Le CrocoDeal du moment : -46%
CANDY – Lave linge frontal 10 kg ...
Voir le deal
250 €

Propos hallucinants de François dans "Politique et société" (Wolton)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Propos hallucinants de François dans "Politique et société" (Wolton) - Page 2 Empty Re: Propos hallucinants de François dans "Politique et société" (Wolton)

Message par Gilbert Chevalier le Jeu 27 Déc 2018 - 10:55

François Bergoglio a écrit:
« La joie de l’enfant, l’espoir de l’enfant... sans se refermer. Les tristes ont fermé les horizons. Une Église sans ressources. […] Jésus est la porte, et il frappe. Mais il est à l’intérieur, et nous, nous ne le laissons pas sortir. Et c’est pour cela que certains peuvent ressentir de la tristesse. »
(p.230-231)

« Dominique Wolton : Dans le texte sur la miséricorde, vous parlez de l’« apostolat de l’écoute ».
Pape François : C’est la mutation que l’Église doit faire. […] Quand l’Église devient moraliste... L’Église n’est pas une morale, le christianisme n’est pas une morale. La morale, c’est une conséquence de la rencontre avec Jésus-Christ. Mais s’il n’y a pas de rencontre avec Jésus-Christ, cette morale « chrétienne » ne vaut rien. »
(p.232)

« Pensez, quand j’étais jeune, le samedi saint, il y avait une cérémonie où on faisait douze lectures en latin. C’était interminable. Ennuyeux comme un jour sans pain. Puis les cloches sonnaient. Et que faisaient les grands-mères et les mamans aux enfants qui restaient à la maison ? Elles ouvraient le robinet et nous lavaient les yeux. Pour que l’eau du Christ nous lave. Ce geste était plus communicatif que cette cérémonie de trois heures. »
(p.235)

« Dans les éloges funèbres, au moment des funérailles, au cimetière, on fait un discours. On dit « il a fait ceci, cela... ». « Paroles, paroles, paroles... », comme chantait Mina. Voici bien un exemple de communication inconsistante, sans concrétude. S’approcher de ceux qui souffrent de la mort de cette personne, c’est les embrasser, leur donner la main, toucher, sans paroles. Une communication concrète. Retrouver le sens du toucher. La communication parfaite se fait avec le toucher. Le toucher est le meilleur pour la communication. »
(p.239)

« Quand vous, vous me dites que l’Église ne communique pas, vous parlez d’une Église de l’élite, fermée, intellectualiste. Je ne dis pas intellectuelle, mais intellectualiste. […] Oui, quand on lit certains textes ecclésiastiques, ils disent la vérité, mais c’est terriblement ennuyeux. Ils n’ont pas la joie, la légèreté d’une belle communication. »
(p.242-243)

« Les JMJ, Journées mondiales de la jeunesse, que Jean-Paul II a créées en 1986, qui ont été une intuition de rencontres. Là, les jeunes se rencontrent, voient une autre culture, une autre façon de penser. Ils font des ponts. L’expérience d’un pont, bien qu’il soit éphémère, restera. »
(p.247)

« Même dans l’Église, il y a des prêtres mariés. Tous les prêtres orientaux sont mariés, cela existe. »
(p.248)

« Les temps pendant lesquels l’Église a le mieux compris sa mission sont les moments où elle a respecté l’humanisme. Elle a respecté la dignité de la personne humaine. Elle ne l’a pas réduite. Nous avons deux dangers très graves contre l’humanisme, et on peut les nommer « hérésies » : le gnosticisme, qui consiste plus ou moins à dire que tout est idées et qui est apparu du temps des apôtres, et le pélagianisme, dont vous autres Français êtes les champions. Pensez à Port-Royal et à Pascal. Mais le grand Pascal lui aussi est presque tombé dans le pélagianisme, lui qui est un maître de l’esprit et de l’humanisme. Nous sommes aujourd’hui dans un monde pélagien et gnostique, qui rejette la chair. La chair. Je vous mets au défi de trouver dans l’œuvre de Dostoïevski une seule manifestation de pélagianisme ou de gnosticisme. Je vous conseille la lecture du livre de Romano Guardini sur l’univers religieux de Dostoïevski, un très beau livre.
[…]
Dominique Wolton : Merci ! (rires) Alors, je n’irai pas tout de suite brûler en enfer ? »
[Ainsi s’achève le chapitre 5]
(p.251-252)

Source : "POLITIQUE et SOCIÉTÉ"
Pape François
Rencontres avec Dominique Wolton

(septembre 2017)
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : comme François l'est, concluez.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 5805
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 68
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Propos hallucinants de François dans "Politique et société" (Wolton) - Page 2 Empty Re: Propos hallucinants de François dans "Politique et société" (Wolton)

Message par Gilbert Chevalier le Ven 28 Déc 2018 - 10:51

François Bergoglio a écrit:
« Pensez au père Ricci, en Chine. Il avait choisi une voie d’inculturation authentique et il n’a pas été compris, on lui a barré la route. Pensez au père Nobili en Inde. C’est la même chose, il a fait peur. »
(p.266)

« Le danger dans la théologie, c’est l’idéologisation. »
(p.268)

« Pape François : Vous savez comment se suicide un Argentin ?
Dominique Wolton : Non.
Pape François : Il monte au sommet de son ego et il se jette de là-haut.
Une autre histoire drôle qui me concerne : « Mais voyez à quel point ce pape est humble ! Il a beau être argentin, il a choisi de s’appeler François, et pas Jésus II ! » Nous sommes comme ça ! Et vous savez quelle est la meilleure affaire que l’on puisse faire pour s’enrichir ? Acheter un Argentin à sa valeur, et le revendre à la valeur qu’il pense avoir !
Dominique Wolton : (Rires.) »
(p.273)

« La charité, ce n’est pas prendre une pièce et la tendre à quelqu’un sans même lui toucher la main (il accompagne ces mots d’un geste). »
(p.275)

« Pape François : Considérons ce qu’est l’autorité d’un pape. Pensez à un iceberg. On voit l’autorité papale, mais c’est la vérité de l’Église universelle qui est le fondement. Renversons l’iceberg : le service du pape est en dessous. C’est pour cela que la conception de l’Évangile de Jésus de l’autorité est le service : le pape doit servir tout le monde.
Dominique Wolton : Cette perspective n’est pas connue, pas comprise. On voit la pointe, on ne voit pas le renversement. Parce qu’on est habitués au pouvoir, à la hiérarchie.
Pape François : Les choses changent aussi. Le fait que le pape habite dans une pension... ce sont de petits signes.
Dominique Wolton : (Rires.) Oui, je suis d’accord. Mais si par malheur votre successeur veut rejoindre les appartements pontificaux ?
Pape François : Je ne sais pas.
Dominique Wolton : Et s’il veut mettre des chaussures dorées ?
Pape François : Mais Dieu est plus grand !
Dominique Wolton : Oui. Ceci dit, vous menez des batailles symboliques, comme celle dont on vient de parler.
Pape François : Oui, cela me semblait naturel. Je ne pourrais pas vivre là-bas [au palais], tout seul. »
(p.275-276)

« Il y a quelque chose que je pense ne pas avoir encore dit. Je crois qu’on a besoin de l’unité de tous les peuples, comme l’Europe par exemple a besoin d’unité. Mais pas d’une unité qui signifierait l’uniformité. L’exemple que je donne, c’est celui de la sphère. Elle représente l’unité, mais tous ses points sont à la même distance du centre, tous identiques. C’est en réalité l’image de l’uniformité, et c’est ce qui tue les cultures. Et c’est aussi ce qui tue les personnes. En revanche, la vraie mondialisation, pour moi, ce serait la figure du polyèdre, comme je l’ai déjà expliqué, une forme où chacun existe. C’est-à-dire tous ensemble, mais chacun avec sa personnalité ou sa culture. […] Peut-être que le péché – péché entre guillemets –, l’erreur, a été de croire que l’unité se ferait par l’uniformisation, par un Bruxelles disant « il faut faire ceci et pas cela »... »
(p.277-278)

Source : "POLITIQUE et SOCIÉTÉ"
Pape François
Rencontres avec Dominique Wolton

(septembre 2017)
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : comme François l'est, concluez.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 5805
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 68
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Propos hallucinants de François dans "Politique et société" (Wolton) - Page 2 Empty Re: Propos hallucinants de François dans "Politique et société" (Wolton)

Message par Gilbert Chevalier le Mar 22 Jan 2019 - 15:56

Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, le 21 janvier 2019 a écrit:
Rappel pour le sommet sur les abus.
Pour François,
les péchés « sous la ceinture » sont « les plus légers »


Propos hallucinants de François dans "Politique et société" (Wolton) - Page 2 Wolton-300x129

Voici une nouvelle qui a de quoi surprendre : à l’occasion du voyage que le Pape François s’apprête à faire au Panama à l’occasion des JMJ, ce dernier a tenu à être officiellement accompagné par le français Dominique Wolton (photo) qui n‘est pas un homme d’Église et qui n’est d’ailleurs pas catholique mais qui est un théoricien de la communication et directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique, le mythique CNRS et également fondateur de la revue internationale « Hermès ».

Mais par-dessus tout, Wolton est également l’auteur du livre-entretien le plus réussi parmi tous ceux qui ont été publiés jusqu’à présent, un livre dans lequel Jorge Mario Bergoglio a surtout parlé librement, sans retenue, allant jusqu’à déclarer pour la première fois en public qu’à l’âge de 42 ans, il avait été suivi pendant six mois par un psychanalyste agnostique de Buenos Aires.

Ce livre, traduit en plusieurs langues, est sorti en 2017 et se compose de huit chapitres contenant chacun un entretien que l’auteur a eu avec le Pape en 2016. C’est depuis lors que le Pape Bergoglio a développé un sentiment ce proximité envers Wolton qui l’incite aujourd’hui à le vouloir à ses côtés pour son prochain voyage.  Un sentiment qui n’est pas sans rappeler celui qui s’est développé entre le Pape Bergoglio et Eugenio Scalfari, un autre héraut des sans-Dieu que le Pape a convoqué en entretien à plusieurs reprises avec la certitude que Scalfari transcrirait et publierait ensuite à sa manière le contenu de leurs conversations, tout cela dans le but de construire une bonne image de François « in partibus infidelium ».

Cette façon de faire fait également partie du modèle de communication qui plaît au Pape Bergoglio. En effet, au cours d’un entretien avec le bon interlocuteur, il peut dire à un large public bien davantage que ce qui pourrait apparaître dans les textes officiels.  Il peut lever le voile sur le fond de sa pensée.

Par exemple, dans le livre-entretien avec Wolton, on nous explique pourquoi le Pape François ne considère pas tellement les abus sexuels commis par des hommes d’Église comme étant un problème de morale et de sexe mais plutôt de pouvoir et en particulier de pouvoir clérical, qu’il concentre dans l’expression « cléricalisme ».

À Wolton qui lui demandait pourquoi on entendait aussi peu le message « le plus radical » de l’Évangile qui est « de condamner la folie de l’argent », le Pape Bergoglio a répondu :

“Mais parce que certains préfèrent parler de morale, dans les homélies ou dans les chaires de théologie. Il y a un grand danger pour les prédicateurs, les prêcheurs, qui est de ne seulement condamner que la morale – je vous demande pardon – « sous la ceinture ». Mais les autres péchés, qui sont les plus graves, la haine, l’envie, l’orgueil, la vanité, tuer l’autre, ôter la vie… ceux-là on n’en parle pas tant que ça. Entrer dans la mafia, faire des accord clandestins… « Tu es catholique ? Alors donne-moi le chèque. »”

Et plus loin, le Pape dit encore :

“Les péchés de la chair sont les plus légers. Parce que la chair est faible. Les péchés plus dangereux sont ceux de l’esprit. J’ai parlé d’angélisme : l’orgueil, la vanité sont des péchés d’angélisme. Les prêtres ont eu la tentation – pas tous, mais beaucoup – de se focaliser sur les péchés de la sexualité : ce que j’appelle la morale sous la ceinture. Les péchés plus graves sont ailleurs”.
Wolton objecte alors : « Ce que vous dites n’est pas entendu ».

Et le Pape répond :

“Non, mais il y a des bons prêtres… Je connais un cardinal ici qui est un bon exemple. Il m’a confié, en parlant de ces choses là, que lorsqu’on vient le voir pour lui parler de ces péchés sous la ceinture, il dit tout de suite : « J’ai compris, passons à autre chose. » Il arrête la personne, comme pour dire : « J’ai compris, mais voyons si tu as quelque chose de plus important. » « Je ne sais pas. – Mais est-ce que tu pries ? Tu cherches le Seigneur ? Tu lis l’évangile ? » Il lui fait comprendre qu’il y a des échecs plus importants que ça. Oui, c’est un péché, mais… Il lui signifie « j’ai compris », puis il passe à autre chose. À l’inverse, il y en a certains, qui, quand ils reçoivent confession d’un péché de ce genre, demandent : « Comment tu l’as fait, et quand l’as-tu fait, et combien de temps ? »… Et ils se font un « film » dans leur tête. Mais ceux-là, ils ont besoin d’un psychiatre”.

Le voyage du Pape au Panama a lieu moins d’un mois avant le sommet de tous les présidents des conférences épiscopales du monde entier qui se retrouveront afin de définir une stratégie commune pour gérer les abus sexuels et qui se déroulera du 21 au 24 février au Vatican.
Il sera intéressant de voir comment, au cours de ce sommet, François arrivera à concilier sa minimisation de la gravité des péchés qu’il qualifie lui-même de « sous la ceinture » avec la stigmatisation des abus de pouvoir de la caste cléricale qu’il a lui-même à plusieurs reprises pointée du doigt comme étant la principale cause du désastre.

Et ce n’est pas tout. On comprendra peut-être mieux dans quelle mesure le fait qu’il minimise les péchés sexuels – et les pratiques homosexuelles répandues au sein du clergé – explique ses silences et sa tolérance face à des cas concrets d’abus de la part d’hommes d’Église de haut rang qu’il apprécie et qu’il favorise :
> François et les abus sexuels. Le pape qui en savait trop

Le cas de l’évêque argentin Gustavo Óscar Zanchetta est particulièrement interpellant à ce sujet. Après avoir été son confesseur, il l’a promu en 2013 évêque d’Oran avant de l’appeler à Rome en 2017 pour le nommer au sommet de l’Administration du Patrimoine du Siège Apostolique, malgré qu’à deux reprises, en 2015 et 2017 – comme Associated Press l’a montré le 20 janvier – des accusations concernant des comportements « sous la ceinture » inappropriés de sa part sur des jeunes séminaristes soient parvenues au Vatican depuis son diocèse, et par deux fois, le Pape lui a demandé des comptes à propos de ces accusations, avant de décider ensuite de le limoger de son diocèse mais aussi de le promouvoir à une charge encore plus prestigieuse, en considérant naturellement ses écarts comme étant peu importants et « légers » :
> Ex-deputy to Argentine bishop says Vatican knew of misdeeds

Source :
http://www.diakonos.be/settimo-cielo/rappel-pour-le-sommet-sur-les-abus-pour-francois-les-peches-sous-la-ceinture-sont-les-plus-legers/
>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : comme François l'est, concluez.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 5805
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 68
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Propos hallucinants de François dans "Politique et société" (Wolton) - Page 2 Empty Re: Propos hallucinants de François dans "Politique et société" (Wolton)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum