Catholique-Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-17%
Le deal à ne pas rater :
Game & Watch Super Mario Bros System en Précommande
49.99 € 59.99 €
Voir le deal

News au 12 août 2020

Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty News au 12 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 12 Aoû - 10:11

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8321
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty Re: News au 12 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 12 Aoû - 10:15

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8321
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty Re: News au 12 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 12 Aoû - 10:17

- 1 -
Ces NAZIS qui nous GOUVERNENT

Ce titre paraîtra dur, et pourtant, il reflète bien la situation actuelle, et encore il est bien au-dessous de la réalité, car Hitler n'a pas osé faire ce que font nos dirigeants actuels. A-t-il confiné sa population ? Non ! A-t-il masqué ses concitoyens ? Non ! Toutes choses que font nos criminels gouvernants. Certes, il a fait des camps de concentration et il a immolé beaucoup de monde ! Mais que font ses émules d'aujourd'hui ? Bien pire puisque le monde entier est devenu un gigantesque camp de concentration. Et pour ce qui est de ce qu'on nomme la Shoah, ceux d'aujourd'hui font bien pire avec leurs avortements et leurs euthanasies. Et ce que je dis par rapport à Hitler, on peut le dire aussi par rapport aux autres grands dictateurs comme Staline et Mao. Je dis donc vrai en affirmant que nous sommes gouvernés par des nazis.

Mais ils auront leur temps et ils n'iront pas au-delà : nous les vaincrons avec notre CHAPELET QUOTIDIENNews au 12 août 2020 Q80zdt11
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8321
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty Re: News au 12 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 12 Aoû - 11:06

- 2 -

[Ce qui est dit ici pour l'Amérique est valable pour le monde entier. Désormais, l'Antéchrist (pour lors Bergoglio) peut se manifester, et cela ne tardera guère. De quelle manière ? L'avenir nous l'apprendra.]

Tucker :
Nous avons BESOIN d’un MOUVEMENT ANTI-CONFINEMENT
FONDÉ sur des PRINCIPES

« Obusite » est une bonne façon de décrire l’ambiance qui règne aux États-Unis pendant une bonne partie du printemps 2020. La plupart d’entre nous n’ont jamais pensé que cela pourrait arriver ici. Moi, je ne le pensais certainement pas, même si cela fait 15 ans que j’écris sur les plans de lutte contre la pandémie. Je savais que les plans étaient sur la tablette, ce qui est flagrant, mais j’ai toujours pensé que quelque chose empêcherait que cela se produise. Les tribunaux. L’opinion publique. La déclaration des droits. La tradition. Le noyau dur de la culture américaine. La délicatesse politique. La disponibilité de l’information.

Quelque chose l’empêcherait. C’est ce que je croyais. C’est ce que la plupart d’entre nous croyaient.

News au 12 août 2020 Anti-confinement

Et pourtant, tout cela s’est passé en quelques jours, du 12 au 16 mars 2020, et boum, c’était fini ! Nous étions confinés. Les écoles ont fermé. Bars et restaurants fermés. Pas de visiteurs internationaux. Les théâtres ont fermé. Fin forcée des conférences. Arrêt des sports. On nous a dit de rester à la maison et de regarder des films… pendant deux semaines pour aplatir la courbe. Puis deux semaines se sont étendues à cinq mois. Quelle chance pour ceux qui vivaient dans les États qui ont résisté à la pression et sont restés ouverts, mais même pour eux, ils ne pouvaient pas rendre visite à des parents dans d’autres États en raison des restrictions de quarantaine, etc.

Les quarantaines ont mis fin à la vie américaine telle que nous la connaissions il y a seulement cinq mois, pour un virus dont 99,4 à 6 % de ceux qui le contractent s’en tirent
, pour lequel l’âge médian des décès est de 78 à 80 ans avec des comorbidités, pour lequel il n’y a pas un seul cas vérifié de réinfection sur la planète, pour lequel les succès internationaux dans la gestion de cette situation reposent sur l’immunité collective et l’ouverture.

Mais les politiciens devenus des dictateurs ne pouvaient pas admettre un tel échec
, alors ils ont maintenu les restrictions en place afin de dissimuler leurs actes.

Le choc du printemps s’est transformé en un été de méchanceté, où chacun pointe du doigt les autres pour le triste état de la vie. La patience s’est épuisée et une méchanceté nationale a pris sa place. Cela est évident non seulement en ligne, mais aussi en personne, où des étrangers se hurlent dessus parce qu’ils se comportent d’une manière qu’ils désapprouvent.

Ce que de nombreux États qualifient aujourd’hui d' »ouvert » aurait été qualifié de « fermé » il y a six mois.
Les sports sont rares. Les salles de cinéma ne sont pas ouvertes. Dans certains endroits, vous ne pouvez toujours pas aller au gymnase ou manger à l’intérieur. Les mandats de port de masque sont partout, et les responsables de l’application des masques aussi. Les gens dénoncent leurs voisins, envoient des drones pour fureter dans les fêtes et s’attaquent les uns aux autres dans les lieux publics.
En cinq mois à peine, les agents de sécurité ont mis en place une nouvelle forme de structure sociale dans laquelle chacun est censé traiter les autres comme une contagion mortelle. Plus absurde encore, les gens en sont venus à croire que si l’on s’approche à moins de deux mètres d’une autre personne, une maladie apparaît et se propage spontanément.

L’Amérique est devenue un endroit extrêmement laid. C’est ce qu’ont fait les confinements.

Tout cela s’est produit au milieu de la plus grande fracture politique depuis de nombreuses générations. Bizarrement, on peut presque prédire la politique d’une personne en se basant sur son attitude vis-à-vis du virus, comme si des personnalités politiques en place étaient responsables de la création ou du contrôle d’agents pathogènes qui font partie de l’expérience humaine depuis que nous avons marché et parlé pour la première fois. La politisation de cette maladie a été un terrible bruit qui a détourné l’attention de la sage gestion de la maladie qui a caractérisé la manière américaine pendant plus d’un siècle.

Mais le peuple américain soutient cela, n’est-ce pas ? Je n’en suis pas si sûr. Il est vrai que la télévision et les médias en ligne crient à la panique tous les jours. Si c’est là que vous obtenez vos informations, cela doit sûrement vous sembler être un fléau. Il y a aussi le problème que les gens se sentent terriblement impuissants en ce moment. Ils ont été enfermés, réduits au silence, humiliés, brutalisés. Les quelques tentatives de sortir et de protester contre ces mesures de confinement ont été accueillies avec des railleries et des moqueries par les principaux médias. Mais il s’est avéré que c’était parce qu’ils protestaient contre la mauvaise chose. Lorsque les protestations contre la brutalité policière et le racisme ont balayé le pays, les médias ont approuvé sans réserve. Oui, tout cela ressemblait à de la poudre aux yeux.

Quelle est précisément la position de l’opinion américaine sur les fermetures aujourd’hui ?
On ne peut pas se fier aux sondages : les gens savent exactement ce qu’ils sont censés dire aux enquêteurs pendant un confinement de l’État policier. On peut généralement supposer qu’un tiers des Américains adoptent une position plus ou moins conforme à la liberté humaine – ce n’est pas un groupe fixe et cela change en fonction du problème – donc c’est probablement une bonne estimation aujourd’hui.

L’incroyable frénésie des médias menteurs a semé la confusion parmi un grand nombre de personnes
. Un sondage a révélé que de nombreux Américains pensent que 9% d’entre nous sont morts du C-19 alors qu’en réalité, c’est 0,04%.

Alors oui, nous avons un problème de propagande
, à commencer par le New York Times, qui aujourd’hui encore

…a demandé « des fermetures plus agressives que par le passé ». Les États-Unis n’ont pas eu de véritable confinement national, ne fermant qu’environ la moitié du pays, contre 90 % dans d’autres pays où le contrôle des épidémies a été plus efficace ».

Rien de tout cela n’est vrai. C’est de la pure propagande idéologique
. Les personnes qui disent des choses vraies semblent n’être que le 1% contre le barrage de bêtises provenant de la culture médiatique actuelle.

Nous ne voyons pratiquement pas de discussion dans la presse grand public sur les preuves empiriques, dans notre pays et à l’étranger, que les confinements n’ont aucun sens d’un point de vue médical et économique. Depuis de nombreuses décennies, les experts médicaux mettent en garde contre la perturbation du fonctionnement social en cas de maladie. La préservation de la liberté a toujours été la priorité politique : 1949-52, 1957-58, 1968-69 et 2005. La révolution américaine elle-même a eu lieu au beau milieu d’une épidémie de variole. Le libéralisme est apparu au cours de siècles de pandémies.

Et pourtant, nous voici.

Ce pays a besoin d’un mouvement anti-confinement sérieux,
qui ne soit pas seulement politique mais aussi culturel et intellectuel, qui ait une formation approfondie en histoire, philosophie, droit, économie et toutes les sciences, et qui puisse se rallier aux postulats civiques américains traditionnels concernant la liberté individuelle et les limites des gouvernements, et aussi aux principes universels des droits de l’homme. Si la liberté signifie quelque chose, c’est que nous ne sommes pas enfermés. Cela veut dire, en outre, que les confinements sont inadmissibles.

Que devrait étudier, croire et enseigner cette mouvance – qui n’a pas besoin d’être formellement organisée ?

Parce que les droits de propriété sont les premiers à être violés dans le cadre de l’enfermement, le mouvement doit embrasser et défendre le droit de propriété et de contrôle privés
: des entreprises, des foyers et de nous-mêmes. La tradition libérale a longtemps affirmé ce principe, et il n’est rien d’autre qu’effroyable que les confinements aient eu lieu comme si la propriété privée n’existait pas. Soudain, tout et tous appartenaient à l’État, et c’est à l’État de déclarer ce qui est ou n’est pas essentiel, ou même ce qui est facultatif ou non pour vos soins médicaux.

Il devrait adopter la liberté de choisir nos associations, car c’est ce qui a été attaqué ensuite
: nous ne pouvions pas nous réunir en groupes, tenir des conférences, aller au cinéma, faire quoi que ce soit qui ne soit pas « socialement distant » (j’en ai tellement marre de cette expression, aux origines douteuses, que je pouvais à peine la taper), ou même aller dans un autre État pour rendre visite à des amis et à des parents.

Ce mouvement doit souligner et défendre la liberté religieuse, car, chose incroyable, la plupart des lieux de culte ont été fermés de force par le gouvernement
. L’idée moderne de liberté est née à la fin du Moyen-Âge, lorsque l’épuisement des guerres de religion a progressivement donné naissance à l’idée de tolérance. La tolérance religieuse a été la première grande liberté à être codifiée dans la loi. Il est étonnant qu’elle ait été violée de façon aussi flagrante cette année.

Il doit s’accommoder de la libre entreprise et de l’innovation qui l’accompagne
. Combien de richesses et de créativité ont été perdues dans les confinements ? C’est insondable. Les plus grandes victimes ont été les petites et moyennes entreprises, alors que les grandes entreprises technologiques ont prospéré. Lancer et gérer une entreprise commerciale est un droit de l’homme dont la réalisation a été le grand succès de la vie moderne, car elle a répandu la prospérité dans le monde entier et a élevé les peuples du monde de l’état de nature et aux niveaux des anciennes hiérarchies bien établies.

Une partie de cet idéal libéral est le libre-échange, qui a été critiqué par la gauche et la droite. N’oubliez pas que Donald Trump a donné le coup d’envoi de cette frénésie dictatoriale avec ses interdictions soudaines et choquantes de voyager depuis la Chine et l’Europe, qui se sont traduites dans les jours qui ont suivi par une foule frénétique et effrénée dans les aéroports. Il l’a fait d’un coup de crayon, passant outre tous ses conseillers. Il s’en vante encore.

Dans quelle mesure sa réaction extrême ici a-t-elle inspiré les gouverneurs à faire de même ? Bien sûr, ses actions reflètent son isolationnisme persistant, non seulement en matière de commerce mais aussi d’immigration. Aujourd’hui encore, M. Trump refuse d’autoriser l’entrée de travailleurs étrangers aux États-Unis (sauf en cas d’urgence) parce qu’il croit à tort que cela aidera le marché du travail américain. C’est un scandale : la libre entreprise permet d’employer n’importe qui, n’importe où. C’est une politique qui est bonne pour tout le monde.

Tant que nous parlons des fondamentaux de la liberté, parlons de masques
. Ils sont devenus exactement ce que le New England Journal of Medicine les a appelés : un talisman. Ils sont des symboles d’engagement social et de loyauté politique. Une société libre se mobilise autour du choix individuel, donc si les masques font qu’une personne se sent en sécurité, ou si elle a l’impression de protéger les autres de son souffle, très bien. Mais lorsque les gens attaquent les autres pour avoir résisté à leur port, et qu’ils sont apparemment contrariés par l’apparence de rébellion contre les règles, il s’agit d’imposition et d’intolérance – peut-être compréhensible vu l’époque, mais toujours peu libérale.

Les lois exigeant le port du masque en public n’auraient jamais été tolérées, même il y a six mois. Et pourtant, nous sommes là, non seulement avec des lois mais aussi avec un nombre croissant de recrues au sein du public pour les appliquer avec une impolitesse effroyable
. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire. Les lois somptuaires américaines de l’époque coloniale exigeaient que les gens ne s’habillent pas de façon fantaisiste pour des raisons de piété et de conformisme social. Une partie de la révolution capitaliste a inclus la liberté de s’habiller comme on le souhaite et la disponibilité massive de la mode pour tous. Le mouvement obligatoire des masques et ses troupes de choc auprès du public n’est qu’un renouveau du puritanisme.

Les fermetures ont écrasé les perspectives économiques de millions de personnes, et le gouvernement a tenté de compenser cela par des dépenses sauvages de l’argent des autres et une utilisation sans précédent de la presse à imprimer, comme si le gouvernement pouvait d’une manière ou d’une autre se féliciter de la destruction qu’il a causée. Par conséquent, le mouvement anti-confinement a besoin d’un engagement en faveur de la santé financière et de l’argent sain. Nous savons maintenant qu’un gouvernement ayant la capacité de créer des quantités illimitées de papier-monnaie ne peut être contraint. Cela doit être corrigé.

Quant à la santé, le sujet ou l’excuse qui a déclenché les confinements en premier lieu, nous devrions sûrement apprendre de cette expérience que la politique et la médecine doivent être séparées par un mur élevé. Nous avons des professionnels de la santé qui sont traditionnellement chargés d’atténuer les maladies, et ils le font en fonction de leurs propres associations professionnelles et de leur meilleur jugement. La politique ne devrait jamais prendre le pas sur la relation médecin/patient, ni prétendre savoir ce qui est mieux pour nous que nos propres médecins.

En matière d’éducation, les gouverneurs de tout le pays ont cruellement fermé toutes les écoles, bien que la menace du virus pour les enfants soit quasi nulle et qu’il n’existe aucun cas avéré d’enfant transmettant la maladie C-19 à un adulte. Le point positif est peut-être que nous en avons appris davantage sur la manière dont les parents peuvent exercer un plus grand contrôle sur l’éducation qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent. Le mouvement anti-confinement doit embrasser une multiplicité d’alternatives éducatives, y compris la possibilité d’une privatisation totale, afin que l’éducation puisse à nouveau faire partie de la matrice de la libre entreprise.

Il est vrai que le terme anti-confinement a une connotation négative
. Y a-t-il un meilleur mot pour exprimer la dimension positive ? Ma préférence : le libéralisme. Les progressistes ont abandonné le terme. Il est également correct d’un point de vue historique et international. Le libéralisme et la modernité sont inextricablement liés dans l’histoire, a dit Benjamin Constant. Le libéralisme du futur doit être préparé à comprendre, à défendre et à lutter pour la liberté dans un monde sans confinements. Il n’y a pas d’exceptions.

Ce qui nous amène au dernier point. Que ce mouvement opère dans le domaine universitaire, culturel, journalistique ou politique, il est absolument urgent qu’il fasse preuve d’un courage moral et d’une intégrité sans faille. Férocement. Il doit être intransigeant sur les points cruciaux. Elle doit être prête à parler même lorsqu’il est démodé de le faire, même lorsque les médias crient le contraire, même lorsque la foule de Twitter inonde vos notifications, même lorsque vous avez honte de penser par vous-même.

Cette fois-ci, comme vous l’avez sûrement remarqué, même les voix des bonnes personnes ayant de bonnes idées se sont tues de peur. Cette peur doit être bannie. Le retour de flamme contre ce despotisme viendra, mais il ne suffit pas. Nous avons besoin de caractère, d’intégrité, de courage et de vérité, et cela compte peut-être plus que l’idéologie et la connaissance. La connaissance sans la volonté et le courage de parler est inutile, car (comme nous l’a enseigné E.C. Harwood) l’intégrité n’a pas de substitut.

En fin de compte, l’argument en faveur du déconfinement de la société est une question spirituelle. Quelle est la valeur de votre vie et comment voulez-vous la vivre ? Quelle est l’importance des libertés durement gagnées que vous exercez quotidiennement ? Qu’en est-il de la vie et des libertés des autres ? Ce sont là tout. La liberté n’a jamais prévalu sans des voix passionnées et courageuses pour la défendre. Nous disposons aujourd’hui des outils nécessaires, bien plus qu’auparavant. Ils peuvent nous étrangler, mais ne peuvent pas finalement nous fermer. L’idée que nous ne puissions pas parler par peur de la foule de Twitter est absurde.

Ce mouvement, qu’il s’appelle anti-confinement ou simplement libéralisme, doit rejeter la méchanceté et la compulsion de ce moment de la vie américaine
. Il doit s’opposer au caractère brutal des confinements. Il doit parler et agir avec une compréhension humaine et une grande considération pour le fonctionnement social dans la liberté, et l’espoir pour l’avenir qui en découle.

Les ennemis de la liberté et des droits de l’homme se sont révélés au monde entier. Que justice soit faite. Le bien-être de chacun d’entre nous est en jeu.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8321
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty Re: News au 12 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 12 Aoû - 12:21

- 3 -

Pourquoi Google, Facebook, Twitter sont-ils si déterminés
à censurer les médecins qui promeuvent le traitement de COVID ?

News au 12 août 2020 Americas_Frontline_Doctors_810_500_75_s_c1
America’s Frontline Doctors
lors d’une conférence de presse à Washington D.C. le 27 juillet 2020


Joseph Goebbels, chef du ministère de la Propagande du Troisième Reich, a dit un jour : “Laissez-moi contrôler les médias et je transformerai n’importe quelle nation en un troupeau de porcs”. Une poignée de grandes entreprises aux États-Unis contrôlent aujourd’hui la majeure partie des informations disponibles au public sur Internet. De plus en plus, ceux qui expriment des opinions impopulaires, s’écartant du discours libéral dominant, sont censurés et interdits.

Google, Twitter et Facebook ont récemment fait preuve d’une grande souplesse en supprimant une vidéo de la conférence de presse du 27 juillet dernier d’un groupe de médecins agréés qui discutait de ce qui est devenu un traitement contre le coronavirus utilisant l’hydroxychloroquine (HCQ), devenu un ballon politique depuis que le président Trump en a parlé favorablement il y a plusieurs mois. Pendant les huit heures où la vidéo a été mise en ligne sur le site de Breitbart, environ 16 millions de personnes l’ont visionnée et partagée.

Quel “crime speak” les médecins ont-ils commis dans la vidéo qui leur a valu d’être interdits par les groupes de technologie ? Ils n’étaient pas d’accord avec la diabolisation d’un protocole médical utilisant l’hydroxychloroquine, le zinc et le z-pack pour traiter l’apparition précoce du coronavirus. Quelques heures après la diffusion de la vidéo sur Breitbart, les trois géants, qui ne semblent pas avoir de formation médicale, ont agi de concert pour annuler les vues de ces médecins de première ligne, alors qu’ils ont traité des centaines de patients avec le virus. Étant donné que la médecine est un “art” et qu’elle implique souvent des médecins qui essaient et développent des traitements non éprouvés, on s’attendrait à une conversation plutôt qu’à une répression draconienne. De nombreux traitements autrefois controversés sont aujourd’hui la norme. Les médecins du passé ridiculisés par leurs pairs, comme Louis Pasteur qui a mis au point le remède contre l’anthrax et la rage, sont aujourd’hui vénérés comme des pionniers de la médecine.

Le verrouillage de la censure libérale est devenu encore plus évident lorsque les grands médias ont repris l’histoire et ont commencé à attaquer les médecins. CNN, dans un article clairement biaisé, a déclaré que :

La vidéo, publiée par le média de droite Breitbart News, montrait un groupe de personnes portant des blouses de laboratoire blanches et se faisant appeler “America’s Frontline Doctors” (les médecins de première ligne de l’Amérique) lors d’une conférence de presse devant la Cour suprême des États-Unis à Washington, DC. [>>> extrait de cette vidéo + retranscription complète]

CNN a laissé entendre que ces hommes et ces femmes étaient au pire des imposteurs, au mieux des vendeurs d’huile de serpent. Le média libéral et ses alliés dans les grands médias ont dénoncé les faits présentés comme “trompeurs, faux et désinformation”. Ils ont rejeté du revers de la main ces médecins qui travaillent directement avec des patients atteints du virus ou qui ont une expertise dans des domaines particuliers liés aux politiques du COVID-19. Les points de vue des professionnels médicaux de bonne réputation méritent d’être entendus. Les médecins ont déclaré dès le début qu’ils veulent apporter de bonnes nouvelles et de l’espoir au peuple américain au sujet du virus.

Le pédiatre Robert Hamilton, auteur de 7 Secrets du nouveau-né, est connu comme le “chuchoteur de bébé” pour sa méthode “comment” calmer les pleurs des nourrissons. Il a obtenu son diplôme de médecine et a fait son internat à la faculté de médecine de l’UCLA. Il pratique la pédiatrie depuis plus de 35 ans. Ancien président de la Los Angeles Pediatric Society, il a fondé Lighthouse Medical Missions, un groupe de bénévoles qui organise des missions médicales de courte durée en Afrique, en Asie, en Amérique centrale et en Amérique du Sud – participant lui-même à plus d’une vingtaine de missions. En raison de son expertise et de sa réputation, il est apparu comme invité dans plusieurs émissions de télévision, dont Dr. Oz et Good Morning America. Il a déclaré aux journalistes que les enfants tolèrent bien le virus. Peu sont hospitalisés et leur taux de mortalité est très faible. Les enfants, a-t-il dit, “ne sont pas les moteurs de cette pandémie”. En général, ils ne la transmettent pas. “Nous devons normaliser la vie de nos enfants”, a-t-il déclaré. “Nous le faisons en les faisant revenir en classe.”

Le Dr Simone Gold, médecin urgentiste et avocate de Los Angeles, avec plus de trente ans d’expérience, est diplômée de l’école de médecine de Chicago et a obtenu son diplôme de droit à Stanford. Elle a été à l’origine d’une lettre de 600 médecins en mai dernier demandant la fin de la fermeture. La lettre décrivait la fermeture comme un événement qui a fait un grand nombre de victimes, en disant que parmi les “victimes… qui se cachent à la vue de tous”, il y a “l’alcoolisme, les sans-abri, le suicide, les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux ou les insuffisances rénales”. Les gens ne reçoivent pas les traitements dont ils ont besoin en raison de la peur engendrée par le virus. D’autres médecins qui ont pris la parole lors de la conférence ont demandé que les médecins et le public puissent disposer librement de traitements efficaces. Un médecin a déclaré qu’il n’avait jamais vu auparavant une maladie traitée en disant aux victimes de rentrer chez elles, de s’abriter sur place et de voir si leur maladie s’aggravait.

Suite à la censure de la vidéo par les grands techniciens, l’attaque contre les médecins est passée à la vitesse supérieure. Le site web de Frontline Doctors a immédiatement été déplagué. La plupart des grands médias ont diffamé les médecins et ignoré ou démystifié les données et les études qu’ils ont présentées comme preuves de l’efficacité du protocole HCQ. La conférence de presse n’était qu’une partie d’une conférence médicale où des données scientifiques ont été présentées. Combien de médias ont rapporté les données scientifiques provenant de nombreux pays et montrant que la HCQ sauve des vies ?

En réponse à la censure, le groupe a tenu une seconde conférence de presse mardi 28 juillet, appelant à la fin de la “peur paralysante”. Ils ont promis qu’ils ne s’en iraient pas. L’hydroxychloroquine est sûre à faibles doses, ont-ils déclaré, et a été utilisée avec succès contre le SRAS en 2005, qui agit de manière similaire au coronavirus. La neurologue Teryn Clark, de Newport Beach, en Californie, a invité les gens à se rendre compte par eux-mêmes de l’innocuité de l’hydroxychloroquine en consultant la page d’information sur le paludisme et l’hydroxychloroquine du site web du CDC. “Le mécanisme d’action pour cette maladie (COVID-19) est très similaire”. Les médicaments, dit-elle, sont souvent utilisés à des fins non indiquées sur l’étiquette, et une pétition est actuellement en cours à la FDA pour que le médicament soit indiqué sur l’étiquette pour le virus.

Le Dr Richard Urso a déclaré qu’il essayait de faire connaître l’efficacité de la HCQ depuis janvier. “Nous ne pouvons pas laisser nos patients mourir sans traitement et c’est la principale chose qui s’est produite. On nous a dit de nous cacher dans nos maisons, de porter un masque et d’attendre un vaccin. Ce n’est pas une stratégie. Nous avons une stratégie”. Il a poursuivi en soulignant que des études réalisées dans d’autres pays montrent l’efficacité de l’utilisation de ce médicament et que l’un des plus grands virologistes du monde, le microbiologiste français Didier Raoult, a utilisé l’hydroxychloroquine avec des résultats étonnants depuis le début de la pandémie. “L’hydroxychloroquine fonctionne ; la cacher aux patients est honteux !”

Dans de nombreuses régions du monde, la HCQ est disponible en vente libre. C’est l’un des médicaments les plus sûrs disponibles et il est utilisé depuis plus de 60 ans. Comme l’a dit le Dr Clark, ce médicament ne manque pas aux États-Unis. En fait, il existe un stock de 63 millions de doses.

L’un des messages les plus convaincants est venu du pédopsychiatre Mark McDonald de Los Angeles qui a décrit la crise croissante de la santé mentale chez ses jeunes patients. Il constate une peur généralisée avec l’énurésie, l’automutilation, la dépression, l’anxiété et même le suicide. “Nous avons besoin d’une stratégie pour mettre fin à la peur”, a-t-il déclaré. “À ce stade, ce n’est pas une crise médicale, c’est une crise émotionnelle. Mais les gens ont tellement peur, [qu’ils] se raccrochent à la paille pour trouver quelque chose, n’importe quoi qui leur donnera un sentiment de paix et de confort. Il a poursuivi en offrant de l’espoir en disant : “Nous avons cela maintenant… l’hydroxychloroquine. Si nous pouvons le diffuser et l’apporter au peuple américain, la peur disparaîtra, nos enfants seront plus en sécurité… les parents retourneront au travail et notre pays se remettra sur pied. Nous devons le faire maintenant ! Prenez-vous en charge…. Ne laissez pas les dirigeants, les politiciens, les médias, les groupes d’intérêts spéciaux s’en charger… Parlez à vos médecins, à vos sénateurs… Exprimez-vous, reprenez votre liberté, cessez de vivre dans la peur.”

Le groupe a conseillé aux Américains de contacter leurs médecins et leurs dirigeants politiques et d’exiger que la HCQ soit mise à disposition pour le traitement du virus et la prévention prophylactique. Il est temps de faire du protocole HCQ une décision entre le patient et le médecin et d’en faire un outil de grande technologie ! Quant à la censure et aux récits unilatéraux, Joseph Goebbels savait que l’ingrédient clé pour contrôler les masses était de les convaincre qu’elles étaient aux commandes. “La propagande fonctionne mieux”, disait-il, “quand ceux qui sont manipulés sont convaincus qu’ils agissent de leur propre gré”.

(Traduction : Site "Abbatah", page 8519)
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8321
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty Re: News au 12 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 12 Aoû - 16:03

- 4 -

News au 12 août 2020 Liban-explosion-640x360

Un article de l’excellent blog italien de l’essayiste et journaliste Maurizio Blondet fait le lien entre les récentes et meurtrières explosions au port de Beyrouth, une étude du think tank américain Carnegie Middle East Center, publiée il y a à peine deux mois le 10 juin 2020, et au titre annonciateur Détruire le Liban pour le sauver (Destroying Lebanon to save it) et l’attitude de Macron, l’homme des intérêts mondialistes, lors de sa visite au Liban.

La thèse de l’étude Carnegie est « simple et efficace », écrit Blondet :

« Beyrouth est en fait aujourd’hui un avant-poste de l’Iran au Moyen-Orient, car il est contrôlé par le Hezbollah [tous deux déclarés par Israël Amalek ]; pour détruire le Hezbollah, il faut détruire le Liban, puis après le changement de régime, le reconstruire avec le financement du Fonds monétaire international.

« L’étude Carnegie dicte ce qui suit : le Congrès doit adopter une loi qui “interdit à tous les contributeurs au Fonds monétaire international d’aider à un sauvetage libanais” qui “ne récompenserait que le Hezbollah, à un moment [où] les manifestants au Liban exigent la fin de la corruption et s’opposent au règne du Hezbollah”.

« La destruction économique et financière du Liban était notoirement déjà en cours, et maintenant nous comprenons mieux pourquoi et par qui elle a été causée. »

Mais que vient faire Macron là-dedans, certains se demanderont. Réponse de Blondet :  

« Après l’explosion qui a détruit Beyrouth, Emmanuel Macron y atterrit et que fait-il? Il est reçu par une petite foule qui l’acclame et le supplie de libérer le pays de la “corruption”, et il annonce, ce sera “le début d’une nouvelle ère”, “je ressens votre colère”, “je proposerai un nouveau pacte politique pour le Liban”.

« Peu de temps après, il apparaît à la télévision et – devinez quoi ? – Il Attaque le Hezbollah. Et il proclame: “Les fonds pour le Liban sont là, mais ils attendent que les réformes soient faites. Il n’y aura pas de chèque en blanc pour le Liban.” Il ne faut pas non plus exclure des sanctions “contre ceux qui bloquent les réformes au Liban”; et “J’ai dit au Président Aoun qu’il était important de changer le système au Liban.”

« Bref, il est allé exécuter parfaitement le plan du projet Carnegie. En trouvant aussi le ton de l’Européiste, c’est-à-dire cet air de condescendance et de supériorité menaçante (…) : faites les réformes, pas de chèques en blanc … »

« Il est allé jusqu’à dire, continue l’essayiste italien en citant Macron : “Je proposerai un nouveau pacte politique au Liban et je reviendrai le 1er septembre, et s’ils ne le font pas, je prendrai ma responsabilité politique…” »

« En clair, précise Blondet, c’est la ligne d’exécution du projet Destroying Lebanon to save it dans lequel on lit : “L’empêchement d’un sauvetage par le FMI n’entraînera rien d’autre que la destruction sociale et économique du Liban, car le pays pourrait bientôt manquer de devises fortes pour importer des produits de première nécessité tels que la nourriture, les médicaments et le carburant. Les choses seront aggravées par la mise en œuvre par Washington de la loi César, une loi sanctionnant le régime Assad à Damas, qui fermera une soupape de sécurité qui consentait au Liban d’effectuer des transactions à travers la Syrie. Le Liban pourrait bientôt découvrir qu’il est devenu un Venezuela sous stéroïdes.” »

« Bref, ce que le Liban subissait déjà avant l’explosion dévastatrice », analyse Blondet, avant d’ajouter :

« Quant à Carnegie pour le Moyen-Orient, c’est une émanation du Carnegie Endowment for International Peace, fondé en 1910 par le milliardaire Carnegie pour faire passer le ‘verbe’ américain à travers le monde; il est considéré comme le troisième groupe de réflexion le plus influent au monde, après Brookings Institution  et Chatham House, il possède des bureaux à  Washington DC,  Moscou,  Beyrouth,  Pékin,  Bruxelles  et  New Delhi.

« Amalek désigne le peuple ennemi mythique d’Israël, dont Deutéronome 25: 17–18, Exode 17:14 et 1 Samuel 15: 3 prescrit l’extermination totale : “De l’homme à la femme, de l’enfant à l’allaitement, du bœuf au mouton, pour que le nom d’Amalek ne soit même pas mentionné en référence à un animal en disant “Cet animal appartenait à Amalek”. »

Et Maurizio Blondet de conclure :

« Pour le Hezbollah, c’est fini, je pense. Mais quelle précipitation cependant ! » 

A la lecture de cette pertinente analyse sur les connections entre ce que d’aucuns appellent ‘le 11 septembre libanais’, l’étude de Carnegie et la visite de Macron, on se dit : étonnement et une fois de plus, voilà des explosions, arrivées fort à propos, qui servent la cause du mondialisme, et de la stratégie politique sioniste américaine… Mais bien sûr cela n’est qu’une coïncidence.

>>> Vidéo de l'explosion atomique de Beyrouth
>>> La GUERRE NUCLÉAIRE a COMMENCÉ et c'est ISRAËL qui OUVRE le BAL
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8321
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty Re: News au 12 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 12 Aoû - 16:35

- 5 -

News au 12 août 2020 Pape-francois-chine

L’agence de presse missionnaire Asia News fait le bilan deux ans après la signature de l’accord provisoire, dont les modalités restent toujours secrètes, entre la République populaire de Chine et le Saint-Siège. La conclusion est sans appel, et donne raison au cardinal émérite de Hong-Kong, Mgr Joseph Zen, farouche opposant à cet accord tout autant politique que doctrinal qui met les catholiques entre les mains de leurs bourreaux communistes : les persécutions se sont intensifiées, les conditions de vie et la liberté de culte se sont dégradées.

« Quelques mois après l’expiration de l’accord provisoire sur les nouvelles nominations des évêques, fidèles laïcs, prêtres et pasteurs s’interrogent sur les effets qu’il a eu sur la vie des communautés chrétiennes en Chine, écrit Asia News. Du côté du Vatican, l’espoir est le renouvellement de l’accord. La Chine est susceptible de le renouveler aussi, de l’utiliser comme un outil anti-américain. Reste la question, pas du tout idéologique, de la liberté religieuse.

« L’accord provisoire que le Vatican et la République populaire de Chine ont signé il y a deux ans expirera le 21 septembre. A cette époque, il y avait des “optimistes” qui louaient cet accord comme “historique” et prophétisaient une révolution copernicienne pour la vie de l’Église en Chine. Aujourd’hui encore, les « enthousiastes par défaut » – très peu nombreux en vérité et toujours les mêmes – poussent au renouvellement de l’accord provisoire. Des personnalités liées d’une manière ou d’une autre au Vatican ont également fait des suggestions à cet égard. Jusqu’à présent, cependant, la Chine ne s’est pas prononcée, mais nous supposons que son approbation de poursuivre l’accord est presque certaine, ne serait-ce que pour embarrasser les États-Unis. En effet, l’accord provisoire – qui traite des nouvelles nominations des évêques chinois, une question purement ecclésiologique et de liberté religieuse – est mêlé à bien des égards à la querelle entre la Chine et les États-Unis et les jugements sur sa valeur dépendent du choix a priori effectué sur qui devrait être la future superpuissance qui dominera le monde. »

Pour éviter une approche idéologique, AsiaNews a lancé une enquête auprès des évêques, des prêtres et des fidèles laïcs en Chine, leur demandant de raconter comment la vie de leurs communautés a changé et comment leur foi est vécue après le célèbre accord. John, de Shanghai, écrit Asia News « exprime l’embarras de voir le drapeau chinois sur les bâtiments chrétiens, qui est devenu une obligation souvent accompagnée de l’affichage du portrait du président Xi Jinping ». Et Maria, du nord de la Chine « énumère la série de contrôles mis en œuvre sur les communautés, en particulier l’interdiction de donner une éducation religieuse aux jeunes de moins de 18 ans (ce qui est contraire à la constitution chinoise). »

Un autre laïc chinois fidèle, « Benoit » (pseudonyme) déclare à Asia News

« Par rapport à l’Église du sud, notre situation est plutôt calme. Au cours des dernières années, nous avons eu un bureau relativement stable. Les messes dominicales, les messes solennelles et toutes les activités de prière se déroulaient assez régulièrement. Tout cela s’est terminé par la signature de l’Accord provisoire sino-vatican le 22 septembre 2018. En vue de Noël 2018, le personnel du gouvernement local est arrivé pour nous dire que notre lieu de rencontre serait interdit. » 

Tout est fait pour ramener l’Église « clandestine » dans celle « patriotique » (fidèle au Parti) puis réduire cette dernière, à la fois en nombre et en importance. Le but est clairement de transformer l’Église en un organe de propagande du Parti.

John, de Shanghai, raconte encore :

« J’ai eu un petit choc quand j’ai commencé à voir le drapeau national à l’extérieur du bâtiment de l’église. Il n’y a rien de mal à afficher le drapeau national. Mais pour affirmer le slogan « aimer la patrie, aimer l’Église » [«Ai guo, ai jiao» est le slogan de l’Association patriotique, également entériné par le Conseil des évêques chinois reconnu par le gouvernement], il ne vaudrait pas mieux exposer aussi et en même temps la bannière de la foi, par exemple celle du Vatican ou celle de la paroisse? »

Maria, confirme :

« Les murs extérieurs de la paroisse sont couverts de nombreuses normes concernant la culture chinoise et l’administration de l’Église; le drapeau flotte sur le clocher, à côté de la croix, comme s’il voulait remplacer la lumière de la croix. »

Asia News révèle également combien la pandémie de Covid-19 a encore aggravé les conditions des églises en Chine, contraintes de fermer et de rouvrir seulement après plusieurs mois, et seulement sous certaines conditions, très politiques et pas du tout sanitaires : les personnes souhaitant entrer dans les lieux de culte doivent d’abord s’inscrire en ligne en fournissant toutes leurs données personnelles. Les églises peuvent rouvrir, mais seulement si elles promettent de donner également une éducation patriotique aux fidèles et de respecter les « quatre exigences » : cérémonie de levée du drapeau, enseignement et promotion des lois chinoises, prédication des valeurs fondamentales du socialisme, promotion de la culture traditionnelle chinoise. La campagne des « quatre conditions » a débuté en 2018 (année de l’accord) et avec la pandémie elle a connu une nouvelle accélération.

Les contrôles d’application des règles sont eux-aussi obsessionnels. Comme en témoigne Teresa à  :

« Au cours de ces deux années, le diocèse a été confronté à une pression croissante. Par exemple, le dimanche, dès le matin, le gouvernement envoie son personnel à l’église pour vérifier. Certains se tiennent devant l’entrée, d’autres sont assis dans les rangées du fond, d’autres errent çà et là : leur but est de voir le fonctionnement de l’église et ses activités. De plus, le personnel qui reste devant l’entrée vérifie que les enfants de moins de 18 ans ou tout juste accomplis n’entrent pas dans l’église. Lorsqu’ils voient des enfants ou des élèves du primaire, du collège et du lycée qui veulent y entrer, ils les forcent à rentrer chez eux, les empêchant de rester dans la paroisse. Il est strictement interdit d’organiser des cours de catéchisme pour mineurs; même les salles de classe sont fermées. Bref, une grande désolation ! »

Cela se produit dans les églises officielles, tandis que les églises clandestines, en revanche, sont confrontées à une persécution totale. En avril, dans la province du Jiangxi, au sud-est, l’administration locale a contraint certains des prêtres diocésains, qui ont refusé de rejoindre l’Association patriotique catholique chinoise (APCC), à suivre un cours de formation patriotique de trois jours. Un mois plus tôt, dans la province du Hebei, les autorités ont forcé un prêtre catholique de 83 ans assigné à résidence dans un hôtel à le forcer à rejoindre le CPA. Après trois jours, les symptômes d’une crise cardiaque ont rendu nécessaire l’hospitalisation. Le religieux a donc été renvoyé dans sa ville natale avec l’interdiction de célébrer la messe et d’autres fonctions religieuses. La police vérifie les entrées des églises où il a célébré la messe, pour l’empêcher de revenir ou les fidèles de s’y retrouver.

Don Francesco, témoigne lui-aussi sur Asia News :

« Après la signature de l’Accord sino-vatican, les politiques religieuses de notre diocèse ne se sont pas seulement relâchées, au contraire elles ont encore diminué. Les autorités rassemblent souvent des prêtres pour des cours de formation, poussent les prêtres clandestins à rejoindre l’Association patriotique, les arrêtent en les emmenant dans des lieux secrets pour changer leur mentalité ». Et Don Paolo : « Après la signature de l’Accord sino-vatican, la situation de l’Église clandestine est de plus en plus critique, les lieux de prière paroissiaux ont été fermés, la célébration publique de la messe dominicale n’est même plus autorisée, les prêtres ne peuvent pas faire autre chose que célébrer la messe en privé au domicile de certains fidèles, sans pour la participation, le communiquer à trop de fidèles. Malgré cela, même les messes privées sont souvent arrêtées par les autorités locales. »

Un autre prêtre qui a donné son témoignage à l’agence missionnaire, énumère les règles draconiennes du nouveau règlement des affaires religieuses mis à jour en 2018. Non seulement les membres du Parti ont strictement l’interdiction d’appartenir à une religion, mais aussi tous ceux qui travaillent dans le secteur public.

« Les employés des organes de l’État et des institutions publiques, qui ne sont pas membres du parti, sont tenus de signer un document dans lequel ils promettent de ne professer aucune religion. De nombreux fidèles qui travaillent dans les organes de l’État et les institutions publiques, de peur de perdre leur emploi, trahissent leur religion et abandonnent leur foi. »

Les règles concernent tout le monde :

« Il n’est pas permis d’enseigner la foi aux mineurs de moins de 18 ans. » « Les citoyens qui croient en une religion ne sont pas autorisés à être enrôlés dans l’armée. » « L’Église ne peut organiser aucune activité éducative ». « Une université a interdit aux étudiants catholiques d’assister à la messe dominicale. »

Le régime chinois recourt également à de véritables astuces pour fermer les églises, même celles officiellement reconnues :

« Même si elles sont enregistrées, les églises sont souvent fermées sous prétexte que ‘’le nombre de fidèles est trop petit‘’.  Au moment de l’inscription, les responsables locaux conseillent verbalement à l’Église de ne pas enregistrer trop de fidèles et, par conséquent, certaines paroisses n’en ont enregistré que quelques-uns. Après cela, le gouvernement soutient que ‘’l’église ne peut pas être utilisée avec si peu de gens‘’, et elle est fermée. »

Mgr Zen prophétisait bien lorsqu’il clamait que cet accord entre le Vatican bergoglien et la Chine, non seulement ne mettrait pas un terme aux persécutions des catholiques par le régime communiste mais serait pareillement une trahison du Christ !
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8321
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty Re: News au 12 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 12 Aoû - 18:27

- 6 -

[Ce qui est dit ci-dessous des universités,
je l'applique par mon titre à tout le reste.

Après tout, vous êtes tous verrouillés,
Mais vous l'avez bien mérité !
Vous avez chanté et dansé pendant 60 ans,
Mais le temps est arrivé des pleurs et des grincements de dents...]

États-Unis :
Les universités tentent d’imposer des règles contre le COVID-19
« Pas de fêtes, pas de voyages » pour l’automne

Même après que de grands noms comme Harvard ont annoncé des cours « uniquement en ligne » pour le semestre d’automne, de nombreux collèges et universités du pays ouvriront des campus pour des cours en personne, avec même la reprise des activités sportives, bien que des mesures strictes de sécurité contre les coronavirus soient en place.

L’anxiété reste cependant grande, car les écoles sont confrontées à une série d' »inconnues », car elles vont tenter de faire appliquer toutes les mesures, depuis les tests COVID-19 réguliers jusqu’à l’interdiction des fêtes pour les étudiants qui paient souvent des frais de scolarité très élevés, en passant par les dortoirs socialement éloignés et les masques faciaux lors de tous les événements organisés sur le campus. En ce qui concerne ce dernier point – l’interdiction stricte des fêtes, que beaucoup considèrent depuis longtemps comme faisant partie de « l’expérience universitaire » – ce sera beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Est-ce réaliste ?

« Alors qu’ils s’efforcent de sauver un semblant d’expérience sur le campus cet automne, les universités américaines exigent des promesses des étudiants qu’ils aident à contenir le coronavirus – pas de fêtes avec des fûts, pas de longs trips en voiture et pas d’invités étrangers sur le campus », a rapporté l’AP. « Sans blague. Les administrateurs avertissent que le fait de ne pas porter de masque, de ne pas pratiquer la distanciation sociale et d’éviter les rassemblements de masse pourrait avoir de graves conséquences, notamment l’expulsion de l’école ».

Le rapport note que l’université de Tulane, qui se trouve être située dans l’une des villes les plus emblématiques d’Amérique en matière de fêtes, où se trouvent Mardi Gras et Bourbon Street – mais qui, pour la même région, est peut-être devenue au printemps dernier un point chaud du virus dans le Sud – a émis une interdiction stricte des grandes fêtes :

Après un week-end d’été marqué par de grands rassemblements, la doyenne des étudiants, Erica Woodley, a écrit aux étudiants, soulignant son point essentiel en lettres capitales et en gras.

« NE PAS ORGANISER DE FÊTES OU DE RASSEMBLEMENTS DE PLUS DE 15 PERSONNES, Y COMPRIS L’HÔTE. SI VOUS LE FAITES, VOUS FEREZ face à une suspension ou une expulsion de l’université »
, a écrit Woodley, en terminant par « Voulez-vous vraiment être la raison pour laquelle Tulane et la Nouvelle-Orléans doivent à nouveau fermer ? »

Cornell, Syracuse et l’Université de Pennsylvanie sont parmi d’autres écoles qui tentent d’équilibrer la vie de campus en personne avec des limites strictes sur les rassemblements d’étudiants. Les écoles qui sont allées directement aux cours d’automne en ligne, dans de nombreux cas, ont déterminé que l’application de la distanciation sociale resterait insaisissable, cependant.

News au 12 août 2020 Fete-usa-2
« Animal House » (1978)

Il s’agira sans aucun doute d’une première expérience sociale de ce type. D’une part, les étudiants exigeront une « expérience » complète sur le campus (ou juste en dehors du campus), tandis que les administrateurs s’empresseront d’imposer des directives strictes tout en menaçant de conséquences désastreuses.

Et il reste que, dès qu’un groupe de cas de COVID-19 éclatera sur le campus, toute la faculté pourrait être paralysée.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8321
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty Re: News au 12 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 12 Aoû - 21:09

- 7 -
Un TRUC que je VAIS DIRE

Tout le monde sait ce qui se passe maintenant, sauf ceux qui n'en savent rien ! Mais les uns et les autres subissent. Eh bien, je veux dire un truc très important, et même excessivement important : nous ne l'avons pas voler ! Que faisons-nous depuis 60 ans ? La belle vie ! Eh bien, c'est terminé. Le temps est venu de payer, et nous allons le payer très cher, et nous n'avons pas lieu de nous plaindre car nous l'avons bien mérité. En conséquence, repentons-nous, disons notre CHAPELET QUOTIDIENNews au 12 août 2020 Q80zdt11, et nous nous sauverons. Ce que je vous dis est absolument infaillible, à condition pourtant de s'y tenir, ce qui est une gageure. C'est à vous de relever le défit, et ce défit est facile ! Un Chapelet par jour c'est quand même pas le Pérou ! Donc, au boulot.
>>> SAUVÉS de la BOMBE ATOMIQUE par le CHAPELET QUOTIDIEN : Et vous hésitez encore ?
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8321
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty Re: News au 12 août 2020

Message par Gilbert Chevalier le Mer 12 Aoû - 22:49

- 8 -
J’ÉCRIS à TWITTER

Bonjour,

Comme je m'en doutais, je n'ai aucune réponse à mon appel. En conséquence, je me réserve d'accuser twitter de complotisme et de conspirationnisme à la solde de Bill Gates, de Soros, de Poutine, de Trump, de Xi Jinping et de Macron. Bref, si j'étais noir et juif, twitter m'enverrait une balle dans la peau.

J'accuse donc twitter de nazisme, de stalinisme, de maoïsme et d'antisémitisme.

J'espère une réponse dans les 24 heures. Dans le cas contraire...

Gilbert CHEVALIER
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8321
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 69
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

News au 12 août 2020 Empty Re: News au 12 août 2020

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum