Le Deal du moment : -30%
30% sur les abonnements PlayStation Plus & ...
Voir le deal
41.99 €
Le Deal du moment :
Clé de licence Windows 10 PRO (version ...
Voir le deal
8.99 €

News au 25 mars 2020

Aller en bas

News au 25 mars 2020 Empty News au 25 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 25 Mar - 7:52

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 7224
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 25 mars 2020 Empty Re: News au 25 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 25 Mar - 8:00

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 7224
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 25 mars 2020 Empty Re: News au 25 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 25 Mar - 10:39

- 1 -
« ON TUE les VIEUX »

News au 25 mars 2020 41p-aTP35aL._SX311_BO1,204,203,200_

Placée dans le seul contexte économique, la vieillesse n'est plus envisagée qu'en termes de contraintes, de charges et d'inutilité. La grande défausse des États permet un véritable génocide gériatrique sans culpabilité, parce que lorsqu'on est vieux on doit mourir. Un génocide silencieux perpétré grâce aux incohérences et aux maltraitances qui font tous les ans plus de morts que la canicule.

De la prise en charge défaillante des vieux aux urgences à l'hécatombe des mauvaises orientations, sans parler des euthanasies, « tellement courantes, dit un médecin, que pour s'en convaincre il suffit d'aller dans les hôpitaux », tout contribue à accélérer leur fin. Ceux qui survivent à l'hôpital se retrouvent dans des maisons de retraite inadaptées à leur prise en charge. Abandonnés sans soins dans des établissements sous-dotés en personnel, les vieux dénutris, sous-médicalisés et surmédicamentés ne font pas long feu. La justice ne condamne que rarement ces « dysfonctionnements institutionnels ». La vie d'un vieux, au pire, ça vaut deux ans avec sursis.L'État se désengage d'autant plus volontiers du problème qu'il veut privatiser le secteur.

Reste à savoir à qui profite le crime?

Dans la période actuelle, ce livre de 2006 prend toute son actualité : il fait frémir en le lisant ! Il n'est pas difficile de faire le parallèle avec ce qui se passe aujourd'hui. Un livre à lire absolument ! On peut le trouver sur Amazon ( https://www.amazon.fr/tue-vieux-Christophe-Fernandez/dp/2213629331 ), à la Fnac ( https://livre.fnac.com/a1861035/Christophe-Fernandez-On-tue-les-vieux ) et ailleurs...

Commandez-le rapidement en espérant qu'il vous soit livré... sans peur du virus-couronné king !!!

News au 25 mars 2020 Attali10


Le vice-président du Texas estime que les personnes âgées devraient consentir à mourir pour sauver l'économie. Du cynisme néolibéral à l'état pur et à visage découvert. À vomir.
https://twitter.com/Clem_Autain/status/1242455494427631622

Le Lieutenant Gouverneur Dan Patrick déclare que les grands-parents seraient prêts à mourir pour sauver l'économie pour leurs petits-enfants.
https://twitter.com/ndrew_lawrence/status/1242245135129346050

[Un seul ferait bien de mourir et de débarrasser le terrain : l'Antéchrist ! Mais il sera impossible de s'en débarrasser. En attendant, il va faire un grabuge absolument immense. N'oublions pas, et ce n'est pas une invention de ma part, n'oublions pas qu'il a prévu avec ses comparses qu'en 2030 il ne devra plus rester qu'un dixième de la population actuelle, soit 800 millions, tout cela pour sauver la planète !!! Vous comprenez aisément que pour tuer 7 milliards d'hommes, il faut bien s'y prendre 10 ans à l'avance. Eh bien, c'est commencé déjà depuis longtemps puisqu'il y a 50 millions d'avortements par an. Et maintenant, il faut aussi éliminer les vieux. Ils ont justement fabriqué un virus qui a la propriété de s'attaquer aux vieux  qui, comme chacun sait, sont plus ou moins cabossés du fait de l'âge. Ce virus grippal, pas bien méchant, en s'agrégeant à des personnes ayant des pathologies, ce qui est le propre de la vieillesse, les envoie facilement au tombeau. Et puis, il y a l'euthanasie qui se pratique maintenant à grande échelle, et cela d'autant plus facilement qu'il n'y a aucun témoin et qu'il faut faire de la place pour le nouveau bétail qu'on veut abattre. Voilà leur humanité post-moderne et post-chrétienne que patronne l'Antéchrist-Bergoglio. Chouette, non ?]
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 7224
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 25 mars 2020 Empty Re: News au 25 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 25 Mar - 15:52

- 2 -
Un VIRUS qui RIGOLE

[Cet article est très intéressant, un peu technique, mais ça passe ! Mais où ça casse, c'est quand Jean-Dominique Michel préconise le dépistage systématique, un peu d'ailleurs comme son copain Didier Raoult, un très bon type, car là, ça fait soviet dans la mesure où ce n'est pas justifié, puisque les deux compères assurent, et ils ont raison, que le virus-couronné n'est qu'un petit rigolo. Donc, il faut être sérieux : ou ça rigole et on peut aller se promener, ou ça ne rigole pas, et alors là, il faut s'en occuper sérieusement ; mais il ne faut pas faire les deux à la fois par respect humain pour complaire aux autorités, car ça, c'est un truc zéro.]


Telle était la tonitruante affirmation proférée le 26 février dernier par le meilleur infectiologue au monde (selon le classement expertscape), accueillie pourtant avec scepticisme et même sarcasmes par la communauté scientifique. Trois semaines plus tard, la réalité est en train de lui donner raison. Révélant au passage que nous aurions à peu près tout faux face au virus. Ce qui est en fait une excellente nouvelle !

Nous voici donc nous dit-on en « état de guerre ». Nouveauté certes pour nos générations qui (sauf pour les plus anciens) n’ont connu que des temps de paix. L’Europe est sous un quasi-couvre-feu, avec une restriction massive des libertés individuelles et une casse économique et sociale qui promet d’être dramatique. Les discours des chefs d’état s’enflamment à qui mieux mieux: nous sommes « attaqués », l’ennemi est « invisible », « sournois », « redoutable » mais nous en viendrons à bout ! Ce genre de vocabulaire paraît d’un autre âge. La réalité est plus prosaïque : nous subissons la contamination à large échelle par un virus qui est un pur produit de la rencontre entre la bêtise humaine (l’entassement dans des cages d’animaux sauvages de diverses espèces dans des marchés insalubres…) et de l’inventivité du vivant. La bestiole a donc franchi la barrière inter-espèces et s’est propagé à partir de là entre humains. Ce n’est pas une guerre, nous ne pourrons jamais vaincre ou éradiquer cette créature. Nous prémunir contre ses dégâts si, puis nous aurons à apprendre à vivre avec elle. Ce qui réclame une autre intelligence que celle des slogans martiaux sanitaires…


Précaution liminaire


Je l’ai dit et le répète : en ces temps de mobilisation collective, nous avons tous à respecter scrupuleusement les mesures qui sont imposées. Même si on doute de celles-ci ou qu’on les trouve inadaptées, aucun d’entre nous ne peut se donner le droit de suivre sa propre idée. Cette conformité -que je n’ai cessé de prôner- m’habite inconditionnellement.

Par contre, cette obéissance civile ne doit surtout pas conduire à une interdiction de penser ou de parler. Nous vivons des temps hautement traumatiques, avec des dégâts sur la population qui seront considérables. Donner sens à ce que nous vivons, nous renseigner, oser poser des questions est non seulement un droit inaliénable mais aussi une nécessité vitale !

J’ai lu passablement de commentaires ironiques sur le nombre soudain de virologues ou d’épidémiologies amateurs s’exprimant sur les réseaux sociaux, ce que je peux comprendre. Mais je pense à l’inverse que plus les citoyennes et citoyens s’intéresseront à ce qui nous arrive, plus ils s’informeront ou même se documenteront, mieux cela nous aidera à mettre en dialogue ce que nous vivons, ce qui essentiel à la fois pour notre santé psychique individuelle et notre résilience collective.

On m’a parfois objecté que j’avais une responsabilité en tant que scientifique, que les analyses que je pouvais faire (toutes pertinentes qu’elles soient) risquaient d’être mal interprétées ou pousser les gens à faire n’importe quoi. Je le rappelle donc : nous avons tous à suivre sans discuter les instructions des autorités. Et abstenons-nous strictement de toute automédication, en particulier en ce qui concerne les substances que je mentionnerai plus loin. Utilisées hors suivi médical strict, elles peuvent en effet être dangereuses. Ceci posé, allons-y !


D’où je parle…


Je suis anthropologue de la santé et expert en santé publique. Mon métier consiste depuis plus de 30 ans à étudier les pratiques des soins et les dispositifs sanitaires. J’arrive à un âge où l’on sait (hopefully) qu’on n’est pas le nombril du monde et (sauf exception) qu’on n’a pas inventé le fil à couper le beurre. J’ai quelques références dans mon domaine, comme celle d’être (malgré l’embarrassante immodestie de ce propos) un des meilleurs connaisseurs actuels des processus de salutogenèse et de rétablissement ainsi que des déterminants de la santé. Ce qui m’a valu d’être invité à enseigner dans une quinzaine de programmes universitaires et de hautes écoles en santé (Facultés de médecine de l’UNIGE et de l’UNIL, EPFL, IHEID, Universités de Montréal, Fribourg, Neuchâtel, etc.) J’ai exercé ma profession hors des milieux académiques, préférant agir au sein des politiques de santé ainsi que sur le terrain. J’ai créé différents dispositifs socio-sanitaires innovants, en particulier en santé mentale, dont certains font encore référence aujourd’hui.

Je m’excuse pour ce petit étalage. C’est le prix à payer pour me prévaloir d’une (modeste) compétence quant à ce que je vais maintenant avancer.


Banal ou pas banal ?


Depuis le début de l’émergence du coronavirus, je partage mon analyse qu’il s’agit d’une épidémie banale. Le terme peut choquer quand il y a des morts, et a fortiori dans la crise sanitaire et la dramaturgie collective hallucinée que nous vivons. Pourtant, les données sont là : les affections respiratoires habituelles que nous vivons chaque année font bon an mal an 2 600 000 morts à travers le monde. Avec le Covid-19, nous en sommes, au quatrième mois, à 9 000 décès, et avec le pays initialement le plus touché qui est parvenu à juguler l’épidémie. Nous sommes très très loin d’avoir un effet statistiquement significatif au regard de la mortalité habituelle et en particulier de la surmortalité saisonnière.

Je l’ai dit et je le répète : le même traitement politique ou journalistique appliqué à n’importe quel épisode de grippe saisonnière nous terrifierait tout autant que l’épidémie actuelle. Comme la mise en scène (avec décompte en direct des victimes) de n’importe quel problème sanitaire d’envergure, qu’il s’agisse des maladies cardiovasculaires, des cancers ou aux effets de la pollution atmosphérique nous ferait frissonner d’effroi tout autant et même infiniment plus !

Nous savons aujourd’hui que le Covid-19 est bénin en l’absence de pathologie préexistante. Les plus récentes données en provenance d’Italie confirment que 99% des personnes décédées souffraient d’une à trois pathologies chroniques (hypertension, diabète, maladies cardiovasculaire, cancers, etc.) avec un âge moyen des victimes de 79,5 ans (médiane à 80,5) et très peu de pertes en-dessous de 65 ans.

News au 25 mars 2020 Coronav1

Les quatre plus grands facteurs à l’origine des maladies chroniques étant :

  • La malbouffe
  • La pollution
  • Le stress
  • La sédentarité


Les maladies chroniques seraient évitables à 80% si nous nous donnions les moyens de protéger la population plutôt que de sacrifier sa santé au profit d’intérêts industriels. Nous avons depuis des décennies accordé des facilités coupables à des industries hautement toxiques au détriment du bien commun et de la santé de population (pour un développement de ce constat, se référer à l’article suivant).

Il faut oser le dire : ce n’est pas le virus qui tue (il est bénin pour les personnes en bonne santé), ce sont les pathologies chroniques qu’on a laissé se développer depuis des décennies.


Statistiques et probabilités en folie


Il y a un autre problème : les taux en particulier de complications et de mortalité qu’on nous brandit sous le nez jour après jour ne veulent rien dire. En l’absence de dépistage systématique de la population, nous n’avons aucune donnée fiable à laquelle référer les données dont nous disposons (nombre de cas déclarés et de décès).

C’est un classique en épidémiologie : si vous ne dépistez que les morts, vous parviendrez à 100% de taux de mortalité ! Si vous ne testez que les cas critiques, vous en aurez moins mais encore beaucoup plus qu’en réalité. Si vous dépistez beaucoup, vous aurez beaucoup de cas alors que si vous dépistez peu, le nombre de cas sera faible. La cacophonie actuelle ne permet juste pas d’avoir la moindre idée de la progression réelle du virus et de sa diffusion.

Les estimations les plus crédibles laissent penser que le nombre de personnes déclarées est très largement inférieur (dans un facteur allant selon les meilleures estimations jusqu’à 1 pour 47) au nombre de personnes réellement infectées, dont à peu près la moitié ne se rendra même pas compte qu’elle a contracté le virus. Pour un redoutable tueur, il est parfois plutôt sympa…

Nous n’avons donc à ce stade aucune idée de l’ampleur réelle de la propagation du virus. La bonne nouvelle est que les données réelles (en particulier les taux de complications et de mortalité) ne peuvent être que largement inférieures à ce qui est couramment avancé. La mortalité réelle, comme annoncé dans un précédent article, doit en fait s’établir au plus à 0,3% et probablement encore moins. Soit moins du dixième des premiers chiffres avancés par l’OMS.

Les dernières statistiques en provenance de Chine évaluent à 800 000 le nombre de personnes infectées (et donc très probablement immunisées) pour 3 118 décès. Soit effectivement un taux de mortalité de 3 pour 1000.


Fin du monde ou pas ?!


Pareillement, les projections qui sont faites pour imaginer le nombre de morts possibles sont rien moins que délirantes. Elles reposent sur un « forçage » artificiel et maximal de toutes les valeurs et coefficients. Elles sont faites par des gens qui travaillent dans des bureaux, devant des ordinateurs et n’ont aucune idée ni des réalités de terrain, ni de l’infectiologie clinique, aboutissant à des fictions absurdes. On pourrait leur laisser le bénéfice de la créativité et de la science-fiction. Malheureusement, ces projections, littéralement psychotiques, font des dégâts massifs.

Mon expérience en santé mentale me fait éviter strictement les expressions toutes faites comme « schizophrénie » ou « psychose », qui sont à peu très toujours utilisées abusivement et d’une manière désobligeante pour les personnes concernées. Médicalement, la psychose se caractérise par des distorsions cognitives, perceptuelles et affectives entraînant une perte de contact avec la réalité. Ici, le terme est hélas pleinement indiqué.

J’en appelle à mes collègues de la Faculté de médecine et autres instituts universitaires pour qu’ils arrêtent de produire et de colporter des modélisations fausses et anxiogènes. Ces experts se protègent en reconnaissant par précaution de langage le caractère outrancier de leurs formalisations, les journalistes le mentionnent scrupuleusement (c’est à leur crédit), on n’en construit pas moins diligemment un sentiment de fin du monde qui non seulement n’a absolument pas lieu d’être, mais de surcroît est lui-même profondément nocif !

On peut certes donner crédit à nos dirigeants d’envisager le pire du pire du pire sur la base de ces élucubrations pour ne surtout pas prendre le moindre risque qu’il se produise. En attendant, on construit une hallucination -collective- sur la base de chiffres qui ne veulent rien dire. La réalité, à nouveau, est que cette épidémie est largement moins problématique et dangereuse que ce qui est affirmé, le visionnage de la première vidéo référencée en fin d’article donnera au lecteur (ou la lectrice) les éléments nécessaires à comprendre le bien-fondé de cette affirmation.


Oui, mais tous ces morts et ces services engorgés ?!


C’est hélas le vrai point noir : s’il n’y avait pas ces cas graves, l’épidémie serait insignifiante. Il se trouve qu’elle entraîne des complications rares mais redoutables. Comme me l’écrivait le Dr Philippe Cottet, en première ligne aux HUG : « il faut le dire, les pneumonies virales sont rarissimes d’habitude en Suisse. Elles ont un tableau clinique fruste et d’évolution parfois fulminante, dont les signes annonciateurs sont difficilement identifiables face aux cas plus bénins. C’est un réel challenge clinique, sans compter le nombre de cas simultanés… »

C’est l’existence de ces cas graves (estimés de manière absurde à 15% des cas, probablement en réalité 10 fois moins) qui justifie que l’on ne s’en remette pas simplement à l’immunité de groupe. On nomme ainsi ce processus par lequel chaque personne qui contracte le virus et n’en meurt pas s’immunise, la multiplication des immunisés conduisant à un effet collectif de protection immunitaire…

En l’absence -jusqu’à il y a peu- de traitement pour protéger ou guérir les personnes à risque, le choix de laisser l’immunité se construire en laissant circuler le virus est apparu comme étant trop dangereux. Le risque pour les personnes vulnérables est tel qu’il s’avérerait éthiquement indéfendable de prendre cette direction, du fait de la gravité des conséquences possibles.

C’est une des difficultés de la santé publique : la médecine comme le journalisme travaillent dans le cas particulier. En médecine, c’est pour cela par exemple qu’il n’y a pas « remède-miracle ». Chaque personne sera susceptible de réagir différemment à un traitement.

En journalisme, on cherche à illustrer une thématique avec des cas particuliers, en montrant donc des images et paroles souvent choquantes. En santé publique, on n’agit pas à ce niveau « narratif » singulier. On collecte des données pour voir les contours exacts d’une problématique. Ainsi en Italie, seuls 7 des 2 500 premiers décès concernaient des personnes âgées de moins de 50 ans. Ces cas existent, mais ils sont heureusement marginaux.

Un possible motif d’inquiétude en revanche est cette affirmation qu’il y aurait des personnes jeunes en quantité non négligeable atteintes de pneumonie et placées sous assistance respiratoire. Elles semblent heureusement survivre, mais c’est bien le nombre de lits en soins intensifs qui est dès lors à risque de poser problème si l’encombrement des services der réanimation se poursuivaient.

C’est dans ce paradoxe compliqué entre la très grande innocuité du virus pour l’immense majorité des gens et sa dangerosité extrême dans certains cas que nous nous sommes trouvés coincés. Nous avons alors adopté des mesures absolument contraires aux bonnes pratiques : renoncer à dépister les personnes possiblement malades et confiner la population dans son ensemble pour enrayer la diffusion du virus. Mesures à vrai dire moyenâgeuses et problématique puisqu’elles ne ralentissent l’épidémie qu’au risque de phénomènes de rebond potentiellement encore pires. Et qu’elles enferment tout le monde alors qu’une faible minorité seulement est concernée. Toutes les recommandations en santé publique sont à l’inverse ; de dépister le plus de cas possibles, et de confiner uniquement les cas positifs le temps qu’ils ne soient plus contagieux.

Le confinement général constitue un pauvre pis-aller face à l’épidémie dès lors qu’on manque de tout ce qui permettrait de lutter efficacement contre elle…

Pourquoi en est-on arrivé là ? Simplement parce que nous avons défailli à mettre d’emblée en place les bonnes réponses. Le manque de tests et de mesures de dépistage en particulier est emblématique de ce naufrage : alors que la Corée, Hong-Kong et la Chine en faisaient la priorité absolue, nous avons été d’une passivité invraisemblable à organiser la mise à disposition de quelque chose de techniquement simple.

Les pays mentionnés ont mis à profit l’intelligence artificielle notamment pour identifier les chaînes de transmissions possibles pour chaque cas positifs (avec les smartphones, on peut par exemple faire l’inventaire des déplacements et donc des contacts que les personnes infectées ont eu avec d’autres personnes dans les 48h précédent l’apparition des symptômes).

Enfin, nous avons réduit de manière importante la capacité de nos hôpitaux au cours de la décennie écoulée et nous retrouvons en manque de lits de soins intensifs et de matériel de réanimation. Les statistiques montrent que les pays les plus touchés sont ceux qui ont réduit massivement les capacités des services de soins intensifs.
News au 25 mars 2020 Coronav2

Rien de tout ceci n’a été pensé, alors que le risque de pandémie est un risque sanitaire majeur. La vérité, c’est que nous avons été complètement dépassés. C’est évidemment plus facile de jouer sur les métaphores guerrières que de reconnaître notre tragique impréparation…


Fin de partie ?!


News au 25 mars 2020 2020.03.11.00.didier

Le premier expert mondial en matière de maladies transmissibles s’appelle Didier Raoult. Il est français, ressemble au choix à un Gaulois sorti d’Astérix ou un ZZ top qui aurait posé sa guitare au bord de la route. Il dirige l’Institut hospitalier universitaire (IHU) Méditerranée-Infection à Marseille, avec plus de 800 collaboratrices et collaborateurs. Cette institution détient la plus terrifiante collection de bactéries et de virus « tueurs » qui soit et constitue un des meilleurs centres de compétences en infectiologie et microbiologie au monde. Le Pr Raoult est par ailleurs classé parmi les dix premiers chercheurs français par la revue Nature, tant pour le nombre de ses publications (plus de deux mille) que pour le nombre de citations par d’autres chercheurs. Il a suivi depuis le début du millénaire les différentes épidémies virales qui ont frappé les esprits et noué des contacts scientifiques étroits avec ses meilleurs collègues chinois. Parmi ses hauts faits, il a découvert des traitements (notamment avec la chloroquine…) qui figurent aujourd’hui dans tous les manuels d’infectiologie au monde.

Le 26 février, il publiait donc une vidéo retentissante sur un canal en ligne (comprenant le mot « tube ») pour affirmer : « Coronavirus, fin de partie ! »

La raison de son enthousiasme ? La publication d’un essai clinique chinois sur la prescription de chloroquine, montrant une suppression du portage viral en quelques jours sur des patients infectés au SARS-CoV-2. Des études avaient déjà montré l’efficacité de cette molécule contre le virus en laboratoire (in vitro). L’étude chinoise confirmait cette efficacité sur un groupe de patients atteints (in vivo). Suite à cette étude, la prescription de chloroquine fut incorporée aux recommandations de traitement du coronavirus en Chine et en Corée, les deux pays qui sont le mieux parvenus à juguler l’épidémie…

La chloroquine est une molécule mise sur le marché en 1949, largement utilisée comme antipaludique. Tous les voyageurs des pays tropicaux se souviendront des comprimés de nivaquine (un de ses noms commerciaux) qui leur étaient prescrits à titre préventif contre la malaria. Ce remède a ensuite été remplacé par d’autres pour certaines zones géographiques, restant en usage pour certaines destinations.

L’hydroxychloroquine (nom commercial : plaquenil) a quant à elle été préparée en 1955 et présente une hydroxylation sur un des deux groupes éthyle de la chaine latérale.


So what ?!


Pourquoi vous parler de cela ? Eh bien parce que le Pr Raoult et ses équipes sont les meilleurs spécialistes actuels au monde de l’utilisation de la chloroquine. Il avait notamment eu l’idée géniale de l’essayer contre des bactéries intracellulaires (qui pénètrent les cellules comme les virus), en particulier les Ricksettia. L’IHU de Marseille dispose donc d’une expérience clinique et pharmacologique sans équivalent quant à l’usage de cette molécule.

La chloroquine a également démontré une puissante efficacité thérapeutique contre la plupart des coronavirus, dont le redouté SRAS de sinistre mémoire. Raoult trouva donc dans l’essai clinique chinois la confirmation que la chloroquine était aussi indiquée contre le Covid-19.

Il fut toutefois accueilli comme un cheveu sur la soupe, ses confrères dénigrant d’emblée sa proposition. Les journalistes du Monde allèrent même jusqu’à qualifier sa communication de « fake news », accusation reprise sur le site du ministère de la santé pendant quelques heures avant d’être retirée.

Le Pr Raoult obtint pourtant dans la foulée l’autorisation de conduire un essai clinique sur 24 patients dans son service et fut appelé à faire partie du comité pluridisciplinaire de 11 experts formé en mars par l’exécutif français, afin « d’éclairer la décision publique dans la gestion de la situation sanitaire liée au coronavirus ».

Les résultats de l’essai clinique étaient attendus avec impatience, en premier chef par votre serviteur. Nous savons la prudence requise face à des substances prometteuses et l’importance de ne rien avancer avant que la recherche confirme ou non une hypothèse La science n’est ni divination ni magie, elle est observation, test, puis le cas échéant validation.

Les résultats de son étude clinique sont sortis hier, confirmant l’obtention d’effets thérapeutiques spectaculaires. La méthodologie est robuste, puisque l’IHU de Marseille a pu comparer la négativation du portage viral chez les patients qui ont suivi le protocole avec des patients d’Avignon et de Nice qui n’ont pas reçu le traitement.

« Ceux qui n’ont pas reçu le Plaquenil [médicament à base d’hydroxychloroquine] sont encore porteurs à 90 % du virus au bout de six jours, tandis qu’ils sont 25 % à être positifs pour ceux qui ont reçu le traitement »
, explique le professeur Raoult.

Mais ça ne s’arrête pas là : l’IHU Méditerrannée- Infection conseille (comme d’autres) depuis longtemps de donner concomitamment un antibiotique dans les infections virales respiratoires « parce qu’elles se compliquent surtout de pneumopathies. Donc tous les gens qui présentaient des signes cliniques qui pouvaient évoluer vers une complication bactérienne de pneumopathie, on leur a donné de l’Azithromycine. Il a été démontré que ça diminue les risques chez les gens qui ont des infections virales. L’autre raison, c’est que l’Azithromycine a montré en laboratoire qu’elle était efficace contre un grand nombre de virus, bien que ce soit un antibiotique. Donc quitte à choisir un antibiotique, on préférait prendre un antibiotique efficace contre les virus. Et quand on compare le pourcentage de positifs avec l’association hydroxychloroquine et Azithromycine, on a une diminution absolument spectaculaire du nombre de positifs. » ajoute-t-il.


Portage viral ?


Une étude publiée dans la revue Lancet le 11 mars avait entre temps révélé une donnée nouvelle mais essentielle : le temps de portage viral (durée entre le début et la fin de l’infection- et donc de contagiosité possible) s’avère supérieur à ce que l’on croyait, avec une durée moyenne de 20 jours. Avec l’association hydroxychloroquine / azithromycine, cette durée est réduite à 4-6 jours.

La réduction drastique du temps de portage viral donne non seulement l’espoir de traiter les cas critiques, mais aussi de réduire le temps nécessaire à une personne infectée pour ne plus être contagieuse. Et donc présente des perspectives énormes pour prévenir la propagation du virus. Cette nouvelle est bien sûr la meilleure nouvelle que l’on pouvait attendre. Les autorités et les scientifiques l’ont donc accueillie avec joie penserez-vous…

Eh bien que nenni ! Les réactions qui se sont fait entendre disputaient dans un premier temps la bêtise à la méchanceté.

Certes, ni les études chinoises, ni l’essai clinique marseillais n’a valeur de preuve (« evidence ») selon les critères de la recherche scientifique. Une réplication des résultats par d’autres équipes est requise, sans même parler d’une étude randomisée en double-aveugle, le top of the pop des méthodologies de recherche.

Mais diable ! nous sommes dans une situation d’urgence. La chloroquine est un des médicaments les mieux connus et les mieux maîtrisés (en particulier par l’IHU de Marseille). On peut donc tabler sur une très solide expérience relative au sujet de sa prescription. Se réfugier derrière un intégrisme procédural est éthiquement indéfendable dès lors qu’on parle d’un médicament qu’on connaît par cœur, qui a déjà démontré son efficacité sur d’autres coronavirus, confirmée sur celui-ci par deux essais cliniques, et alors que des vies sont en jeu jour après jour !

Raoult a relevé avec ironie qu’il n’était pas impossible que la découverte d’un nouvelle utilité thérapeutique pour un médicament tombé de longue date dans le domaine public soit décevant pour tous ceux qui espèrent un prix Nobel grâce à la découverte fracassante d’une nouvelle molécule ou d’un vaccin… sans oublier la perspective des dizaines de milliards de dollars de revenus à prendre, là où la chloroquine ne coûte littéralement rien.


Célébration des soignants !


Depuis quelques jours, la population confinée s’exprime chaque jour pour rendre hommage aux soignants et les soutenir dans les circonstances éprouvantes qu’ils vivent. Il s’agit d’une belle expression de solidarité, évidemment méritée par des professionnel-les remarquables d’abnégation et d’engagement, au front de cette lourde souffrance et de ce nouveau danger.

Dans les cercles des sommités, les choses sont hélas en général moins reluisantes. La recherche et l’autorité médicales sont aussi souvent faites de mesquineries, de manipulations, de malhonnêtetés ou d’abus en tous genres, ainsi que de pitoyables mais violents combats d’ego.

Sur BFM TV, le Dr Alain Durcadonnet cassait aussitôt du sucre sur le dos de Raoult en rappelant qu’une conclusion scientifique se publiait dans des revues scientifiques et non pas par vidéo… Ceci alors, que dans sa communication, le Pr Raoult (le chercheur français qui, rappelons-le, a le plus publié dans les revues scientifiques dans son domaine) venait évidemment de préciser que l’article décrivant son essai clinique avait été envoyé pour publication à une revue à comité de lecture. Cette anecdote montrant le niveau, comme les suivantes.

Le 1er mars, bien après la publication du premier essai clinique chinois, le directeur général de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, disait ainsi au micro d’Europe 1 : « La chloroquine marche très bien dans une éprouvette, mais n’a jamais marché chez un être vivant », ce qui était déjà parfaitement faux !

Dans les retours de la presse nationale, l’insistance est mise lourdement sur le risque du surdosage avec la chloroquine, effectivement toxique au-delà de 2 gr/jour en l’absence de comorbidité somatique. Les chinois ont privilégié des doses de 2x 500 mg/jour pendant leur essai. Raoult et son équipe, trouvant ce dosage excessif, préférant opter pour 600mg/jour. L’objection est donc d’une consternante vacuité- rappelons que nulle équipe clinique ne connaît mieux cette molécule que celle de Méditerranée-Infection. Cela reviendrait à dire à une équipe de neurologues au sujet du Dafalgan : ouh là là, attention, il peut être toxique s’il est mal utilisé, donc ce n’est vraiment pas une bonne idée d’envisager de traiter les maux de tête avec ce médicament !

On invoqua (si, si, lisez la presse !) les risques liés à une utilisation prolongée, là où le traitement proposé dure en moyenne 6 jours. L’IHU dispose de surcroît de l’expérience de prescriptions exceptionnelles au long cours (jusqu’à deux ans !) dans le cadre du traitement de certaines bactéries intracellulaires. On a beau savoir qu’il est bon d’être charitable avec son prochain, des fois la bêtise combinée à la malhonnêteté rendent la chose ardue…

D’autres insistèrent (et insistent encore) sur le fait qu’on ne peut tirer de conclusions définitives sur la base d’essais cliniques. Ce qui est tout-à-fait juste dans l’absolu mais s’applique mal au cas présent, étant donnée la parfaite connaissance de cette molécule ! Situation absurde résumée ainsi par Raoult : « Il y a une urgence sanitaire et on sait guérir la maladie avec un médicament que l’on connaît parfaitement. Il faut savoir où on place les priorités. » Face à la réalité de l’épidémie, il préconise d’arrêter de s’affoler et de détecter les malades sans attendre que leur cas s’aggrave pour mieux les traiter.


Le problème va plus loin…


La solitude de la compétence extrême ?! Raoult explique comment Emmanuel Macron est venu le chercher après sa première annonce publique du 26 février et l’étrange expérience qui a été depuis la sienne dans le cercle d’experts qui conseille le martial président. A la question posée par un journaliste de Marianne : « Y êtes-vous entendu ? », il répond : « J’y dis ce que je pense, mais ce n’est pas traduit en acte. On appelle cela des conseils scientifiques, mais ils sont politiques. J’y suis comme un extra-terrestre. »

C’est sa certitude, évidemment inconfortable pour les autorités : avec les mesures prises actuellement contre l’épidémie, on marche sur la tête. Nos pays ont renoncé (contrairement aux Chinois et aux Coréens) au dépistage systématique au profit d’un confinement dont le Pr Raoult souligne qu’il n’a jamais été une réponse efficace contre les épidémies. C’est un réflexe ancestral de claustration (comme à l’époque du choléra et du Hussard sur le toit de Giono). Confiner chez eux des gens qui ne sont pas porteurs du virus est infectiologiquement absurde- le seul effet d’une telle mesure est de détruire l’économie et la vie sociale. Un peu comme bombarder une ville pour en éloigner les moustiques porteurs de malaria…

La seule voie qui fasse sens selon lui est de confiner les porteurs du virus uniquement, et de les traiter en cas de besoin soit pour éviter de terribles complications comme celles que l’on voit, soit pour réduire le temps pendant lequel elles sont contagieuses.

En Suisse comme en France (et partout en Occident), la décision prise est de confiner les gens chez eux, malades ou non. Quand ils sont malades, on attend qu’ils aillent mieux puis (du fait de la durée de portage viral), on les laisse ressortir alors qu’ils sont en fait encore contagieux ! Les personnes à risque, elles, développent parfois des complications, en particulier une détresse respiratoire aiguë qui les conduit aux urgences. Elles viennent alors engorger les services de soins intensifs, et, pour certains malades, y mourir alors qu’affirme Raoult, on aurait pu les traiter avant !

Confiner l’ensemble de la population sans dépister et sans traiter, c’est digne du traitement des épidémies des siècles passés.

La seule stratégie qui fasse sens est de dépister massivement, puis confiner les positifs et/ou les traiter, tout comme les cas à risque puisque c’est possible, comme on le voit en Chine et en Corée, qui ont intégré l’association de dépistages massifs avec la prescription de chloroquine dans leurs directives de traitement.

Ni Hong Kong ni la Corée, deux territoires qui ont connu les plus faibles taux de mortalité face au Covid-19 n’ont imposé de confinement aux personnes saines. Elle se sont simplement organisées différemment.


La décadence de l’Occident


Elle est hélas criante et révélée ici dans toute sa crudité… Nous disposons d’une médecine de qualité, mais d’une santé publique moyenâgeuse. Le leadership technologique et scientifique est passé à l’Extrême-Orient depuis longtemps déjà, et notre nombrilisme intellectuel nous fait souvent nous raccrocher aux lanternes du passé plutôt qu’à la science d’aujourd’hui.

Des tests systématiques seraient faciles à instaurer, pour autant qu’on en fasse une priorité sanitaire et que l’on s’organise, ce que les Coréens ont fait en un temps record. En Europe, nous avons été complètement dépassés, comme si nous vivions dans un autre temps. Les autorités comprennent maintenant qu’il s’agit d’une priorité absolue -suivant en cela les recommandations insistantes de l’OMS.

Produire les tests ne présente aucune difficulté :« C’est de la PCR [réaction en chaîne par polymérase] banale que tout le monde peut faire, la question c’est l’organisation, pas la technique, ce n’est pas la capacité de diagnostic, nous l’avons, commente Raoult. C’est un choix stratégique qui n’est pas celui de la plupart des pays technologiques, en particulier les Coréens qui font partie, avec les Chinois, de ceux qui ont maîtrisé l’épidémie en faisant dépistage et traitement. On est capables dans ce pays comme n’importe où de faire des milliers de tests et de tester tout le monde. »

Certes, des régimes politiques plus disciplinés ou même autoritaires ont un avantage de « conformité » sociale, mais la question n’est pas là. Le problème, c’est bien nous. La France s’enfonce dans des polémiques sans fin avant même que qui que ce soit ait ouvert la bouche, pendant que son jupitérien président s’envole dans des péroraisons antiques sur l’« état de guerre » en se contemplant dans un miroir… Dans notre pays, le Conseil fédéral a réagi sans agitation ni malice, mais en donnant comme toujours l’impression qu’on le réveillait déplaisamment de sa sieste.

Bref, pour notre pays qui se targue de sa qualité d’innovation et de biotech, c’est encore un peu la fête au village…


Le changement c’est maintenant ?!


Heureusement, on peut espérer que le vent change vite et bien. Le ministère de la santé français vient de mandater le CHU de Lille pour un essai visant à répliquer les résultats obtenus à Marseille. Rappelons que des essais probants ont déjà été menés en Chine et en Corée -mais en France on tient en général que ce qui vient de l’étranger est indigne du génie français. Quelques services hospitaliers et leurs médecins-chefs sont capables d’envisager qu’ils se sont trompés, c’est par exemple le cas du Pr Alexandre Bleibtreu de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, qui a tweeté récemment avec humour :
News au 25 mars 2020 Coronav4

L’intérêt pour la chloroquine est désormais mondial avec des équipes travaillant aux quatre coins du monde. Si l’efficacité aujourd’hui très probable du médicament se confirme, ce sera un major game-changer.

Une fois les personnes à risque de complications diligemment traitées, les innombrables infections bénignes dues au SARS-CoV-2, que nous serons très nombreux à vivre, pourvoiront l’immunité de masse qui ravalera cette « pandémie » au rang de sale mésaventure.

Le dépistage de masse est désormais enfin une priorité sanitaire. Le temps d’organiser la capacité d’analyses des laboratoires, nous y aurons tous progressivement droit. Le laboratoire Sanofi vient par ailleurs de proposer au gouvernement français de produire gratuitement un million de de doses de chloroquine.

Et si la molécule ne tenait pas ses promesses ? C’est bien sûr une hypothèse possible, même si elle est à ce stade peu probable. D’autres médicaments sont actuellement en voie d’examen, notamment des antiviraux connus (comme le Favipiravir) testé en Chine également avec des premiers résultats cliniques encourageants. Selon une nouvelle tombée ce matin :
« La Chine a achevé une recherche clinique sur le favipiravir, un médicament antiviral présentant une bonne efficacité clinique contre le nouveau coronavirus (COVID-19).

Le favipiravir, médicament antigrippal dont l’utilisation clinique a été approuvée au Japon en 2014, n’a provoqué aucune réaction adversaire évidente dans l’essai clinique, a révélé Zhang Xinmin, directeur du Centre national du développement biotechnologique de Chine relevant du ministère des Sciences et des Technologies, lors d’une conférence de presse.

Le favipiravir a été recommandé aux équipes de traitement médical et devra être inclus le plus vite possible dans le plan de diagnostic et de traitement du COVID-19, a-t-il fait savoir. »

Ce qui est frappant autour de la chloroquine, c’est la religiosité du débat que cette option provoque -un classique toutefois en science. Raoult est décrit comme une espèce de gourou (malgré ses états de service scientifiques remarquables) et on décrit la « croyance » en ce médicament comme étant l’attente d’un « remède-miracle » qui égarerait les gens en faisant miroiter des « espoirs impossibles ».

Heureusement, il reste une démarche qui s’appelle la science et qui vise justement à passer du registre des opinions (chacun voit le monde à sa manière) au savoir (ce que l’on a éprouvé, vérifié et validé indépendamment des opinions personnelles).

Si les résultats obtenus à Marseille et Chine se démentent, alors l’hallucination collective dans laquelle nous sommes engoncés se poursuivra, avec de très lourdes conséquences sur notre société, nos mode de vie, notre santé psychique et sociale. Si en revanche ils se confirment, on aura fait un pas de géant pour sortir de cette lourde gonfle, et ce sera alors bel et bien « Fin de partie ! pour le Covid ». Nous aurons appris bien des choses au passage.


Hommage aux autorités... suisses


Il n’est pas dans mes habitudes d’être complaisant avec les autorités. J’ai trop souvent vu les ravages de la flatterie et de la veulerie (comme de la critique gratuite ou du procès d’intention) pour tomber dans le piège. Ici, on entend bien des critiques qui me semblent injustes. Oui, notre système de santé n’en est pas vraiment un, on a une industrie de la maladie – ce qui n’est pas pareil. Oui, nos réponses sanitaires sont incroyablement poussiéreuses et même dépassés. Oui, le Conseil fédéral a des godasses de plomb -ce qui a aussi d’ailleurs parfois ses avantages.

Mais je tiens à dire mon sentiment que la réaction des autorités fédérales et cantonales a été proportionnée à ce que nous savions et ne savions pas. Il est facile de dire qu’il aurait fallu fermer les frontières il y a un mois dans un monde où la menace était encore peu visible et où nous aurions été les seuls à le faire.

Tout fermer conduit inévitablement à un désastre économique et social. En l’absence des moyens d’appliquer la meilleure stratégie (dépistage – confinement – traitement), recourir à un « lock-down » est une mesure archaïque et peu efficace, mais la seule qu’il était possible de prendre.

A Genève en particulier, le Conseil d’État (avec MM. Mauro Poggia et Antonio Hodgers en première ligne) a été solide, humain, rassurant, et clair, agissant avec calme et un indéniable sens de la proportionnalité.

Une fois l’urgence passée, il faudra bien en revanche que les responsables sanitaires et politiques rendent des comptes sur la manière dont ils se seront révélés totalement pris de court par un risque sanitaire parfaitement identifié, avec une situation en l’occurrence très peu grave par rapport à ce que serait une vraie pandémie tueuse.

Rappelons que le risque pandémique est redouté depuis plus de 30 ans, en provenance d’Extrême-Orient comme désormais des toundras subarctiques, à risque de libérer d’innombrables variétés de virus jusque là congelées sous le permafrost…

Un peu donc comme si dans une région à risque de tremblement de terre, on n’avait ni prévu de normes de construction antisismique ni de procédures de protection de la population ! Ceci alors que des cohortes de hauts fonctionnaires et universitaires étaient généreusement payés pour anticiper ces risques…

Il faudra aussi répondre de l’inaptitude à répondre vite et bien (comme d’autres nations) en requérant au besoin de manière contraignante la mise à disposition des capacités industrielles et scientifiques pour faire ce qu’il aurait fallu. Comme me l’indique un lecteur, la France est tout de même le leader mondial de la production de machines d’assistances respiratoires et sa capacité pharmaceutique est puissante.

Un dernière info enfin, qui nous incitera tous je l’espère à la prudence : les dernières données infectiologiques tendraient à confirmer que les enfants ne sont que très peu porteurs et/ou contaminateurs du SARS-CoV-2. Si cette hypothèse se confirme, la fermeture des écoles ne serait en fait pas une mesure nécessaire. Les données que je relaye ici sont tombées cette semaine. Au moment où la fermeture a été décidée, on les ignorait- comme je le précisais dans mon blog précédent- il s’agissait donc d’une mesure de précaution, dont l’indication pourrait être démentie si les données en question se confirment.

Soyons donc patients et appliqués. Une fois cette hallucination collective passée, il sera alors temps de faire un rigoureux « post-mortem » des décisions sanitaires et de chercher à comprendre ce qu’il s’est passé pour qu’on génère cet invraisemblable gâchis sociétal…

Jean-Dominique Michel

Liens de l’auteur

  • Coronavirus, analyse des données épidémiques dans le monde : diagnostiquer doit être la priorité, intervention du Pr Raoult du 17 mars 2020.
  • Résultats de l’essai clinique réalisé à l’IHU Méditerranée-Infection à Marseille, présentation du Pr Raoult du 16 mars 2020


Autres liens
Pr Raoult – 20 février 2020 : Vers une sortie de Crise


Note du Saker Francophone :

On ne peut que conseiller à tout le monde de suivre les recommandations sanitaires pays par pays car une discipline certaine est seule garante de l’efficacité des choix faits par les autorités même s’ils sont critiquables.

Mais rien n’empêche par contre de poser un regard critique sur cette situation exceptionnelle. Par exemple, l’auteur parle d’un “inventaire des déplacements”. Cela fait furieusement écho au programme Palentir, qui permet de tracer tout un chacun, et de recréer numériquement des réseaux formels ou informel. On peut se demander si nos élites politiques ont la légitimité pour manipuler de tels outils.

L’auteur critique aussi cet “état de guerre” déclaré par le président français. Vous pouvez avantageusement lire l’article du jour de Slobodan Despot : “Non la France n’est pas en Guerre !”.

Mais cette situation exceptionnelle va aussi avoir des effets positifs, chacun ayant eu le temps de se poser pour réfléchir à ce qui était vraiment essentiel, et pas il n’est pas sûr que le monde d’après soit aussi docile qu’imaginé par certains. La globalisation, la centralisation des pouvoirs ont peut-être vécu leur chant du cygne … noir.

(Site "Abbatah", page 6217)
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 7224
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 25 mars 2020 Empty Re: News au 25 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 25 Mar - 17:49

- 3 -

Revenant sur l’épidémie de Covid-19 et sur la manière dont les gouvernements y réagissent, Thierry Meyssan souligne que les décisions autoritaires de l’Italie et de la France n’ont aucune justification médicale. Elles contredisent les observations des meilleurs infectiologues et les instructions de l’Organisation mondiale de la Santé.

News au 25 mars 2020 Voltairenet-org_-_1-1154-660ff
Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, venu diriger les opérations à Wuhan
et rétablir le « mandat céleste », le 27 janvier 2020.


Apparition de l’épidémie en Chine


Le 17 novembre 2019, le premier cas de personne infectée par le Covid-19 a été diagnostiqué dans la province de Hubei, en Chine. Au départ, les médecins ont tenté de communiquer sur la gravité de cette maladie, mais se sont heurtés aux autorités régionales. Ce n’est que lorsque le nombre de cas s’est multiplié et que la population en a vu la gravité que le gouvernement central est intervenu.

Cette épidémie n’a pas d’importance statistique significative. Elle tue très peu, même si ceux qu’elle tue passent par une terrible détresse respiratoire.

Depuis l’Antiquité, dans la culture chinoise, le Ciel donne un mandat à l’Empereur pour gouverner ses sujets [1]. Lorsqu’il le retire, une catastrophe s’abat sur le pays : épidémie, tremblement de terre, etc. Bien que nous soyons à l’époque moderne, le président XI s’est senti menacé par l’incurie du gouvernement régional de Hubei. Le Conseil d’État a donc pris les choses en main. Il a contraint la population de la capitale du Hubei, Wuhan, à rester confinée chez elle. Il a construit en quelques jours des hôpitaux ; a envoyé des équipes dans chaque maison prendre la température de chaque habitant ; a emmené toutes les personnes possiblement infectées à se faire tester dans des hôpitaux ; a traité les personnes infectées au phosphate de chloroquine et a renvoyé les autres chez elles ; et enfin a soigné les personnes gravement malades en réanimation avec de l’interféron Alfa 2B recombiné (IFNrec). Cette vaste opération n’avait aucune nécessité de Santé publique, sinon de prouver que le Parti communiste bénéficie toujours du mandat céleste.

News au 25 mars 2020 Voltairenet-org_-_1-1155-2169c
Lors d’une conférence de presse sur le Covid-19,
le ministre adjoint iranien à la Santé, Iraj Harirchi (à gauche),
apparaît contaminé.


Propagation en Iran


L’épidémie se propage de Chine en Iran à la mi-février 2020. Ces deux pays sont très liés depuis l’antiquité. Ils partagent de nombreux éléments culturels communs. Cependant, la population iranienne est la plus fragile sur le plan pulmonaire au monde. La quasi totalité des hommes de plus de soixante ans souffre de séquelles des gaz de combat US utilisés par l’armée iraquienne durant la première guerre du Golfe (1980-88), comme les Allemands et les Français après la Première Guerre mondiale. Tout voyageur qui s’est rendu en Iran a été frappé par le nombre de malades graves des poumons. Lorsque la pollution de l’air s’accroît à Téhéran au-dessus de ce qu’ils peuvent supporter, on ferme les écoles et les administrations et la moitié des familles partent à la campagne avec leurs grands-parents. Cela arrive plusieurs fois par an depuis trente-cinq ans et paraît normal. Le gouvernement et le Parlement sont presque exclusivement composés d’anciens combattants de la guerre Iraq-Iran, c’est-à-dire de personnes extrêmement fragiles au regard du Covid-19. Aussi lorsque ces groupes ont été infectés, de nombreuses personnalités ont développé la maladie.

Compte-tenu des sanctions US, aucune banque occidentale ne couvre les transports de médicaments. L’Iran s’est trouvé incapable de traiter les personnes infectées et de soigner les personnes malades jusqu’à ce que les Émirats arabes unis brisent l’embargo et lui envoient deux avions de matériel médical. Des personnes qui ne souffriraient pas dans d’autre pays décèdent dès les premières toux compte tenu des blessures de leurs poumons. Comme à l’habitude, le gouvernement a fermé les écoles. En outre, il a déprogrammé plusieurs événements culturels et sportifs, mais n’a pas interdit les pèlerinages. Certaines régions ont fermé les hôtels pour éviter les déplacements de malades ne trouvant plus d’hôpitaux disponibles à proximité de chez eux.

News au 25 mars 2020 Voltairenet-org_-_1-1156-fabb6
CNN augmente son audience grâce au « Diamond Princess »


Quarantaine au Japon


Le 4 février 2020, un passager du navire de croisière US Diamond Princess a été diagnostiqué malade du Covid-19 et dix passagers contaminés. Le ministre japonais de la Santé, Katsunobu Kato, a imposé alors une quarantaine de deux semaines au bateau à Yokohama afin d’éviter la contagion de son pays. En définitive sur 3 711 personnes à bord, dont l’immense majorité a plus de 70 ans, il y aura 7 morts.

Le Diamond Princess est un bateau israélo-états-unien, propriété de Micky Arison, frère de Shari Arison, la femme la plus riche d’Israël. Les Arison transforment cet incident en opération de relations publiques. L’administration Trump et plusieurs autres pays font évacuer par avion leurs ressortissants afin qu’ils puissent faire leur quarantaine chez eux. La presse internationale consacre ses gros titres à ce fait divers. Faisant référence à l’épidémie de grippe espagnole des années 1918-1919, elle assure que l’épidémie pourrait se répandre dans le monde entier et potentiellement menacer d’extinction l’espèce humaine [2]. Cette hypothèse apocalyptique, ne reposant sur aucun fait, va pourtant devenir parole d’Évangile.

On se souvient qu’en 1898, William Hearst et Joseph Pulitzer, pour augmenter les ventes de leurs quotidiens publièrent de fausses informations afin de provoquer délibérément une guerre entre les États-Unis et la colonie espagnole de Cuba. Ce fut le début du « yellow journalism » [journalisme jaune] (publier n’importe quoi pour faire de l’argent). On dit aujourd’hui « fake news » [nouvelles insidieuses].
On ne sait pas pour le moment si des magnats ont volontairement semé la panique à propos du Covid-19 faisant passer cette vulgaire épidémie pour la « fin du monde ». Toujours est-il, qu’une déformation succédant à une autre, des gouvernements s’en sont mêlés. Bien sûr, il ne s’agit plus ici de vendre des écrans publicitaires en faisant peur, mais de dominer des populations en exploitant cette peur.

News au 25 mars 2020 Voltairenet-org_-_1_3_-213-e90ce
Pour le directeur de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus,
la Chine et la Corée du Sud
ont donné l’exemple en généralisant les tests de dépistage ;
une manière de dire que les méthodes italiennes et françaises
sont des absurdités médicales.


Intervention de l’OMS


L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui avait suivi toute l’opération, a constaté la diffusion de la maladie hors de Chine. Les 11 et 12 février, elle organise à Genève un forum mondial sur la recherche et l’innovation consacré à cette épidémie. À cette occasion, son directeur général le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a appellé dans des termes extrêmement mesurés à une collaboration mondiale [3].

Dans tous ses messages, l’OMS a souligné :
News au 25 mars 2020 Puce-cebf5 le faible impact démographique de l’épidémie ;
News au 25 mars 2020 Puce-cebf5 l’inutilité des fermetures de frontières ;
News au 25 mars 2020 Puce-cebf5 l’inefficacité du port de gants, de celui de masques (sauf pour les personnels soignants) et de certaines « mesures barrières » (par exemple, la distance d’un mètre n’a de sens que face à des personnes infectées, mais n’en a pas avec des personnes saines) ;
News au 25 mars 2020 Puce-cebf5 la nécessité d’élever le niveau d’hygiène, notamment en se lavant les mains, en désinfectant l’eau et en augmentant la ventilation des espaces clos. Enfin, utiliser des mouchoirs jetables ou, à défaut, éternuer dans le coude.

Cependant, l’OMS n’est pas une organisation médicale, mais une agence des Nations-Unies traitant des questions de santé. Ses fonctionnaires, même s’ils sont médecins, sont aussi et avant tout des politiques. Elle ne peut donc pas dénoncer les abus de certains États.

En outre, depuis la polémique sur l’épidémie de H1N1, l’OMS doit justifier publiquement toutes ses préconisations. Elle avait été accusée en 2009 de s’être laissée entraîner par les intérêts de grandes firmes pharmaceutiques et d’avoir hâtivement sonné l’alerte de manière disproportionnée [4]. Elle n’a employé cette fois-ci le mot « pandémie » qu’en derniers recours, le 12 mars, soit au bout de quatre mois.

News au 25 mars 2020 Voltairenet-org_-_1_4_-132-a11cc
Lors du sommet franco-italien de Naples, le 27 février,
le président français et celui du Conseil italien,
Emmanuel Macron et Giuseppe Conte,
annoncent qu’ils réagiront ensemble à la pandémie.


Instrumentation en Italie et en France


En matière de propagande moderne, on ne doit pas se limiter à la publication de fausses nouvelles comme le fit le Royaume-Uni pour convaincre son peuple d’entrer dans la Première Guerre mondiale, on doit l’embrigader comme le fit l’Allemagne pour convaincre le sien de livrer la Seconde Guerre mondiale. La recette est toujours la même : exercer des pressions psychologiques pour amener les sujets à pratiquer volontairement des actes qu’ils savent inutiles, mais qui les engageront dans la voie du mensonge [5]. Par exemple, en 2001, tout le monde savait que les personnes accusées d’avoir détourné des avions le 11-Septembre ne figuraient pas sur les listes des passagers embarqués. Pourtant, sous le choc, la plupart ont accepté sans broncher les accusations ineptes formulées par le directeur du FBI, Robert Muller, contre « 19 pirates de l’air ». Ou encore, chacun sait que l’Iraq du président Hussein n’avait comme lanceurs que de vieux Scud soviétiques n’excédant pas 700 kilomètres de portée, mais de nombreux États-uniens calfeutrèrent les fenêtres et la porte de leur maison pour se protéger des gaz mortels avec lesquels le méchant dictateur allait attaquer l’Amérique. Cette fois, à propos du Covid-19, c’est le confinement volontaire à domicile qui contraint celui qui l’accepte à se convaincre lui-même de la véracité de la menace.

Rappelons que jamais dans l’Histoire on n’a eu recours au confinement d’une population saine pour lutter contre une maladie. Et rappelons surtout que cette épidémie n’aura pas de conséquence significative en termes de mortalité.

En Italie, il s’est d’abord agi d’isoler les régions contaminées selon le principe de la quarantaine, puis d’isoler tous les citoyens les uns des autres, ce qui ressort d’une autre logique.

Selon le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, et le président français, Emmanuel Macron, le confinement de toute la population à domicile ne vise pas à vaincre l’épidémie, mais à l’étaler dans le temps afin que les malades n’arrivent pas au même moment dans les hôpitaux et les saturent. Autrement dit, ce n’est pas une mesure médicale, mais exclusivement administrative. Elle ne diminuera pas le nombre de personnes infectées, mais le reportera dans le temps.

Pour convaincre les Italiens et les Français du bien-fondé de leur décision, les présidents Conte et Macron ont d’abord excipé du soutien de comités d’experts scientifiques. Certes, ces comités n’avaient pas d’objection à ce que les gens restent chez eux, mais ils n’en avaient pas non plus à ce qu’ils vaquent à leurs occupations. Puis les présidents Conte et Macron ont rendu obligatoire un formulaire officiel pour pouvoir se promener. Ce document à en-tête des ministères de l’Intérieur respectifs est rédigé sur l’honneur et ne fait l’objet d’aucune vérification, ni sanction.

Les deux gouvernements affolent leur population en distribuant des consignes inutiles désavouées par les médecins infectiologues : ils incitent à porter des gants et des masques en toutes circonstances et à se tenir à au moins un mètre de tout autre être humain.

Vidéo du 25 février 2020 censurée par le ministère français de la Santé : https://youtu.be/8L6ehRif-v8


Le « quotidien de référence » français (sic) Le Monde, Facebook France et le ministère français de la Santé ont entrepris de censurer une vidéo du professeur Didier Raoult, un des infectiologues les plus réputés au niveau mondial, parce qu’en annonçant l’existence d’un médicament éprouvé en Chine contre le Covid-19, il mettait en évidence l’absence de fondement médical des mesures prises par le président Macron [6].

Exposé du professeur Didier Raoult à l’Assemblée générale des Hôpitaux universitaires de Marseille, le 16 mars 2020 : https://youtu.be/n4J8kydOvbc


Il est trop tôt pour dire quel but réel les gouvernements Conte et Macron poursuivent. La seule chose qui est sûre, c’est qu’il ne s’agit pas de combattre le Covid-19.

Thierry Meyssan
 

[1] The Mandate of Heaven and The Great Ming Code, Jiang Yonglin, University of Washington Press (2011).
[2] Human Extinction and the Pandemic Imaginary, Christos Lynteris, Routledge (2020).
[3] « Nouveau coronavirus : solidarité, collaboration et mesures d’urgence au niveau mondial s’imposent », Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Organisation mondiale de la Santé, 11 février 2020.
[4] Pandemics, Science and Policy. H1N1 and the World Health Organization, Sudeepa Abeysinghe, Plagrave Macmillan (2015).
[5] « Les techniques de la propagande militaire moderne », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 16 mai 2016.
[6] « "La chloroquine guérit le Covid-19" : Didier Raoult, l’infectiologue qui aurait le remède au coronavirus », Étienne Campion, Marianne, 19 mars 2020.

[Le but ou plutôt leur but ? Il est facile à comprendre et je ne cesse de le dire : l'installation du Gouvernement communiste mondial dirigé par l'Antéchrist et ne pouvant se développer que sur la ruine de l'économie actuelle, et cet Antéchrist s'appelle pour le moment Bergoglio. C'est tellement simple que personne ne comprend la chose, mais je ne cesserai de le dire et redire.]
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 7224
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 25 mars 2020 Empty Re: News au 25 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 25 Mar - 22:09

- 4 -

News au 25 mars 2020 Coronavirus_nouveaux_cas-4669203-1024x577

Le blog de Synthèse nationale a publié le 12 mars 2020 une analyse pertinente de Pieter Kerstens sur la psychose due au coronavirus avant-garde d’une hystérie collective :

« Psychose » est une œuvre cinématographique de Sir Alfred Hitchcock (1899-1980) né à Londres, naturalisé américain. Tous les amateurs du grand écran se souviennent de ce petit bijou du cinéma interprété par Anthony Perkins et Janet Leigh, dirigés magistralement par le maître du suspense et de l’angoisse. 

Depuis fin janvier en France, avec le rapatriement sanitaire de 220 citoyens résidents en Chine, les responsables politiques et la totalité des médias ont orchestré une réelle manipulation mentale de la population. Bien plus grave que la psychose des attentats durant l’année 2015, la paranoïa actuelle de cette épidémie d’origine virale, risque de déboucher sur une hystérie collective et une panique générale de peuples dorlotés dans un confort matérialiste exclusif. 

Le Covid-19 n’est qu’une affection saisonnière contagieuse.

Et chacun ferait bien de raison garder et de faire appel à son devoir de mémoire.

Le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) issu de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) nous apprend que le nombre de décès des personnes sans domicile fixe (SDF) est estimé à environ 3.600 par an -soit 300 par mois- selon « Libération » du 20/02/2018.

Les accidents à domicile (chutes, noyades, piqûres venimeuses, électrocution, intoxications) sont la cause de 32 décès chaque jour soit 900 tous les mois !

Est-ce pour cela que toutes les chaînes de radios et de télés vous en parlent du matin au soir ?

Et que des ministres se relayent tous les soirs sur les plateaux de télés ?

La grippe saisonnière d’octobre 2017 à avril 2018 a tué 12.980 personnes et d’octobre 2018 à avril se sont 7.200 malades qui ont succombé.

En France, il y avait 7 millions d’obèses en 2017. Ce problème sanitaire majeur est la 3ème cause de mortalité dans les pays riches et en France se sont plus de 50.000 personnes qui en meurent tous les ans (« le Monde » du 12.06.2017 et « l’Express » du 23.05.2017).

Est-ce que vous voyez des campagnes d’avertissements spécifiques à ce sujet, à la télé, dans les écoles, dans les universités, au cinéma ou encore des mises en garde permanentes de la part du Gouvernement ?

La maladie infectieuse la plus mortelle au monde est la TUBERCULOSE. En 2018, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a enregistré plus de 1.700.000 décès. En France, il y a eu plus de 5.000 nouveaux cas ayant entraîné environ 600 décès en 2018.
 
Si l’on considère les maladies respiratoires comme la pneumonie, la bronchite ou la pleurésie, qui touchent surtout les enfants, l’OMS compte environ 1 million de décès tous les ans, dont 10.000 en France. Par ailleurs 11 malades décèdent tous les jours des infections nosocomiales en hôpital en France, soit plus que les morts suite aux accidents de la route. Ici encore, règne un silence suspect, pour ne pas parler de graves manquements quand aux mesures de stricte salubrité dans les établissements hospitaliers de l’Hexagone. On vous en parle tout le temps ?

De par le monde, le paludisme -ou malaria- transmis par les moustiques a été la cause de 585.000 décès en 2010, 416.000 en 2017 et 405.000 en 2018 soit 33.750 morts tous les mois !

DIX FOIS PLUS que le coronavirus en Chine ces trois derniers mois !

Et pour en terminer, l’OMS estime chaque année que la fièvre typhoïde touche au moins 15 millions de personnes et qu’elle entraine 150.000 décès, surtout parmi les enfants. Cette maladie transmise par la Salmonella Typhi peut être combattue par une vaccination conjuguée qui assure une immunité plus longue et peut être administrée aux nourrissons dès l’âge de 6 mois.

Bien sûr, ni les ministres et les politiciens de tous bords relayés par les médias « aux ordres » ne s’éternisent sur le nombre de nos citoyens qui décèdent tous les jours par centaines des suites d’infections, de contagions ou de maladies respiratoires, et personne ne diffuse les informations à ce propos, car faisant partie de la vie quotidienne et des aléas de notre existence.

Dix millions de morts dans le monde et 68.000 en France : et alors ?

Aujourd’hui on constate que quelques milliers de chinois seraient décédés du Covid-19, sur une population de 1,45 milliard d’individus. Que quelques centaines sont morts en Italie, sur plus de 60 millions d’habitants. Que cela serait aussi le cas en France dans quelques mois, et ailleurs dans les pays européens. Est-ce que la Terre va s’arrêter de tourner ? Est-ce pour cela que le Soleil ne se lèvera plus à l’Est ? Par contre, on constate déjà une baisse significative de la pollution par le CO2 de 25% en Chine, et les manifs avec Greta n’y sont pour rien !

En appliquant les mesures sanitaires de bon sens et les préceptes de nos grands-mères les gens pourraient évidemment éviter toute contagion à certaines maladies infectieuses.

Seulement voilà, le phénomène de nos sociétés européennes a voulu que toutes les populations exigent de l’État une prise en charge de leur existence sans risques ni aléas ; les individus voulant être pris en charge de leur naissance à leur mort par un « État Providence » au titre de leurs « droits à » et d’un « principe de précaution » sans pour autant y participer individuellement. C’est le règne du « moi d’abord » fondé sur un égoïsme outrancier et une absence totale des responsabilités. Et la mort met un terme à notre existence qui n’est pas éternelle, c’est bien pourquoi les plus âgés meurent en premier en toute logique!

En ayant imposé une communication permanente et généralisée sur la saga du Covid-19 du matin au soir, semaine après semaine, le Gouvernement et le docteur Micron ont diffusé une psychose au sein de la population qui lentement va conduire à une hystérie collective et aboutir à la panique. Les mesures de confinement des personnes dans leur domicile, la fermeture des écoles et des sites publics, les annulations des salons professionnels et des rencontres sportives et autres interdictions diverses seront autant d’éléments qui vont très certainement entrainer un ralentissement des activités industrielles dans tous les secteurs, alimenter une récession, cause d’un effondrement de nos économies européennes, qui entrainera inéluctablement un nouveau krach bancaire et financier. Et l’argent de nos impôts ne devra pas servir à aider les entreprises privées ni sauver des banques toujours plombées par des « actifs pourris ».

Conséquence des dérives d’un mondialisme effréné, que certains avaient pourtant prévu depuis longtemps, espérons que cette crise du Covid-19 fasse réfléchir les princes qui nous gouvernent. »

[Comment cette crise pourrait faire réfléchir les autorités puisque ce sont précisément elles qui l'ont programmée en loge ? Et sous quelle autorité primordiale ? Celle-même de l'Antéchrist-Bergoglio ! Quand on a compris ça, on a tout compris. Dans le cas contraire, on ne comprend plus rien et on émet toute sorte de théories plus ou moins abracadabrantesques. Et quand quelqu'un trouve un truc bien, comme Raoult, évidemment on le met hors-course, ou bien on l'intègre pour le neutraliser, procédé maçonnique bien connu et que l'intéressé doit bien connaître : à lui de ne pas se laisser fagoter !]
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 7224
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 25 mars 2020 Empty Re: News au 25 mars 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 25 Mar - 22:42

- 5 -


News au 25 mars 2020 Coronavirus-hopital-630x360

En Italie, un phénomène tragique est en train de voir le jour : le suicide du à la peur du coronavirus.  

Chaque jour, le nombre de personnes qui se suicident plutôt que d’avoir à faire face à la maladie augmente. C’est la conséquence d’une communication anxiogène qui a créé un climat de peur et d’insécurité qui met gravement en danger la santé mentale de nombreuses personnes. Il faut le répéter, si le coronavirus tue, le nombre de personnes qui en guérissent est bien supérieur.

A Pavie un homme de 65 ans, hospitalisé pour bronchopneumonie, toujours dans l’attente du résultat du prélèvement, s’est jeté de la fenêtre de l’hôpital où il a été hospitalisé. Tentative de suicide et de meurtre également à Milan, où un sud-américain souffrant de symptômes pulmonaires a tenté de tuer son amie puis lui a tranché la gorge. Une autre tentative à Lecce, où un homme âgé, terrifié à l’idée de tomber malade, a tenté de se suicider et a été sauvé in extremis.

Deux infirmières se sont également enlevées la vie à cause du stress, de la fatigue, de la solitude et de la peur générés par cette crise sanitaire. Dévouées à l’hôpital pour soigner des patients infectés par le malin virus, elles se sont exposées à une maladie qui ne les a pas tuées, sinon indirectement.  

En France, les bénévoles du Centre de prévention du suicide ont constaté une hausse des appels due à la crise sanitaire provoquée par le coronavirus.  « La situation de confinement renforce le stress, la peur et la sensation de solitude chez les personnes déjà isolées », explique un des bénévoles.

Il est certain que les conditions de stress dramatiques dans lesquelles les professionnels de la santé travaillent actuellement sont indubitablement en cause dans les suicides parmi le personnel de santé. Mais également, et c’est un élément d’une grande importance, une atmosphère de peur, de panique et d’insécurité s’est créée qui met gravement en danger la santé mentale de nombreuses personnes.

Ainsi que l’écrit un journaliste italien, mais le constat vaut tout autant pour la France, la communication des politiques au pouvoir a été désastreuse depuis le début de la crise sanitaire :
« La population du pays n’est pas préparée à faire face à l’épidémie, n’a pas été correctement formée et informée. Alors, quand il était trop tard, il était préférable de semer la terreur. Des images de patients intubés et en soins intensifs, des images de cercueils empilés et de camions militaires étaient et sont profitables pour un objectif spécifique : effrayer les gens autant que possible pour les forcer à obéir aux ordonnances du gouvernement. Mais cette peur a des conséquences terribles : elle conduit principalement à la dépression, qui est un état psychologique qui – comme de nombreuses études l’ont montré – a un effet néfaste sur le système immunitaire et sur les défenses de l’organisme contre les infections.

Une étude de l’Université de Trondheim en Norvège a démontré le lien entre la dépression et diverses autres pathologies. En particulier, les auteurs ont montré que les maladies graves, telles que les infections chroniques, les troubles auto-immunes, de nombreux types de cancer, la maladie d’Alzheimer et la sclérose en plaques (SEP), sont souvent associées à la dépression. Tous les éléments importants de la réponse immunitaire sont amplifiés à la fois dans la dépression et dans ses comorbidités.  (…)

Donc, si nous voulons lutter plus efficacement contre le Covid-19, nous devons absolument défendre les défenses psychologiques ainsi que les défenses immunitaires des gens. Une excellente forme de prévention serait l’arrêt de la pression médiatique qui provoque la panique et l’incertitude, la remplaçant par une communication positive, nous invitant à affronter toute maladie avec sérénité et force. (…) Il faut dire que du coronavirius on guérit, dans la grande majorité des cas. Il faut donner un sens à la douleur, à la souffrance, aux deuils, il faut donner des raisons pour lesquelles il ne faut pas avoir peur. »

En somme une communication à rebours de celle que distillent les autorités politiques occidentales et internationales 24 h sur 24 via des médias aux ordres, amplifiant ainsi l’effet de panique et de peur pour forcer les gens à obéir aux ordonnances des gouvernements. Des ordonnances, certes imposées sous couvert de bien, mais de plus en plus liberticides et intrusives…

Il se pourrait bien que la crise du coronavirus fasse une victime collatérale d’importance : la vie privée ! Et une bienheureuse, la dictature démocratique…

[Le confinement soviétoïde dans un monde qui n'a plus de Religion ne peut conduire qu'au suicide, et nos dirigeants criminels le savent bien et ont tout prévu. Que dire de plus ? Sinon ceci : l'ère de la prospérité est terminée. Après 60 ans d'Apostasie, 10 ans de châtiments terribles où l'Antéchrist va dominer. Ne nous plaignons pas car nous l'avons bien mérité ! La preuve ? Dieu a accordé une surabondance inconnue dans toute l'histoire pour récompenser sur la terre tout le bien que les nations ont pu faire dans les siècles passés, et cela, malgré l'Apostasie de Vatican II, chose qui n'a jamais existé dans les siècles passés. Dieu ayant récompensé sur la terre ceux qui devaient l'être en toute justice, il est en droit maintenant de punir afin que son Église soit sauvegardée selon sa promesse. Mais les deux Témoins vous en diront bien plus que moi...]
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 7224
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 25 mars 2020 Empty Re: News au 25 mars 2020

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum