-29%
Le deal à ne pas rater :
Griffoir Lion pour chat
9.99 € 13.99 €
Voir le deal
-12%
Le deal à ne pas rater :
Caméra sport GOPRO HERO 8 BLACK
379.99 € 429.99 €
Voir le deal

News au 17 mars 2020

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty News au 17 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 17 Mar - 7:52

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6367
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty Re: News au 17 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 17 Mar - 7:56



Dernière édition par Gilbert Chevalier le Lun 23 Mar - 9:27, édité 2 fois
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6367
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty Re: News au 17 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 17 Mar - 10:44

- 1 -
News au 17 mars 2020 W99v3z7gfva7diz06dfgguq0ueq4awaet96oeiz


Maintenant, ça devient intéressant...

Mgr Jan Paweł Lenga est l'ancien évêque du diocèse de Karaganda, au Kazakhstan. Dans le passé, il a fait la une des journaux en rédigeant une lettre ouverte sur la crise de l’Église (2015) et en cosignant la Profession des vérités immuables sur le mariage sacramentel (2018) ainsi que la Déclaration des vérités relatives à certaines des erreurs les plus courantes dans la vie de l’Église de notre temps (2019).

Lenga a pris sa retraite de Karaganda en 2011 et s'est installé en Pologne, où il réside toujours aujourd'hui, dans le diocèse de Włocławek. Maintenant, l'ordinaire local de là-bas, Mgr Wiesław Mering, lui a interdit de dire publiquement la messe, de prêcher et de contacter les médias, selon un rapport du site polonais d'information eKAI, publié le 20 février.

La raison : Lenga ne reconnaît plus François comme le Pape de l'Église catholique, optant plutôt pour le pape émérite Benoît XVI, dont il estime que la démission n'était pas valide. Dans sa lettre ouverte de 2015, Lenga avait déjà fait allusion à cette position, en disant : « Il est difficile de croire que le pape Benoît XVI ait librement renoncé à son ministère en tant que successeur de Pierre. »

Le 24 février, la British Tablet a publié un rapport à ce sujet, qui peut être consulté dans son intégralité ici et dont voici quelques extraits :

« L'ancien archevêque de Karaganda au Kazakhstan, Jan Lenga, a été interdit de prêcher et de célébrer la messe par l'Église polonaise pour avoir décrit le pape François comme l'Antéchrist et avoir refusé de l'inclure dans les prières.

L'agence KAI a déclaré que Lenga avait « émis des revendications controversées sapant l'autorité du pape François régnant, et refusant de le nommer pendant les messes ». Elle a ajouté que l'interdiction d'apparaître en public avait été imposée par l'évêque Wieslaw Mering de Wloclawek et qu'elle resterait en vigueur jusqu'à ce que le Vatican annonce de nouvelles restrictions.

Dans une interview présentant son livre, qui circule toujours en polonais sur YouTube, [Lenga] a déclaré qu'il reconnaissait toujours Benoît XVI comme Pape et qu'il avait supprimé le nom de François « usurpateur et hérétique » de ses intentions de prière à la messe.

« Bergoglio ne confirme pas dans la foi et ne la transmet pas aux autres, il égare le monde », a déclaré l'archevêque, qui a suivi une formation sacerdotale secrètement en Lettonie et en Lituanie alors sous domination soviétique et a été nommé premier évêque du Kazakhstan en 1991 et archevêque de Karaganda en 1999. « Bergoglio proclame des contre-vérités et des péchés, et non la tradition qui dure depuis 2000 ans... Il proclame la vérité de ce monde, qui est précisément la vérité [du] diable. » »
(Jonathan Luxmoore, "Polish church silences Kazakhstan bishop", The Tablet, 24 février 2020)

Comme il ressort clairement de ce rapport, le Vatican pourrait encore imposer des sanctions supplémentaires, même si les Bergogliens n'ont peut-être pas intérêt à ce que cela fasse l'objet d'une plus grande publicité.

En rejetant François, Lenga est en désaccord avec son compatriote Athanasius Schneider, qui croit que le magistère d'un Pape peut contenir toutes sortes d'hérésies et d'erreurs, et quand c'est le cas, les fidèles doivent le comprendre et refuser au Pontife romain leur soumission, de peur d'être entachés par ce qu'il enseigne. Et cela pour « empêcher les portes de l'enfer de s'ouvrir ».

Après Henry René Gracida de Corpus Christi, au Texas, Lenga est maintenant le deuxième évêque à déclarer publiquement qu'il ne reconnaît pas François comme le Pape de l'Église catholique et qu'il croit plutôt que Benoît XVI est le pontife romain légitime.

Nous encourageons Lenga et Gracida à se familiariser avec les faits concernant Benoît XVI afin de pouvoir le rejeter lui aussi pour avoir été un faux pape comme son non-glorieux successeur, bien qu'avec plus de style.

[Ajoutons que Lenga est le consécrateur de Schneider (qui curieusement ne parle jamais de son consécrateur, et pour cause, puisqu'il a pris une voie toute différente en n'admettant pas la doctrine catholique sur le cas d'un pape hérétique), qu'il a été ordonné prêtre secrètement sous le régime soviétique dans les années 1980 par un évêque sacré du temps de Pie XII, qu'il a envoyé une lettre à Benoît XVI en 2005 pour l'inviter à mettre de l'ordre dans l’Église spécialement dans les nominations d'évêques, ce qui lui a valu son rejet inexpliqué en 2011 par ce même Benoît XVI qui lui a demandé d'être émérite alors que Lenga n'avait que 60 ans. Il est curieux de voir qu'il est peu parlé de lui dans les médias tradis et que le franc-maçon de droite Daoudal le qualifie de « répugnant » et « déséquilibré », attribuant ainsi à cet archevêque courageux ce que le dit Daoudal est lui-même. On n'est pas forcé de suivre Lenga sur sa théorie de Benoît XVI comme Pape, théorie d'ailleurs que soutient Antonio Socci, mais il faut reconnaître qu'il est le premier a avoir dit cette parole mémorable à propos de Bergoglio : « L'ANTÉCHRIST EST ICI ! » ]
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6367
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty Re: News au 17 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 17 Mar - 11:04

- 2 -
Le VÉRITABLE BUT INAVOUÉ

Nous sommes en guerre, a dit Macron. Mais en guerre contre qui, s'il vous plaît ? Contre un ennemi qui n'existe pas. En effet, le virus couronné n'est guère pus dangereux que celui de la grippe. C'est comme si Macron disait : « Nous sommes en guerre contre la grippe, et pour cela tout le monde doit se calfeutrer et toute l'économie s'arrêter. » Dites-moi : Cela a-t-il du sens ? Bien sûr que non. Eh bien, contre le virus couronné, c'est la même chose. Il y a donc un but inavoué à ce carnaval qui ne rime à rien. Mais quel est ce but ? Voici !

Étant donné que les effets sont disproportionnés par rapport à la cause, il y a quelque chose derrière tout cela : il faut mettre l'économie mondiale par terre afin de déclarer la planète en danger. Une fois ce but atteint, il faut quelqu'un pour sauver la planète, et ce quelqu'un, c'est l'Antéchrist. En quelques mots j'ai tout dit. Attendons pour voir si l'avenir me donnera raison.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6367
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty Re: News au 17 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 17 Mar - 16:55

- 3 -
News au 17 mars 2020 Bergog15

    Où sont passés les guides moraux ? La rime de la "pandémie apocalyptique" : nous vivons dans un total "désert culturel et religieux" avec des politiciens et des journalistes asservis aux grandes banques et un clergé post-catholique inexistant. 

[Ce qui est dit ici pour l'Italie vaut aussi pour la France et les autres pays.]

Il y a très peu de certitudes quant à l'urgence du coronavirus, qui touche notre pays avec une intensité particulière, étant donné que nous entendons tout et le contraire de tout. Elle est très dangereuse, non, c'est une influence commune ; elle est d'origine naturelle, non, c'est une arme bactériologique spécialement cultivée ; elle touche presque tout le monde, non, cela dépend de la façon dont vous lisez les données des malades et des décès et même de la façon dont vous faites (ou ne faites pas) les prélèvements ; et ainsi de suite. Ce sont les experts eux-mêmes qui sont en contradiction les uns avec les autres et embarrassés : microbiologistes, virologistes, médecins. Par rapport aux incertitudes, il y a très peu de certitudes. Et pourtant, ceux qui émergent, et qui le font avec une terrible clarté, nous disent que si certaines catégories ont fait et font encore de leur mieux, notamment tout le personnel des hôpitaux, au-delà de tout éloge, d'autres ont complètement manqué à leurs devoirs envers la communauté, ou, pire encore, ils se sont prêtés à aggraver énormément la situation, qu'ils l'aient fait de bonne foi, c'est-à-dire par stupidité et incompétence, ou qu'ils l'aient fait de mauvaise foi, c'est-à-dire en suivant une stratégie anti-nationale précise, en échange d'avantages personnels, économiques ou de carrière.

La première catégorie qui n'a pas bien fait, voire très mal fait, est celle des journalistes. Au moins ceux des grands journaux et des grandes chaînes nationales se sont tous prêtés, du premier au dernier, au projet de semer l'inquiétude et de maintenir la population dans un état de panique permanent, qui, forcée par les réglementations gouvernementales à s'enfermer chez elle, n'avait et n'a souvent pas d'autre confort, d'autre distraction, que d'allumer le bouton de la télévision ou de feuilleter les pages des journaux. Et par l'un et l'autre, ils sont investis, sans cesse, de manière obsessionnelle, par des messages dérangeants, par des alarmes finales, par des avertissements coupables et des charges d'angoisse : Chaque nouveau décès est souligné avec une sorte de satisfaction perverse (au sens journalistique du terme), chaque fois qu'un hôpital se trouve à court d'appareils respiratoires, les paroles angoissées de ses médecins sont reprises et répétées une, dix, cent fois ; et entre-temps, des hommes et des femmes célèbres du monde du spectacle ont été engagés pour émettre des avertissements et des recommandations de rester à la maison, de ne pas tousser, de ne pas toucher les voies respiratoires, de se laver souvent les mains avec un désinfectant, d'utiliser un masque ou des lingettes jetables à chaque éternuement, de rester à au moins un mètre de l'autre (même de la femme et du mari ? et même sous les draps ?), pour faire preuve de responsabilité, ne pas sous-estimer l'urgence, etc, parce que la situation est très grave, le danger est très grave, etc., même si les données cliniques - c'est le point - ne justifient en rien un tel alarmisme, et dans le langage froid des chiffres, elles nous disent que les mesures de précaution prises, à commencer par la fermeture des écoles, sont illogiques et irrationnelles. Pour ne citer qu'un exemple : les enfants tombent rarement malades et ne tombent jamais gravement malades ; les obliger à rester à la maison signifie que leurs parents, occupés par leur travail, les emmènent chez leurs grands-parents ; et puis une situation dangereuse est créée, car les enfants peuvent être des porteurs sains du virus et le virus attaque les personnes âgées, ou celles qui souffrent d'autres maladies, avec une virulence particulière.

Rien dans ce virus n'est substantiellement différent de toute grippe du type le plus courant, si ce n'est la rapidité de la contagion : les complications pulmonaires, ainsi mises en évidence et amplifiées afin de susciter la terreur, sont typiques de toute grippe, car toute grippe, chez un sujet âgé et affaibli, peut dégénérer en pneumonie, ou pire. Et alors ? Nous nous trouvons toujours dans un tableau clinique sans gravité particulière, qui ne justifie en aucun cas la fermeture d'écoles ou de magasins, et encore moins l'assignation à résidence de soixante millions de personnes environ.  Les journalistes portent une très lourde responsabilité dans tout cela : tant par ignorance que pour des raisons beaucoup moins nobles, ils se sont entièrement prêtés à la livraison des propriétaires des journaux, c'est-à-dire les grandes banques, dont le plan de déstabilisation, d'affaiblissement puis, dans une deuxième phase, de dépouillement économique de notre pays par la spéculation et la faillite des entreprises. Personne n'a fait d'exception, à l'exception des quelques braves habituels et déjà connus ; tous les autres ont entrepris, et avec le plus grand zèle, de répéter la rime de l'irrésistible pandémie apocalyptique et d'amplifier autant qu'ils le pouvaient les signaux de danger et les éléments de préoccupation. Tout cela alors que la BCE montrait définitivement son vrai visage, avec la libération de Mme Lagarde qui nous a fait perdre 17% en bourse d'un seul coup, soit quelque chose comme 70 milliards d'euros, un chiffre destiné à monter à plus de 100 dans les prochains jours (et il y a encore quelques belles âmes qui parlent d'une gaffe et non d'un coup de poignard dans le dos infligé en toute conscience et intentionnellement).

La deuxième catégorie qui s'est mal comportée est celle des politiciens. Il aurait été difficile d'imaginer qu'un pays, confronté à un problème de cette ampleur, se retrouve abandonné aux mains de personnes tout aussi misérables et ineptes, voire pire, c'est-à-dire suspectées d'être au service d'intérêts anti-nationaux. À court terme, quelqu'un devrait demander des comptes au PD, par exemple, pourquoi il a voté pour la nomination de Mme Lagarde au poste de président de la BCE ; à moyen terme, quelqu'un devrait demander aux gouvernements italiens de droite et de gauche, depuis 20 ans, pourquoi ils ont réduit les dépenses de santé d'environ quatre fois, nous laissant "à découvert", à l'heure actuelle, avec une capacité de seulement 3 lits tous les 1. 000 habitants (contre 8 en Allemagne et 6,5 en Suisse) ; à long terme, il faudra donc se demander ce qui s'est passé en Britannia en 1992 et pourquoi l'État italien a alors décidé de privatiser, c'est-à-dire de mettre sur le marché, en les donnant pratiquement aux banques étrangères et aux multinationales, les meilleures industries nationales, même celles des secteurs stratégiques.

Sur le comportement des gouverneurs des régions et autres administrateurs locaux qui, en un clin d'œil, sont passés à côté du déni de l'existence, dans leur sphère, de tout symptôme inquiétant et de la nécessité de lancer des mesures d'urgence, pour soutenir et inciter le gouvernement à adopter des politiques de prévention sanitaire même draconiennes, en libérant la police locale et les forces de l'ordre pour qu'elles surveillent et imposent des amendes aux citoyens qui autorisent deux personnes à faire des courses, ou qui ne respectent pas la distance prescrite entre elles, pour mieux répandre un voile de pitié. D'accord, nous ne parlons pas des experts en maladies infectieuses et, en outre, des personnes qui se sont trouvées, comme nous tous, aux prises avec un problème inattendu aux dimensions déconcertantes ; mais c'est précisément pour cette raison qu'ils auraient dû adopter une attitude prudente, parler très peu et, si possible, de manière non contradictoire, en donnant à la population, calmement et de sang-froid, des indications claires, mais aussi raisonnables sur la manière de se comporter, en évitant de passer d'un extrême à l'autre et en laissant de côté toute considération de popularité et de consensus facile : car leur tâche n'est pas de se laisser aller et peut-être de chevaucher les humeurs inconstantes des masses émotionnelles et non informées, mais de garder la tête sur le cou et de montrer la voie à suivre avec prévenance et sens des responsabilités.

 La catégorie qui, cependant, a déçu et, nous pouvons aussi dire, trahi le plus, est celle de ceux qui ont, par statut ou par réputation, le rôle de conscience morale dans la société ; en bref, ceux qui, surtout dans les moments difficiles, devraient trouver les mots justes pour conseiller, réconforter, rassurer, rassurer, montrer un équilibre sain entre le devoir civique de prudence et de responsabilité, et l'habitude mentale de ceux qui acceptent la volonté supérieure et reviennent aux mystérieux desseins de la Providence. Dans cette catégorie, le rôle central appartient, ou plutôt devrait appartenir, au clergé catholique ; mais c'est précisément ce clergé qui, dans l'ensemble, s'est montré totalement absent, totalement en liberté, totalement incapable de montrer la voie, de montrer le chemin, de faire preuve d'une quelconque autorité. Maintenant que l'heure n'est plus aux évêques de pierre et aux prêtres de l'arc-en-ciel, ni même aux aumôniers volants à bord des navires o.n.g. ; maintenant que le thème dominant n'est pas celui des migrants fuyant les guerres et la faim (étrange, cependant : maintenant qu'en Italie il y a le coronavirus, et que les Italiens n'ont plus qu'à penser à la garde des ports et des côtes, ils ne débarquent plus ; vous voulez voir qu'ils n'ont jamais échappé, au moins à 95%, ni aux guerres, ni à la faim, au point qu'ils paient de 3 à 5. 000 euros pour faire le "voyage de l'espoir" ? ), et même pas la Terre Mère, la Pachamama, avec son respect mystique pour l'environnement, pour les cultures tribales, pour les modes de vie indigènes et pour la sorcellerie néo-païenne amazonienne et toute autre hérésie œcuménique et interreligieuse ; maintenant que le sujet à l'ordre du jour est l'emprisonnement chez eux de soixante millions d'Italiens, ce clergé bavard, désinhibé et souvent charlatan n'a plus rien à dire. Coupez les guitares, coupez les micros, arrêtez les déjeuners et les pizzas dans les églises et les basiliques, arrêtez les facéties du locataire de la Casa Santa Marta, ses divagations narcissiques et celles de ses grands et petits imitateurs ; Arrêtez les notes de Bella ciao à la Sainte Messe, ainsi que les signes disant aux racistes de rester dehors, aussi parce qu'il n'y a plus de Messe, et si un prêtre insiste pour la célébrer, voilà que la police arrive et l'interrompt mal, comme cela s'est passé à Cerveteri ; arrêtez l'église sortante, l'hôpital de campagne de l'église, juste au moment où toute l'Italie a été transformée en un seul hôpital, et où il y a un manque de matériel et même de masques (alors que le Vatican en avait donné 700. à la Chine, mais rien ne prouve qu'elle ait fait un seul don à notre pays).

Où est le Saint Louis de Gonzague qui demande et obtient d'aller soigner les malades d'une épidémie, prend la contagion et fait face à la mort sur le terrain, pour rester près des nécessiteux ? Où est le père Damien qui se donne entièrement aux lépreux, prend la lèpre et se fait dévorer par elle, pour rester fidèle à la promesse faite au Seigneur, pour s'occuper des derniers parmi ses brebis ? Nous avons vu les cardinaux qui se sont laissés photographier avec les couturiers, nous les avons vus ; et nous avons vu aussi les cardinaux qui se sont laissés restructurer, à hauteur de millions d'euros, fabuleusement remaniés, prêchant toujours, on le comprend, l'église des pauvres, l'église au service des derniers : mais maintenant que le moment de vérité est arrivé, nous n'avons plus vu personne. D'autre part, les prêtres infidèles peuvent respirer un air de soulagement, ceux qui ne laissent pas leurs paroissiens réciter le Credo, parce qu'ils n'y croient pas ; ceux qui les privent, à leur gré, de la Sainte Messe, même le jour de Noël, par solidarité avec les migrants : ils peuvent être rassurés car, selon toute probabilité, les églises resteront fermées, par la volonté de l'État mais aussi par décision du Pape (autoproclamé), même lors de la récurrence la plus solennelle de l'année liturgique, celle de la Sainte Pâques.

Cependant, ce ne sont pas seulement les évêques et les prêtres qui ont révélé un manque total d'autorité et une incapacité criante à lire les sentiments des fidèles et de toute la population, qui attendaient une bonne parole et ne l'ont pas entendue ; une bénédiction solennelle, et ne l'ont pas reçue ; une lumière d'espoir et ne l'ont pas vue. Tout aussi muets, tout aussi inadéquats, tout aussi incapables ou insensibles ou peu fiables étaient tous les autres dont il était légitime d'attendre ces paroles et ces actes de bon sens, de calme, de bon sens, de confort, qui tomberaient comme la pluie dans un champ frappé par la sécheresse. Nous parlons des intellectuels, des écrivains, des penseurs, de toutes ces personnes qui, à tort ou à raison, se sont taillé un certain nom, une certaine renommée, une certaine autorité ; des gens bien payés pour s'asseoir dans des salons de télévision, pour porter des jugements sur ceci et cela, toujours prêts à recevoir les applaudissements des médias et de l'establishment culturel lorsqu'ils publient un livre, lorsqu'ils font un film, lorsqu'ils montent un spectacle de théâtre ou de musique, lorsqu'ils signent une œuvre architecturale ou un projet d'urbanisme et exploitent l'avantage d'être élevés à la gloire d'un archistar ou du moins d'artistes et d'urbanistes de grande mode, dont les opinions sont écoutées avec un respect religieux et dont les lucubrations, qui dépassent souvent largement le cadre de leur profession et de leurs compétences, sont devenues l'exutoire d'une logorrhée compulsive, d'une personnalité narcissique qui ne peut jamais se taire, n'est plus capable de retenir l'irrésistible pulsion de son ego.

Où ont-ils tous disparu ? La crise actuelle nous a révélé, s'il en était besoin, le désert culturel, intellectuel et spirituel dans lequel nous sommes réduits à vivre, et la profonde misère de nos soi-disant enseignants. Nous avons compris, de ce silence, que nous avons mis sur le piédestal des personnages médiocres, des mercenaires vénaux, des héros en papier mâché. Aucun d'entre eux n'a trouvé le moyen de donner à la communauté une de ces paroles qui réchauffent le cœur et ravivent les énergies languissantes quand on est prostré par les angoisses et les soucis. Aucun d'entre eux n'a montré qu'il méritait le riche salaire et les récompenses élevées qu'il reçoit chaque fois qu'il réalise un épisode télévisé ou qu'il daigne présider un jury littéraire ou donner une interview à un journal. Nous avons découvert, en somme, que le roi est complètement, ignoblement nu, et que nous avions applaudi, pendant des années, sa nouvelle robe faite de rien. Nous avons donc aussi appris quelque chose sur nous-mêmes : sur notre frivolité et notre conformisme incurable. Nous allons devoir tout recommencer, en apprenant à le faire nous-mêmes et en nous appuyant sur des guides moraux d'un tout autre calibre.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6367
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty Re: News au 17 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 17 Mar - 21:43

- 4 -

Sachant que les causes des décès suite aux infections virales de la grippe (y compris le coronavirus) sont toujours les mêmes (ce n’est pas le virus lui-même qui tue mais les conséquences qu’il entraîne) , c'est-à-dire la prolifération incontrôlée de bactéries dans les poumons entraînant une détresse respiratoire et finalement la mort du patient (pneumonie), et sachant par conséquent que l’infrastructure médicale est strictement la même pour toutes les pneumonies (les patients mourant dans les mêmes conditions) , comment se fait-il que les hôpitaux français soient « débordés » à cause des 127 (cent vingt-sept) morts dus au « corona » (et nous sommes déjà à la mi-saison) www.lemonde.fr/…/la-grippe-a-eng… alors que tout s’est très bien passé les autres années pour les 13000 (treize mille) décès dû aux mêmes pneumonies, issus des virus grippaux ? (sans même parler des 650000- six cent cinquante mille- décès chaque année dans le monde à cause du virus de la grippe) www.who.int/…/14-12-2017-jusq…

[Voilà des choses bonnes à savoir et qu'on ne vous dira pas bien entendu.]
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6367
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty Re: News au 17 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 17 Mar - 21:59

- 5 -

News au 17 mars 2020 Cbusgudqjw430lg6wp6sscxxmetlgmm55lovbaz

Le taux de mortalité par coronavirus en Italie - indiqué comme étant de 7,3 % (1 809) - est trompeur, écrit Breitbart.com (16 mars). Les raisons :

- 80% des infections sont bénignes ou asymptomatiques et donc non diagnostiquées, alors que le taux de mortalité est calculé sur la base des cas connus parce qu'ils ont présenté des complications.

- Seulement 0,2 % de la population italienne a été testée pour la maladie. La plupart des infections sont inconnues, par conséquent, par rapport aux infections effectives, le taux de mortalité est beaucoup plus bas.

- L'Italie a la deuxième population la plus âgée du monde après le Japon. Les personnes âgées sont beaucoup plus vulnérables au virus.

[Cela fait partie du jeu maçonnique pour augmenter la psychose.]
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6367
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty Re: News au 17 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 17 Mar - 22:05

- 6 -
News au 17 mars 2020 463dga4qtzvnmblofftl0p601jjqy5csyt14ep4

Le Vatican « étudie toujours les méthodes de participation » pendant les liturgies de la Semaine Sainte, a déclaré le porte-parole du Vatican, Mattei Bruni, le 15 mars.

La veille, il avait annoncé que toutes les liturgies de la Semaine Sainte seraient célébrées sans fidèles et en direct.

Entre-temps, la plupart des pays occidentaux ont aboli toutes les messes publiques, probablement jusqu'après Pâques.

[Dans la conciliaire, on danse sur trois pieds...]
News au 17 mars 2020 Ocrt15d9yg5ok3si6tv9y8opiczu3fxcbc131xf
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6367
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty Re: News au 17 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 17 Mar - 22:11

- 7 -
News au 17 mars 2020 Ywfpm617a1tbs2gpduc76sfm7aalz3rbkz4d0vv

Un confrère italien qui a récemment passé du temps au séminaire de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre à Wigratzbad, en Allemagne, s'est avéré porteur du coronavirus.

C'est pourquoi tout le séminaire est confiné pendant une semaine, rapporte la FSSPWigratzbad.Blogspot.com (14 mars).

Une douzaine de prêtres et de séminaristes présentent des symptômes de type grippal.

[Le VC s'invite partout : après tout, il a bien le droit, non ?]
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6367
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty Re: News au 17 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 17 Mar - 22:23

- 8 -

News au 17 mars 2020 Y6pmi88kgychd3hpj4q6neqionbmz91pjgqowc8

« La prière n'est pas là pour demander à Dieu d'enlever un châtiment qu'il a envoyé, nous n'avons pas un Dieu en colère qui a besoin d'être apaisé », a déclaré l'archevêque de Milan Mario Delpini à LaStampa.it (16 mars).

« Cela me semble être une image très païenne », a insisté Delpini.

Milan est le plus grand diocèse du monde, et au centre de l'épidémie italienne de coronavirus.

[Voilà quelqu'un qui ressemble à son patron l'Antéchrist.]
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 6367
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 17 mars 2020 Empty Re: News au 17 mars 2020

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum