-53%
Le deal à ne pas rater :
GACHI Batterie Externe 26800mAh
24.94 € 52.99 €
Voir le deal
-39%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone
395 € 649 €
Voir le deal

News au 17 février 2020

Aller en bas

News au 17 février 2020 Empty News au 17 février 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 17 Fév - 10:19

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6340
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 février 2020 Empty Re: News au 17 février 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 17 Fév - 10:30

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6340
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 février 2020 Empty Re: News au 17 février 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 17 Fév - 10:58

ARRÊTER le BATTEMENT de CŒUR de l’ÉGLISE

News au 17 février 2020 Carmzo10

1P5
Note de la rédaction: L’article suivant vient à 1P5 d’une religieuse carmélite qui craint pour son ordre.

Pendant des siècles, les religieux contemplatifs ont été reconnus comme le “battement de cœur de l’Église”. En effet, même le document du Vatican de 2018 “Cor Orans” appelle les religieuses contemplatives le “cœur priant” de l’Église catholique – une vérité reconnue dont le document lui-même tire son nom. Cependant, ce document, ainsi que la (soi-disant) constitution apostolique “Vultum Dei Quaerere”, qui l’a précédé en 2016, est une poussée massive pour l’extinction de ces puissants centres de prière.

Partout dans le monde, ces dernières années, de nombreux efforts ont été déployés pour introduire et promouvoir l’euthanasie – en d’autres termes, l’extinction des personnes âgées ou handicapées qui sont considérées comme un fardeau pour la société en les privant de nourriture et d’eau, en leur retirant leurs moyens de subsistance ou en leur donnant une dose mortelle de médicaments. Le cas récent d’Arline Lester, une femme de 91 ans qui voulait clairement vivre, est particulièrement remarquable. Malgré ce fait, la publicité dont son cas a fait l’objet et les efforts de son fils, Edward, pour empêcher le meurtre de sa mère, Arline est décédée au début de ce mois (17/01/20) après que son tube d’alimentation et son ventilateur aient été délibérément retirés.

Le pape François s’est prononcé avec force contre l’euthanasie, mais il a en même temps approuvé la publication de documents officiels du Vatican qui, de toute évidence, contribuent à la disparition rapide de la vie contemplative. Les règles et les directives établies dans ces documents ont déjà provoqué la division, la fusion ou la dissolution complète de nombreuses communautés religieuses, contre la volonté de nombreux religieux concernés. Quelques exemples (parmi tant d’autres !) sont le couvent des Clarisses de Montalto, les Carmélites de la Sainte Face aux États-Unis [1], l’abbaye trappiste de Mariawald en Allemagne, les Petites Sœurs de Marie, Mère du Rédempteur, et les moniales cisterciennes en Bolivie. Pourquoi cela se produit-il ?

Les raisons sont similaires à celles qui sont à l’origine du meurtre d’Arline et d’autres personnes âgées ou handicapées qui sont considérées comme un fardeau pour la société. Ceux qui contrôlent le Vatican voient ces religieux contemplatifs – surtout les “conservateurs” attachés au charisme reçu de leurs fondateurs – comme un obstacle plutôt que comme une aide à leurs projets pour l’Église. Les mesures imposées à ces religieuses par “Cor Orans” et “Vultum Dei Quaerere”, équivalent à dire : “Elles ont manifestement dépassé leur date d’expiration, et il est donc grand temps de les supprimer”.

Hilary White a écrit d’excellents articles, étayés par de nombreuses citations des documents en question, il n’est donc pas nécessaire de répéter ce qu’elle a déjà fait. Nous aimerions nous concentrer sur la comparaison (qui nous a frappés avec force après avoir entendu parler de la mort d’Arline Lester) entre la mort précipitée de ceux qui sont considérés comme un “fardeau pour la société” et la condamnation à mort qui a été prononcée à l’encontre de religieuses contemplatives.

L’écriture est sur le mur pour ceux qui souhaitent la lire. Malgré les nombreuses tentatives qui ont été faites au cours des siècles pour supprimer les monastères et les couvents (toutes ont eu lieu à l’instigation de Satan, qui déteste de telles centrales de prière), pas une seule fois elles n’ont été aussi proches du succès qu’aujourd’hui. Un coup d’œil à certains faits historiques suggère que la raison d’un succès aussi proche est que cette fois, l’attaque n’est pas venue de l’extérieur, mais de l’intérieur même de l’Église.

Avant le Concile Vatican II, la vie religieuse était florissante, et il y avait une abondance d’âmes généreuses qui consacraient leur vie à la prière et au sacrifice – non seulement dans les ordres contemplatifs, mais dans toutes les formes de vie sacerdotale et religieuse. Ce concile, décrit par l’un des plus grands cardinaux, Leo Josef Suenens, comme “la révolution de 1789 de l’Église catholique”, a entraîné un déclin tragique des vocations religieuses. De plus, de nombreuses âmes déjà solennellement consacrées à Dieu sont revenues vivre en tant que laïques dans le monde. Parmi le petit pourcentage de religieux qui restaient, beaucoup commencèrent à modifier et finalement à abandonner complètement leur habitude, de façon à ne plus apparaître du tout différents du reste des laïcs. Il n’est même pas nécessaire de jeter un coup d’œil aux statistiques pour prouver ce point. Toute personne de plus de 60 ans se souviendra sans doute de l’époque où l’on pouvait voir des religieuses partout : enseignant, soignant, marchant dans les rues, etc. Il y en avait aussi beaucoup d’autres qui restaient derrière des grilles, invisibles pour les hommes mais qui, par la prière et la pénitence, apportaient une aide des plus bénéfiques à tous.

Que reste-t-il de tout cela aujourd’hui ? Très peu de choses. La majorité des religieuses sont âgées, la moyenne d’âge dans de nombreux pays étant bien supérieure à 60, voire 70 ans. Malgré le fait que ces communautés s’éteignent déjà lentement, le pape François semble déterminé à accélérer leur disparition avec les mesures dramatiques imposées par le document “Cor Orans”.

Un archevêque sage a dit un jour :

« Pour le bien de notre Église bien-aimée, d’autres monastères doivent être fondés. L’Église ne se remettra jamais de la crise actuelle sans les monastères, sans la vie contemplative et sans l’exemple des moines et des moniales qui consacrent leur vie entièrement à la prière et à l’intercession. »

Il est clair que si le battement du cœur de l’Église est arrêté, le Corps mystique du Christ ne pourra inévitablement pas survivre, tout comme il est évident que si l’on prive une personne de nourriture et d’eau, elle ne peut pas rester en vie longtemps. Ceux qui travaillent à la destruction de la vie religieuse contemplative ne peuvent pas en même temps travailler pour le bien du Corps Mystique du Christ. C’est impossible. Sans aucun doute, ils considèrent ces religieux qui n’offrent aucun service actif et visible à la société de la même manière que certains autres considèrent les personnes âgées, infirmes ou handicapées. Ils les considèrent comme ayant déjà rempli leur mission dans la vie, restant inutilement un fardeau pour la société, et donc comme des anachronismes inutiles prêts à être éteints. Dans presque tous les cas, il s’agit également de convoitise. Hilary White a montré clairement que ce cas ne fait pas exception.

De pauvres individus malavisés, qui accordent plus de valeur à l’argent qu’à la prière ! Le temps viendra où ils réaliseront qu’en poursuivant l’un au détriment de l’autre, ils ont tout perdu, y compris leur âme.

Chers lecteurs, ne soyez pas choqués ou scandalisés par ces paroles. Jésus a dit : “Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. C’est pourquoi vous les reconnaîtrez à leurs fruits” (Mt.7:19-20).

Les fruits de Vatican II et ses suites du modernisme sont de mauvais fruits. Et comme un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits, il est logique de conclure que les loups sont entrés dans le troupeau pour disperser et détruire. Le chaos, la confusion et la destruction sont l’œuvre du diable. L’œuvre de Dieu apporte la paix et l’unité.

Jésus nous le dit clairement : “Aucun homme ne peut servir deux maîtres. Car soit il haïra l’un et aimera l’autre, soit il soutiendra l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir Dieu et Mammon” (Mt 6,24).

Malheureusement, depuis le Concile Vatican II, les dirigeants de l’Église n’ont pas tenu compte de cet avertissement. Ils ont ouvertement cherché à unir l’Église et le monde – non pas à la manière catholique, en promouvant et en adhérant aux enseignements de l’Évangile, mais en adaptant l’Église pour qu’elle s’adapte au monde. Aujourd’hui, leur objectif n’est donc plus d’obtenir la conversion de l’humanité par la prédication et la prière ; ils n’accordent donc aucune valeur aux religieux contemplatifs, dont le but premier est la prière. Ils ont abandonné la vision catholique pour la vision du monde, qui ne s’intéresse qu’au bien-être temporel de l’homme. Saint Jacques fait référence aux hommes qui tentent d’unir l’Église au monde en la séparant du Christ, son Époux, dans les termes suivants “Adultères, ne savez-vous pas que l’amitié de ce monde est l’ennemi de Dieu ? Quiconque donc sera ami de ce monde devient ennemi de Dieu” (Jc 4,4).

La lettre officielle composée en 2015 par le cardinal João Braz de Aviz, l’un des principaux responsables des communautés religieuses, est révélatrice. Il souhaite que l’accent soit mis sur les œuvres sociales comme “l’accueil des réfugiés et des pauvres” et critique les religieux qui restent attachés à leur habit, à leur façon de prier et aux autres traditions reçues de leurs fondateurs, pour une “tendance à donner de l’importance à certaines choses qui ne sont pas si importantes, en donnant peu d’importance à d’autres choses qui comptent vraiment”. Comme ces récents documents s’adressent particulièrement aux religieuses contemplatives, qui accordent une grande importance à la prière sans pour autant rendre de services actifs de charité au public, c’est clairement leur vocation particulière que ce cardinal critique.

Tu as fait de nous une contradiction pour nos voisins : et nos ennemis se sont moqués de nous.
-Ps.79:7


Israël, le peuple élu de Dieu auquel ce psaume fait référence sous la figure d’une vigne, est généralement compris comme une figure de l’Église catholique. Cependant, il existe une prière à Sainte Thérèse basée sur ce psaume, bien connue des carmélites, dans laquelle l’Ordre du Carmel est désigné comme cette vigne. Après avoir parlé de l’ancienne gloire de la vigne plantée par Dieu, le psalmiste poursuit (vv. 13-14) :

Pourquoi en as-tu abattu la haie, pour que tous les passants l’arrachent ? Le sanglier du bois l’a ravagée, et une bête sauvage singulière l’a dévorée.

Nous assistons certainement aujourd’hui à l’accomplissement de ces paroles, tant au Carmel (et dans tous les ordres contemplatifs) qu’au sein de l’Église à plus grande échelle.

Le seul espoir pour la survie du “cœur priant” de l’Église est de reconnaître que tant que le Vatican est rempli d’hommes avides de la mort de l’Église, il est vain d’espérer qu’il sera bénéfique de lui demander reconnaissance et approbation. Autrefois, on pouvait être sûr que l’approbation de Rome signifiait l’approbation de Dieu. Aujourd’hui, nous sommes obligés de choisir entre les deux. C’est une question de vie ou de mort.

Considère que j’ai mis devant toi aujourd’hui la vie et le bien, et d’autre part la mort et le mal […] … J’appelle le ciel et la terre à témoigner en ce jour, que j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis donc la vie, afin que toi et ta postérité viviez.
-Dieu 30:15,19




[1] Il s’agissait d’une nouvelle branche des carmélites OCD, qui avait reçu un don de terrain et de fonds ainsi qu’un permis de construire complet pour commencer une nouvelle fondation et qui avait déjà deux novices voilées blanches ; néanmoins, en raison du manque de religieuses professes pour porter le nombre à cinq, selon les nouveaux documents du Vatican, on leur a dit de mettre fin au projet et de retourner à la maison mère.

(Traduction site "abbatah.com" page 5407)
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6340
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 février 2020 Empty Re: News au 17 février 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 17 Fév - 11:25


News au 17 février 2020 Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2020-02-15%2Ba%25CC%2580%2B19.03.05

L’économiste américain, Jeffrey Sachs, partisan avoué du contrôle de la population, a annoncé au Vatican le nom de certains partenaires financiers potentiels du Pacte mondial pour l’éducation que le pape François lancera le 14 mai prochain en vue de créer un « nouvel humanisme ». Sur la liste – présentée sur écran lors d’un atelier sur ledit Pacte organisé à l’Académie pontificale des sciences les 6 et 7 février derniers – figurent le milliardaire américain Bill Gates, le magnat des affaires le plus riche de Chine, Jack Ma, Mukesh Ambani, patron de la plus grosse société pétrochomique de l’Inde et l’homme le plus riche d’Asie, l’UNESCO et plusieurs autres agences des Nations Unies, ainsi que la Banque islamique de développement.

Une grande partie des informations et des développements de cet article sont repris dans l’excellent article publié hier par Diane Montagna sur LifeSiteNews, en particulier le compte-rendu de son très révélateur entretien avec Mgr Sanchez Sorondo, organisateur de l'atelier.

Entre l’éducation et la réduction de la fertilité, il y a un lien que les malthusiens contemporains soulignent volontiers. Le propre chancelier de l’Académie pontificale des sciences, Mgr Marcelo Sanchez Sorondo, avait affirmé lors d’un précédent colloque sur la biodiversité – où il n’avait pas hésité à inviter des partisans de premier plan de la contraception et de l’avortement – que les femmes ayant un plus haut degré d’instruction ont en moyenne moins d’enfants que les autres. Il présentait cela comme une sorte de solution éthique pour que les femmes « aient un ou deux enfants au lieu de sept ».

Notez qu’un tel taux de fécondité serait globalement suicidaire : pour remplacer les générations dans les pays développés, il faut 2,1 enfant par femme, nettement plus dans les pays pauvres. Même là où mortalité maternelle et infantile sont peu importantes, ce sont les familles nombreuses qui doivent compenser l’absence d’enfants chez les femmes qui pour diverses raisons ne peuvent ou ne veulent en avoir.

Sachs et plusieurs de ces bailleurs de fonds potentiels mettent également l’éducation en avant comme un moyen essentiel pour réduire à terme la population mondiale, au motif que les couples – et surtout les femmes – instruits ont des bébés plus tard et comprennent l’avantage matériel qu’il peut y avoir à avoir moins d’enfants.

Les ambitions du Pacte mondial pour l’éducation sont extrêmement élevées. Jeffrey Sachs a ainsi déclaré qu’il avait « parlé avec certaines des personnes les plus riches du monde » : il se dit convaincu de la possibilité de faire abonder un fonds pour l’éducation à hauteur de 26 milliards de dollars par an.

« Voici où nous allons trouver les fonds », a-t-il proclamé en présentant une diapositive intitulée « Partenaires pour le Pacte mondial pour l’éducation et un nouveau fonds pour l’éducation ». En voici la transcription :

Gouvernements donateurs
L’Union européenne
Les grands philanthropes (Bill Gates, Jack Ma, Mukesh Ambani)
Banque islamique de développement
UNESCO, UNICEF, autres agences des Nations unies
Fonds monétaire international
Les promoteurs des ODD du Secrétaire général de l’ONU
L’ONG Global Citizens
« Youth for the Future »

La plupart de ces financeurs potentiels se distinguent par leur hostilité militante à l’égard des principes du catholicisme : on les retrouve généralement à travers le monde dans les entreprises de promotion de la « santé reproductive ». Parmi leur nombre : le programme 2030 des Objectifs du développement durable (ODD) de l’ONU.

« Global Citizens » se présente comme un « mouvement de citoyens » ayant pour objectif de combattre l’extrême pauvreté. Ses leaders, financiers et artistes sont un véritable catalogue des grands de ce monde. Cette ONG milite pour les « droits gays » et a félicité le Canada pour son action en faveur de « l’avortement sûr ». Parmi ses sponsors, pas une seule institution ou association caritative catholique.

Outre ses entretiens apparemment fructueux avec Bill Gates, Jack Ma et Mukesh Ambani, ainsi que les responsables de la Banque islamique de développement, Jeffrey Sachs a évoqué ses pourparlers avec le Fonds monétaire international. Il estime donc pouvoir compter sur le FMI qui l’a assuré, dit-il, de son « engagement total » au service du Pacte. Le conseiller du pape François en matière de « changement climatique » a également annoncé aux participants à l’« Atelier sur l’éducation : le Pacte mondial » que l’ONG Global Citizens comprend « de nombreuses stars du rock et certains des artistes les plus célèbres du monde ».

Mieux : Greta Thunberg et d’autres jeunes sont « prêts à s’y joindre ». Youpi !

Jeffrey Sachs a en outre déclaré qu’en consacrant 26 milliards de dollars à l’Afrique on pourrait de « scolariser tous les enfants africains jusqu’au niveau secondaire ». Avec les programmes d’éducation de l’UNESCO ?

« Le pape François est notre plus grand mobilisateur de (vie) décente dans le monde, et lorsque le pape François appelle à un Pacte mondial pour l’éducation, profitons de l’occasion pour mobiliser le financement de base afin que cela devienne une réalité, et pas seulement une grande idée », a-t-il lancé aux participants.

Jeffrey Sachs, désormais figure incontournable des réunions de l’Académie pontificale des sciences, a également déclaré : « Je crois que si nous nous recommandons du pape François, avec son leadership unique au monde, pour aller chercher ces fonds, si chacun d’entre nous va frapper à la porte de son milliardaire préféré, de ses voisins, des gens qui peuvent faire la différence, nous y arriverons, même d’ici au mois de mai. »

Sachs a ajouté que « certaines personnalités les plus riches du mondeé veulent être à Rome lors du lancement du Pacte mondial pour l’éducation de mai 2020. « Mais je pense qu’il faut clarifier le fait qu’une partie de l’objectif n’est pas seulement le merveilleux but de l’amélioration du contenu, mais qu’il s’agit en fait de faire en sorte que les enfants aient une salle de classe et un siège pour qu’ils puissent bénéficier de ce contenu. »

Si l’objectif d’offrir une éducation de qualité aux enfants du monde entier est incontestablement noble, note Diane Montagna, il est souvent assorti de conditions.

Jeffrey Sachs préconise depuis longtemps la réduction de la population, en particulier en Afrique subsaharienne, en éduquant les filles à « la santé sexuelle et reproductive, et sur les options de contraception ». Il est lui-même favorable à l’avortement légal, en particulier pour réparer les ratés de la contraception.

D’ailleurs, le « lien de causalité » entre le niveau d’éducation et le contrôle de la population a été soulevé lors de cet atelier de deux jours à l’Académie pontificale des sciences.

Dans un exposé sur « l’interaction de l’éducation avec la santé et la démographie de la population », David E. Bloom, professeur d’économie et de démographie à Harvard, a souligné comme un élément positif le fait que l’éducation « réduit les taux de fécondité et de croissance de la population ».
Le développement de l’éducation « est probablement mieux abordé de manière multisectorielle, par un mélange de politiques de santé, de population et d’éducation – en particulier celles qui promeuvent la santé des enfants comme les soins prénataux, la vaccination des enfants et les investissements dans les infrastructures d’eau et d’assainissement des écoles », a-t-il ajouté.

Bloom a cependant évité d’exprimer en ce lieu sa conviction – développée de longue date – selon laquelle la promotion de l’éducation implique également, selon ses propres termes, de fournir « un accès accru aux services de planification familiale » et de « répondre aux besoins considérables non satisfaits en matière de contraception », ainsi qu’il l’écrivait dans une tribune publiée par le New York Times en mai 2011.

Il y affirmait que le « défi de taille » de la croissance démographique en Afrique (selon ses estimations, les femmes africaines ont 4,5 enfants en moyenne) implique également de « modérer les taux élevés de fécondité désirée » observés sur une grande partie du continent. Cela « se produira naturellement à mesure que le statut et l’éducation des femmes s’amélioreront et que les couples reconnaîtront de plus en plus qu’ils seront mieux lotis avec des familles moins nombreuses », écrivait-il.

L’annonce par Jeffrey Sachs que Bill Gates était un partenaire financier potentiel pour le Pacte mondial pour l’éducation du pape François a été suivie quelques jours plus tard, le 10 février, par la publication de la lettre annuelle de la Fondation Bill et Melinda Gates annonçant que « la crise climatique et l’égalité des sexes » sont devenues des priorités pour leurs futurs dons « philanthropiques ».

Melinda Gates affirme dans cette lettre qu’elle veut concentrer ses propres efforts sur l’égalité des sexes, y compris les « droits reproductifs ». « Mon parcours d’engagement public a commencé avec le planning familial », écrit-elle. « Il y a plus de 200 millions de femmes dans les pays en développement qui ne veulent pas tomber enceintes mais qui n’utilisent pas de contraceptifs modernes. »

Elle y déclare en outre  que sa fondation, qui travaille en étroite collaboration avec Jeffrey Sachs, a depuis lors renforcé ses « engagements en matière de planning familial » tout en développant « des stratégies qui donnent la priorité à l’égalité des sexes ».

Au début de ce mois, Edward Pentin du National Catholic Register a indiqué que le Vatican s’était « rapproché » de la Fondation Gates au cours des derniers mois. Des sources fiables ont indiqué au Register qu’en novembre dernier, le pape François avait reçu Melinda Gates lors d’une audience privée qui n’a reçu aucune publicité.

Dans une interview accordée en 2018, Obianuju Ekeocha, militante pro-vie et auteur de Target Africa, notait que le pape François (à l’instar de Jean-Paul II) avait dénoncé le phénomène croissant des pays, entités et fondations occidentales qui viennent en Afrique avec de l’« aide » et des « dons » assortis de « conditions ».

Mme Ekeocha, une scientifique de la médecine biomédicale née au Nigeria et résidant actuellement au Royaume-Uni, expliquait alors :

« Ils avancent dans leurs projets d’aide humanitaire, nous font des cadeaux, et en même temps essaient de nous amener à nous aligner avec eux sur le plan idéologique sur des questions qui sont assez importantes pour les Africains : des questions comme l’avortement, la contraception, le contrôle de la population, ce qui se passe avec la jeunesse et la sexualité humaine, l’identité sexuelle. (…) Ils introduisent cela dans le cadre de leurs projets d’aide aux pays en développement, et c’est en fait assez dangereux pour nous parce que c’est nous qui sommes leur cible. Non seulement nous recevons l’argent, mais nous recevons aussi tout ce qui va avec, tout ce qui menace maintenant de porter atteinte à notre propre vision et à nos valeurs culturelles. »

Elle ajoutait que l’Église est « en plein cœur de la tempête », identifiant la Fondation Gates comme l’une des principales fondations qui se présentent comme « amie » et essaient de « s’associer avec l’Église, parce que l’Église dispose d’un si grand réseau partout sur le continent africain ». « L’Eglise voit alors des programmes de contraception, des programmes de préservatifs cibler les enfants. Les évêques s’expriment et appellent cela par son nom : de l’impérialisme culturel ou du néocolonialisme idéologique. »

« L’Église doit être le rempart face à ces initiatives », ajoutait-elle.

En 2012, Mme Ekeocha écrivait une lettre ouverte à Melinda Gates en réponse à son plan et à sa promesse de « planter les graines » de son « héritage » – en rassemblant 5 milliards de dollars de promesses – dans 69 des pays les plus pauvres du monde, dont la plupart se trouvent en Afrique subsaharienne, afin d’obtenir que la femme africaine soit moins fertile. La « Lettre ouverte d’une femme africaine à Melinda Gates » est disponible intégralement sur le site du Conseil pontifical pour les laïcs.

Lors de la session du matin de l’atelier du 6 février (avant que Sachs n’ait fait son annonce), Diane Montagna s’est entretenu au nom de LifeSiteNews avec Monseigneur Vincenzo Zani, secrétaire de la Congrégation pour l’éducation catholique, que le pape François a chargé de superviser le Pacte global pour l’éducation.

A la question de savoir qui allait financer cet événement, Mgr Zani a répondu : « Nous recherchons des fondations qui nous donneront un coup de main. Le Vatican n’a presque rien, nous cherchons une aide extérieure. »

Après la conférence de Jeffrey Sachs, LifeSite s’est entretenu dans l’après-midi avec le chancelier de l’Académie pontificale des sciences, l’Argentin Mgr Marcelo Sánchez Sorondo.

Celui-ci a déclaré à LifeSite que l’atelier des 6 et 7 février avait été organisé en réponse à une demande de la Congrégation pour l’éducation catholique et constituait une sorte de réunion consultative sur le contenu du Pacte mondial pour l’éducation. Il a ajouté que l’académie est « très heureuse » de voir l’enseignement obligatoire se répandre dans le monde entier. Mais d’ajouter : « Comme l’a expliqué Jeffrey Sachs, le grand problème est l’argent. Nous n’avons pas l’argent nécessaire. »

Mgr Sánchez a confirmé que les personnes et les organisations citées par Jeffrey Sachs étaient des collaborateurs potentiels du Pacte éducatif. Il a ajouté que « ce n’est rien en réalité pour les personnes qui ont de l’argent réel. »

« Il y a un milliard de personnes sans instruction, et celle-ci est la clé du développement des personnes et de la personne », a-t-il déclaré.

À la question de savoir si le Pacte mondial pour l’éducation est donc un moyen de mobiliser des fonds afin de les orienter vers l’éducation, Mgr Sánchez a répondu : « Cela en fait partie. L’autre question est celle-ci : quel type d’éducation ? »

Le prélat argentin a affirmé que selon le pape François, en matière d’éducation « nous avons besoin du langage de l’esprit » mais aussi « du langage des valeurs, du langage du cœur ». Il est très important, a dit Sánchez Sorondo, d’avoir une éducation qui mette la personne humaine, la dignité de la personne humaine au centre », ainsi que « la question du genre, la question de la femme ».

Il a précisé que le contenu du Pacte mondial pour l’éducation sera particulièrement axé sur les femmes, en partie pour lutter contre les nouvelles formes d’esclavage et de traite des êtres humains.

Le chancelier de la PAS a également déclaré qu’il espérait que le Pacte se focalisera sur « la vérité qui vient des sciences », telles que « le changement climatique » et « l’évolution ». Soit deux théories…

Sánchez Sorondo a également reconnu que la relation entre le Pacte mondial pour l’éducation et la réalisation des objectifs de développement durable pour 2030 est « très étroite », mais il a ajouté que « le pape veut mettre davantage l’accent sur la question des valeurs et de l’éthique, et sur la question de la femme. En ce sens, il y a des différences ».

Diane Montagna a alors rappelé que ce certains ODD, notamment ceux concernant l’égalité des sexes, la santé et l’éducation, sont en contradiction avec l’enseignement de l’Église. En particulier, a-t-elle rappelé, les Nations unies aimeraient former les filles africaines à l’utilisation de la contraception, et leur conseiller d’avorter si elles tombent enceintes et ne veulent pas garder leur bébé. Rappelant également l’enseignement des Écritures sur le combat entre le monde et l’Église, elle a demandé à Mgr Sánchez comment l’Église pouvait collaborer avec les Nations unies sur cette question.

« Ça, c’est typique du peuple américain, en particulier de la droite : exagérer idée selon laquelle l’avortement est inclus dans ces objectifs, et ce n’est pas vrai », a-t-il rétorqué.

Diane Montagna lui a alors fait remarquer que les organisations que Sachs pressent comme partenaires financiers du pacte sont les mêmes que celles contre lesquelles Ekeocha et d’autres se battent parce qu’elles font la promotion de la contraception et de l’avortement auprès des populations africaines, et ceci contre leur gré.

Réponse de Mgr Sanchez Sorondo : « Oui, mais cela dépend du pays. Cela ne dépend pas des Nations unies, c’est la question. Les Nations unies ne sont pas favorables à l’avortement. Peut-être certains des bureaucrates, mais ce n’est pas dans les documents. Les documents ne parlent pas de l’avortement. »

Confronté au fait que l’ONU a recours au langage des « droits reproductifs » et de la « santé reproductive » pour signifier la contraception et l’avortement, Mgr Sorondo a une fois de plus nié. « C’est une question typique. Ils ne disent pas cela », a-t-il dit.

Mais ils le font – et même explicitement. L’ODD 3 de l’ONU sur la santé vise à « élargir l’accès aux méthodes modernes de contraception » d’ici à 2030, et présente cela comme « essentiel pour assurer l’accès universel aux services de santé sexuelle et reproductive ».

L’ODD sur l’égalité des sexes (5.6.1) vise, d’ici à 2030, à « assurer l’accès universel à la santé sexuelle et reproductive et aux droits reproductifs », y compris « l’utilisation de la contraception » et « les soins de santé » – terme que la Fédération internationale Planned Parenthood utilise volontiers pour désigner l’avortement.

L’ODD sur l’éducation (4.7) vise à garantir que « tous les apprenants acquièrent les connaissances et les compétences nécessaires pour promouvoir… des modes de vie durables (et) l’égalité des sexes ». Selon des économistes comme Sachs et Bloom, la réduction de la fécondité des femmes africaines est essentielle pour atteindre cet objectif.

Mais les « droits reproductifs » renvoient à la famille selon l’interprétation de l’Église », a insisté Mgr Sánchez. « Nous pouvons avoir une interprétation et pas l’autre ».

D’où la question de savoir comment l’Eglise pourra garantir qu’un pacte d’éducation financé par les personnes et les organisations figurant sur la liste de Sachs ne conduira pas à ce que les filles africaines reçoivent un enseignement sur la contraception et l’avortement.

Mgr Sánchez a répondu en rappelant une rencontre qu’il avait eue avec un prêtre catholique en 1971 à l’université du Latran. Mgr Sánchez a déclaré que le prêtre lui avait dit que « la solution au problème de la reproduction est la nécessité pour la femme d’étudier, car ayant étudié, elle aura un esprit critique, et lorsqu’elle se mariera, elle sera plus intelligente et n’épousera pas le premier venu. Ensuite, elle pourra avoir un ou deux enfants, mais pas plus. »

« C’est la vérité », a dit Sanchez Sorondo en riant.

Oui, en riant…

Diane Montagna a insisté auprès du prélat sur le problème de la participation aux ateliers de personnalités tel David Bloom, qui souligne le « lien de causalité » entre l’éducation et le contrôle de la population, notamment à la lumière des écrits et des déclarations de Jeffrey Sachs sur la nécessité de réduire la fécondité en Afrique.

« Pas ici », a rétorqué Mgr Sánchez à propos des déclarations de Sachs. « C’est un autre mythe » que Jeffrey Sachs soutienne la contraception et l’avortement en Afrique, a-t-il ajouté.

En 2011, Sachs déclarait à CNN que l’éducation est l’un des meilleurs moyens de parvenir à une baisse « volontaire » de la fécondité. Et dans son ouvrage de 2015, The Age of Sustainable Development, il préconisait d’instruire les filles en Afrique sub-saharienne quant à  « la santé sexuelle et reproductive, et sur les options de contraception ».

Interrogé sur la sagesse de conclure un pacte éducatif avec des personnes dont la vision des ODD prévoit d’inonder les Africains de contraceptifs et d’entreprises de lobbying pour l’avortement légal, Sánchez Sorondo a rétorqué que « l’Église a une politique complètement différente ».

Le pape François n’est d’accord qu’« en partie » avec l’objectif d’éducation des ODD, car « il n’y a rien à propos des valeurs », a déclaré Sánchez Sorondo, qui a ajouté avoir « critiqué » Jeffrey Sachs « à de nombreuses reprises » pour « ne pas avoir mis la famille au centre » de ses objectifs.

Interrogé sur la manière dont le Vatican va garantir, dans le cadre du Pacte mondial pour l’éducation, que les filles africaines soient informées de la véritable signification de la famille et non de la contraception, Mgr Sánchez a répondu que l’« accord » vise à « garantir ces choses ». C’est, selon lui, la « différence entre l’accord du Pape et l’accord des Nations unies ».

Interrogé sur le fait de savoir s’il pensait que Melinda Gates serait d’accord avec cela, Sánchez a répondu « non ». « Nous n’avons pas d’accord avec Melinda Gates », a-t-il déclaré. « C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas l’argent de ces gens ».

Lorsqu’il a été souligné que Jeffrey Sachs avait inscrit la Fondation Gates et d’autres organisations pro-contraception et pro-avortement sur la liste des bailleurs de fonds potentiels du Pacte mondial pour l’éducation, le prélat a affirmé que ces partenaires étaient « pour les objectifs [de Sachs] ».

Lorsqu’on lui a fait remarquer que Sachs avait intitulé sa liste « Partenaires pour le Pacte mondial pour l’éducation et un nouveau fonds pour l’éducation », Mgr Sánchez a répondu : « Je ne sais pas, mais il est clair que le pape est contre cela ; le pape l’a dit, à maintes reprises. »

« Beaucoup d’Américains nous critiquent pour les mêmes raisons. Alors pourquoi le pape collaborerait-il avec ces gens ? », a-t-il demandé, perplexe.

Et Diane Montagna de répondre :

« Je ne sais pas. Nous voyons qu’il y a une coopération croissante entre les Nations unies et le Vatican. Saint Paul parle de l’inimitié entre l’Église et le monde. Les valeurs de l’Église catholique ne sont souvent pas en accord avec les valeurs de ces organismes supranationaux, comme les Nations unies. Nous ne voulons pas donner l’esprit de nos enfants aux Nations unies pour que celles-ci les éduquent. Car que vont-ils leur enseigner ? Si j’avais une petite fille, on lui enseignerait qu’à 13 ou 14 ans, elle peut être sous contraception. Et on ne lui apprendra rien sur la famille. On lui apprendra qu’elle a des “droits”. »

« Alors, quelle est la solution pour vous, ne collaborer en rien avec quoi que ce soit ? », a rétorqué Sánchez Sorondo.

Lorsque Diane Montagna lui a répondu que la solution est la clarté et que les catholiques pratiquants voient bien qu’une bataille fait rage à propos de la famille, il a répondu : « Désolé, quelle est la solution, ne pas parler avec ces gens ? Dire : nous ne voulons pas parler avec vous, vous êtes complètement entre les mains du diable ? »

Lorsqu’elle a répété que l’Église et l’Académie pontificale avaient besoin de clarté, il a insisté : « C’est très clair, il n’y a aucune ambiguïté. Jeffrey Sachs connaît parfaitement notre position. Parfaitement. »

Il reste donc à savoir si les organisations pressenties au nom du Vatican par Jeffrey Sachs vont ouvrir leur tiroir-caisse. Car on le sait bien : qui paye décide.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6340
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 février 2020 Empty Re: News au 17 février 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 17 Fév - 21:45

fr.news17 février 2020

Un prêtre, membre de la Curie du Vatican, veut se réconcilier avec la franc-maçonnerie - mais est lui-même maçon


News au 17 février 2020 Jikwrc8ipaoxw03sfmyy3dh6v18825jxbwpfkjm

Il est possible d'être catholique et franc-maçon, car les francs-maçons ne sont « certainement pas » excommuniés, a affirmé le père Michael Weninger, 68 ans, lors d'une présentation de son livre "Loge et autel" le 11 février à Vienne.

Weniger a été ordonné en 2011 par le cardinal Schönborn. Il est veuf, ancien diplomate et membre du Conseil pour le dialogue interreligieux.

Weninger a présenté son livre de 500 pages en compagnie du Grand-Maître autrichien Georg Semler. François, Schönborn et de hauts fonctionnaires du Vatican en ont reçu des exemplaires. La réponse de Schönborn a été « rien que de la bonne volonté ».

La Loge des Maîtres Maçons de la Marque n° 1954 autrichienne écrit (Wordpress.EastLancsmark.org, 14 octobre 2014), que Weninger est lui-même maçon.

Le jour de l'ouverture de cette loge en 2014, Weninger a présidé une eucharistie à laquelle ont assisté « la plupart des maçons présents de toutes les confessions ».

Ce jour-là, le « Frère Révérend Michael » a été installé et investi en tant que « chapelain » (sic !) dans chacune des trois loges Cérémonies d'installation.

[Rappelons que depuis le code conciliaire de 1983, l'excommunication des francs-maçons a disparu. Donc... un conciliaire peut être maçon, mais je précise, certainement pas un catholique !
>>> La Franc-Maçonnerie définitivement démasquée par Léon XIII
>>> La SAINTE VIERGE CONDAMNE la FRANC-MAÇONNERIE : HISTOIRE de NOTRE-DAME du BON-SUCCÈS ]
News au 17 février 2020 0ottzhxu21b951bnqi8l6ctup6xd8zmpnk58649
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6340
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 février 2020 Empty Re: News au 17 février 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 17 Fév - 21:58

fr.news17 février 2020

Un diocèse oblige le cardinal Burke à annuler la messe traditionnelle

News au 17 février 2020 C0rgk5avct7hv43n0gesfgk44fc8xqdd58siis0

Le cardinal Raymond Burke devait célébrer une messe traditionnelle le 15 février dans la cathédrale d'Ostuni, en Italie.

Puis, le diocèse local de Brindisi a commencé à intriguer, rapporte LaNuovaBq.it.

Le recteur de la cathédrale a exigé que la messe soit célébrée en privé et à huis clos. Seuls les organisateurs, quelques hommes d'affaires, ont été autorisés à y assister.

C'est alors que Burke a « choisi » d'annuler la messe.

[Les mots sont impuissants pour commenter une telle action, sinon que la conciliaire ressemble de plus en plus à un parti communiste !]
News au 17 février 2020 D35b42f47bpmhid1ycz7hphxwgefm7gg9viw9bj
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6340
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 février 2020 Empty Re: News au 17 février 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 17 Fév - 22:08

fr.news17 février 2020

Un cardinal a exprimé une critique prudente : Maintenant, on le poursuit

News au 17 février 2020 U9wlscpnti2xspw56c5f2unhyfx1fw94sv6lvm0

L'ancien oligarque et journaliste allemand Kurt Gerhardt a lancé une pétition en ligne contre le cardinal de Cologne Rainer Maria Woelki.

La raison : Woelki a osé critiquer le synode allemand.

Avec les mots « Je suis un démocrate convaincu » (Rundschau-Online.de, 14 février), Gerhardt veut interdire à Woelki d'exprimer ses opinions.

Gerhardt pense que la protestantisation de l'Église, selon les propositions faites au Synode allemand, empêchera les gens de quitter l'Église.

Il n'explique pas pourquoi les mêmes mesures n'ont pas eu d'effet bénéfique sur les protestants qui les ont introduites il y a longtemps.

Gerhardt sait qu'il n'est pas un « combattant solitaire ». Il a les médias oligarques derrière lui qui font maintenant connaître sans critique son initiative qui vise à supprimer la « discussion » que le synode a présentée comme son objectif présumé.

[Le synode allemand peut aller de l'avant : l'Antéchrist l'y pousse.]
News au 17 février 2020 Sk12pd8ohe4hwhl2c2n1wr1k5hdnnl643akgwkk
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6340
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 février 2020 Empty Re: News au 17 février 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 17 Fév - 22:53

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6340
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 février 2020 Empty Re: News au 17 février 2020

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum