en déduire si le Pape a l’intention de suivre l’enseignement de l’Église, nous devons étudier la politique qu’il a suivie dans les organismes du Vatican destinés à protéger l’institution de la famille.

---
(133) https://cvcomment.org/2016/09/18/buenos-aires-bishops-guidelines-on-amoris-laetitia-full-text/ Catholic Voices Comment, 18 septembre 2016.

(134) Ainsi, l’exigence précédente, celle de vivre ensemble « comme frère et sœur », a été reléguée à une suggestion. Walter Kasper a résumé la situation dans une interview avec Commonweal : « Vivre ensemble comme frère et sœur ? Bien sûr, j’ai beaucoup de respect pour ceux qui font cela. Mais c’est un acte héroïque, et l’héroïsme n’est pas pour le chrétien moyen. »

(135) Les "Critères pour l’application du Chapitre VIII d’Amoris Laetitia" des évêques maltais ont été critiqués par les juristes canonistes et certains responsables du Vatican qui ont soutenu qu’ils semblaient affirmer la primauté de la conscience sur la vérité morale objective. Ces Critères stipulent que les divorcés remariés peuvent recevoir la communion après une période de discernement, avec une conscience informée et éclairée, et s’ils sont « en paix avec Dieu ».

(136) "Pope Francis on the correct interpretation of the Amoris Laetitia" (Le Pape François sur l’interprétation correcte d’Amoris Laetitia), Vatican Insider, Andrea Tornielli, 12 septembre 2016.
(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8684
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Gilbert Chevalier Mar 29 Jan - 10:43

La refonte de l’Académie Pontificale pour la Vie

De 1978 au règne de Benoît XVI, les personnes engagées dans la défense de l’éthique catholique traditionnelle se sont habituées à considérer le Vatican comme un rempart de soutien à leur cause, en particulier dans la lutte contre l’avortement. La combinaison de Jean-Paul II, le « pape pro-vie », et du Cardinal Ratzinger qui le soutient dans la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a donné au Vatican le dernier mot sur une foule de questions morales d’importance critique en politique. Cette autorité morale a été respectée même par les conservateurs non catholiques qui ont suivi l’exemple du Vatican sur des questions complexes comme les nouvelles technologies de reproduction, le clonage et la recherche sur les cellules souches. Bien que la CDF ait joué un rôle crucial dans le développement de la position pro-vie, l’un des principaux organes de la pensée catholique sur ces questions a été l’organisme créé en 1994, l’Académie Pontificale pour la Vie, consacrée à l’étude « des principaux problèmes de la bio-médecine et du droit, relatifs à la promotion et à la défense de la vie, surtout dans le rapport direct qu’ils ont avec la morale chrétienne et les directives du Magistère de l’Église ».

Fondée par Jean-Paul II et le célèbre médecin et généticien pro-vie Jérôme Lejeune (137), l’Académie Pontificale pour la Vie (PAV) compte parmi les plus grands cerveaux catholiques d’Europe, parmi lesquels les philosophes Michel Schooyans et Joseph Seifert et le bioéthicien Elio Sgreccia. Tous les membres n’étaient pas aussi connus, mais tous les membres à vie devaient prêter le « serment des Serviteurs de la Vie », ce qui les obligeait à soutenir l’enseignement catholique sur le caractère sacré de la vie humaine à toutes ses étapes.

Même avant la démission du Pape Benoît XVI, des fissures commencèrent à apparaître dans l’Académie. Les signes d’un changement ont commencé en 2008 avec la nomination comme président de l’Archevêque Rino Fisichella, un fonctionnaire du Vatican à la carrière en pleine ascension avec un attachement moins que complet à l’enseignement catholique sur les questions de la vie. En 2009, Fisichella a critiqué un évêque brésilien pour avoir publiquement confirmé l’excommunication de médecins qui avaient fait avorter des jumeaux portés par une enfant de neuf ans victime de viol. Selon le droit ecclésiastique, l’avortement fait partie des « graviora delicta », délits si graves qu’ils entraînent automatiquement l’excommunication, sans qu’une déclaration officielle soit nécessaire. Fisichella écrivit cependant que les médecins avaient été justifiés parce que, selon lui, ils avaient agi pour sauver la vie de la jeune fille.

Mgr Cardoso Sobrinho, évêque de Recife, a précisé plus tard (138) que l’enfant et sa famille avaient été sous la garde de médecins qui étaient prêts à sauver la vie des jumeaux par césarienne sans faire de mal à la fillette, mais qu’il avait été contraint, après l’enlèvement de cette dernière, d’émettre un avertissement public sur les conséquences canoniques de l’avortement. L’incident fut une affaire célèbre au Brésil et l’évêque avait mené une bataille acharnée contre la presse séculière et les militants pour l’avortement. L’article de Fisichella a donc été pris comme un signe que le Vatican était partie prenante dans l’affaire contre l’évêque du lieu et la doctrine, et comme Fisichella a récidivé en attaquant ses détracteurs, cette impression a été renforcée.

L’article a provoqué un tumulte immédiat dans la presse laïque, qui l’a salué comme un signal que l’Église catholique allait bientôt modifier son intransigeance. Mais les membres de l’Académie Pontificale pour la Vie devaient décider de ce qu’il fallait faire au sujet d’un président qui tolérait publiquement l’avortement. Cinq membres ont répondu publiquement contre l’article, mais, comme c’est souvent le cas au Vatican moderne, la carrière de Fisichella a été dynamisée par le scandale (139). Après deux ans d’une bataille de mots entre les membres pro-vie et Fisichella, il a été démis de ses fonctions en 2010, mais il a été placé dans sa position actuelle de chef du Conseil Pontifical pour la Nouvelle Évangélisation – un poste qui, sous François, est difficile de ne pas voir comme une récompense, impliquant une grande visibilité publique et une association étroite avec le Pape.

Au cours des années qui ont suivi, l’Académie a continué à susciter des inquiétudes pour les défenseurs pro-vie sur une variété de sujets, y compris son approbation de l’éducation sexuelle explicite pour les enfants, développée par le Conseil Pontifical pour la Famille et publiée lors des Journées Mondiales de la Jeunesse en Pologne. En 2012, Joseph Seifert écrivit une lettre ouverte au remplaçant de Fisichella, Mgr Ignacio Carrasco de Paula, avertissant que l’Académie risquait de trahir son but fondateur après que la 18ème Assemblée Générale de l’organisation eut semblé approuver la fécondation in vitro, un processus condamné par les documents de la CDF Donum Vitae (1987) et Dignitas Personae (2008).

La doyenne américaine des activistes pro-vie, Judie Brown de l’American Life League, était une autre des membres correspondants initiaux de l’Académie qui s’était opposée à l’approbation de l’avortement par Fisichella. Elle a commenté en février 2017 que le Pape François a « déconstruit » l’Académie avec ses nouveaux statuts et nominations, disant que c’est « l’un des événements les plus déchirants que j’ai vus de mon vivant. Mais étant donné la politique du Vatican, ce n’est pas surprenant. »

« Était-ce [l’affaire de Recife] le début de la fin ? Plusieurs événements ultérieurs, y compris par le président actuel de l’Académie, l’Archevêque Vincenzo Paglia, en faveur de la conception du Vatican sur l’éducation sexuelle, ne sont pas de bon augure pour l’Académie et son avenir », a déclaré Brown.

---
(137) Jérôme Lejeune, (décédé en 1994) était un généticien et pédiatre catholique fervent et membre de l’Académie Pontificale des Sciences qui a découvert l’origine génétique du syndrome de Down et d’autres troubles génétiques. Il a passé le reste de sa carrière à faire campagne contre l’utilisation de ces connaissances pour cibler ces bébés en vue de l’avortement. Sa cause de canonisation a été formellement ouverte.

(138) L’éclaircissement de Mgr Cardoso Sobrinho est paru dans une lettre que L’Osservatore Romano, contrôlé par les amis de Fisichella à la Secrétairerie d’État, refusa d’imprimer.

(139) La question n’a finalement été résolue qu’après qu’un dossier complet sur les faits ait été envoyé directement au Pape Benoît XVI. Le Cardinal Levada, chef de la CDF, a publié une déclaration officielle dans laquelle il réitère l’enseignement catholique sur tous ses points concernant le caractère sacré de la vie humaine.

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8684
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Gilbert Chevalier Mer 30 Jan - 10:46

François fait un grand nettoyage :
nouveaux statuts, nouveaux membres
et la nouvelle direction d’Amoris Laetitia

Au cours des deux premières années de son pontificat, le Pape François a donné des conseils aux partisans pro-vie quant à sa pensée, bien que toujours exprimée en termes ambigus. En juillet 2013, dans l’avion de retour de la Journée Mondiale de la Jeunesse à Rio de Janeiro, en réponse à une question sur la présence du célèbre Battista Ricca dans sa résidence, François répondit avec sa désormais célèbre observation « Qui suis-je pour juger ? ». Le New York Times a noté, en l’appelant « révolutionnaire », que c’était la première fois qu’un pape utilisait le terme familier « gay » pour décrire un homosexuel. Le New York Times a commenté : « Les paroles de François n’auraient pas pu être plus différentes de celles de Benoît XVI, qui a écrit en 2005 que... les hommes avec des « tendances homosexuelles profondément enracinées » ne devraient pas devenir prêtres. » En remerciement pour son commentaire, le Pape François a été immédiatement élevé au rang de héros du lobby politique homosexuel ; le Magazine Advocate a mis son portrait en vedette dans leur hall et l’a déclaré « personne de l’année ». Au mois de septembre suivant, François a forcé les défenseurs pro-vie à limiter les conséquences lorsqu’il a déclaré que le monde catholique ne devrait pas être « obsédé » par l’avortement, le « mariage homosexuel » et la contraception. Dans un long entretien avec Antonio Spadaro à La Civiltà Cattolica, François a déclaré : « Il n’est pas nécessaire de parler de ces questions tout le temps. Les enseignements dogmatiques et moraux de l’Église ne sont pas tous équivalents. Le ministère pastoral de l’Église ne peut pas être obsédé par la transmission d’une multitude de doctrines disjointes à imposer avec insistance. »

En octobre 2016, un an après le deuxième Synode sur la Famille et au milieu de l’agitation grandissante sur les dubia, le Pape François a réorienté l’Académie sur une nouvelle trajectoire, approuvant de nouveaux statuts, révoquant tous ses membres et instituant des mandats de cinq ans pour tous. Les nouvelles règles abolissent également le serment de fidélité à l’enseignement catholique prêté par Lejeune, permettent la nomination de non-catholiques et ne font aucune référence à l’adhésion des membres à l’enseignement catholique (140).

Christine Vollmer, fondatrice vénézuélienne d’un refuge pour femmes et membre fondatrice que François a retirée de son adhésion à vie, a commenté le changement (141) : « À l’origine, nous devions tous prêter serment devant le Nonce de notre pays d’être Serviteurs de la Vie et de soutenir l’enseignement sur la vie du Magistère. Nous n’avons pas vu bien sûr de nouvel "engagement", mais la formulation des nouveaux statuts semble plus douce, et comme l’Académie est maintenant ouverte aux personnes de n’importe quelle religion ou sans, il est douteux qu’ils se consacreraient très sérieusement à mettre en pratique Humanae Vitae ! »

Vollmer a averti que depuis la mort du Dr Lejeune, l’Académie Pontificale pour la Vie est devenue « de plus en plus orienté vers la "science matérialiste" plutôt que vers la "science pro-vie". » L’Académie, a-t-elle dit, « a été fondée avec une liste de spécialistes intentionnellement mixtes comprenant des avocats, des médecins, des journalistes, des leaders pro-vie, des psychiatres, des activistes de la famille, des prêtres, des enseignants, et ainsi de suite, l’intention des fondateurs étant de pouvoir étudier et analyser les causes des tendances anti-vie et trouver des moyens de les contrer. »

En effet, les nouveaux statuts incluaient un langage que l’on ne voyait pas auparavant dans aucun dicastère du Vatican. La défense de la vie par l’académie doit, selon elle, inclure « la promotion d’une qualité de vie humaine qui intègre sa valeur matérielle et spirituelle en vue d’une authentique "écologie humaine"qui aide à rétablir l’équilibre originel de la création entre la personne humaine et l’univers tout entier. » L’auteur n’a cependant pas proposé de définitions qui expliqueraient cette exigence plutôt grandiose.

À la suite de cela, en juin 2017, François nomme quarante-cinq nouveaux membres titulaires, dont treize seulement réélus. Le plus remarquable des non-catholiques est sans doute Shinya Yamanaka, lauréate du prix Nobel du Japon en médecine, qui a mis au point une méthode controversée de clonage des cellules souches "semblables à l’embryon". Un autre choix œcuménique de François est l’anglican Nigel Biggar. Sa nomination a provoqué l’indignation quand le Catholic Herald (142) a révélé qu’il avait dit au philosophe Peter Singer qu’une limite gestationnelle de 18 semaines est acceptable pour l’avortement légal parce que le fœtus n’a pas le même statut moral qu’un être humain adulte.

Le Herald cite Biggar en ces termes :

« Il n’est pas clair qu’un fœtus humain est le même genre de chose qu’un adulte ou un être humain mature, et mérite donc le même traitement. Alors se pose la question : Où traçons-nous la ligne ? Et il n’y a aucune raison tout à fait convaincante de la tracer à un endroit plutôt qu’à un autre. »

Dans ce contexte, la légère opposition de Biggar à l’euthanasie légalisée – au motif qu’elle créerait « une société radicalement libertaire au détriment d’une société socialement humaine » – semble faiblement qualifiée pour adhérer à une académie pontificale consacrée à l’enseignement de l’Église sur le caractère sacré de la vie humaine.

Treize membres ont été confirmés de la liste précédente, mais ils n’ont surtout pas inclus une liste de personnalités académiques et de défenseurs de longue date de l’enseignement moral catholique, dont beaucoup avaient été proches du Pape Jean-Paul II et de Benoît XVI, qui avaient fait partie de l’Académie dès sa fondation. Parmi eux, le philosophe belge Michel Schooyans, l’autrichien Joseph Seifert, l’allemand Robert Spaemann et l’anglais Luke Gormally, tous des chefs de file qui se sont opposés à Fisichella et qui ont plus tard critiqué les deux Synodes sur la Famille et Amoris Laetitia. Le philosophe australien John Finnis et le célèbre bioéthicien américano-français Germain Grisez, co-auteur d’une « lettre ouverte » au Pape François, très critique à l’égard d’Amoris Laetitia, ont également été écartés. D’autres étaient un groupe de psychologues d’Europe centrale qui étaient des opposants notables à « l’idéologie du genre », Andrzej Szostek (Pologne), Mieczyslaw Grzegocki (Ukraine) et Jaroslav Sturma (République Tchèque). François semblait étendre sa purge pour y inclure des laïcs gênants qui s’opposaient à ses plans.

---
(140) Les nouveaux statuts stipulent que les membres ordinaires sont nommés « sur la base de leurs qualifications académiques, de leur intégrité professionnelle avérée, de leur compétence professionnelle et de leur loyauté dans la défense et la promotion du droit à la vie de toute personne humaine ». L’accent mis par les statuts sur le « magistère de l’Église » est moins direct, en disant seulement que son but est de « former des personnes... dans le plein respect du Magistère de l’Église », mais précise que « les Académiciens sont choisis, sans égard à leur religion ». « Les nouveaux Académiciens s’engagent à promouvoir et défendre les principes relatifs à la valeur de la vie et à la dignité de la personne humaine,interprétés d’une manière conforme au Magistère de l’Église. [Soulignement ajouté.] Les nouveaux statuts ne font aucune mention de serment ; au lieu de cela, une « déclaration des serviteurs de la vie » à signer par tous les nouveaux membres est donnée dans un document séparé.

(141) "Le Pape François a enlevé tous les membres de l’académie pro-vie du Vatican", Jan Bentz, LifeSiteNews, 17 février 2017.

(142) "Un philosophe qui soutient l’avortement légal nommé à l’académie pro-vie du Vatican", Catholic Herald, 13 juin 2017.

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8684
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6  Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 4/6

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum