Catholique-Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
ASOS : -15% sur tout avec le code ASOSNEWSUMMER
Voir le deal

News au 26 juillet 2020

Aller en bas

News au 26 juillet 2020 Empty News au 26 juillet 2020

Message par Gilbert Chevalier le Dim 26 Juil - 21:00

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 26 juillet 2020 Empty Re: News au 26 juillet 2020

Message par Gilbert Chevalier le Dim 26 Juil - 21:03

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 26 juillet 2020 Empty Re: News au 26 juillet 2020

Message par Gilbert Chevalier le Dim 26 Juil - 21:15

- 1 -
COVID-19: au PLUS PRÈS de la VÉRITÉ
Première partie : CONFINEMENT
  

Revue de 5 points essentiels
autour de la pandémie virale COVID-19
     
News au 26 juillet 2020 Bruxelles-durant-le-confinement-400x257
Bruxelles durant le confinement en mai 2020.

Résumé
 

La maladie COVID-19 est réelle.  

Aux soins intensifs, j’ai soigné des personnes atteintes de pneumonie virale sévère avec une présentation inhabituelle. 

Mon propos n’est pas de minimiser cette réalité. Mon propos est de relativiser son importance, de la replacer dans son vrai contexte. 

Beaucoup d’autres pathologies aussi sévères, voire plus sévères que le COVID-19 continuent de se présenter. Tout le reste ne doit pas être négligé sous prétexte de COVID-19, à un moment où tout le monde n’a plus que ça à la bouche. 

Les conséquences néfastes des mesures prises pour contrôler cette maladie dépassent aujourd’hui le bénéfice espéré de ces mesures dont certaines sont en plus inutiles.

Ces conséquences sont :

  • Pauvreté
  • Chômages en masse
  • Dépression
  • Maladies dues au stress
  • Aggravation de maladies psychiatriques
  • Aggravation de maladies (cardio-vasculaires, pulmonaires, cancers…) dont la prise en charge est mise entre parenthèses
  • Addictions : alcoolisme, tabagisme, drogues, jeux…
  • Affaiblissement du système immunitaire, ce qui est choquant vu que c’est lui notre meilleur allié face au COVID-19
  • Violences, affrontements civils

Mon propos est également de revenir sur la gestion politique de cette crise. Je souligne les erreurs présentées en vérités, en succès ou en évidences. Les autorités officielles, les médias professionnels ont amené la population à accepter des décisions très critiquables et c’est injustifiable.

Je reviens sur 5 questions particulières :

  1. Confinement
  2. Masques
  3. Hydroxychloroquine
  4. Tests (RT-PCR et sérologies) et immunité
  5. Vaccins

1) Le confinement strict (Belgique, France) n’a pas eu les effets espérés. Il a même aggravé les choses ! Tout cela au prix d’une surmortalité non-COVID dont on ignore aujourd’hui l’étendue. La Suède offre un point de comparaison salutaire avec une prise en charge plus efficace et surtout, plus humaine, sans confinement total ni port du masque obligatoire.

2) Les autorités passent sous silence ou minimisent les effets délétères des masques. Pourquoi ? Les masques sont considérés à tort comme la protection principale par une partie de la population. En réalité, les masques peuvent aggraver la contamination. Ils font oublier ou banaliser les autres mesures non pharmaceutiques. Celles-ci, recommandées par l’OMS, sont beaucoup plus efficaces et consistent à se laver régulièrement les mains et à respecter une distance physique. Une autre mesure très importante, la ventilation/aération correcte des espaces clos, n’est jamais mentionnée dans les médias.

3) L’hydroxychloroquine (HCQ) est un médicament utilisé contre la malaria et un antiviral. Il existe depuis des dizaines d’années. Certains en ont fait le procès d’une manière si agressive que c’est comme si ces personnes n’avaient jamais voulu entendre parler d’un traitement aussi simple contre le COVID. 

L’HCQ est peu coûteuse et prometteuse, à condition de rester dans un cadre médical à la portée de tout médecin généraliste ou hospitalier et d’être prescrite suffisamment tôt, dès les premiers signes ou symptômes du COVID-19. Pourtant, elle a été sous-utilisée, diabolisée dans les pays qui ont confiné strictement. Ces pays et leurs gouvernements préfèrent attendre des traitements plus coûteux, peu fiables, plus dangereux mais très rentables (comme les antiviraux ou les vaccins). Cette situation crée une suspicion légitime quant à l’indépendance réelle de leurs institutions vis-à-vis de la puissante industrie pharmaceutique.

4) Les tests ont engendré beaucoup de malentendus. La technique RT-PCR est réalisée au départ d’un prélèvement nasopharyngé et sert au dépistage moléculaire du virus SRAS-CoV-2. Les sérologies à IgG (Immunoglobulines ou Anticorps IgG), réalisées à partir du sang sont utilisées pour témoigner de la présence ou non d’une immunisation (protection humorale) contre ce même virus. Dans les deux cas, ces tests sont peu fiables. Leur utilité est surestimée, même par les médecins. Ces tests, RT-PCR et sérologies, ne répondent pas aux questions posées. La cause en est la complexité de l’immunité humaine. Celle-ci ne se résume pas à la seule production d’anticorps. L’immunité innée et l’immunité cellulaire non humorale ne sont évaluées par aucun de ces tests, or elles jouent avec l’immunité croisée les rôles principaux dans la défense antivirale, bien plus que les anticorps.

5) Les populations attendent impatiemment un vaccin. Les autorités déclarent que seul un vaccin nous permettra de revenir à la normale. Le principe de la vaccination repose sur l’idée que l’immunité dépend surtout des anticorps. C’est faux. Quel paradoxe ! D’un côté, certains nous poussent à la prudence extrême avec l’hydroxychloroquine alors que celle-ci est connue depuis très longtemps et que ses effets secondaires sont faciles à contrôler. De l’autre côté, ces mêmes personnes sont prêtes à prendre des risques immenses avec notre santé en nous vendant des produits dangereux pour l’immunité naturelle (vaccins). Tout cela en brûlant les étapes nécessaires à l’élaboration d’un produit sûr et efficace. 

COVID-19 : au plus près de la vérité – Confinement – partie 1/5

Comme expliqué dans cet excellent article [1] de trois auteurs spécialistes en mathématiques appliquées aux modèles statistiques, Gilles Pech de Laclause, Arnaud Delenda et Lana Augustincic (MD), le contexte du confinement dans la pandémie virale récente est le suivant :
« Les mesures de distanciation, d’isolement et de confinement pour gérer le développement d’une pandémie sont au sens de l’OMS des « NPI » pour « non pharmaceutical intervention » : elles ne relèvent pas du médical, mais de la liberté publique et des politiques de santé publique […] Ces mesures « non pharmaceutiques » appartiennent au contrat social entre les citoyens et l’État

L’intervention non pharmaceutique de confinement total ou « lock down », également appelée isolement social total, signifie une assignation à résidence de la totalité d’une population, à de rares exceptions près (métiers dits essentiels comme les soignants, les policiers, les facteurs, les éboueurs, les caissières de supermarché) toutefois soumises à un contrôle strict (justification de déplacement, distanciation sociale, contacts limités, ports de gants et de masques).

Il a existé plusieurs niveaux de confinement :

  1. Isolement social total, strict, ou lock down, comme en Belgique
  2. Isolement social limité, confinement plus souple comme aux Pays-Bas, voire quarantaines sélectives, comme en Allemagne
  3. Pas d’isolement social, simples mesures de distanciation sans obligation de porter un masque, comme en Suède.

Cette mesure drastique du lock down n’avait jamais été utilisée dans l’histoire de l’humanité, à une telle échelle, comme ce fut le cas en Belgique.

Pourquoi un tel confinement total ?

Pour « sauver des vies », « aplanir la courbe » et « décaler le pic » de l’épidémie, « éviter l’encombrement des hôpitaux ».

Même si le contraire est régulièrement affirmé dans la presse y compris par des personnes présentées comme spécialistes de ces questions, aucun de ces objectifs nobles n’a été atteint, on peut le dire aujourd’hui. Les modèles épidémiologiques utilisés pour justifier de telles mesures se sont révélés faux [2].

Si l’on considère les données de façon rigoureuse et honnête, le confinement total a même entraîné des effets inverses [1] :

  • Diminution du taux de guérison
  • Surcharge de la capacité hospitalière
  • Surmortalité

Personne ne peut taxer les auteurs de l’article de « conspirationnisme » et encore moins d’amateurisme. 

C’est en plein dans leur domaine de compétence, d’expertise même, avec des graphes, des arguments clairs et de nombreuses références. En plus, ils sont indépendants d’institutions, de gouvernements, d’universités ou de laboratoires dont l’agenda aurait pu les influencer.

La Suède a fait un choix différent de la Belgique, plus conforme aux droits humains et à la prudence et grâce à elle, nous avons une preuve scientifique que leur choix était le moins mauvais sur le terrain.

Sans compliquer la discussion, il est important de définir R [R (0), R(T)], l’indicateur évaluant la vitesse de propagation de l’épidémie au sein d’une population, autrement dit, le nombre moyen d’individus contaminés par un individu infecté à l’instant 0, R (0) qui devient R(T) à l’instant T.

Souvent repris dans la presse ou par les conseillers gouvernementaux pour justifier le lock down, l’indicateur R est remis dans son véritable contexte.

R est confondu avec le taux de contact entre personnes d’une population alors que cet élément, taux de contact, n’est qu’un paramètre utilisé pour calculer R. Cette confusion a faussé les estimations des modèles épidémiologiques utilisés par les organes « officiels ». Le taux de contact n’est qu’un élément du calcul de R. Les NPI comme le confinement agissent sur le taux de contact, pas directement sur R.

Les conclusions de l’article sont sans appel :

  • Les NPI comme le confinement total n’ont pas décalé le pic de nouveaux cas et n’ont pas aplati la courbe de nouveaux cas.
  • Les NPI comme le confinement total n’ont pas décalé le pic de mortalité et n’ont pas aplati la courbe de mortalité.

Comment expliquer qu’avec une meilleure capacité hospitalière au départ (5,6 lits hospitaliers par habitant en 2018 et environ 2000 lits de soins intensifs) et avec le recours à l’isolement social, la Belgique n’a pas fait mieux, elle a même fait pire avec une surmortalité, par rapport à un pays comme la Suède qui n’a pas recouru à l’isolement social et possédait, au départ, moitié moins de ressources : 2,2 lits hospitaliers par habitant en 2018, et un quart de ses ressources en lits de soins intensifs (540 en début de crise, augmenté à 1090 en cours de crise) ?

Pourquoi la presse et les institutions officielles des pays ayant eu recours au confinement strict ne reconnaissent-ils pas aujourd’hui combien leurs modèles prévisionnels étaient faux, exagérés, et pourquoi les spécialistes intelligents et compétents de ces pays continuent-ils malgré tout à les suivre, sans accepter la réalité suédoise ?

Un confinement strict pour sauver des vies ? Non !

Comme précisé dans l’article [1], page 18 du PDF :

Dans le cas de la Belgique, le confinement strict n’a pas tenu son objectif. 

Il y a eu 3 fois plus de décès que ce qui était modélisé au départ en tenant compte de la mise en place du confinement strict.

Dans le cas de la Suède, inversement, il y a eu 20 fois moins de décès que ce qui était modélisé au départ en tenant compte de l’absence de confinement strict.

Avons-nous, en Belgique, en sus de la corruption éventuelle (conflits d’intérêts), un problème davantage psychologique que scientifique ?

En psychologie humaine et sociale, il est bien connu que plus on croit à un modèle, plus on a difficile d’en changer, même lorsque sa fausseté est devenue évidente. On s’accroche car c’est trop difficile, inconfortable de reconnaître son erreur.

Le confinement strict n’a pas eu le bénéfice escompté en Belgique ! 

Cette décision était une erreur et même si c’est difficile psychologiquement de le reconnaître, notre pays doit le faire, pour le bien de sa population.

Ce confinement a même entraîné la surcharge hospitalière et la surmortalité qu’il était censé éviter !

En Grande-Bretagne ou en Italie, des milliers de gens sont morts à domicile [3] non pas du COVID-19, mais de ce confinement total :

« Selon Jason Oke, un statisticien du département Nuffield des sciences de la santé des soins primaires de l’Université d’Oxford, ces chiffres s’expliquent notamment par le fait que « les gens meurent d’autres causes qui ne seraient pas survenues dans des conditions normales – et sont des dommages collatéraux du confinement ». 
« Les statistiques font état de 8 196 décès supplémentaires à domicile en Angleterre, au Pays de Galles et en Écosse par rapport à la moyenne sur cinq ans pour cette période de l’année, dont 6 546 décès non-Covid ».

La surmortalité non-COVID est attestée dans une étude fédérale allemande officieuse, dont l’existence a fuité vers le public [4].
Plus d’un million de morts dus à la tuberculose sont attendus en raison du confinement total [5] :

« On prévoit que jusqu’à 6,3 millions de personnes supplémentaires développeront la tuberculose d’ici 2025 et que 1,4 million de personnes supplémentaires mourront, car les cas ne seront ni diagnostiqués ni traités pendant le confinement. Cela va retarder de cinq à huit ans les efforts mondiaux visant à éradiquer la tuberculose. »

Et ce n’est qu’un exemple. 

Pour nombre de pathologies, des traitements ont été suspendus, des diagnostics retardés dans toutes les spécialités médicales.

Les mesures de confinement strict, voire de quarantaine, n’auraient dû concerner que les personnes âgées et/ou faibles (comorbidité, immunodépression) [6].

Le confinement strict est une erreur. Persévérer dans cette voie serait une faute ! 

Les populations doivent être correctement informées et les conseillers des gouvernements, s’ils sont honnêtes, doivent modifier leur attitude en conséquence.

Dr Pascal Sacré

Notes :

[1] Confinement strict, surcharge hospitalière et surmortalité, PDF, mai 2020, Gilles PECH de LACLAUSE, Master en Administration Publique, Saint-Cyrien, A dirigé son cabinet de conseil et d’ingénierie pendant 10 ans où il a dirigé les travaux d’équipes d’ingénieurs dans les domaines de la modélisation financière ou les études de radiocommunications. Intervenant auprès de business Schools (ESSEC, HEC, NEOMA, etc.) Il conseille entreprises et collectivités. Arnaud DELENDA Docteur en Mathématiques appliquées à l’informatique (Ecole Polytechnique et Université Rennes 1), Master Dauphine-Ecole Polytechnique en 2000, a enseigné l’économétrie en master à l’Université Paris II, en licence à l’Université Paris Dauphine. Expert en modélisation mathématique, optimisation et théorie de jeux

[3] Grande-Bretagne, Italie : des milliers de morts à domicile à cause du confinement, 11 mai 2020, Paul Joseph Watson, traduit par Olivier Demeulenaere 13 mai 2020

[5] Près de 1,5 million de décès supplémentaires dus à la tuberculose sont attendus en raison du confinement contre le coronavirus, 7 mai 2020

[6] Un expert suédois sur le confinement: ‘Rarement une étude non-vérifiée a eu un tel impact sur les politiques mondiales’, 21 avril 2020 par Dominique Dewitte. Avis de Johan Giesecke, un épidémiologiste suédois de renommée internationale, sur le confinement total. Ce scientifique âgé de 70 ans est aujourd’hui à la retraite. Il conseille toutefois le gouvernement suédois sur la crise du coronavirus. Il faut dire que l’homme a un CV impressionnant : tout premier scientifique en chef du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et conseiller de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), notamment. Selon Johan Giesecke, seules les personnes âgées et vulnérables devraient être protégées. Selon l’épidémiologiste, le covid-19 serait ‘une maladie bénigne comparable à la grippe’. ‘Les gens qui meurent aujourd’hui seraient morts d’autre chose dans peu de temps.’


Dernière édition par Gilbert Chevalier le Jeu 30 Juil - 14:20, édité 1 fois
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 26 juillet 2020 Empty Re: News au 26 juillet 2020

Message par Gilbert Chevalier le Dim 26 Juil - 21:41

- 2 -

News au 26 juillet 2020 Non-au-gouvernement-soros-1024x576

La fin de 2018 a été marquée par deux éléments majeurs : la révolte des gilets jaunes en France et le traité de Marrakech sur les migrations invasives que l’on cherche à imposer en particulier à l’Europe. Début 2020 la crise de la pandémie du COVID 19 a mis en lumière le poids financier de la fondation Bill & Melinda Gates dans le monde de l’industrie du médicament et le financement de l’Office Mondial de la Santé financé à raison de 15 % par cette fondation. Le milliardaire de l’informatique s’est créé ici, sous couvert de philanthropie, un empire aussi important si pas plus que dans son core business. Eugéniste et mondialiste, Bill Gates prône une centralisation de la santé au niveau mondial, une vaccination obligatoire de toute la population du globe (1). Des enjeux financiers gigantesques sont en jeu. Toute personne prônant l’usage de médicaments bon marché pour mettre fin à la pandémie avant qu’un vaccin puisse apparaître sur le marché met ces enjeux en danger. La cabale contre un docteur Raoult en France qui prône l’usage de la chloroquine en est une illustration. On notera que Donald Trump a dû s’assurer d’un ennemi en Bill Gates en prônant l’usage de ce médicament. Peut-on y voir un lien avec la campagne des black lives matter orchestrée peu après aux USA et visant principalement à déstabiliser la campagne électorale du président américain, mais qui a connu un développement mondial ? L’implication du milliardaire Soros semble ici confirmée selon divers témoignages d’organisateurs et participants à ces manifestation de haine anti-blancs, souvent violentes et soi-disant antiracistes. Existe-t-il une collaboration entre Bill Gates et Soros ? Je ne sais, mais les deux partagent des idéaux mondialistes semblables.

En complément à tout ce que l’on dit de Bill Gates aujourd’hui, j’ai pensé intéressant de ressortir un article de 2018 (2) illustrant qui est Soros :

Aujourd’hui deux hommes en particulier ont osé désigner l’ennemi malgré la dictature de la pensée unique. Viktor Orban d’abord qui osera mener une campagne nominative contre son ancien compatriote George Soros et Vladimir Poutine qui a pris des mesures de mise hors la loi des nombreuses ONG liées au réseau de l’Open Society du même Soros et actives sur son territoire.

George Soros est-il vraiment un épicentre de la déconstruction de nos sociétés ? Un nombre croissant de faits connus, révélés grâce à l’émergence d’un nombre de medias alternatifs de réinformation, plaide en ce sens (3). Le livre récemment paru de Pierre-Antoine Plaquevent intitulé Soros et la société ouverte fait pour la première fois en français une synthèse de qui est Soros, de quels sont son action et son inspiration, ses moyens financiers et ses réseaux. (4)

Lorsqu’on cherche à comprendre un homme politique ou une personnalité influente, son origine, son vécu – sa biographie en fait – sont importants à connaître, mais aussi et surtout peut-être ses maitres à penser et les théories qui l’ont influencé. Ainsi pour Bart De Wever selon ses propres dires ce fut le livre de Miroslav Hroch Social Preconditions of National Revival in Europe qu’il lut comme une sorte de manuel à l’usage des nationalistes (5).

Soros, lui, fut marqué à vie par la lecture de l’ouvrage majeur du Philosophe Karl Popper de la London School of Economics (ci-après LSE) où il fit ses études à partir de 1949. Dans ce livre intitulé La société ouverte et ses ennemis (6) publié en 1945, l’auteur, contemporain des deux totalitarismes national socialiste et communiste et fort marqué par l’histoire récente et la seconde guerre mondiale, cherche à dresser une généalogie du totalitarisme depuis Platon jusqu’à Marx. Pour résumer à l’extrême : Soros en tirera la conclusion que le totalitarisme trouve sa source dans les Etats nationaux qui trouvent eux-mêmes leur source dans l’existence de communautés héritières d’une histoire avec leur culture et leurs croyances religieuses. La solution pour la paix mondiale et le bonheur universel réside donc pour lui dans la suppression de ces états nations et le refus d’une historicité qui crée des groupes potentiellement antagonistes. En résulte son adhésion à l’idée d’un monde d’individus libérés de tout héritage et définissant eux-mêmes ce qu’ils sont, librement et sans aucune entrave. Cette adhésion est renforcée par son passé d’enfant d’une famille juive hongroise aisée et assimilée. Comme beaucoup de personnes d’origine juive dans ce milieu, Soros ne fait plus vraiment partie de la communauté juive mais n’est pas totalement accepté dans la société où il vit. Soros rêve d’une société d’individus indifférenciés, sans passé, sans héritage, sans règles transcendantes et sans territoire – la société ouverte – où cette dualité inconfortable disparaît.

Le deuxième apport important de la LSE pour Soros fut la découverte des théories économiques de Friedrich Hayek. Ce dernier « est l’« anti-Keynes » par excellence. Rejetant l’idée même de justice « sociale » et estimant les droits sociaux « absurdes », il s’est consacré à la défense des mécanismes autorégulateurs du marché. Appelant au recours minimal à la coercition, il affirme la supériorité de l’ordre spontané sur l’ordre décrété et confère à l’État le seul rôle de permettre l’ajustement mutuel des préférences et des anticipations individuelles. Il voyait dans toute planification un chemin ouvert vers le totalitarisme. » (7)

Tout l’enseignement de cette université qui a formé un grand nombre des gouvernants, politiciens et financiers de l’élite anglo-saxonne revêt un caractère mondialiste marqué. A l’origine de la LSE à la fin du XIXe siècle on trouve la Société fabienne, club de pensée, qui tout le XXe siècle exercera une influence prépondérante dans le monde culturel, financier et politique et sera à l’origine du parti travailliste anglais. Elle est nommée d’après le romain Fabius « cunctator » c.à.d. « temporisateur » qui par une habile politique de guérilla parvint à vaincre le carthaginois Hannibal sans l’affronter de face. Pour les fabiens l’ennemi est la société capitaliste mais la révolution doit se faire de façon furtive et permanente et non de façon violente qui suscite la réaction de la société. Voici ce qu’en dit Pierre Hillard cité dans le livre de Plaquevent : « C’est cette méthode de changement en douceur mais implacable qui est la marque de fabrique de la Société fabienne. Celle-ci défend le principe d’une société sans classe devant conduire à la synthèse du socialisme (l’État providence) et du capitalisme (les lois du marché), le tout devant aboutir à la mise en forme d’une économie monopolistique dans un cadre étatique mondial. Afin de répondre aux ambitions de cette société, ses dirigeants estiment qu’il faut y aller pas à pas ou, selon leur expression, par “graduation”. L’influence de cette société est immense car de nombreux politiques anglais ont été membres de la Société fabienne. Cependant, cette influence a été d’autant plus importante que cette société a été à l’origine de la création de la London School of Economies (LSE) en 1895 … ».

Le livre de Plaquevent reprend la biographie de Soros, les influences qu’il a subies, ses théories, sa carrière favorisée par sa fréquentation de la LSE (de même qu’en France les énarques se soutiennent entre eux). Je renvoie mes lecteurs à ce livre qui clarifie la méthode Soros, décrit en détail ses réseaux d’ONG, et lève de nombreuses ambiguïtés et contradictions apparentes dans son action. Faute de place, je me contenterai ici d’extraire quelques points qui me semblent les plus informatifs : citations, faits et considérations dont j’assume le choix nécessairement personnel et quelque peu arbitraire. En deux mots Soros fit une carrière de financier, trader en Angleterre puis d’analyste financier aux USA où après s’être enrichi, il put créer ses propres fonds d’investissement aidé par la sphère financière des Rothschild. Ces fonds furent le socle et le point de départ de ses ONG dont l’Open Society Fondation actuel noyau de tout son réseau d’influence.

Deux extraits concernant l’homme, sa psychologie et sa moralité :

1. « (Le père de Soros ayant vécu les conséquences de la première guerre mondiale) lui apprit les bases de la survie ainsi que les tactiques à adopter en temps de troubles. Notamment l’idée que durant une période révolutionnaire tout devient possible et que dès lors, la règle de base de la survie devient de savoir identifier le moment où il ne faut plus respecter les règles afin de s’en sortir vivant. »

2. Citation de Soros : « À dire vrai, je porte en moi depuis l’enfance certaines puissantes fantaisies messianiques. Fantaisies que j’ai toujours senti devoir contrôler sans quoi je risquais de finir dans un asile de fous. Mais après m’être fait une place dans le monde, j’ai voulu leur laisser libre cours dans la mesure où je pouvais me le permettre. »

Le premier extrait implique une attention aux situations de déséquilibre et une exploitation des opportunités qu’elles engendrent, en renonçant si nécessaire aux règles légales ou morales. Soros ne considère pas les marchés économiques comme des ensembles rationnels tendant à l’équilibre selon la loi de l’offre et la demande, mais comme un espace imprévisible où les acteurs agissent de façon souvent instinctive et non rationnelle. Sa théorie dite de la réflectivité a pour notion centrale le principe d’indétermination. Un tel marché, comme un état révolutionnaire, offre des opportunités à qui sait observer les tendances et à en profiter sans scrupules. Et Soros ne s’encombre pas de ces derniers comme l’illustre le titre d’un premier projet de livre envoyé à Popper « Le fardeau de la conscience ». Et Soros se comporta effectivement en prédateur sur les marchés financiers transformés en terrain d’expérimentation de ses théories ; avec succès et un succès de plus en plus aisé avec la croissance exponentielle de ses moyens lui permettant d’influencer les marchés tant privés que publics jusqu’à mettre des états et leurs monnaies en difficulté.

Le deuxième extrait explique pourquoi Soros ne se contente pas de faire fortune sur les marchés financiers mais ait voulu faire usage de cette fortune immense pour influencer le monde en vue de créer son Open society rêvée et d’adapter en vue de la politique les recettes expérimentées sur les marchés financiers. Il souhaite se hisser au niveau des plus grands réformateurs comme il le reconnaît lui-même : « J’admets que j’ai toujours nourri une vision exagérée de ma propre importance. Pour parler franchement, je m’imaginais même comme une sorte de dieu, de réformateur de l’économie comme Keynes, ou, mieux encore, comme un scientifique à la manière d’Einstein. » « Un scientifique qui aura le corps social comme objet de ses expériences et ses membres comme cobayes » observe justement Plaquevent.

Le livre reprend une liste d’ensemble des ONG crées par Soros et des innombrables actions entreprises pour parvenir à l’utopique société ouverte. Il en est trop pour les citer toutes. Elles recouvrent toutes le même objectif de déconstruction déguisé sous des oripeaux humanistes dans le domaine des mœurs, de la défense des minorités, de la déculturation, de l’ouverture à l’autre, de l’antiracisme, de la pensée unique et de la diabolisation des « mal pensants ». Je me limiterai ici à signaler le soutien à l’immigration, largement créée par la déstabilisation de pays du Proche-Orient et de l’Afrique et encouragée vers l’Europe (8 ) dont le dernier volet est la signature à l’ONU du Pacte pour l’immigration de Marrakech le 19 décembre. Toute nation signant ce pacte renonce à sa liberté, s’engageant à favoriser toute immigration et instaurer une censure interdisant de parler autrement qu’en termes positifs de ce qui est en fait une invasion migratoire dévastatrice.

Soros arrivera-t-il à réaliser son utopie ?

NOTES :

(1) A mentionner aussi l’ID2020, alliance de partenariat public-privé favorable à une vaccination généralisée comme plateforme pour l’identification numérique. Le projet d’ID 2020 comprenant la Fondation Rockefeller, Microsoft, GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunization), Accenture, Ideo et des agences onusiennes fait partie des projets de développement durable de l’Agenda 2030 de l’ONU, et devrait être clôturé en 2030. Bill Gates soutient l’idée d’un vaccin unique pour tous, couvrant 20 à 25 maladies, vaccin qui selon certaines accusations permettrait de stériliser certaines populations et permettrait aussi l’insertion dans le corps de chaque humain d’une puce électronique qui contiendrait le suivi historique de son dossier médical. On notera qu’il fait l’objet d’une poursuite pénale pour crime contre l’humanité engagée par l’avocat Robert Kennedy devant le Tribunal Pénal International.

(2) https://www.renaissancecatholique.org/qui-dira-la-verite-aux-gilets-jaunes/

(3) Voir également l’article de Robert Steuckers Marxisme culturel ou Popperisme à la Soros dans Renaissance Européenne n°117 d’octobre 2018.

(4) Pierre-Antoine Plaquevent Soros et la Société ouverte – métapolitique du globalisme livre publié au Retour aux Sources en octobre 2018.

(5) Miroslav Hroch, Social Preconditions of National Revival in Europe, réed. Columbia University Press, 2000 ; ISBN-13: 978-0231117715, voir Renaissance Européenne n°97 d’octobre 2013.

(6) Karl Popper The Open Society and Its Enemies Routledge 1945.

(7) Source : https://le-blog-finance.com/decideurs/keynes-hayek-deux-visions-de-leconomie-qui-ont-forge-le-capitalisme-moderne/

(8 ) L’Europe de plus ennemie historique des puissances maritimes anglo-saxones qui ont toujours agi pour éviter l’apparition d’une grande puissance continentale concurrente. De là les actuelles campagnes anti Poutine et les révolutions colorées à l’Est et les provocations militaires contre la Russie pour interdire toute alliance entre l’Europe et la Russie.

(9) La scandaleuse et culpabilisante campagne radio de Médecins sans frontière (organisation profitant de financements de l’Open Society) est destinée à collecter désespérément des fonds, après la chute des dons depuis la mise en évidence de sa collusion avec les trafiquants d’hommes dans l’affaire de l’Aquarius, navire chargeant des migrants le long de côtes africaines.
Voir l’article Génération Identitaire, la petite bête maousse qui grandit, grandit et fait peur ! qui parle de l’opération Defend Europe en méditerranée dans Renaissance n° 116 de juillet 2018.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 26 juillet 2020 Empty Re: News au 26 juillet 2020

Message par Gilbert Chevalier le Dim 26 Juil - 21:56

- 3 -

La Chine veut « dominer cet ordre mondial »,
pas en faire un nouveau


News au 26 juillet 2020 Cina-bandiera-ansa

L’ancien ministre indien des Affaires étrangères, Gokhale, met en garde l’Occident: ne vous laissez pas berner par le modèle chinois, il veut vous convaincre par l’ONU

Pourquoi la Chine devrait-elle bouleverser l’ordre mondial et en imposer un nouveau alors qu’elle peut simplement mettre la main sur l’ancien ? Posez-vous cette question dans une analyse intéressante du New York Times Vijay Gokhale, ancien ministre indien des affaires étrangères et ambassadeur en Chine de janvier 2016 à octobre 2017.

LE VÉRITABLE OBJECTIF DE LA CHINE


Alors que la Chine se bat dans les médias et la diplomatie contre l’Occident, pour lui faire fermer les yeux sur sa responsabilité dans la propagation de la pandémie et lui faire digérer la violation d’un traité international concernant Hong Kong, Xi Jinping “est engagée dans une campagne plus vaste : prendre le contrôle des institutions internationales, telles que l’OMS et les Nations unies, qui administrent le monde.

“C’est le point : contrairement à la croyance populaire, la Chine a toujours dit qu’elle ne voulait pas renverser l’ordre mondial. Et nous devrions l’écouter. Pourquoi la Chine devrait-elle s’attirer des ennuis en essayant de la renverser, alors qu’elle peut tout simplement en prendre le contrôle total”.

EXPLOITER L’ONU ET SES FRÈRES


Personne n’a “tiré plus d’avantages que la Chine de la mondialisation”, poursuit M. Gokhale : elle a exploité les institutions multilatérales dirigées par l’Occident, comme l’Organisation mondiale du commerce, pour “poursuivre ses propres intérêts et renforcer son influence”. Elle a “pris le contrôle de quatre organisations clés des Nations unies” et achèvera le travail lorsqu’elle mettra la main sur l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. Pékin “accroît son influence dans les institutions internationales” depuis des années, et l’utilité de cet effort a été bien vue pendant cette pandémie, lorsque l’OMS a continué à faire l’éloge de la Chine malgré le fait qu’elle n’ait pas reçu les informations appropriées, comme l’a révélé l’Associated Press.

L’ancien ministre des affaires étrangères de l’Inde a tout intérêt à mettre en garde le monde occidental contre la Chine, son ennemi juré et principal concurrent en Asie. Mais sa préoccupation est claire. Avec son offre de “développement et de stabilité”, Pékin semble rassurant pour de nombreux pays à un moment où les États-Unis semblent se retirer de plus en plus de la scène internationale. Et ce n’est pas une coïncidence si la Chine est devenue le deuxième plus grand contributeur aux Nations unies après les États-Unis.

“NE FAITES PAS CONFIANCE AU MODÈLE CHINOIS”


La faiblesse de l’Occident face à la Chine et les déclarations fascinantes de nombreux politiciens à l’égard du “modèle chinois” sont plus dangereuses pour l’Inde que l’expansion du régime en Asie :

“Le monde a besoin du leadership américain pour se rappeler que le respect de la liberté et de la dignité humaine est la meilleure voie à suivre pour l’avenir de l’humanité. Le modèle chinois – où un État-parti autoritaire prône le développement économique au détriment des libertés politiques – peut sembler attrayant pour certains. Mais il ne peut être imité ailleurs car il dépend de la culture et de l’histoire chinoises. La démocratie, en revanche, peut être suivie par n’importe qui, n’importe où”.

C’est pourquoi, conclut l’ancien ambassadeur, “si l’Occident ne retrouve pas sa foi dans le pouvoir universel de la démocratie, la Chine pourrait simplement prendre le monde tel qu’il est”.

(Traduction : Site "Abbatah", page 7610)
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 26 juillet 2020 Empty Re: News au 26 juillet 2020

Message par Gilbert Chevalier le Dim 26 Juil - 22:14

- 4 -

News au 26 juillet 2020 AdobeStock_quarantine-570x416

Montréal, le 23 juillet 2020 –
Vers la fin de la semaine dernière, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a révisé de façon importante ses données concernant l’ampleur de la COVID-19 au Québec. Or, ces changements importants sont passés relativement inaperçus.

Dans cette mise à jour de l’INSPQ, le pourcentage de cas actifs est passé soudainement de 44,4 % à 6,1 %, celui des guérisons de 45,6 % à 87,7 %, et celui des décès de 10 % à 6 %.

« Clairement, les données doivent être mises à jour de façon plus fréquente. On peut se demander depuis combien de temps on répétait un nombre de cas actifs au Québec qui était à des années-lumière de la réalité », observe Gaël Campan, économiste senior à l’IEDM. Effectivement, le nombre de cas actifs a chuté de plus de 94 % lors de la modification des données par l’INSPQ.

« Un climat de peur, peu propice au débat rationnel, est alimenté par des données qui manifestement n’étaient plus bonnes. Il faut faire nettement mieux à ce chapitre », poursuit l’économiste.

« Cette correction spectaculaire de l’INSPQ démontre qu’il est important de mettre à jour régulièrement les données afin d’alimenter la discussion publique. Espérons que cela soit fait fréquemment à l’avenir », conclut M. Campan.

* * *

L’Institut économique de Montréal est un think tank indépendant sur les politiques publiques. Par ses publications, ses apparitions dans les médias et ses services consultatifs aux décideurs politiques, l’IEDM stimule les débats et les réformes des politiques publiques en se basant sur les principes établis de l’économie de marché et sur l’entrepreneuriat.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 26 juillet 2020 Empty Re: News au 26 juillet 2020

Message par Gilbert Chevalier le Dim 26 Juil - 22:23

- 5 -
Deux TÉMOIGNAGES plus qu'en OR

J'ai vu mon médecin de famille hier (un monsieur très près des protocoles mais honnête) et il m'a dit qu'il n'a pas rencontré un seul cas de COVID depuis mars. Il est d'avis que tout est absurde de la part des 2 gouvernements !
https://twitter.com/DumasMarketing/status/1286697672280346624

Tous les commerçants devraient faire ça :

News au 26 juillet 2020 Edxfoa10

https://twitter.com/KatnissC777/status/1286980149133676544
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 26 juillet 2020 Empty Re: News au 26 juillet 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 27 Juil - 7:56

- 6 -


 Un scientifique canadien
brise le silence sur l'esbroufe du covid-19

Les gouvernements des riches s'emmêlent et s'entremêlent dans la toile de mensonges qu'ils ont tissés à partir des supputations de l'OMS, d'entreprises pharmaceutiques milliardaires et d'universitaires stipendiés... non sans l'appui de la petite bourgeoisie - chien de garde du système déclinant.

News au 26 juillet 2020 Descarga_93_

Heureusement, l'imposition du confinement policier meurtrier a motivé certains scientifiques à briser le silence de connivence et à prendre la parole pour démasquer cette frauduleuse pandémie et les ridicules simagrées de distanciation sociale (sic).

Comme ce chercheur canadien l'affirme, nous pensons que c'est dans l'adversité qu'il faut se regrouper et resserrer nos liens sociaux solidaires. Merci à Denis Rancourt pour son courage.


Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 26 juillet 2020 Empty Re: News au 26 juillet 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 27 Juil - 8:02

- 7 -

Covid-19: Les masques et les « gestes barrières » sont inutiles (Prof. Denis Rancourt)

News au 26 juillet 2020 Capture-d’écran-le-2020-07-22-à-13.15.58-400x270

Les masques sont inutiles pour se protéger soi ou les autres dans le cadre d’épidémies virales respiratoires. Arrête donc de croire bêtement au discours officiel sur le Covid et reprends enfin ta santé en main !

Lien vers l’article (en anglais) de Denis Rancourt : Masks Don’t Work: A review of science relevant to COVID-19 social policy :
https://vixra.org/pdf/2006.0044v1.pdf
[en français : https://catholique.forumactif.com/t861-news-au-7-juillet-2020#8815 ]



Résumé :

Les recommandations des agences de santé pour limiter la propagation du Covid sont dénuées de tout fondement scientifique et ignorent le consensus qui ressort de la littérature scientifique pertinente : les masques sont inefficaces pour empêcher les épidémies d’infections virales respiratoires.

C’est logique car le vecteur de transmission principal des maladies virales respiratoires, ce sont les particules aérosols contaminées de très petite taille en suspension dans l’air, que les masques qu’ils soient chirurgicaux ou FFP2 sont incapables de filtrer.

C’est pourquoi les masques mais aussi les gestes barrières (distanciation sociale, lavage fréquent des mains et masques dans les transports publics par exemple) sont des mesures « sanitaires » complètement inutiles.

En revanche, l’acceptation sociale du port du masque par une grande partie des citoyens est un véritable signal d’alarme sur la faiblesse de nos démocraties et le manque de culture scientifique de la population.

Sources :

• L’article de Denis Rancourt : Masks Don’t Work: A review of science relevant to COVID-19 social policy : https://vixra.org/pdf/2006.0044v1.pdf & en français : https://catholique.forumactif.com/t861-news-au-7-juillet-2020#8815

• 3min25 : Vidéo de l’OMS https://youtu.be/Ded_AxFfJoQ (en anglais) qui recommande de ne pas porter de masque quand on n’est pas atteint par le Covid, sauf si on s’occupe de personnes suspectées d’être infectées par le Covid et qu’on est dans la même pièce : https://www.who.int/emergencies/disea…
Traduction partielle en français :
https://www.who.int/fr/emergencies/di…

• 5min59 : étude importante qui montre que les maladies virales respiratoires sont transmises par de très petites particules aérosols en suspension : Shaman, J. et al. (2010) doi: 10.1371/journal.pbio.1000316

• 11min56 graphe de la saisonnalité de la mortalité aux États-Unis entre 1972 et 1993 : Simonsen et al. (1997) https://doi.org/10.2105/AJPH.87.12.1944

• 12min38 : étude qui montre l’interaction entre virus qui causent stress respiratoire et maladies cardiaques : Madjid et al.(2007) https://doi.org/10.1093/eurheartj/ehm035

• 18min : les espaces dans les bâtiments se remplissent en aérosol chargés en particules virales : Yang et al. (2011) http://doi.org/10.1098/rsif.2010.0686

• 26min12 : travailleurs qui ont des maux de tête dans des milieux hospitaliers quand ils portent trop longtemps le masque : Jacobs, J. L. et al. (2009) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1…

• 27min24 : accident de la route à cause du port du masque : https://nypost.com/2020/04/24/driver-…

• 29min20 : étude scientifique qui montre qu’accepter l’autorité sans broncher ouvre la voie à un état totalitaire : Hickey J, Davidsen J (2019) https://doi.org/10.1371/journal.pone….

• 37min26 : étude qui montre que les ventilateurs mécaniques aggravent l’état de santé des malades du Covid voire les tuent : Richardson et al. (2020) doi:10.1001/jama.2020.6775

• 42min12 : article en anglais sur la critique de la politique du gouvernement canadien : Denis Rancourt (2020) OCLA Report 2020-1: Criticism of Government Response to COVID-19 in Canada, 2020, ResearchGate
https://www.researchgate.net/publicat…

• 42 min 16 : traduction en français : Denis Rancourt (2020) Critique de la réponse du gouvernement canadien au COVID-19, Le Saker Francophone
https://lesakerfrancophone.fr/critiq
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 26 juillet 2020 Empty Re: News au 26 juillet 2020

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum