Catholique-Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -46%
SanDisk Carte microSDXC UHS-I pour Nintendo Switch 128 ...
Voir le deal
23.29 €

News au 3 août 2020

Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty News au 3 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 3 Aoû - 11:57

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty Re: News au 3 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 3 Aoû - 11:59

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty Re: News au 3 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 3 Aoû - 12:08

- 1 -

     
News au 3 août 2020 Virus-vaccin-400x309

Le vaccin anti COVID-19…

Est-ce LE but final de cette crise, imposer une vaccination obligatoire à tout le monde, avec un passeport biométrique sanitaire et sans ça, l’impossibilité de se déplacer, d’acheter, de se nourrir ? 

Transfert dans le monde réel et d’aujourd’hui d’avertissements ésotériques déjà présents dans la Bible…

L’avenir proche nous le dira.

Avec le temps, l’accumulation d’effets secondaires, les témoignages de médecins de plus en plus nombreux, la vaccination est devenue un sujet de controverse, souvent passionnel, parfois violent. 

Il ne s’agit pas ici seulement d’être pour ou contre la vaccination en général. 

Il s’agit d’être vigilant face à la pression énorme de la part de firmes et de gouvernements d’injecter à des milliards d’individus en bonne santé un produit fabriqué à la va-vite, au moyen de technologies immatures comme la manipulation de l’ADN, aux effets secondaires encore inconnus. Il ne faudrait pas que le remède soit pire que la maladie.

Vu la peur, la terreur insufflées dans l’esprit des gens, vu l’enthousiasme de certains dirigeants et vu la puissance des firmes et fabricants de vaccins, nous, simples citoyens, saurons-nous résister, garder notre sang froid et empêcher ces personnes de jouer avec nos santés ?

Savez-vous ce que rapportent la commercialisation des vaccins aux firmes pharmaceutiques ?

Références sur le site Statista, chiffres pour l’année 2019 [1] :

  1. GSK (GlaxoSmithKline) : plus de 8 milliards d’euros.
  2. Merck : 7,3 milliards d’euros
  3. Pfizer : 5,9 milliards d’euros
  4. Sanofi : 5,8 milliards d’euros

Des milliards, sur une seule année !

Vous pensez que la conservation de tels gains ne motiverait pas la transgression des limites en balayant tout sur son passage, toute éthique scientifique, toute morale même ?

Comme le dit Emma Kahn [2], sur le site de l’AIMSIB (Association internationale pour une médecine scientifique, indépendante et bienveillante), au 3 mai 2020 :

« Bizarrement les trois vaccins en étude clinique en Occident (hors Chine) contre le COVID-19 sont développés par des start-up et non par Big Pharma (surnom de l’industrie pharmaceutique). Pour quoi les gros industriels (Merck, GSK, Sanofi, Pfizer) n’ont-ils lancé aucune étude clinique ? Une première raison est préoccupante : les … experts de l’industrie savant déjà que les vaccins anticoronavirus sont trop risqués, ils induisent la facilitation et des phénomènes immunopathologiques. Le phénomène de la facilitation de l’infection par les anticorps » est crucial à comprendre.

Des vaccins trop risqués !

Facilitation et phénomènes immunopathologiques !

Ceci n’est pas du conspirationnisme, ni les élucubrations d’un quidam. Il s’agit de données publiées, bien connues des scientifiques, de virologues et publiées dans de nombreuses revues. 

Ces faits concernent particulièrement la famille des coronavirus et du SRAS [3].

Avec les vaccins, « le plus gros problème est la crainte d’un ADE (antibody dependant enhancement, facilitation de l’infection par le vaccin, médiée par les anticorps induits par la vaccination) : facilitation de la pénétration du virus dans les cellules par le récepteur du fragment Fc des immunoglobulines » [4].

Le 5 mars 2020, devant le congrès états-unien, Peter Hotez [5] (expert vaccinal) met en garde contre la facilitation de l’infection par les anticorps, et sa relation avec la vaccination [6] :

« Il faut être très prudent et aller doucement avec les essais cliniques, les essais sur animaux ont montré la facilitation » ! 

Donc, Big Pharma est prudente. Cela confirme la crédibilité de cette information. 

Non seulement ce vaccin ne vous protégera pas du tout ou pas assez, mais il peut aggraver les choses en facilitant votre infection par le COVID-19 !

Le phénomène de facilitation de l’infection virale par les anticorps (ADE ou antibody dependent enhancement) est connu depuis longtemps et existe pour de nombreux virus. 

On a mis en évidence des anticorps de ce type, in vitro, dans le cas du SRAS-CoV-2 et les candidats vaccins ne feraient qu’aggraver cet effet immunopathologique !

C’est encore plus probable si on brûle les étapes.

News au 3 août 2020 Vaccine-chemist-syringe-stopwatch-ampoule-outbreak-coronavirus-sars-cov-2-virus

La journaliste Céline Deluzarche, dans un article sur Futura Sciences (Futura Santé) du 19 mars 2020 revu le 15 juin, le dit :

« Coronavirus : les dangers d’un vaccin élaboré à la hâte.

Face à l’urgence, les scientifiques appellent à accélérer les procédures de tests et à se passer des habituels essais sur les animaux. Une stratégie louable mais qui pourrait s’avérer au mieux, contre-productive,
au pire causer des morts » [7].

« Normalement, obtenir un vaccin efficace, non toxique et utilisable prend entre 15 et 20 ans. Il faut d’abord mettre au point une formule possédant les prérequis chimiques et pharmaceutiques, mener des études d’immunogénicité [8] chez l’animal, évaluer la toxicité du vaccin [9] chez l’animal, puis chez l’Homme, et enfin, tester son efficacité à grande échelle. »

Pourtant, certaines personnes mettent la pression, invoquent l’urgence. 

Pourquoi ? 

Elles exploitent la peur pour y arriver. Il n’est jamais bon de décider quoi que ce soit sous l’effet de la peur. 

À quel jeu dangereux jouent ces personnes ?

L’Europe en particulier, et sa nouvelle présidente, Ursula von der Leyen, après avoir organisé un téléthon mondial pour financer la recherche d’un vaccin [10], cherche à imposer l’idée que seul un vaccin peut nous sauver.

« … devant l’urgence, la pression des gouvernements et des autorités sanitaires, certains appellent à accélérer les procédures. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a dit mardi espérer un vaccin contre le nouveau coronavirus avant l’automne» [7].

On a le sentiment que tout cela était programmé d’avance, quand on sait que Bruxelles, aujourd’hui, travaille depuis longtemps sur un passeport « vaccins » afin de mettre la population sous surveillance et contrôle total [11]. 

Le COVID-19 n’aurait-il été qu’un prétexte pour imposer des mesures totalitaires impossibles à faire accepter autrement ?

Je pose la question.

Nous retrouvons Peter Hotez [5], qui nous conseille la plus grande prudence :

« Un vaccin n’est pas anodin : il s’agit le plus souvent d’un virus désactivé ou affaibli, et peut dans certains cas aggraver la maladie qu’il est censé prévenir. Peter Hotez, doyen de l’École nationale de médecine tropicale du Baylor College of Medicine et qui a travaillé sur l’épidémie de SRAS en 2003, a ainsi constaté que certains animaux vaccinés développaient des symptômes encore plus graves lorsqu’ils étaient exposés au virus en raison d’un affaiblissement du système immunitaire. C’est ce que l’on appelle une « facilitation de l’infection par des anticorps » (Antibody-dependant enhancement ou «ADE en anglais) » [7].

Les travaux et recherches sur les vaccins anti-COVID 19 à Cambridge, Oxford, parrainés par le NIH (National Institute of Health aux Etats-Unis, Anthony Fauci le tsar anti-COVID de Donald Trump) ne me rassurent pas du tout, et ne devraient pas vous rassurer non plus [12] !

Ces mêmes personnes sont derrière un des pires scandales vaccinal, médical des dix dernières années en voulant déjà, en 2009-2010, vacciner la population entière pour une fausse pandémie (H1N1) [13-14-15].

Un sondage en France rapporte que près d’un quart (25%) des Français ne comptent pas accepter le vaccin contre le COVID-19 [16].

Je les comprends et trouve même étonnant que ce chiffre ne soit pas plus élevé.

Ces vaccins, c’est la course aux profits [17], des sommes faramineuses !

Même indépendamment d’idées plausibles et effrayantes comme l’association du vaccin à des OGM [18], à un puçage et à un traçage de la population [19], le danger inhérent à tout vaccin et le danger spécifique d’un vaccin anti-coronavirus (facilitation de l’infection virale par les anticorps- ADE ou antibody dependent enhancement) devraient faire réfléchir tous les citoyens avant d’accepter une telle mesure sans broncher !

Au travers de la peur instillée par nos principaux médias, peur entretenue par les experts de nos propres gouvernements, les gens seraient prêts à accepter des remèdes aussi dangereux qu’inefficaces.

Comme Tony Carlucci le dit :

« Bien que le Covid-19 puisse être un véritable agent pathogène, les preuves suggèrent qu’il ne justifie pas les réactions excessives que nous avons observées dans le monde entier.          L’hystérie du Covid-19 a de très loin un impact beaucoup plus dévastateur sur l’humanité que le virus lui-même. Au milieu de cette hystérie, la plus grande menace réelle pour la santé humaine une industrie pharmaceutique corrompue et ses partenaires au sein du gouvernement sont sur le point d’accroître à la fois leurs profits aux dépens du public et leur pouvoir sur ce dernier. » [20]

Les citoyens devraient ne plus prendre pour argent comptant tout ce qu’on leur dit, même, voire surtout si cela vient des médias officiels ou des gouvernements [21]. 

Il en va de leur santé, mentale et physique.

Quant au vaccin, le seul fait qu’il puisse faciliter lui-même l’infection par le coronavirus et aggraver les symptômes devrait stopper net tout engouement pour lui.

La perte de temps et d’argent pour la recherche de ce vaccin empêche la population de se tourner vers d’autres solutions, plus saines et plus réalistes :

  1. Retrouver un mode de vie sociale sain avec un compromis acceptable entre imposer des quarantaines ciblées et limitées (pour les personnes vraiment malades et non seulement RT-PCR positif), et laisser le virus circuler parmi les personnes le moins à risques (jeunes et adultes sains) protégées par leur immunité saine.

  2. Privilégier davantage les NPI (mesures non pharmaceutiques) efficaces comme le lavage des mains, la distance physique et l’aération des espaces clos, plutôt que le port du masque en continu, plus délétère que bénéfique.

  3. Laisser les médecins de première ligne prescrire librement de l’hydroxychloroquine et du zinc, suffisamment tôt, dès les premiers symptômes de COVID-19, sous contrôle médical de façon à minimiser les risques cardiaques bien connus de l’HCQ.

  4. Redonner la priorité à la reprise de l’économie, de l’activité sociale car aujourd’hui, la solution contre le problème du COVID est pire que le problème lui-même (et de loin).

  5. Se rappeler que nous avons une immunité ! Des immunités innée et spécifique cellulaire, et pas seulement une immunité médiée par anticorps ! Que les meilleurs alliés de ces immunités sont nos modes de vie (alimentation, activité physique, gestion du stress, gestion mentale). Tout devrait être mis en œuvre, aujourd’hui plus que jamais, pour améliorer cela.

  6. Traiter la peur immense et le stress post-traumatique qui ont été générés ces derniers mois par les médias et par nos gouvernements. 

Cette peur à elle seule nous rend plus vulnérables à la fois face à la maladie et face aux dérives totalitaires.

À condition de se sevrer de la peur, des mensonges et des illusions, chacun peut reprendre le pouvoir sur sa santé, sa société, sa vie.

Dr Pascal Sacré
 

Notes :

[1] Les géants de l’industrie des vaccins, 14 mai 2020, Statista.fr 

[4] SARS vaccines : where are we ?, Expert Rev Vaccines 2009 Jul ; 8(7) :887-98. doi : 10.1586/erv.09.43.

[5] Peter Hotez, Wikipédia

[7] Coronavirus : les dangers d’un vaccin élaboré à la hâte, Céline Deluzarche, Futura Sciences (Futura Santé), 19 mars 2020, revu le 15 juin 2020. Quand le vaccin facilite l’infection virale…

[12] Coronavirus : court-circuiter les étapes vers un vaccin?, 16 mars 2020, Agence Science-Presse, média indépendant basé à Montréal. En temps normal, le développement d’un vaccin peut prendre 15 à 20 ans

[13] Politique et corruption à l’OMS, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 12 janvier 2010, réédité 14 avril 2020.

[14] Le point sur la gestion européenne de la pandémie de grippe A H1N1, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 22 octobre 2010

[15] Pandémie de grippe H1N1, cru 2009 : quoi de neuf, docteur ?, Dr Pascal Sacré, mondialisation.ca, 20 avril 2010

[16] Près d’un quart des Français ne comptent pas se faire vacciner contre le Covid-19, 22 mai 2020.

[18] « Vaccins contre la COVID » et « Humains génétiquement modifiés », mondialisation.ca, Carrie Madej et Mark Taliano, 23 juillet 2020

[19] Coronavirus, vaccin, implant et traçabilité, Medias-Presse.info, 18 avril 2020. Bill Gates, à travers sa Fondation Bill & Melinda Gates, le projet ID2020 qu’il finance et des industries pharmaceutiques dans lesquelles il détient des parts importantes, entend bien profiter du coronavirus pour nous imposer une vaccination quasiment mondiale et y inclure un implant d’identification et de traçabilité.

[21] COVID-19 – Vérifiez vos sources. Guerre contre… la corruption ?, Dr Pascal sacré, mondialisation.ca, 12 avril 2020.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty Re: News au 3 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 3 Aoû - 14:20

- 2 -

News au 3 août 2020 Qneqfn276dkywiaihu635nnn04qfs7r5gyzl1op

J’ai créé le concept de « vampirisme intergénérationnel », il y a une trentaine d’années au moment des débats sur l’utilisation des cellules souches embryonnaires (J’en parle aussi dans mon essai « le complot inconscient »). Je définie le vampirisme intergénérationnel comme toutes techniques médicales qui utilisent des enfants à naître (qu’ils soient sous forme de cellules souches embryonnaires encore indifférenciées, de zygotes ou à plusieurs semaines de vie intra-utérine), les tuent, et à partir de leur substances, fabriquent des médicaments pour soulager ou guérir des adultes (par exemple pour lutter contre le Parkinson).

Les futurs vaccins contre la grippe, en dépit des efforts faits par la dictature (et leurs bonniches "à tout faire" que sont les médias) pour cacher cette vérité, seront faits à partir de tissus fœtal humain. En cela ils seront l’incarnation même de cette nouvelle abomination où dans un immonde vampirisme intergénérationnel les plus forts se nourrissent littéralement du sang et de la substance vitale des plus faibles.

Pour tout disciple du Christ mais aussi pour ceux et celles qui sans appartenir à la seule vraie religion pensent néanmoins que la valeur intrinsèque de la vie humaine n'est pas négociable, il va de soi que cela représente un "No go" absolu. Petit à petit une question devient inévitable: doit-on songer à une résistance armée? Le peut-on en tant que chrétien? J'avoue que je n'ai pas la réponse mais je sais qu'il vaut mieux mourir plutôt que se laisser vacciner de force et se laisser injecter du sang des innocents.

Jean-Pierre Aussant
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty Re: News au 3 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 3 Aoû - 16:32

- 3 -

[Depuis mars 2020, les échafauds ont été dressés partout, et ils continuent de fonctionner. Comme dit l’Écriture : les puissants seront puissamment jugés !]

Crise du coronavirus en France :
ÉPIDÉMIE TERMINÉE versus PANIQUE ORGANISÉE.
Pourquoi ?
     
News au 3 août 2020 France-flag-idea-design--400x282

En mars 2020, nous sommes entrés dans un monde délirant gouverné par la peur et les mensonges de nos autorités qui font actuellement tout pour  prolonger la panique sans justifications médicales réelles.

Confinement : la pire catastrophe française depuis 1940

En mars, notre président a déclaré la guerre au Covid19 et ses ministres nous ont expliqué que la suspension des libertés fondamentales, l’obligation : « restez chez vous » (sous contrôle policier tatillon) et la rupture de tous les liens sociaux, étaient nécessaires pour sauver nos aïeux, empêcher nos hôpitaux d’être débordés et limiter le nombre de morts que nous infligerait inéluctablement le Covid19.

Trois mois plus tard, nous constatons que ces mesures ont abouti à l’assassinat de nos anciens dans les Ehpad, que les lits des cliniques privées sont restés vides même dans les régions qui ont enregistré le plus grand nombre d’hospitalisations liées au COVID-19 (et ont transféré des patients à l’étranger), et que la France se retrouve parmi les pays qui comptent le plus de morts de Covid19 par million d’habitants.

La réalité est à l’opposé de ce que nous annonçaient les prédicateurs d’apocalypse, leurs simulations[2] et le comité scientifique, celui-là même qui aujourd’hui nous recommande de porter des masques, de nous faire tester et d’installer une application de traçage sur nos téléphones (stop covid) alors que la maladie a quitté notre territoire.

L’assassinat de nos aïeux

La protection de nos ainés, victimes désignées du Covid19 constituait l’objectif « officiel » prioritaire du confinement. Or toutes les mesures prises durant la loi d’urgence ont abouti à les éliminer sans témoin et en empêchant de leur rendre le dernier hommage. Le meurtre avec préméditation par Covid non traité et/ou Rivotril des pensionnaires des Ehpad constitue l’infamie la plus triste du confinement. Le terme assassinat est violent, mais correspond aux faits constatés d’une mise à mort organisée. Le premier temps a été de les couper de leur famille les transformant en « prisonniers au mitard »[3], les rendant plus vulnérables et facilitant les syndromes de glissement (désintérêt progressif de la vie rendue insipide par l’absence de contacts menant au décès) alors qu’il aurait été possible de maintenir des contacts protégés. Le second temps a été de les interdire de tests diagnostiques[4] puis de réanimation[5] puis d’hôpital. Le troisième de réexpédier les pensionnaires malades dans leur établissement d’origine ou faute de possibilité réelle d’isolement, de matériel de protection et de personnel en nombre suffisant ils ont contaminé leurs compagnons d’infortune. La solution finale a été le décret Rivotril[6] qui a organisé la dispensation d’un produit destiné à les tuer sur simple suspicion de Covid (sans certitude diagnostique) avec rédaction d’une ordonnance « préventive » et préparation d’une seringue nominale sans prévenir le malade ni sa famille ni même attendre une éventuelle aggravation. Le 6 mai 2020 les personnes âgées dépendantes résidants en Ehpad représentaient la moitié des morts attribués à l’épidémie en France (12 769 décès sur les 25 531)[7]. L’objectif allégué du confinement n’a donc pas du tout été atteint, ni même visé.

Hôpitaux vides

Pendant le confinement des centaines de milliers de personnes n’ont pas pu recevoir les soins dont elles avaient besoin parce que le plan blanc réservait toutes les capacités d’hospitalisation pour le tsunami COVID-19 qui « n’allait pas manquer de nous submerger partout ».

En réalité de nombreux hôpitaux sont restés à moitié vides pendant tout le mois d’avril et les cliniques privées vidées de tout malade ont dû recourir au chômage partiel de leur personnel. Ainsi, le syndicat de l’hospitalisation privée annonçait que de très nombreuses demandes de chômage partiel avaient été déposées dans ses établissements[8] et demandait que les ARS (agences régionales de santé) leur adressent les malades qui n’auraient pas pu être soignés dans les établissements publics[9]. Mais à l’exception de quelques cliniques parisiennes et durant une quinzaine de jours, les lits privés sont restés vides faute de malades.

Pendant cette période, pour montrer qu’il était efficace, le pouvoir a organisé des grands spectacles TGV covid, Evasan[10] Covid et hôpital militaire de campagne Covid alors qu’il suffisait parfois de pousser une porte pour trouver les lits, des respirateurs et des soignants en nombre suffisant. Dans le Grand-Est, le mercredi 25 mars, 150 lits de réanimation étaient disponibles pour les cas Covid dans les hôpitaux publics et privés, avec une possibilité de création de 300 lits de réa supplémentaires. « Vu la situation dans l’Est, c’est difficile de comprendre pourquoi ces lits restent vides. D’autant plus alors que des patients sont transférés vers d’autres régions », regrettait Pénélope De Feuquières[11], responsable de la communication du groupe Elsan qui compte 120 établissements dans toute la France, majoritairement en régions.

Dans cette mise en scène dramatique la France n’est pas une exception : au Pays de Galles, sur les 17 hôpitaux de campagne qui ont été mis en place pour traiter 6000 patients COVID-19, un seul a été utilisé pour 46 patients et aujourd’hui il est vide, lui aussi. L’exercice a coûté 166 millions de livres sterling[12]. En Lombardie, la région italienne la plus touchée, l’hôpital COVID-19 Fiera di Milano, qui a coûté 20 millions d’euros, n’a finalement traité qu’une vingtaine de patients[13]. De même à Madrid où l’immense hôpital de campagne a été un désastre [14].

Un des pires taux mondiaux de mortalité Covid19

On juge une mesure sanitaire à son résultat : le nombre de morts par million d’habitants. Sur ce critère, d’après les chiffres OMS du 24 juillet, la France se place au 6ème rang mondial des plus fortes mortalités des 197 états membres avec 483 décès/million derrière la Belgique (846/M), la Grande-Bretagne (671/M), l’Espagne (608/M), l’Italie (580/M) et la Suède (562). Les mieux placés étant Taiwan (1/M), le Japon (8/M), la Corée (6/M), Singapour (5/M), la Malaisie (4/M), le Maroc (8/M), l’Algérie (27/M), l’Inde (24/M) et les pays africains d’endémie palustre dont les populations prennent quotidiennement des antipaludéens.

Si nous avions décidé, comme nos voisins allemands, de mettre en quarantaine, (d’isoler pendant 15 jours) les porteurs de virus de la population saine nous compterions 25000 morts de Covid19 de moins. L’absence de test n’est pas une excuse : c’est parce que le ministère n’en a pas voulu que nous n’en avons pas eu ; au début de cette épidémie les Allemands ne disposaient pas de plus de tests que nous pour cette maladie nouvelle, mais leur chancelière a permis à tous les laboratoires y compris vétérinaires d’en pratiquer alors qu’en France le ministère et les Agences Régionales de Santé ont dédaigné les offres qu’on leur a faites. D’ailleurs même sans tests la mise en quarantaine des infectés aurait été possible et efficace sur les simples signes cliniques car, contrairement à ce qui a été longtemps prétendu (et en partie responsable des erreurs des modélisations folles qui ont servi d’alibi à nos politiques), les infectés asymptomatiques participent très rarement à la diffusion de la maladie[15]. Mais les autorités sanitaires ont préféré renvoyer les infectés sans signe de gravité chez eux et les vieux dans les Ehpad infecter leurs proches grâce au confinement qui augmentait la durée d’exposition au virus.

Des victimes collatérales par dizaine de milliers

Le « plan blanc » activé dès l’état d’urgence et le confinement aveugle adoptés a entraîné l’arrêt des traitements des maladies chroniques (hypertension, diabète, cancers), source de pertes importantes de chances de survie. Il a également bloqué le diagnostic et le traitement de nouvelles pathologies infectieuses, cancéreuses etc. qui sont apparues pendant le confinement et sont restées évolutives en l’absence de diagnostic et de traitement. Or même des retards modestes dans la chirurgie du cancer ont un impact significatif sur la survie.  Aux victimes directes du Covid19 et du confinement, le plan blanc a donc ajouté des victimes collatérales par arrêt ou retard des soins des maladies chroniques et les retards de diagnostic des maladies jusque-là ignorées.

Dans un rapport[16] F Bizard précise : « la CNAMTS a confirmé une baisse d’activité de 40% pour les médecins généralistes. Une moyenne de 70% de perte d’activité chirurgicale a été constatée depuis le début du plan blanc. »

L’impact de la crise Covid19 a été estimé à une baisse de plus de 2 millions d’actes chirurgicaux, pour une date de levée du plan blanc postérieure au premier juin. Les traitements en cours des cancers connus ont été retardés ou modifiés. Les ARS ont même suggéré de traiter des cancers coliques et pulmonaires reconnus par radiothérapie, alors qu’un tel traitement est nettement moins efficace que la chirurgie et que les services de radiothérapie surchargés donnent souvent rendez-vous dans deux mois ou plus.

Appel des médecins et chirurgiens pour la levée du plan Blanc

L’académie de médecine[17], le BLOC[18] et autres représentants des chirurgiens de France ont adressé des mises en garde aux plus hautes autorités de l’État.

« Nous constatons chaque jour et de plus en plus l’aggravation des morbidités et de la mortalité des malades non COVID. Les patients présentent des états aggravés avec des retards diagnostiques et thérapeutiques lourds de conséquences. Toutes les spécialités médicales sont concernées ». Edicté pour lutter contre le risque COVID19, le plan blanc a maintenant des effets délétères pour la santé publique, alors même que l’épidémie est presque éteinte sur une grande partie du territoire. Son rapport bénéfice/risque est devenu catastrophique ». En vain.

Depuis le confinement, en trois mois, 90000 nouveaux cancers auraient dû être diagnostiqués et traités et ne l’ont majoritairement pas été. Alors que depuis des années, l’institut National du Cancer, la Haute Autorité de Santé et la ligue contre le cancer n’ont de cesse de rappeler l’importance cruciale des traitements précoces « plus un cancer est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes » et qu’ils prônent sans arrêt tous les dépistages des cancers.

Le mal épidémique des décisions gouvernementales : équivalent plan Blanc en Grande-Bretagne

Nos voisins anglais ont estimé l’impact sanitaire de l’arrêt des activités médicales en cancérologie en Grande-Bretagne. L’équipe du professeur Turnbull[19] [20]  a calculé que si les 94 912 patients – qui devaient subir une intervention chirurgicale pour retirer leur cancer – avaient un retard de trois mois, il y aurait 4 755 décès supplémentaires au cours des cinq prochaines années. Compte tenu de la durée de vie attendue des patients après la chirurgie, le retard représenterait 92 214 années de vie perdues.

« Pour éviter une crise de santé publique liée aux décès par cancer évitables, les actes diagnostiques et chirurgicaux du cancer doivent être maintenus à leur rythme normal, avec une attention rapide à tout arriéré déjà accumulé ».

Durant la même période plus de la moitié des maladies digestives, cardiaques[21], vasculaires, neurologiques, rhumatologiques, psychiatriques et pulmonaires n’ont pas été vues en consultation, se sont aggravées, faute de traitement en temps utile.

Le nombre des décès secondaires aux retards de soin consécutif à ce plan blanc est difficile à compter pour l’instant, mais le nombre considérable de malades concernés (plusieurs millions) fait craindre qu’il ne dépasse très largement celui des victimes directes de l’épidémie.

Lourdes conséquences sociales du confinement aveugle

Alors qu’il n’y a aucune preuve que le raz-de-marée annoncé sur les hôpitaux ait été empêché par le confinement[22] [23], les mesures ordonnées par le gouvernement ont mis des pans entiers de la société dans la détresse : jeunesse privée de son droit à l’éducation, désintérêt progressif du travail chez de nombreux salariés qui ont beaucoup de mal à reprendre leurs activités, finances publiques lourdement grevées, maisons de retraite transformées en prisons tandis que les liens dans la population ont été distendus, minés par la défiance et la peur de l’autre. Récession économique, aggravation du chômage et de la misère se font déjà sentir. Les mesures prises au nom de la protection de la population n’étaient manifestement ni efficaces, ni proportionnées, ni adéquates.

En France, l’épidémie est terminée

Une maladie existe lorsqu’elle entraîne des malades, des personnes qui présentent des signes cliniques, qui nécessitent des soins, des hospitalisations et qui sont menacées de mort. Or, lorsqu’on consulte les données officielles de Santé Publique France, on constate depuis 3 mois une baisse continue du nombre des hospitalisations, du nombre d’entrées en réanimation et du nombre de décès, indicateurs clés d’une épidémie évolutive ainsi que le montrent les graphiques officiels suivants :
News au 3 août 2020 1_2

News au 3 août 2020 2_0

News au 3 août 2020 3_0

Depuis le début de l’année, la mortalité n’a dépassé la limite supérieure de la valeur statistiquement attendue que dans la catégorie d’âge des 65 ans et plus, et ce uniquement entre la troisième semaine de mars et la troisième semaine d’avril. Dans la classe d’âge des 0 à 64 ans, en revanche, à aucun moment la mortalité ne s’est significativement écartée des valeurs habituelles.

Épidémie terminée, mais intensification de la propagande de la peur !

Au lieu de mettre en avant ces bonnes nouvelles le gouvernement poursuit sa propagande terrorisante, sous prétexte que le nombre de cas testés positifs augmente, alors que cela traduit principalement la forte augmentation du nombre de tests effectués.

Lorsqu’on examine les graphiques qui présentent le nombre de tests revenus positifs rapporté au nombre de tests revenus négatifs, il faut presque une loupe pour apercevoir la part des positifs – laquelle est par ailleurs stable, oscillant depuis la mi-mai autour 1%.
News au 3 août 2020 4_0

Ces cas positifs ont de plus de chances d’être en réalité des faux-positifs. Les tests PCR actuellement utilisés présentent en effet une marge d’erreur de 1,8%. Cela signifie que sur 10 000 tests, il y aura 180 faux positifs. Or depuis le 11 mai, le pourcentage des tests positifs est restée stable à 1%. Avec des chiffres aussi réduits, la possibilité qu’il s’agisse souvent de faux positifs ne peut donc être exclue. Dans une analyse parue mi-juin, Beda Stadler, professeur émérite et ancien directeur de l’Institut de virologie et d’immunologie de l’Université de Berne, rappelait aussi qu’une grande partie ces « cas d’infection » pouvaient en réalité être des personnes déjà immunisées contre le virus, encore porteuses de « débris viraux » dans leur organisme.

La poursuite de la propagande de la peur est efficace ainsi qu’en témoigne le nombre de consultations pour angoisse de covid19 qu’utilise ensuite Santé Publique France pour faire croire à une seconde vague : « signe d’une possible reprise de la maladie, du 29 juin au 5 juillet, 1 523 actes médicaux pour suspicion de Covid-19 ont été enregistrés par les associations SOS Médecins, cela représente une hausse de 41 % par rapport à la semaine précédente ».

Ainsi malgré des indices objectifs tous rassurants, des adultes de toutes les classes d’âge, et même des enfants[24], craignent d’être contaminés, de tomber malades et de mourir du COVID-19. Cette peur infondée soulève la question de la responsabilité de ceux qui l’ont répandue et qui continuent de l’entretenir.  Les consultations en psychiatrie ne cessent de se multiplier de même que le besoin d’hospitalisations que les services ne peuvent fournir.[25]

Quelles peuvent être les raisons d’une telle désinformation ?

Pourquoi les données rassurantes dont on dispose aujourd’hui ne font-elles pas les gros titres ? A quoi rime cette volonté d’imposer le masque alors que la maladie a quitté le pays, de faire croire aux petits enfants qu’ils ne doivent pas embrasser leurs grands-parents pour les protéger, de rappeler constamment au public que les restrictions pourraient être réimposées très bientôt sinon à entretenir la panique et s’assurer de la soumission de la population ?

Plusieurs raisons confortent cette hypothèse

En premier lieu l’incohérence qui caractérise les mesures en place (dont la plupart sont dénuées de fondement scientifique solide) et la manière dont le comportement des habitants est analysé par les experts et les médias.

Les citoyens qui mettent en doute l’intérêt médical actuel réel du masque, des tests et du traçage sont qualifiées d’irresponsables qui menaceraient la santé publique et favoriseraient une deuxième vague. Là, c’est le comportement des personnes qui ont massivement fêté le retour d’un peu de liberté et la musique que l’on criminalise, alors qu’aucune augmentation des malades n’a été constaté depuis ces évènements festifs. Dans le même temps, les médias ne se sont guère ému des milliers de manifestants qui ont envahi à la même période les rues des grandes villes pour protester contre le racisme, ni des consommateurs qui ont couru les soldes, sitôt les centres commerciaux réouverts.

Dans les rangs des politiques et des journalistes, personne ne semble s’étonner du changement majeur de l’objectif des mesures imposées passant d’ « aplatir la courbe », à « éradiquer Sars-Cov-2 », une entreprise qu’aucun scientifique ne peut juger crédible.

Cette hypothèse se trouve également crédibilisée par la similitude de cette propagande illogique des gouvernants dans de nombreux pays que la maladie a déserté comme la Suisse ou le Canada.

En démocratie, c’est le peuple qui doit gouverner

Il y a lieu de s’interroger sur la place grandissante que s’arrogent les membres du comité scientifique et l’exécutif. Rappelons que ce groupe d’experts trop liés aux entreprises du médicament est de conseiller le président et le conseil de défense en s’appuyant sur ses connaissances scientifiques. Non de gouverner à la place des autorités élues, ni de torpiller leurs décisions en lançant des mises en garde à la population. Pourtant, c’est bien ce que ces chercheurs ont fait en imposant des restrictions stupides sans justification sanitaire réelle, compliquant considérablement la réouverture des écoles voulue par le président. Cette manière d’autoriser un groupe d’experts non élus, peu compétents en médecine clinique et dont les membres ont été recrutés en fonction de critères opaques témoigne d’une méconnaissance et d’un mépris des institutions démocratiques pour le moins ahurissants qui fait douter une fois encore de la capacité des médias à nourrir le débat démocratique.

Dr Nicole Delépine

Notes :

[1] Transposition à la France de l’excellent texte de Catherine Riva et Serena Tinari concernant la Suisse « des nouvelles mesures pourquoi faire ? » Mondialisation.ca, 17 juillet 2020 Avec re-check.ch à lire absolument.

[2]
] N Ferguson Rapport 9 Imperial College 2020 3 16

[3]
 Les prisonniers bénéficient de visites de leur famille. Seuls les punis sont mis au mitard et privés de visite

[4]
 Alors que les politiques se sont presque tous fait tester

[5]
 Le 22 mars, le Dr Chatelus écrit : « le chef des urgences de Mulhouse a admis devant 600 urgentistes français réunis en visioconférence qu’au-delà de 75 ans, avec ou sans comorbidités, ils n’intubaient plus »

[7]
 B Deshayes Coronavirus dans les Ehpad : les chiffres de la tragédie qui se joue à Paris, Lyon, Nîmes Mougins. https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2492361-coronavirus-dans-les-ehpad-la-tragedie-qui-se-joue-a-paris-lyon-nimes-mougins/

[8]
 Boris Hallier Coronavirus : « Nos établissements sont totalement vides », déplore la fédération de l’hospitalisation privée Mercredi 25 mars 2020, France Bleu Paris    Île-de-France

[9]
Lucie Oriol Coronavirus : les hôpitaux privés demandent à être réquisitionnés ACTUALITÉS 22/03/2020
ASSOCIATED PRESS

[10]
 Évacuations sanitaires aériennes

[11]
 Le fact check de jeunes médecins #1mais pourquoi tant de lits restent-ils vides dans les cliniques privées ?  27/03/2020 https://www.jeunesmedecins.fr/actualites/mais-pourquoi-tant-de-lits-restent-ils-vides-dans-les-cliniques-privees

[12]
 Anna Palmer & Ashleigh Crowter Coronavirus: Only one of Wales’ 17 field hospitals used BBC News18 6 2020

[13]
 Di Lorenzo TosaIl grande flop dell’ospedale Covid-19 a Milano Fiera: costato 21 milioni, ospita 3 pazienti

[14]
 Coronavirus : à Madrid, l’immense hôpital de campagne a été un désastre” https://www.courrierinternational.com/article/reportage-coronavirus-madrid-limmense-hopital-de-campagne-est-un-desastre

[15]
 Maria Van Kerkhove, responsable technique de la cellule chargée de la gestion de la pandémie à l’Organisation mondiale de la santé a déclaré « il semble rare qu’une personne asymptomatique transmette la maladie », lors d’une conférence de presse virtuelle de l’OMS.

[16]
Frédéric Bizard Pour l’Académie Nationale de chirurgie Impact économique du Covid19 en chirurgie 29 4 2020

[17]
 Communiqué commun de l’Académie nationale de Médecine et de l’Académie nationale de Chirurgie 15 5  2020 http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2020/05/La-reprise-des-activit%C3%A9s-chirurgicales-une-urgence-sanitaire.pdf

[18]
Le Bloc, union syndicale AAL- SYNGOF-UCD appelle solennellement le Premier ministre et le Ministre des Solidarités et de la Santé à stopper le plan blanc élargi. Communiqué du 7 mai

[19]
 Sud A, Jones et al Effect of delays in the 2-week-wait cancer referral pathway during the COVID-19 pandemic on cancer survival in the UK: a modelling study. Lancet Oncol. 2020 Jul 20: S1470-2045(20)30392-2. doi: 10.1016/S1470-2045(20)30392-2

[20]
 Sud A, Jones et al Collateral damage: the impact on outcomes from cancer surgery of the COVID-19 pandemic. Ann Oncol. 2020 May 19 : S0923-7534(20)39825-2.

[21]
 Durant le confinement le nombre d’arrêts cardiaques a été multiplié par deux et leurs chances de guérison divisées par deux d’après une étude du Samu

[22]
 Et beaucoup de faits qui montrent que le confinement aveugle a augmenté la mortalité

[23]
 Car les rares pays qui n’ont pas confinés (Pays-Bas, Suède, Islande) n’ont pas subi le tsunami prédit

[24]
 Rappelons que les enfants sont exceptionnellement atteints (moins de 2% des cas recensés), qu’ils font presque uniquement des formes bénignes (moins de 10 cas mortels rapportés en dessous de 19 ans sur environ 16 millions de contaminés) et qu’ils ne contaminent ni les adultes ni les autres enfants.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty Re: News au 3 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 3 Aoû - 17:13

- 4 -

[Toutes nos autorités criminelles paieront la note, et ce sera le fond de l'enfer !]

Selon SPR, plusieurs études scientifiques
montrent qu’une majorité de gens
disposent d’une immunité préexistante au Covid-19
    
News au 3 août 2020 Capture-d’écran-le-2020-08-02-à-15.13.17-400x310

Selon Swiss Policy Research, plusieurs études scientifiques montrent qu’une majorité de gens disposent d’une immunité préexistante contre le nouveau coronavirus. Celle-ci aurait été obtenue par immunité croisée avec d’autres coronavirus antérieurs (virus du rhume). Les enfants et adolescents auraient été en grande majorité déjà immunisés par contact avec de précédents coronavirus. L’immunité cellulaire impliquant les Lymphocytes T seraient responsables de cette immunité à long terme qui n’impliquerait pas forcément l’immunité par anticorps :

Au début de la pandémie de Covid-19, on a supposé qu’aucune immunité contre le nouveau coronavirus n’existait dans la population. C’était l’une des principales raisons de la stratégie initiale consistant à « aplatir la courbe » en introduisant des ordonnances de maintien à domicile.

Mais à partir de mars et avril, les premières études ont montré qu’une partie considérable de la population avait déjà une certaine immunité contre le nouveau virus, acquise par contact avec des coronavirus antérieurs (virus du rhume).

D’autres études importantes sur ce sujet ont été publiées en juillet :

  •  Une nouvelle étude allemande a conclu que jusqu’à 81 % des personnes qui n’ont pas encore été en contact avec le nouveau coronavirus ont déjà des cellules T à réaction croisée et donc une certaine immunité de fond. Cela confirme des études antérieures sur l’immunité des cellules T.

  • En outre, une étude britannique a révélé que jusqu’à 60 % des enfants et des adolescents et environ 6 % des adultes ont déjà des anticorps à réaction croisée contre le nouveau coronavirus, qui ont été créés par contact avec des coronavirus antérieurs. C’est probablement un autre aspect important pour expliquer le très faible taux de maladie chez les enfants et les adolescents.

  • Dans le cas de Singapour, une étude publiée dans la revue scientifique Nature a conclu que les personnes qui ont contracté le SRAS-1 en 2002/2003 avaient encore des cellules T qui réagissaient contre le nouveau coronavirus SRAS-2 17 ans plus tard. En outre, les chercheurs ont trouvé des cellules T à réaction croisée, produites par contact avec d’autres coronavirus partiellement inconnus, chez environ la moitié des personnes qui n’avaient contracté ni le SRAS-1 ni le SRAS-2. Les chercheurs pensent que la distribution différente de ces coronavirus et des cellules T peut contribuer à expliquer pourquoi certains pays sont moins touchés que d’autres par le nouveau coronavirus, quelles que soient les mesures politiques et médicales prises.

  • Les analystes ont déjà souligné que de nombreux pays du Pacifique, et notamment les pays voisins de la Chine, ont jusqu’à présent un taux de mortalité par Covid très faible, indépendamment de leur structure démographique (jeunes ou vieux) et des mesures prises (avec ou sans mesures de confinement, tests de masse, masques, etc.). Une explication possible de cette situation pourrait être la propagation des coronavirus antérieurs.

  • Michael Mina, immunologiste à Harvard, a expliqué que la « baisse de la concentration d’anticorps » après la maladie au Covid, dramatisée par certains médias, était « parfaitement normale » et « exemplaire ». L’organisme assure une immunité à long terme grâce aux cellules T et aux cellules mémoires de la moelle osseuse, qui peuvent produire rapidement de nouveaux anticorps en cas de besoin.


Interview vidéo d’une médecin et chercheuse suédoise (en anglais) : L’immunité des cellules T et la vérité sur le Covid-19 en Suède
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty Re: News au 3 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 3 Aoû - 17:52

- 5 -

[Ce que vous lirez ci-dessous montre la vérité sur ce qu'est le COVID19. Mais il faudrait en savoir davantage ; Fox News a interviewé cette courageuse transfuge pendant 4 heures ; pourquoi cette agence ne publie-t-elle pas cette interview ? La réponse est facile : la maçonnerie qui est partout bloque tout !]

Dissimulation de la Chine :
Le COVID-19 a été « CRÉÉ dans un LABORATOIRE MILITAIRE »
et ne vient pas d’un marché clandestin,
selon une scientifique qui a fui

Une scientifique chinoise de premier plan affirme que le coronavirus provient d’un laboratoire militaire en Chine et non pas d’un marché clandestin comme l’a affirmé Pékin.

News au 3 août 2020 Scientifique-chinoise-1

La Dr Li Meng-Yan, spécialiste en virologie à l’école de santé publique de Hong Kong qui s’est réfugiée aux États-Unis, déclare avoir « clairement évalué » que le Coronavirus a été créé dans un laboratoire lié à l’Armée de libération du peuple. Cependant, Pékin a nié ces allégations.
La Dr Li-Meng a déclaré lors d’une interview en direct avec l’agence de presse taïwanaise Lude Press : « À l’époque, j’avais clairement évalué que le virus provenait d’un laboratoire militaire du Parti communiste chinois. »

« Le marché de Wuhan n’était qu’un leurre. »

Elle a souligné que lorsqu’elle a fait part de ses découvertes à ses supérieurs, elle n’a pas été prise au sérieux et a été ignorée.

Elle a alors affirmé qu’il lui était impossible de signaler la découverte aux hauts niveaux du Parti communiste.

Elle a poursuivi : « Je savais qu’une fois que j’aurais parlé, je pourrais disparaître à tout moment, tout comme tous les courageux manifestants de Hong Kong. »
« Je pourrais disparaître à tout moment. Même mon nom serait rayé de la carte ».

Elle a affirmé qu’il était de sa responsabilité de faire sortir l’information avant de « disparaître ».

La Dr Li-Meng a souligné qu’elle avait été élevée et éduquée sous le régime du Parti communiste et qu’elle savait « quelles sortes de choses le gouvernement chinois ferait » mais n’osait pas imaginer « jusqu’où [le PCC] se rabaisserait ».


News au 3 août 2020 Scientifique-chinoise-2

La virologiste a promis qu’elle continuerait à dire la vérité sur le régime de Pékin et la pandémie, dans l’espoir « d’accélérer la compréhension du régime par le monde extérieur et d’aider le peuple chinois à le renverser ».

Avant de s’exprimer, elle a fui de Hong Kong vers les États-Unis en avril, craignant pour sa sécurité.

Dans un entretien avec Fox News au début du mois, elle a déclaré avoir été contrainte de partir en raison de « la façon dont les autorités chinoises ont traité les dénonciateurs afin de dissimuler une épidémie ».

La Dr Li-Meng a souligné que l’évasion avait pour but de « délivrer le message de la vérité du COVID-19 au monde ».

La Dr Li-Meng dit qu’elle a été l’une des premières scientifiques au monde à étudier les coronavirus.

Elle aurait demandé à son superviseur du laboratoire de référence de l’université/OMS, le Dr Leo Poon, de se pencher sur l’étrange groupe de cas similaires au SRAS qui se sont produits à Wuhan à la fin du mois de décembre 2019.

Le virologiste a ajouté : « ‘Le gouvernement chinois a refusé de laisser des experts étrangers, y compris ceux de Hong Kong, faire des recherches en Chine’. »

« Je me suis donc tournée vers mes amis pour obtenir plus d’informations ».

News au 3 août 2020 Scientifique-chinoise-3

Après avoir présenté ses conclusions, la Dr Li-Meng a affirmé que ses superviseurs lui avaient d’abord conseillé de poursuivre son enquête, mais qu’on lui avait ensuite dit de « se taire et d’être prudente ».

En réponse à ces affirmations, un porte-parole de l’école de santé publique de Hong Kong a déclaré que la Dr Li-Meng n’est pas actuellement une employée.

Il a ajouté : « La Dr Li-Meng Yan n’est plus un membre du personnel de l’Université. »

« Par respect pour nos employés actuels et anciens, nous ne divulguons pas d’informations personnelles la concernant. Votre compréhension est appréciée ».

Li-Meng Yan ou Limeng Yan, est une virologiste et dénonciatrice chinoise[1][2][3][4] qui s'est fait connaître par ses accusations contre le gouvernement de la Chine continentale, selon lesquelles il aurait été au courant du coronavirus bien avant qu'il ne l'ait déclaré publiquement.

Contexte

Yan a obtenu son diplôme de médecine au XiangYa Medical College de la Central South University, en Chine, et son doctorat à la Southern Medical University, en Chine. Ses recherches comprennent l'étude de l'effet d'inhibition du propranolol sur la néovascularisation de la cornée dans un modèle murin de lésion induite par les alcalis[5]. Au moment de la pandémie de COVID-19, elle était employée à l'École de santé publique de Hong Kong, à l'Université de Hong Kong, où elle menait des recherches spécialisées en virologie et en immunologie[6].

COVID-19

Yan dit avoir été l'une des premières scientifiques au monde à étudier l'épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine, après que le Dr Leo Poon, son superviseur à l'Université de Hong Kong (un laboratoire de référence de l'OMS), lui ait demandé d'examiner un groupe de cas similaires au SRAS à Wuhan, en décembre 2019[7]. Selon la Fox, Yan a maintenu un vaste réseau de professionnels médicaux de la Chine continentale, dont l'un lui a parlé de la transmission interhumaine de la nouvelle maladie le 31 décembre 2019[8]. Selon Yan, elle a fait part de ses découvertes sur le virus à plusieurs reprises à ses supérieurs, dont une fois le 16 janvier, après quoi elle dit avoir été avertie par son superviseur "de garder le silence et d'être prudente"[9].

Dans des interviews accordées à Fox News, Yan a accusé le gouvernement chinois de connaître le nouveau coronavirus avant qu'il ne le déclare publiquement et a déclaré que des vies auraient pu être sauvées s'ils n'avaient pas censuré son travail[7][10]. Elle a également accusé ses supérieurs hiérarchiques d'avoir ignoré les recherches qu'elle menait au début de la pandémie et qui, selon elle, auraient également pu sauver des vies. Sentant qu'elle et ses collègues avaient l'obligation de faire part au monde de leurs recherches[12] étant donné leur statut de laboratoire de référence de l'Organisation mondiale de la santé, Yan s'est enfuie pour les États-Unis le 28 avril avec ce qu'elle a déclaré être son intention de livrer "le message de la vérité de COVID", ajoutant que si elle essayait de raconter son histoire en Chine, elle disait qu'elle serait "disparue et tuée". "[7][13] Les interviews et les accusations de Yan ont ensuite été citées dans d'autres médias[8][14][15][16][17][18][19][20][21]

En juillet 2020, un communiqué de presse de l'Université de Hong Kong (HKU) a rejeté sa demande et a déclaré que "HKU note que le contenu dudit rapport ne correspond pas aux faits essentiels tels que nous les comprenons. Plus précisément, le Dr Yan n'a jamais mené de recherches sur la transmission interhumaine du nouveau coronavirus à HKU en décembre 2019 et janvier 2020, affirmation centrale de ladite interview. Nous observons en outre que ce qu'elle aurait pu souligner dans l'interview rapportée n'a aucun fondement scientifique mais ressemble à du ouï-dire"[22].

Elle est co-auteur d'un article intitulé "Pathogenesis and transmission of SARS-CoV-2 in golden hamsters", publié en mai 2020, concernant la transmission du virus chez les hamsters. Cet article a été co-écrit par ses anciens collègues de l'Université du Kentucky[23].

[list=references]
[*]"Coronavirus Whistleblower: Exclusive Fox News Interview". Fox News Videos. July 10, 2020.

[*]Jones, Amy (July 12, 2020). "Former MI6 chief claims there is 'close linkage' between Huawei and Chinese military". The Telegraph. Meanwhile, a Chinese virologist claimed authorities in Beijing knew about the coronavirus outbreak in December, weeks before admitting it to the world. Dr Li-Meng Yan said she was one of the first experts asked to examine a cluster of cases emerging in Wuhan last year. The whistleblower alleges she was given the task by Professor Leo Poon, her supervisor at the Hong Kong School of Public Health.

[*]"Whistleblower says China has been lying about coronavirus the whole time". Boy Genius Report. July 13, 2020.

[*]"'We don't have much time': Doctor's disturbing claims about China's virus 'cover-up'". Yahoo Australia. Yahoo Australia. July 14, 2020. Claiming to have “chatlogs” with telling communication with others in China, Dr Yan said she was willing to “provide all the evidence to the US government”. She was also aware however of the danger this could put her in, given her knowledge of how China treats whistleblowers.

[*]"普萘洛尔对小鼠角膜碱烧伤模型中新生血管抑制作用的实验研究".

[*]"Li-Meng Yan MD, PhD, The University of Hong Kong". Keystone Symposia. Archived from the original on July 11, 2020. Retrieved July 11, 2020.

[*]Chakraborty, Barnini (July 9, 2020). "EXCLUSIVE: Chinese virologist accuses Beijing of coronavirus cover-up, flees Hong Kong: 'I know how they treat whistleblowers'". Fox News. Archived from the original on July 11, 2020. Retrieved July 11, 2020.

[*]Bowden, Ebony (July 10, 2020). "Chinese virologist in hiding after accusing Beijing of coronavirus cover-up". New York Post. Archived from the original on July 10, 2020. Retrieved July 11, 2020.

[*]Chakraborty, Barnini. "EXCLUSIVE: Chinese virologist accuses Beijing of coronavirus cover-up, flees Hong Kong: 'I know how they treat whistleblowers'". Retrieved July 11, 2020. She said she reported her findings to her supervisor again on Jan. 16 but that's when he allegedly told her "to keep silent, and be careful." "As he warned me before, 'Don't touch the red line,'" Yan said referring to the government. "We will get in trouble and we'll be disappeared."

[*]"Hong Kong virologist claiming coronavirus cover-up tells 'Bill Hemmer Reports': 'We don't have much time'". Fox.

[*]"Hong Kong virologist claiming coronavirus cover-up tells 'Bill Hemmer Reports': 'We don't have much time'". Fox.

[*]Chakraborty, Barnini. "EXCLUSIVE: Chinese virologist accuses Beijing of coronavirus cover-up, flees Hong Kong: 'I know how they treat whistleblowers'". Retrieved July 11, 2020. She adds that they likely had an obligation to tell the world, given their status as a World Health Organization reference laboratory specializing in influenza viruses and pandemics, especially as the virus began spreading in the early days of 2020.

[*]"Hong Kong virologist claiming coronavirus cover-up tells 'Bill Hemmer Reports': 'We don't have much time'". Fox.

[*]"Hong Kong virologist, who fled to US, accuses China of covering up Covid threat". The Print. July 11, 2020.

[*]"Chinese virologist, who fled Hong Kong, accuses Beijing of coronavirus cover-up". Wion. MSN India.

[*]Jones, Amy (July 12, 2020). "Former MI6 chief claims there is 'close linkage' between Huawei and Chinese military". The Telegraph.

[*]"Whistleblower says China has been lying about coronavirus the whole time". Boy Genius Report. July 13, 2020.

[*]"'We don't have much time': Doctor's disturbing claims about China's virus 'cover-up'". Yahoo Australia. Yahoo Australia. July 14, 2020.

[*]"Chinese Virologist Details Beijing's Lies about the Contagiousness of the Coronavirus". National Review.

[*]"Virologist who fled to US from Hong Kong". ANI. Times of India. July 11, 2020.

[*]"Chinese govt knew about coronavirus, tried to cover it up: Hong Kong scientist who fled to US". India Today. July 11, 2020.

[*]"HKU responds to the media concerning a former staff member's TV interview". July 11, 2020. Retrieved July 12, 2020.
[*]
"(PDF) Pathogenesis and transmission of SARS-CoV-2 in golden hamsters". ResearchGate. Retrieved July 17, 2020.
[/list]
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty Re: News au 3 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 3 Aoû - 21:50

- 6 -

[Soyez sur vos gardes car ce qui arrive à Melbourne pourrait bien nous arriver ! Castex a menacé avec son reconfinement généralisé : il ne reste plus que le verdict avec effet immédiat, et chacun sera coincé où il se trouvera... Nous sommes gouvernés par des FOUS EXTRÊMEMENT DANGEREUX. Faites attention : vous voilà avertis !]

MELBOURNE :
Des CENTAINES de BÂTIMENTS CERNÉS par la POLICE
pour faire respecter le confinement contre le coronavirus
 
Les résidents ont reçu l’ordre de rester à l’endroit où ils ont dormi la nuit dernière pendant 6 semaines.

News au 3 août 2020 Captur10

Un habitant de Melbourne, en Australie, a décrit comment des « centaines » de policiers ont encerclé les quartiers de tours pour empêcher les gens de quitter leur maison immédiatement après que le gouvernement ait annoncé un nouveau confinement strict pour enrayer la propagation du coronavirus.

En vertu des nouvelles règles, qui ont été introduites en réponse à un pic de COVID-19 dans l’État de Victoria, les résidents ont reçu l’ordre : « Là où vous avez dormi la nuit dernière, c’est là que vous devrez rester pour les six prochaines semaines ».

Un couvre-feu a été imposé entre 20 heures et 5 heures du matin, alors qu’une seule personne est autorisée à quitter sa maison par jour pour aller chercher des articles « essentiels » et doit rester dans un rayon de 5 km de sa résidence.

Un habitant de Melbourne a décrit, sur le site LockdownSkeptics.org, le caractère draconien de la manière dont le couvre-feu a été appliqué, la police étant immédiatement descendue dans les zones résidentielles pour empêcher les gens de sortir.

« Le confinement 2.0 a été rapidement imposé, d’abord dans quelques zones de code postal puis dans toute la zone métropolitaine de Melbourne. Le confinement total d’un certain nombre d’immeubles d’habitation de la commission du logement, sans préavis, était une préoccupation pour tous ceux qui tiennent à leur liberté ».

« Au moment où le Chef avait terminé son allocution à la télévision selon laquelle personne ne serait autorisé à quitter ces tours, des centaines de policiers les entouraient déjà, empêchant par la force quiconque de partir. Si l’on considère qu’en temps ‘normal’, ils ne peuvent pas faire venir deux policiers pour assister à des cambriolages, à des invasions de domicile la nuit ou à des agressions, etc., ils ont pu en trouver 500 pour assurer cette fermeture sans le moindre problème. »

L’auteur affirme que le confinement a été annoncé dans le dos des grands médias qui sont passés en « mode panique totale » en réponse à un pic de cas de coronavirus causé initialement par « des agents de sécurité non formés engagés par le gouvernement de Victoria pour garder les hôtels en quarantaine » qui avaient des relations sexuelles avec des voyageurs en quarantaine.

Les nouvelles mesures sont également appliquées par la police équipée de « caméras de reconnaissance de plaques minéralogiques pour attraper et sanctionner toute personne ne se conformant pas à cette folie ».

Les nouvelles règles du confinement doivent être appliquées au moins jusqu’au 13 septembre.
https://youtu.be/sZ7qi-Gka4g
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty Re: News au 3 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Lun 3 Aoû - 22:31

- 7 -

[Cet article fait voir comment nous allons être encerclés d'un cercle d'acier dont seul l'Antéchrist (pour lors Bergoglio) possède le cadenas.]

Du CONFINEMENT à la « GRANDE REMISE à ZÉRO »

Les mesures de confinement pendant la pandémie de coronavirus ont accéléré la mise en œuvre de plans de longue date visant à établir un « nouvel ordre mondial ». Sous les auspices du Forum économique mondial (WEF), les décideurs politiques mondiaux plaident en faveur d’une « Grand Remise à Zéro » dans le but de créer une technocratie mondiale. Ce n’est pas par hasard que le 18 octobre 2019, à New York, le WEF a participé à « Event 201 » lors de l’exercice de pandémie « de haut niveau » organisé par le Centre John Hopkins pour la sécurité sanitaire.

News au 3 août 2020 Grand-reset

Cette technocratie à venir implique une coopération étroite entre les responsables de l’industrie numérique et des gouvernements.
Avec des programmes tels que le revenu minimum garanti et les soins de santé pour tous, le nouveau type de gouvernance combine un contrôle sociétal strict avec la promesse d’une justice sociale globale.
La vérité, cependant, est que ce nouvel ordre mondial fondé sur la tyrannie numérique s’accompagne d’un système de crédit social complet. La République populaire de Chine est le pionnier de cette méthode de surveillance et de contrôle des individus, des entreprises et des entités sociopolitiques.

Pour l’individu, son identité est réduite à une application ou une puce qui enregistre presque toute activité personnelle. Afin d’obtenir quelques droits individuels, et ne serait-ce que pour se rendre dans un certain lieu, une personne doit trouver un équilibre entre ces privilèges apparents et sa soumission à un ensemble de règlements qui définissent en détail ce qui constitue un « bon comportement » et est considéré comme bénéfique pour l’humanité et l’environnement. Par exemple, lors d’une pandémie, ce type de contrôle s’étendrait de l’obligation de porter un masque et de pratiquer la distanciation sociale à celle d’avoir des vaccinations spécifiques afin de postuler à un emploi ou de voyager.

Il s’agit, en somme, d’une sorte d’ingénierie sociale qui est à l’opposé d’un ordre spontané ou d’un développement
. Comme l’ingénieur mécanique avec une machine, l’ingénieur social – ou technocrate – traite la société comme un objet. À la différence des suppressions brutales du totalitarisme d’autrefois, l’ingénieur social moderne va essayer de faire fonctionner la machine sociale par elle-même, selon la conception qu’il en a. À cette fin, l’ingénieur social doit appliquer les lois de la société comme l’ingénieur mécanique suit les lois de la nature. La théorie comportementale a atteint un stade de connaissance qui rend possible les rêves de l’ingénierie sociale. Les machinations de l’ingénierie sociale n’opèrent pas par la force brute, mais subtilement par un coup de pouce.

Selon l’ordre envisagé par la Grande Remise à Zéro, le progrès technologique n’est pas destiné à servir l’amélioration des conditions du peuple mais à soumettre l’individu à la tyrannie d’un État technocratique. « Les experts savent mieux », telle est la justification.

L’ordre du jour

Le projet de refonte du monde est le fruit de l’imagination d’un groupe d’élite d’hommes d’affaires, de politiciens et de leur entourage intellectuel qui se réunissait chaque année en janvier à Davos, en Suisse. Créé en 1971, le Forum économique mondial (WEF) est devenu depuis lors un événement méga-mondial. En 2020, plus de trois mille dirigeants du monde entier ont participé à la réunion.

Sous la direction du WEF, l’agenda de la Grande Restitution indique que l’achèvement de la transformation industrielle actuelle nécessite une révision en profondeur de l’économie, de la politique et de la société. Une telle transformation globale nécessite l’altération du comportement humain, et donc le « transhumanisme » fait partie du programme.

La Grande Remise à Zéro
sera le thème de la cinquante et unième réunion du Forum économique mondial de Davos en 2021. Son ordre du jour est l’engagement à faire évoluer l’économie mondiale vers « un avenir plus juste, plus durable et plus résistant ». Le programme appelle à un « nouveau contrat social » centré sur l’égalité raciale, la justice sociale et la protection de la nature. Le changement climatique nous oblige à « décarboniser l’économie » et à mettre la pensée et le comportement humains « en harmonie avec la nature ». L’objectif est de construire « des économies plus égales, plus inclusives et plus durables ». Ce nouvel ordre mondial doit être mis en œuvre « d’urgence », affirment les promoteurs du WEF, et ils soulignent que la pandémie « a mis à nu la non-durabilité de notre système », qui manque de « cohésion sociale ».

Le grand projet de réinitialisation du WEF est l’ingénierie sociale au plus haut niveau.
Les partisans de la réinitialisation affirment que l’ONU n’a pas réussi à établir l’ordre mondial et n’a pas pu faire avancer avec force son programme de développement durable – connu sous le nom d’Agenda 2030 – en raison de sa manière bureaucratique, lente et contradictoire de travailler. En revanche, les actions du comité d’organisation du Forum économique mondial sont rapides et intelligentes. Lorsqu’un consensus a été formé, il peut être mis en œuvre par l’élite mondiale partout dans le monde.

L’ingénierie sociale

L’idéologie du Forum économique mondial n’est ni de gauche ni de droite, ni progressiste ni conservatrice, elle n’est pas non plus fasciste ou communiste, mais carrément technocratique. En tant que telle, elle reprend de nombreux éléments des idéologies collectivistes antérieures.

Au cours des dernières décennies, un consensus s’est dégagé lors des réunions annuelles de Davos sur le fait que le monde a besoin d’une révolution et que les réformes ont pris trop de temps. Les membres du WEF envisagent un profond bouleversement à brève échéance. Le délai devrait être si court que la plupart des gens auront du mal à se rendre compte qu’une révolution est en cours. Le changement doit être si rapide et si spectaculaire que ceux qui reconnaissent qu’une révolution est en cours n’ont pas le temps de se mobiliser et protester.

L’idée de base de la Grande Remise à Zéro est le même principe qui a guidé les transformations radicales de la Révolution française à la Révolution russe et chinoise.
C’est l’idée du rationalisme constructiviste incorporé dans l’État. Mais des projets comme la Grande Remise à Zéro laissent sans réponse la question de savoir qui dirige l’État. L’État lui-même ne gouverne pas. C’est un instrument de pouvoir. Ce n’est pas l’État abstrait qui décide, mais les dirigeants de partis politiques spécifiques et de certains groupes sociaux.

Les régimes totalitaires précédents avaient besoin d’exécutions massives et de camps de concentration pour maintenir leur pouvoir. Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies, on pense que les dissidents peuvent être facilement identifiés et marginalisés.
Les non-conformistes seront réduits au silence en disqualifiant les opinions divergentes comme étant moralement méprisables.

Le confinement de 2020 offre peut-être un aperçu du fonctionnement de ce système
. Le confinement a fonctionné comme s’il avait été orchestré – et c’est peut-être le cas. Comme s’ils avaient suivi un seul commandement, les dirigeants de grandes et de petites nations – et de différents stades de développement économique – ont mis en œuvre des mesures presque identiques. Non seulement de nombreux gouvernements ont agi à l’unisson, mais ils ont également appliqué ces mesures sans se soucier des conséquences horribles d’un confinement mondial.

Des mois d’immobilité économique ont détruit la base économique de millions de familles. Associé à l’éloignement social, le confinement a produit une masse de personnes incapables de prendre soin d’elles-mêmes. D’abord, les gouvernements ont détruit les moyens de subsistance, puis les politiciens se sont présentés comme les sauveurs. La demande d’aide sociale n’est plus limitée à des groupes spécifiques, mais est devenue un besoin des masses.

Autrefois, la guerre était la santé de l’État. Aujourd’hui, c’est la peur de la maladie
. Ce qui nous attend, ce n’est pas l’apparente convivialité d’un État providence global et bienveillant, avec un revenu minimum garanti, des soins de santé et une éducation pour tous. Le confinement et ses conséquences ont donné un avant-goût de ce qui nous attend : un état de peur permanent, un contrôle comportemental strict, des pertes d’emploi massives et une dépendance croissante vis-à-vis de l’État.

Avec les mesures prises à la suite de la pandémie de coronavirus, un grand pas a été franchi pour relancer l’économie mondiale. Sans résistance populaire, la fin de la pandémie ne signifiera pas la fin du confinement et de la distanciation sociale. Toutefois, à l’heure actuelle, les opposants au nouvel ordre mondial de la tyrannie numérique ont toujours accès aux médias et aux plateformes pour exprimer leur désaccord. Pourtant, le temps presse. Les auteurs du nouvel ordre mondial ont senti l’odeur du sang. Déclarer le coronavirus comme une pandémie s’est avéré utile pour promouvoir le programme de leur Grande Remise à Zéro. Seule une opposition massive peut ralentir et enfin stopper l’extension de l’emprise de la technocratie tyrannique qui s’en vient.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty Re: News au 3 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mar 4 Aoû - 7:48

- 8 -


Welcome to the China Angle, I am Simone Gao. Today we will focus our investigation on Dr. Yan Li-meng, a new whistleblower from Hong Kong who was interviewed by Fox News about the CCP’s coverup of the pandemic. In the interview, Dr. Yan said she had uncovered evidence that the Chinese authorities were aware of human-to-human transmission of the outbreak in late December.

Most of that information had already been made public, so why would Fox News spend the 13 minutes of their broadcast focused on that information despite having 4 hours of interview material with Dr. Yan? What did they leave out? How early did the Chinese government know this could become a pandemic?

The Fox News interview did not address these questions, but we did. Two weeks ago, in our one-hour documentary “The Coverup of the Century,” we exclusively investigated why the Chinese leadership encouraged Chinese people to travel abroad while placing a nationwide lockdown.

Did the CCP simply want to cover up the source of the pandemic? Or did they have more sinister motives in mind, like an intentional spreading of the virus to the rest of the world? In this episode of the China Angle, we delve into these questions.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8315
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 3 août 2020 Empty Re: News au 3 août 2020

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum