Catholique-Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-26%
Le deal à ne pas rater :
Samsung Disque SSD Interne 2 To
154.59 € 209.99 €
Voir le deal
-10%
Le deal à ne pas rater :
Apple TV HD 4K 32Go (2021)
179 € 199 €
Voir le deal

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6

Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6 Empty Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6

Message par Gilbert Chevalier Sam 5 Jan - 10:52

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6 Evmwvuzbhrs2aq1z6r357q2y3aq1z6r357q2z

2. LE CARDINAL D’ARGENTINE

Historique à Buenos Aires

Lorsque le Cardinal Bergoglio a été élu Pape François en 2013, il était à la tête de l’Église catholique en Argentine depuis quinze ans, et était une figure très connue à l’échelle nationale. Il aurait été possible pour les cardinaux d’obtenir des détails sur la façon dont il a été vu dans son pays d’origine, mais les conclaves papaux ne ressemblent pas à une nomination au poste de PDG dans une entreprise multinationale, avec des références exigées des candidats. Depuis son élection, le Pape François a pris le monde par surprise, et cela inclut probablement la plupart des cardinaux qui ont voté pour lui. Des rapports commencent à sortir, même s’ils ne parlent qu’avec prudence et en privé, qu’ils éprouvent des « remords de l’acheteur ».

Le but de ce chapitre est d’examiner le bilan de la carrière antérieure de Bergoglio et de combler le vide que les cardinaux ont négligé d’examiner à la loupe. Les sources utilisées sont, tout d’abord, la biographie complète rédigée par Austen Ivereigh, Le Grand Réformateur, qui est le plus exubérant des récits et aussi, sans coïncidence, la plus hagiographique. Mais il s’agit surtout ici de résumer les récits des compatriotes de Bergoglio, des gens qui l’ont connu depuis de nombreuses années et qui connaissaient l’état de l’Église argentine de l’intérieur. Ils racontent une histoire avec laquelle le reste du monde n’était pas vraiment au courant, mais qui explique en grande partie le style et la politique de François, comme nous en avons été témoins au cours des cinq dernières années.

Jorge Mario Bergoglio est né le 17 décembre 1936 dans une banlieue de Buenos Aires, fils d’un comptable en difficulté. Les signes de tension qui peuvent être détectés dans sa famille ne sont pas seulement économiques. L’adulte Jorge n’était pas prêt à parler de ses parents. Après la naissance de son cinquième enfant, sa mère devint temporairement invalide et dut déléguer l’éducation de ses enfants à une femme appelée Concepción. Jorge a célébré cette mère adoptive comme une bonne femme, mais il a admis qu’il la traitait mal quand, des années plus tard, elle est venue à lui pour lui demander son aide comme évêque à Buenos Aires et il l’a renvoyée, avec ses propres mots, « rapidement et d’une manière très mauvaise » (26). L’incident semble indiquer des souches qui sont enterrées dans le passé, mais pourrait fournir un indice de la personnalité énigmatique de Bergoglio.

Sur le plan sociologique, les temps étaient déjà assez difficiles. L’Argentine a été frappée par la récession mondiale des années 30 et souffre d’un revers de la médaille comme elle ne l’avait jamais connu de mémoire vivante. Au cours du demi-siècle qui a précédé la Première Guerre mondiale, le pays était inondé d’investissements britanniques, le reste du monde était avide des produits naturels de la pampa, et l’Argentine devenait le huitième pays le plus riche du monde, dominé par une oligarchie de millionnaires du bon temps. Une dernière vague de prospérité s’est produite au cours de la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’une Grande-Bretagne assiégée était aux abois au sujet des exportations de viande argentine ; mais avec l’avènement de la paix, le boom s’est effondré. C’est dans ce contexte que Juan Perón, un dictateur populiste qui domine depuis lors la culture politique argentine, est arrivé au pouvoir.

Perón fut président de 1946 à 1955, entre les dixième et dix-neuvième années de Jorge Bergoglio, et le regard du garçon, comme celui de toute sa génération, devint fasciné par cette figure unique et le mouvement qu’il fonda. Le secret de Perón était d’exploiter les griefs d’un société nouveau riche qui avait soudainement perdu son bonanza. Il s’est fait le champion du petit homme – une classe à laquelle la famille Bergoglio appartenait sans doute – contre la ploutocratie qui l’exploitait depuis si longtemps ; il a utilisé une rhétorique nationaliste et anti-étranger, faisant de l’Argentine une victime, comme si le pays ne s’était pas enrichi toute sa vie sur la demande étrangère. L’épouse de Perón, Évita, ex-actrice au goût de luxe mais détestée des grands cercles auxquels elle était étrangère, incarne le style flashy et strident du régime. Le trait le plus particulier de Perón était un opportunisme cynique qui faisait appel successivement à l’appui de droite et de gauche. D’abord champion de l’identité catholique argentine, Perón s’était disputé avec l’Église dans les années 1950 et dirigeait l’un des régimes les plus anticléricaux du monde. Il a été renversé par un coup d’État militaire en 1955 et a passé les dix-huit années suivantes en exil en Espagne, laissant derrière lui une génération éblouie et déçue. Parmi ses disciples se trouvait le jeune Jorge Bergoglio, et le temps était venu de montrer à quel point il serait un disciple du style du maître.

Après des études catholiques à Buenos Aires, Jorge Bergoglio décide à l’âge de 21 ans de devenir Jésuite et entre au noviciat de l’Ordre en 1958. Il fut ordonné prêtre en 1969 et acheva la longue formation jésuite deux ans plus tard. Après son élection comme Pape, des récits élogieux de sa carrière sont apparus, mais il vaut la peine de noter – non pas par dénigrement, mais par étude du caractère – quelques traits de caractère qui sont mentionnés par son biographe Austen Ivereigh. Au cours de ses premières années, un manifeste ostentatoire de piété fut critiqué par les autres novices de Jorge Bergoglio ; plus tard, lorsqu’il fut maître et préfet de discipline dans une école de garçons dirigée par l’ordre, il fut connu pour sa manière d’infliger des punitions sévères avec un visage angélique (27). Les années qui suivirent 1963 furent une époque où une vague de politisation prit le pas chez les Jésuites, en Argentine comme dans le reste du monde, et la tendance caractéristique était à la politique de gauche ; le lien de Bergoglio fut cependant avec le péronisme de droite. En 1971, il fut nommé Maître des novices de la Province d’Argentine, et il combinait cette tâche avec le soutien de la Garde de Fer ("Iron Guard"), qui travaillait alors au retour du Perón en exil. Austen Ivereigh décrit cet engagement euphémiquement comme « donner un soutien spirituel » au mouvement ; c’était en fait beaucoup plus, et il illustre les intérêts politiques qui devaient caractériser Bergoglio toute sa vie. Selon la plupart des normes, c’était une manière inhabituelle pour le maître des novices d’un ordre religieux de passer ainsi son temps libre.

---
(26) Omar Bello, "El Verdadero Francisco", Buenos Aires, 2013, p.60. https://gloria.tv/track/TybHHJ2FhS1f1bA4kEyjBvnCm

(27) Austen Ivereigh, "The Great Reformer", New York, 2014, pp.67 et 78.

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331

>>> Le CAS d'un PAPE HÉRÉTIQUE : comme François l'est, concluez.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8687
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6 Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6

Message par Gilbert Chevalier Dim 6 Jan - 10:05

Bergoglio comme Provincial Jésuite

En juillet 1973, après deux ans comme Maître des novices, le Père Jorge Bergoglio est nommé supérieur de la Province d’Argentine, âgé de trente-six ans et n’ayant terminé sa formation que deux ans auparavant. Le poste de Provincial est typiquement confié à des prêtres qui ont une cinquantaine d’années et des années d’autorité derrière eux, et nous devrions étudier ce que signifie cette nomination exceptionnelle. À l’âge de trente-six ans, Jorge Bergoglio était une figure formidable, comme il l’est resté depuis, et il vaut la peine de s’arrêter pour l’examiner. En tant que Pape, Jorge Bergoglio s’est rendu célèbre par son rejet des obstacles et par son identification aux pauvres, et il n’y a aucune raison de les considérer comme des traits superficiels. Ceux qui le connaissent témoignent de son austérité personnelle et de son attachement à la pauvreté dans ses habitudes personnelles. Il a été laissé à un observateur argentin, Omar Bello, de peser cette caractéristique et de la lier à une autre, moins discutée : la poursuite du pouvoir.

Bello a dit de Bergoglio : « Il conserve la sagesse de comprendre que l’on atteint les hauteurs en jetant du lest par-dessus bord, une stratégie évidente que nous semblons avoir oubliée. » (28) Et c’est en fait une leçon très jésuite. Le grand pouvoir que la Société a souvent acquis dans l’histoire n’a pas été atteint en poursuivant des pompes et des dignités. On pense à la leçon donnée en Amérique du Sud même, où les missions des Jésuites parmi les Indiens, connues sous le nom de Réductions, se classaient autrefois presque comme des États indépendants ; pourtant, elles étaient dirigées par des prêtres ordinaires, portant seulement le titre de Père et portant la simple coutume jésuite. Ou, plus près de l’époque de Bergoglio, il y avait l’exemple donné par le Père Vladimir Ledochowski, Supérieur général de 1915 à 1942 et qui marqua sa personnalité sur l’ordre. Sa carrière fut brillante : Provincial à trente-six ans, Assistant du Général à quarante ans, et élu Général lui-même à quarante-huit ans. Cet aristocrate polonais aux belles manières se transforma en un modèle d’austérité puissante ; une petite figure réservée, aux cheveux serrés, vêtue d’une soutane noire unie, mais dirigeant un ordre qui passa de 17 000 à plus de 26 000 membres à son époque, avec une augmentation considérable de son travail missionnaire. Aucun Jésuite qui est entré dans l’ordre au milieu du vingtième siècle n’aurait ignoré cet exemple.

La formation jésuite traditionnelle vise à former des hommes dont l’autodiscipline et le discernement les rendront efficaces dans leur mission, ce qui implique une psychologie de type rigoureux, suivant les lignes directrices établies par saint Ignace au XVIe siècle. On ne veut pas tomber dans le cliché de dépeindre la Compagnie de Jésus comme un corps spécialement machiavélique. Cette accusation a été portée contre tout ordre qui tente de se rendre efficace dans le monde, comme il l’est aujourd’hui contre l’Opus Dei. Il est vrai, cependant, que les méthodes des supérieurs, dans un ordre célèbre pour son obéissance, envisageaient typiquement de gérer leurs sujets un peu comme des soldats, idéalement pour leur propre bien. Dans les mains d’un supérieur sage, de telles méthodes pourraient être bénéfiques, mais on peut voir qu’elles pourraient aussi glisser dans la manipulation psychologique. Si nous regardons le rapport du Père Jorge Bergoglio en tant que Maître des novices, les rapports indiquent que ses méthodes de contrôle étaient rudes, et cette impression est étayée par les informations données par Austen Ivereigh. Il note que Bergoglio avait trois novices sous ses ordres pendant sa première année et quatre pendant la seconde, mais qu’au moment où il a pris la charge de Provincial en 1973, la Province n’avait plus que deux hommes au noviciat, ce qui implique qu’il avait perdu la moitié de ses novices pour quelque raison que ce soit.(29)

Cela n’aurait pas été très inhabituel, car en 1973 la Province d’Argentine, comme toute la Compagnie de Jésus, était en crise. Son Général de 1965 à 1981 fut le Père espagnol Pedro Arrupe qui, dès son élection, se sentit obligé de suivre l’exemple des grands intellectuels Jésuites dans l’interprétation du Concile Vatican II dans une ligne de libéralisme extrême. Le résultat fut l’effondrement de la Société sous son mandat, qui passa de 36 000 à 26 000 membres, anéantissant l’avance que l’ordre avait faite depuis la Seconde Guerre mondiale. La nouveauté caractéristique, comme on l’a fait remarquer plus tôt, était une politisation des Jésuites et, surtout en Amérique latine, une embrassade à l’idéologie de la "libération" inspirée du marxisme. Au début des années soixante-dix, la Compagnie de Jésus souffrait d’hémorragie à cause du retrait de son ancienne mission spirituelle, mais en Argentine, le Père Arrupe s’était surpassé. Déjà en 1969, lorsque le Père Bergoglio fut ordonné prêtre, la plupart des novices qui étaient entrés avec lui avaient quitté la Société. Cette année-là, le Père Arrupe nomma comme Provincial le Père Ricardo O’Farrell, sous lequel les choses prirent un tournant marqué pour le pire. En 1973, la Province avait perdu près de la moitié de ses effectifs des dix ans d’auparavant et ne comptait que neuf hommes en formation, contre une centaine précédemment connus. La formation jésuite fut confiée aux supérieurs qui abandonnèrent la spiritualité pour la sociologie et la dialectique hégélienne. L’université de Salvador à Buenos Aires, qui était sous la direction de la Province, est tombée dans le chaos ; un certain nombre de prêtres qui y enseignaient épousèrent leurs étudiantes, et l’université a accumulé une dette de deux millions de dollars. Dans cette situation difficile, un groupe de Jésuites a demandé au Père Arrupe le retrait de O’Farrell et, pour une fois, le Général a fait passer la survie avant l’idéalisme libéral : le Père Bergoglio a été chargé de rassembler la Province. Et cela, il l’a fait exceptionnellement bien. Pendant les six années où il fut Provincial, il imposa l’ordre et la Province commença à se rétablir. Au début des années 80, il y avait une centaine d’étudiants au séminaire philosophique et théologique, plus encore qu’avant l’époque de la débâcle et du déclin. Peu de provinces de la Société en ces temps troublés pouvaient se vanter d’une telle prospérité.

Le rejet de l’école marxiste qui avait pris le contrôle de la Société dans la majeure partie de l’Amérique latine était au cœur de la réussite du Père Bergoglio. Il y avait une raison spécifique à cela : Bergoglio lui-même était un homme du peuple, et en Amérique latine la "théologie de la libération" était un mouvement d’intellectuels des classes supérieures, le pendant du chic radical qui a conduit la bourgeoisie en Europe à vénérer Sartre et Marcuse. Avec de telles attitudes, Bergoglio n’avait aucune sympathie ; bien qu’il ne s’était pas encore explicitement identifié à la "théologie du peuple", qui surgissait en concurrence directe avec l’école marxiste, son instinct le fit suivre la ligne populiste du péronisme, qui (quelque soit le cynisme de son créateur) était plus proche de la véritable classe ouvrière et de la classe moyenne inférieure. Ainsi, le Père Bergoglio soutenait l’apostolat dans les quartiers pauvres, mais il ne voulait pas que leurs habitants soient recrutés comme guérilleros de gauche, comme certains de ses prêtres essayaient de le faire. Sa façon de traiter avec l’université salvadorienne sinistrée est révélatrice : il l’a remise à certains de ses associés de la Garde de Fer péroniste, libérant ainsi la Province Jésuite de son fardeau et présentant à ses alliés politiques un champ d’influence. L’une des accusations les plus courantes à l’encontre du Père Bergoglio était d’être une figure de division en tant que Provincial. Étant donné l’état de la Province telle qu’il l’a trouvée, avec un parti de personnalités hautement politiques qui l’avait traînée au désastre, on pourrait penser que c’était inévitable, ou même une bonne chose ; mais les rapports indiquent que ses méthodes étaient plutôt dans le sens d’exiger la loyauté envers lui-même et de marginaliser ceux qui n’ont pas suivi la ligne.

Les six années pendant lesquelles Bergoglio fut Provincial furent politiquement mouvementées en Argentine. Sa nomination en juillet 1973 coïncide avec le retour de Perón de son exil espagnol. Perón a été élu président triomphalement en octobre et est décédé en fonction au mois de juillet suivant. Sa veuve Isabelita lui a succédé en tant que Présidente, sous laquelle le pays a glissé dans la guerre civile, promue par des insurgés de guérilla soutenus par Cuba qui ont formé, en Argentine, la plus grande force de ce genre dans l’hémisphère occidental. Isabelle Perón a libéré des escadrons de la mort contre eux, ce qui a ouvert la voie à une prise de pouvoir militaire ouverte en mars 1976, créant une dictature qui a duré sept ans. La répression a été sévère, avec de nombreuses arrestations, exécutions et tortures d’ennemis politiques.

En tant que Provincial, le Père Bergoglio était responsable de plusieurs centaines de Jésuites, dont beaucoup avaient été radicalisés au cours de la décennie précédente, et après la dictature, la question de ses relations avec elle a été soulevée publiquement. En 1986, un livre a été publié affirmant qu’il avait remis deux prêtres de gauche, le Père Yorio et le Père Jalics, pour les arrêter et les torturer. (30) L’accusation a refait surface en 2005, lorsque Bergoglio était archevêque de Buenos Aires, et qu’une biographie de lui-même a été publiée pour contrer les accusations. (31) Le Cardinal Bergoglio a nié la responsabilité de l’arrestation des deux prêtres et a déclaré que sous le régime militaire, il avait aidé un certain nombre d’hommes recherchés à échapper aux autorités. Certains ont reçu ces revendications avec scepticisme, puisque rien n’avait été dit à leur sujet au cours du quart de siècle précédent. Le Père Jalics, qui était alors le seul survivant des deux Jésuites emprisonnés, continua à blâmer le Provincial pour sa trahison, mais il retira l’accusation après que Bergoglio fut élu Pape.

Ce n’est pas un endroit pour explorer la question des faits, mais il peut être utile de citer un commentaire cynique fait par un évêque qui connaissait bien Bergoglio, comme l’a rapporté Omar Bello : « Bergoglio n’aurait jamais agi d’une manière aussi directe et vulgaire... Si vous voulez le regarder plus durement, il n’aurait jamais ruiné sa carrière avec une telle erreur. » (32) Il faut remarquer que le Père Bergoglio, à ce moment-là, n’aurait guère pu envisager l’avenir en tant qu’évêque, et encore moins en tant que Pape ; mais une carrière jésuite pour imiter le grand Ledochowski n’aurait peut-être pas été absente de sa pensée. Austen Ivereigh nous dit qu’après sa dure expérience, le Père Yorio considérait Bergoglio comme sournois, obsédé par le pouvoir et redoutable. Il était bien sûr un juge partial, mais (bien qu’on ne le devine pas d’après le récit respectueux d’Ivereigh) il y avait des observateurs plus impartiaux en Argentine qui développaient la même opinion.

---
(28) Bello, "El Verdadero Francisco", Buenos Aires, 2013, p.13. https://gloria.tv/track/TybHHJ2FhS1f1bA4kEyjBvnCm

(29) See Ivereigh, "The Great Reformer", New York, 2014, pp.103 et 106.

(30) Emilio Mignone, "Iglesia y Dictadura : el papel de la Iglesia a la luz de sus relaciones con el régimen militar", Buenos Aires, 1986.

(31) Sergio Rubin et Francesca Ambrogetti, "El Jesuita", Buenos Aires, 2010.

(32) Bello, op. cit., p.75.

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8687
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6 Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6

Message par Gilbert Chevalier Lun 7 Jan - 10:45

Évêque et archevêque

Après six ans comme Provincial, le Père Bergoglio fut nommé recteur du séminaire philosophique et théologique, qui, comme nous l’avons déjà dit, était alors plein d’étudiants, et dont le nombre a doublé sous son règne. Mais les radicaux le haïssaient, en partie pour ses antécédents provinciaux et en partie pour son style religieux, qui était de souligner la valeur de la religion "populaire" et d’encourager les dévotions comme la vénération des images, que les intellectuels marxistes considéraient avec mépris. En 1986, un nouveau Provincial argentin fut nommé, qui fut un retour au régime O’Farrell du début des années soixante-dix ; les vocations chutèrent une fois de plus et, comme pour le Père Bergoglio, ses jours d’autorité furent comptés. Il a été envoyé en Allemagne, ostensiblement pour travailler pour un doctorat sur le philosophe catholique Romano Guardini, mais cela n’a jamais été achevé. À la fin de l’année, Bergoglio est retourné en Argentine, sans se préoccuper d’obtenir la permission, un acte qui fut cause d’être accusé plus tard de désobéissance par le Général des Jésuites. Il a enseigné la théologie à Buenos Aires pendant une courte période, mais il a été un homme remarqué par les responsables de la Province d’Argentine ; en 1990, il a été banni dans un poste obscur dans une ville provinciale.

En termes mondains, la carrière du Père Bergoglio semblait terminée, et il passa deux ans dans une véritable détresse ; mais la Compagnie de Jésus et son aile gauche n’étaient pas toute l’Église. Bergoglio a été sauvé de son exil par le nouvel Archevêque de Buenos Aires, le Cardinal Quarracino, qui était un ecclésiastique d’une autre école. Comme Bergoglio, Quarracino était un homme du peuple ; en tant que disciple de Jean-Paul II, il a sans doute sympathisé avec l’action de ce Pape en 1981 quand, dans une intervention sans précédent, il avait destitué le Père Arrupe en tant que Général des Jésuites et tenté de conduire la Société dans une voie moins destructrice. Le nouveau Général, élu en 1983, était le Père Peter Kolvenbach, qui n’a en fait que peu changé de politique. En 1991, le Cardinal Quarracino a offert de faire du Père Bergoglio un évêque auxiliaire à Buenos Aires, et nous devons nous rendre compte à quel point cette proposition était exceptionnelle. Traditionnellement, les Jésuites ne sont pas autorisés à accepter des nominations épiscopales, et, sauf en ce qui concerne les missions, un évêque jésuite dans la hiérarchie latino-américaine n’a été presque jamais vu, mais par une telle promotion Bergoglio serait libéré du commandement de la structure jésuite et entrerait dans une autre structure où sa propre ligne religieuse a été plus acceptée.

Comme le Père Bergoglio, en tant que Jésuite, aurait besoin d’une dispense pour être nommé, il était nécessaire d’obtenir un rapport de son ordre, pour lequel le cardinal Quarracino s’était porté garant en 1991. Il a été fourni par le Général des Jésuites, et il représente l’étude de caractère la plus accablante de Jorge Bergoglio composée par n’importe qui avant son élection comme Pape. Le texte du rapport n’a jamais été rendu public, mais le récit suivant est donné par un prêtre qui y a eu accès avant sa disparition des archives jésuites : Le père Kolvenbach accusait Bergoglio d’une série de défauts, allant de l’usage du langage vulgaire à la déviance, de la désobéissance dissimulée sous le masque de l’humilité et du manque d’équilibre psychologique ; en vue de son aptitude comme futur évêque, le rapport soulignait qu’il avait été une figure de division en tant que Provincial de son propre ordre. Il n’est pas surprenant qu’en étant élu Pape, François se soit efforcé de mettre la main sur les copies existantes du document, et l’original déposé dans les archives officielles des Jésuites à Rome a disparu. En ce qui concerne l’équité du rapport, nous devrions admettre l’hostilité des Jésuites qui étaient au pouvoir en Argentine à l’époque, mais en réalité, Bergoglio avait exagéré cela au point de se faire passer pour un martyr auprès du Cardinal Quarracino (le fait que le Père Kolvenbach avait peut-être en tête lorsqu’il a parlé de désobéissance sous un masque d’humilité). Le rapport Kolvenbach ne peut guère être considéré comme la représentation d’un religieux modèle par son supérieur.

Le Cardinal Quarracino, cependant, était déterminé à avoir Bergoglio comme évêque et, bien qu’il ait eu une audience spéciale avec le Pape Jean-Paul II, il a obtenu plein succès. En 1992, le Père Bergoglio fut nommé comme l’un des évêques auxiliaires de Buenos Aires. Dans cette fonction, il suivit la ligne de son Archevêque, considéré comme étant à droite de l’Église, dans le style populiste de Jean-Paul II. La nouvelle carrière hiérarchique que l’intervention de Quarracino lui avait ouverte ne tarde pas à s’épanouir. En 1997, Mgr Bergoglio reçut le droit de succession et l’année suivante, à la mort du Cardinal Quarracino, il devint Archevêque de Buenos Aires ; sa nomination fut alors bien accueillie dans les secteurs conservateurs. En février 2001, il a reçu le chapeau du cardinal de Jean-Paul II.

Le Cardinal Bergoglio devint ainsi le plus éminent ecclésiastique d’Argentine, et il ne manque pas de comptes rendus de lui, vu à l’intérieur et à l’extérieur de l’Église. Peut-être l’étude la plus pénétrante de sa personnalité fut celle publiée par Omar Bello, El verdadero Francisco ("Le vrai François"), quelques mois après son élection comme Pape. Il convient de mentionner que ce livre a disparu des librairies avec une rapidité inexplicable et qu’il est aujourd’hui introuvable, un sort subi par d’autres publications qui n’étaient pas favorables au Pape François. Omar Bello était un cadre des relations publiques qui, en 2005, a été engagé pour lancer une nouvelle chaîne de télévision de l’Église que le Président Menem avait fait don à l’archidiocèse de Buenos Aires, et pendant huit ans, il devait travailler pour l’Archevêque et apprendre à le connaître. En tant que professionnel sur le terrain, Bello a rapidement détecté chez le Cardinal Bergoglio un promoteur accompli, déguisé derrière une image de simplicité et d’austérité. Bello s’est déplacé dans les cercles du personnel archiépiscopal et a pu entendre les nombreuses histoires qui circulaient sur leur énigmatique supérieur.

Le plus connu d’entre eux est sans doute celui de Félix Bottazzi, employé dont l’Archevêque a décidé un jour de se passer, et il a arrangé son licenciement sans montrer ses mains (33). Une fois sorti de la Curie, M. Bottezzi a cherché à s’entretenir avec le Cardinal Bergoglio, qui l’a reçu avec une sympathie amicale : « Mais je n’en savais rien, mon fils. Tu me surprends... Pourquoi ils t’ont viré ? Qui l’a fait ? » M. Bottazzi n’a pas retrouvé son emploi, mais Bergoglio lui a présenté une nouvelle voiture, et il est parti convaincu que le Cardinal était un saint, poussé par des forces hors de son contrôle et dominé par un cercle de subordonnés malveillants.

D’après la description de Bello, cette façon de traiter avec les gens peut avoir été aussi capricieuse que politique ; il cite le récit d’un prêtre qui travaillait pour Bergoglio et pensait que c’était son ami : « Il m’a manipulé pendant des années... Le gars te manipule avec les affections. Tu penses que c’est ton père et qu’il te suit. » (34) Dans ce cas, il n’y avait pas d’utilité pratique apparente dans le procédé utilisé.

Aussi bien connu est l’histoire d’un psychiatre à Buenos Aires qui se spécialise dans le traitement des membres du clergé. Parmi ses patients se trouvaient plusieurs prêtres de l’équipe archiépiscopale, qui venaient à lui épuisés par leur supérieur qui les "faisait danser". Après avoir écouté leurs problèmes, le psychiatre a dit à l’un d’eux : « Je ne peux pas te soigner. Pour résoudre vos problèmes, je devrais traiter votre Archevêque. »

Le professeur Lucrecia Rego de Planas, qui a connu personnellement le Cardinal Bergoglio pendant des années, est un autre écrivain qui éclaire le sujet ; le 23 septembre 2013, elle publie une "Lettre au Pape François" (35). Elle décrivit avec perplexité l’habitude de Bergoglio d’être apparemment du côté de tout le monde successivement « ... un jour, discutant avec fougue avec Mgr Duarte et Mgr Aguer [des conservateurs] sur la défense de la vie et de la Liturgie et, le même jour, au souper, discutant avec Mgr Ysern et Mgr Rosa Chávez sur les communautés de base [les groupes de style soviétique promus par le mouvement de "théologie de la libération"] et les terribles barrières représentées par « les enseignements dogmatiques » de l’Église. Un jour, un ami du Cardinal Cipriani Thorne [l’Archevêque de l’Opus Dei de Lima] et le Cardinal Rodríguez Maradiaga [du Honduras], parlant de l’éthique des affaires et contre les idéologies du Nouvel Âge, et peu après un ami de Casaldáliga et Boff [les célébrités de la théologie de la libération], parlant de la lutte des classes. »

La raison pour laquelle le professeur Rego de Planas a été perplexe était qu’elle est mexicaine. Si elle avait été argentine, elle aurait trouvé la technique parfaitement familière : elle a la note du péronisme classique. L’histoire raconte que Perón, dans ses jours de gloire, a une fois proposé d’induire un neveu dans les mystères de la politique. Il a amené le jeune homme avec lui pour la première fois lorsqu’il a reçu une délégation de communistes ; après avoir entendu leur point de vue, il leur a dit : « Vous avez tout à fait raison. » Le lendemain, il reçut une députation de fascistes et répondit de nouveau à leurs arguments : « Vous avez tout à fait raison. » Puis il a demandé à son neveu ce qu’il pensait et le jeune homme a répondu : « Vous avez parlé à deux groupes d’opinions diamétralement opposées et vous leur avez dit que vous étiez d’accord avec eux. C’est tout à fait inacceptable. » Perón répondit : « Tu as raison aussi. » Une anecdote comme celle-ci illustre pourquoi on ne peut s’attendre à ce que personne n’évalue le Pape François s’il ne comprend pas la tradition de la politique argentine, un phénomène extérieur à l’expérience du reste du monde ; l’Église a été prise par surprise par François parce qu’elle n’a pas eu la clé : il est Juan Perón en traduction ecclésiastique. Ceux qui cherchent à l’interpréter autrement manquent le seul critère pertinent.

Pour toute cette complaisance générale, Omar Bello parle aussi de ceux qu’on appelait « les veuves de Bergoglio », des gens qui ont quitté leur travail, assis sur la chaise que le cardinal leur apportait et qui ont finalement été "punis" pour avoir pris trop de liberté. Cela peut être lié à un autre trait de caractère de Bergoglio, sa méfiance envers les gens. Pour ses collaborateurs, il était « aussi méfiant qu’une vache borgne » (36), surtout en matière d’argent. C’est pourquoi il avait pris l’habitude de s’entourer de médiocrités qu’il pouvait dominer, phénomène observé tant dans son état-major archiépiscopal à Buenos Aires que dans la hiérarchie argentine dont il contrôlait les nominations. Bello ajoute : « Je mentirais si je disais que je ne connais pas de gens qui ont une peur profonde de lui, et qui se déplacent autour de sa personne avec une extrême prudence. La situation s’aggrava quand il partit pour Rome, et cessa d’appeler beaucoup de ceux qui croyaient qu’ils étaient ses amis. »

Bergoglio n’était pas à l’aise avec les gens qui étaient en mesure de l’éclipser psychologiquement, intellectuellement ou socialement. Il était une recrue d’un niveau social inférieur à celui de beaucoup de ses compagnons de la Compagnie de Jésus, et dans la société de classe qui est l’héritage de l’Argentine de son passé oligarchique, cela a toujours été un handicap visible. Il s’y est attaqué en affectant une vulgarité exagérée (ce qui a entraîné les plaintes sur le langage grossier mentionnées dans le rapport Kolvenbach), alors que lors des grands rassemblements, il s’est fait un devoir d’ignorer les grandes perruques et de passer du temps à bavarder gentiment avec les nettoyeurs et les travailleurs manuels. On peut voir un mécanisme de défense similaire dans sa présomption d’un personnage simple et à la retraite qui était en fait un foyer de contrôle psychologique étroit.

---
(33) Omar Bello raconte cette histoire sans nommer le sujet, et affirme qu’il a été renvoyé en raison d’une indiscrétion sur la biographie de Bergoglio "El Jesuita" (voir "El Verdadero Francisco" https://gloria.tv/track/TybHHJ2FhS1f1bA4kEyjBvnCm , pp.36-37). Cela semble inexact ; le véritable motif du mécontentement de l’Archevêque est incertain.

(34) Bello, op. cit., p.34.

(35) http://statveritasblog.blogspot.ro/2013/09/carta-al-papa-francisco-por-lucrecia.html

(36) "Desconfiado como una vaca tuerta" « Méfiant comme une vache borgne » : Bello, op. cit., p.181, et voir p.196 pour la prochaine citation.

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8687
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6 Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6

Message par Gilbert Chevalier Mar 8 Jan - 10:55

Bergoglio se déplace vers la gauche

L’intérêt politique qui avait toujours marqué Bergoglio est devenu une caractéristique dominante de son rôle d’Archevêque de Buenos Aires. Au cours de son mandat, il a été confronté au gouvernement de gauche et anticlérical de Néstor Kirchner et de sa veuve Cristina, qui lui a succédé à la Présidence en 2007. La stratégie de Bergoglio consistait à déborder le gouvernement de gauche : quand les Kirchner attaquaient l’Église avec des mesures comme le mariage homosexuel, le Cardinal ripostait en disant que le gouvernement négligeait les intérêts réels du peuple. Il cultive son influence auprès des syndicats argentins et sa rivalité avec le gouvernement atteint un point tel que Kirchner commence à le considérer comme le véritable chef de l’opposition. Sur ce point, on peut lire le commentaire sans critique d’Austen Ivereigh : « C’était un paradoxe très bergoglio. L’austère, incorruptible mystique en guerre avec le monde spirituel – l’évêque pastoral qui sentait le mouton – était la politique argentine la plus astucieuse depuis Perón. » (37) Le point politique peut être accepté, mais il faut se demander dans quelle mesure l’odeur du mouton était un arôme utilisé et dans quelle mesure le mysticisme faisait partie du programme. Vers 2010, la position politique du Cardinal Bergoglio avait exacerbé les relations entre l’Église et l’État à tel point que certains secteurs de l’Église cherchaient à le remplacer comme Archevêque de Buenos Aires, en proposant de le faire compenser par une nomination romaine comme Préfet de la Congrégation des Religieux.

Jusqu’à son arrivée en tant qu’Archevêque de Buenos Aires en 1998, et même un peu plus tard, Bergoglio était connu du public comme le bras droit du Cardinal "réactionnaire" Quarracino, comme l’ennemi des marxistes dans la Compagnie de Jésus, peut-être même comme un collaborateur tacite du régime militaire des années soixante-dix (bien que les critiques les plus vives à ce sujet n’aient pas émergé avant 2005). Il a été proche de groupes conservateurs dans l’Église comme l’Opus Dei et les deux mouvements italiens, Communion et Libération et les Focolari, qui ont été influents en Argentine. La grande énigme que nous devons aborder est sa transformation en l’homme auquel la section libérale de l’Église, et notamment le groupe de Saint-Gall, s’est tournée comme figure de proue. Pour beaucoup, ce changement est l’énigme majeure de la carrière de Bergoglio.

Ici aussi, cependant, il se peut que nous soyons confrontés à l’angle mort qui est de ne pas saisir le fond péroniste. Perón, en tant que Président, n’hésita pas à passer de la droite à l’extrême gauche, car cela convenait à sa quête de pouvoir, et au début du XXIe siècle, les conditions étaient réunies dans l’Église pour que ce changement de direction paraisse astucieux. Le Pape Jean-Paul II était en déclin ; il y avait une large supposition que le prochain Pape serait libéral. Si Bergoglio pensait que lui-même, après son accession au cardinalat en 2001, pourrait être un successeur crédible, c’est un point trop éloigné de la spéculation : un Pape d’Amérique latine pourrait encore paraître à long terme. Mais il n’y aurait pas de mal à être du côté des prétendus vainqueurs.

L’émergence du Cardinal Bergoglio devant un public international est le fruit d’un accident de l’histoire. En octobre 2001, il a participé au Synode des Évêques à Rome, tenu pour débattre du rôle des évêques dans l’Église. Bergoglio était subordonné au Cardinal Egan de New York, qui devait livrer la relatio, ou résumé, à la fin de la réunion d’une semaine. Mais Egan a été appelé à l’extérieur pour assister à un service commémoratif pour les victimes de l’attaque du 11 septembre quelques semaines auparavant, et la tâche est tombée de façon inattendue au Cardinal Bergoglio. Son discours a beaucoup impressionné les évêques. Austen Ivereigh souligne son rôle dans l’établissement de la réputation de Bergoglio et se fait l’éloge de celle-ci : « Ce qu’il a produit était concis et élégant et a remporté des éloges tout autour... À l’intérieur de la salle, Bergoglio reçut de grands éloges pour la manière dont il reflétait les préoccupations des évêques sans causer de désunion. Ce pourquoi les gens l’admiraient, c’est la façon dont il a sauvé le meilleur du débat synodal malgré les limites de la structure et de la méthode », se souvient l’ami de longue date de Bergoglio à Rome, le Professeur Guzmán Carriquiry (38). Ce qui n’a pas été révélé, c’est que le discours du Cardinal Bergoglio a été écrit pour lui, du début à la fin, par le prêtre argentin Monseigneur Daniel Emilio Estivill, membre du secrétariat du Synode. Ceux qui connaissent Monseigneur Estivill rapportent qu’il vit depuis lors dans un état de tension nerveuse, de peur des représailles auxquelles son secret incommode pourrait l’exposer.

Le Synode des Évêques a aidé le Cardinal Bergoglio à se faire connaître de nombreux responsables de l’Église, y compris le Cardinal Martini, qu’il avait rencontré pour la première fois à la Congrégation générale des Jésuites de 1973. Martini, le Cardinal Archevêque de Milan, était le représentant le plus redoutable de l’aile libérale de l’Église, avec toutes les chances de devenir le prochain Pape, hormis le désavantage de son âge. Pour Bergoglio, c’était une stratégie qui ne coûtait rien pour se présenter comme l’allié de ce parti. Il a profité du prestige dont jouissent les libéraux de l’Église latino-américaine pour son œuvre de "théologie de la libération", même si cela n’a jamais été la ligne de Bergoglio.

L’histoire de la façon dont il a frôlé les élections au Conclave de 2005 a été racontée dans le chapitre précédent, et il est retourné en Argentine avec le prestige d’être le "presque Pape" latino-américain. On avait le sentiment, en effet, qu’il avait été escroqué de la papauté par les révélations publiées plus tôt en 2005 de sa prétendue trahison des prêtres à la dictature, car un dossier sur le sujet avait été distribué aux cardinaux. Sur ce point, Omar Bello commente que Bergoglio a eu de la chance dans son accusateur, Horacio Verbitsky, un marxiste amer et anticlérical, dont les preuves ont donc été écartées. En réponse, Bergoglio a fait publier une biographie de lui-même, sous la forme d’une série d’interviews, réfutant les accusations et prétendant avoir travaillé contre la dictature.

Les années qui ont suivi 2005 ont été celles de la plus grande influence du Cardinal Bergoglio en Argentine et en Amérique latine. Il s’était désormais positionné comme l’ennemi de l’aile droite de l’Église et avait assumé une position pleinement libérale, au grand dam de ceux qui l’avaient considéré comme le champion des valeurs catholiques. Sa méthode consistait à faire des déclarations qui satisferaient Rome de son orthodoxie, tout en évitant toute opposition sérieuse au programme anti-catholique des Kirchner. En 2010, lorsqu’une loi a été présentée pour introduire le mariage homosexuel, le Cardinal Bergoglio a écrit une lettre à certaines religieuses affirmant la doctrine chrétienne en termes solides, mais il a également écarté toute opposition efficace que les militants catholiques souhaitaient présenter. Cette année-là, l’écrivain catholique traditionaliste Antonio Caponnetto a publié un livre, La Iglesia Traicionada ("L’Église trahie"), dénonçant « le magistère embarrassant de style Ghandi qui le paralyse aujourd’hui et avec lequel il trouble et lâche le troupeau qui lui est confié » (39), à l’opposé de la défense ouverte du principe catholique pour lequel Bergoglio n’avait été connu que quelques années auparavant.

---
(37) Ivereigh, op. cit., p.252.

(38) Ivereigh, op. cit., p.264.

(39) Antonio Caponnetto, "La Iglesia Traicionada", Buenos Aires, 2010, p.120-121.

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8687
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6 Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6

Message par Gilbert Chevalier Mer 9 Jan - 11:01

Les relations de Bergoglio avec le Vatican

Sa nouvelle posture fit de Bergoglio un objet de suspicion pour le nonce pontifical en Argentine, l’Archevêque Bernardini, et pour les prélats dont Héctor Aguer, qui fut Archevêque de La Plata. En effet, après six ou sept ans de combat, l’opposition dont il souffrait de ces secteurs vint éclipser sa propre influence, et devait conduire à un règlement brutal des comptes quand il devint Pape. Mais avant même cette élévation, Bergoglio ne manquait pas de moyens pour riposter. L’un d’entre eux était l’influence permanente de l’argent dans la politique curiale, à une époque où le Vatican se débattait avec les embarras que lui léguait le système Marcinkus. En tant qu’Archevêque de Buenos Aires, le Cardinal Bergoglio était chancelier d’office de l’Université Catholique Pontificale d’Argentine, qui avait une riche dotation de 200 millions de dollars. Sans aucune raison claire, une grande partie de cet argent a été transférée à la Banque du Vatican. L’opération rappelle un scandale des années auparavant, lorsque Bergoglio avait été évêque auxiliaire de Buenos Aires et que l’archidiocèse a répudié une dette de dix millions de dollars, au motif que le chèque émis par la curie archiépiscopale n’avait pas été correctement signé. Austen Ivereigh donne un compte rendu blanchissant de ces incidents (40), présentant Bergoglio comme le réformateur qui a nettoyé le désordre, mais la vérité est que, comme le bras droit du Cardinal Quarracino à l’époque, il devait avoir une connaissance intime de la manière dont le chèque avait été émis, et les faits n’ont jamais été expliqués de manière satisfaisante. Ces cas ne sont que deux exemples d’obscurcissements qui suggèrent que toute la question des transactions financières pendant le mandat de Bergoglio à Buenos Aires serait défrayée par une étude spéciale d’un chercheur expert dans le genre.

Un autre moyen d’influence pour le Cardinal Bergoglio était ses contacts personnels. À Rome, il a eu un ami en la personne du Cardinal Giovanni Battista Re, qui a été préfet de la Congrégation des Évêques de 2000 à 2010. Le Cardinal Re a commencé comme un allié dévoué de Bergoglio, jusqu’à ce qu’il se rende compte de l’homme avec qui il traitait et s’est retourné contre lui ; pendant la lune de miel, Bergoglio a profité de l’amitié pour implanter dans la Congrégation des Évêques le prêtre argentin Fabián Pedacchio, qui est devenu son agent et son informateur. Il envoya au Cardinal Bergoglio un flot d’informations par téléphone et fax, l’informant des lettres reçues dans la Congrégation pour les Évêques, même celles qui étaient sous le sceau du secret. Grâce à cet allié, Bergoglio avait un certain nombre de disciples nommés évêques non seulement en Argentine, mais aussi dans d’autres hiérarchies sud-américaines. En étant élu Pape, Bergoglio récompensa le Père Pedacchio en faisant de lui son secrétaire particulier, une nomination dans laquelle il continue d’exercer son influence antérieure.

Le cas le plus notable dans lequel Bergoglio utilisa le Père Pedacchio fut dans sa querelle avec l’évêque de l’Opus Dei, Mgr Rogelio Livieres, qui dirigeait le diocèse de Ciudad del Este. Bien que cette ville se trouve au Paraguay, elle est proche de la frontière argentine, et Mgr Livieres était lui-même argentin d’origine. Il était un fervent traditionaliste, et en tant que tel, il représentait un défi non seulement pour Bergoglio, mais aussi pour les libéraux dans toute la hiérarchie sud-américaine. Dans son propre diocèse, Livieres avait fondé un séminaire qui se distinguait par la formation sacerdotale traditionnelle et obtint un succès qui ne pouvait être ignoré. À son apogée, le séminaire de Ciudad del Este comptait 240 étudiants, soit plus que tous les autres diocèses paraguayens réunis. Il attira également des réfugiés du propre séminaire du Cardinal Bergoglio à Buenos Aires, qui n’était pas dans un état heureux, ce qui n’aida pas Bergoglio à regarder gentiment son rival. Le membre le plus connu de la hiérarchie paraguayenne est Fernando Lugo, Évêque de San Pedro, qui abandonna son ministère pour une carrière politique et devint Président du pays, jusqu’à ce qu’il soit destitué par son parlement en 2012. Auparavant, il combinait sa vie épiscopale avec une série d’affaires et avait engendré plusieurs enfants illégitimes. Mgr Livieres était seul à dénoncer l’Évêque Lugo et ses collègues de la hiérarchie paraguayenne qui conspiraient pour garder secrète la mauvaise conduite de Lugo.

En 2008, peu après l’élection de Lugo à la présidence, Mgr Livieres rendit une visite ad limina au Pape Benoît XVI et lui remit personnellement une lettre, sous scellés, dans laquelle il critiquait le système de nomination qui avait réussi à produire Mgr Lugo. Ses précautions n’ont pas empêché la lettre d’être transmise au Cardinal Bergoglio et de là, elle a été divulguée à la presse, avec l’intention réussie de brouiller Mgr Livieres avec le gouvernement paraguayen et avec le reste de sa hiérarchie (41). Ceci s’avéra simplement un avant-goût du traitement que l’évêque allait recevoir sous le Pape François, lorsqu’il fut démis de ses fonctions dans l’année qui suivit l’élection du Pape et que son séminaire fut dissous.

Une leçon que nous pouvons tirer de ces désaccords : il y a près de quarante ans, le jeune Père Bergoglio avait été nommé Provincial des Jésuites argentins dans un moment de crise ; les temps avaient changé, mais l’ancien Cardinal Archevêque, en conflit avec le gouvernement national, avec le nonce pontifical dans son pays, avec une grande partie au sein de sa propre Église et même avec les évêques de l’autre côté de la frontière, n’avait pas perdu son talent pour être une force de division.

Les révélations sur le Père Pedacchio et l’Évêque Livieres ont été faites par le journaliste espagnol Francisco José de La Cigoña bien avant l’élection de Bergoglio comme Pape. De La Cigoña a mentionné dans son article un autre agent du Cardinal Bergoglio, le prêtre argentin Guillermo Karcher, qui se trouvait à Rome dans le département du Protocole de la Secrétairerie d’État, tandis qu’à Buenos Aires il y avait l’évêque auxiliaire de Bergoglio, Eduardo García, qui avait pour tâche de gérer "l’opinion" sur les évêques et autres membres du clergé sur Internet. Après avoir décrit ce système de contrôle, De La Cigoña a commenté : « C’est ainsi que Bergoglio procède pour générer un réseau de mensonges, d’intrigues, d’espionnage, de méfiance et, plus efficace que tout, de peur. C’est l’opinion d’un fonctionnaire argentin qui travaille au Vatican et qui, de peur bien sûr, préfère ne pas être nommé : Bergoglio « est une personne qui sait avant tout faire peur. » C’est pourquoi il a une influence dans le Saint-Siège qui en surprend beaucoup. Même s’il travaille avec soin pour impressionner tout le monde avec l’apparence d’un saint en plâtre, austère et mortifié, c’est un homme avec une mentalité de pouvoir. Et il l’a toujours été. » (42) En rapportant ces perceptions à un lectorat espagnol, De La Cigoña transmettait l’estimation que beaucoup d’Argentins avaient alors faite de leur Archevêque, mais qui malheureusement n’avait pas atteint la connaissance des cardinaux du monde lorsqu’ils se sont rencontrés pour le Conclave de 2013.

La position que Bergoglio s’était construite au cours de ces années était cependant menacée par une échéance imminente. En décembre 2011, lorsqu’il atteindra l’âge de soixante-quinze ans, il devra présenter sa démission comme archevêque, et un départ se dessinant et un mouvement l’éloignant du navire qui coulait devient apparent. Omar Bello considère que Bergoglio a été éclipsé en 2011 par son rival Héctor Aguer, Archevêque de La Plata. Le Pape Benoît XVI a en effet refusé la démission de Bergoglio (au dégoût des membres de la hiérarchie argentine, qui allaient bientôt souffrir de leur mécontentement) et, comme cela arrive souvent dans de tels cas, a demandé au prélat sortant de continuer un peu plus longtemps. Mais même à ses propres yeux, le Cardinal Bergoglio ne pouvait paraître qu’un canard de plus en plus boiteux à cette époque ; il parlait de démissionner et de se retirer dans une maison de retraite pour le clergé. Les espoirs qui avaient été soulevés dans le Conclave de 2005 disparaissaient, alors que le règne du Pape Benoît XVI suivait une ligne doctrinale que Bergoglio avait trop ouvertement écartée.

---
(40) Ivereigh, op, cit., p.243-244.

(41) Voir Francisco José de La Cigoña, "Los peones de Bergoglio" ("Les pions de Bergoglio"), dans le journal espagnol Intereconomía du 26 décembre 2011.

(42) Voir Francisco José de La Cigoña, "Los peones de Bergoglio" ("Les pions de Bergoglio"), dans le journal espagnol Intereconomía du 26 décembre 2011.

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8687
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6 Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6

Message par Gilbert Chevalier Jeu 10 Jan - 10:47

Un pape abdique

Mais, sans surprise, cette situation sombre a été transformée par une rumeur de Rome. Au milieu de l’année 2012, quelques initiés de la Curie savaient que le Pape Benoît XVI envisageait l’abdication ; il avait confié son intention à deux de ses plus proches collaborateurs, le Secrétaire d’État, le Cardinal Bertone, et le secrétaire papal, l’Archevêque Gänswein, et il avait nommé la date exacte : le 28 février 2013. Les communications du Cardinal Bergoglio avec Rome se sont brusquement intensifiées à partir de ce moment-là, atteignant des niveaux effrénés à mesure que la date approchait (43). Certes, le 11 février 2013, le Pape Benoît XVI a fait son annonce publique aux cardinaux, et il a pris presque tout le monde par surprise, et non pas Bergoglio et ses associés, cependant, comme l’ont découvert des témoins oculaires. Le jour de l’annonce, le recteur de la cathédrale de Buenos Aires est allé rendre visite à son Cardinal et l’a trouvé exultant. Pendant leur entretien, le téléphone n’a jamais cessé de sonner avec les appels internationaux des alliés de Bergoglio, et ils étaient tous des appels de félicitations personnelles. Un ami argentin, cependant, moins bien informé que les autres, a appelé pour demander des nouvelles à ce sujet, et Bergoglio lui a dit : « Vous ne savez pas ce que cela signifie. » (44)

Le Cardinal Bergoglio avait eu huit ans pour réfléchir exactement à ce que cela signifiait. En 2005, les plans du groupe de Saint-Gall semblaient brisés par l’élection de Benoît XVI. On a supposé que Benoît XVI devait régner pendant dix, voire quinze ans, mais ce serait trop long pour qu’aucun des intéressés en profite. L’abdication de février 2013 a eu lieu juste à temps pour relancer le programme de Saint-Gall. Le Cardinal Martini était décédé l’année précédente, mais Danneels et Kasper étaient tout juste assez jeunes pour vaincre l’exclusion des conclaves papaux que les cardinaux subissent à l’âge de quatre-vingts ans, un jalon qu’ils atteindront tous les deux plus tard dans l’année. Surtout, Bergoglio, à l’âge de 76 ans, restait papabile ; l’extension de son mandat par le Pape Benoît XVI signifiait qu’il était toujours en place comme Archevêque de Buenos Aires, et donc un membre éminent de la hiérarchie latino-américaine.

Au cours des deux semaines suivantes, avant de se rendre à Rome pour les adieux officiels du Pape Benoît XVI, Bergoglio était en pleine fièvre d’activité, vêtu d’une apparence d’indifférence. Un prêtre qui le connaissait confiait à Omar Bello que le Cardinal faisait un cirque de ne pas vouloir aller à Rome, « et je savais qu’il parlait à la moitié du monde et complotait comme un fou. Eh bien, c’est Jorge.... » (45) Pourtant, quiconque l’imaginait en train de faire circuler au Collège des Cardinaux des messages « Votez pour moi » aurait sous-estimé Jorge. Sa stratégie en premier fut de se présenter comme un partisan du Cardinal Sean O’Malley de Boston. Omar Bello explique le stratagème comme suit : il détournerait l’attention des cardinaux européens de sa propre candidature, mais Bergoglio savait que pour les latino-américains, et même pour beaucoup d’autres dans l’Église, un Pape des États-Unis était anathème ; il savourait trop l’impérialisme yankee. Mais presser O’Malley était ipso facto pour attirer l’attention sur le continent américain ; si les cardinaux rejetaient O’Malley, ils pourraient se tourner vers Bergoglio, son homologue latino-américain. Il s’agit là d’une interprétation possible, même si elle semble excessivement tortueuse. Comme alternative, on pourrait citer le rapport d’un laïc venu du Vatican pour s’adresser à l’un des cardinaux nord-américains et lui demander d’exhorter ses collègues à penser à Bergoglio. Sur cette lecture, en sollicitant O’Malley, Bergoglio signalait simplement aux cardinaux nord-américains qu’il était leur allié.

Ce que peu de gens contestent, c’est que le Conclave de 2013 fut probablement l’élection pontificale la plus politique depuis la chute des États pontificaux. Ce n’aurait été que pour le fond dramatique sur lequel il se tenait, l’abdication d’un pape, la première fois qu’une telle chose s’était produite depuis six cents ans. Mais les circonstances qui l’avaient conduit étaient encore plus pressantes : le scandale des "Vatileaks" de 2012, lorsque le majordome du Pape avait révélé des documents secrets pour montrer précisément combien Benoît XVI était impuissant à contrôler le désordre qui l’entourait ; et enfin le rapport privé qui a circulé en décembre 2012, révélant une telle corruption morale dans la Curie qu’on pensait que c’était la goutte d’eau pour persuader Benoît XVI qu’il ne pouvait plus y faire face. Une chose était évidente : le travail du prochain Pape serait d’éclaircir un marécage. Il est donc plus pertinent de dire que le Conclave de 2013 fut l’élection papale la plus inquiétante depuis des siècles. Les gens cherchaient un sauveur, et ce n’est pas nécessairement l’état d’esprit dans lequel il faut faire un bon choix.

On pense généralement que le but du Pape Benoît XVI, en abdiquant, était d’amener sa succession au Cardinal Scola, Archevêque de Milan, et il chargea le Secrétaire d’État Bertone de diriger le Conclave en conséquence. Scola était doctrinalement dans la même lignée que Benoît, et il semblait l’homme fort capable de faire face aux problèmes qui s’accumulaient sur le Saint-Siège. Ce que Benoît XVI ne se rendit pas compte, c’est qu’il y avait peu de chance que les autres cardinaux italiens acceptent de voter pour Scola, qu’ils considéraient comme un carriériste. Ce qui était pire, Bertone lui-même ne voulait pas Scola, et sa réponse à la commission papale était simplement de l’ignorer. Le plan de Benoît XVI échoua donc dès le départ, et le Conclave fut lancé au grand jour. Sans autre piste, la machine se réinstalle comme en 2005 et le groupe de Saint-Gall renaît après huit ans d’inhumation.

Les cardinaux de Saint-Gall ont surtout exercé une influence sur les Européens, mais ils ont eu des contacts au-delà. Murphy O’Connor était occupé parmi les cardinaux anglophones d’Afrique et d’Asie, et d’autres Africains furent amenés par le Cardinal Monsengwo, un protégé de Danneels. Austen Ivereigh répète l’histoire de Murphy O’Connor avertissant Bergoglio de « faire attention » parce que c’était son tour maintenant, à qui la réponse était capisco « Je sais » ; mais c’était comme un enfant de trois ans donnant des conseils parentaux à sa mère. Les cardinaux libéraux pensaient qu’ils utilisaient Bergoglio ; il est plus probable qu’il les utilisait. Il n’y avait aucune raison de penser que le groupe de Saint-Gall pourrait à lui seul obtenir une majorité au Conclave, pas plus en 2013 qu’en 2005. Les cardinaux d’Amérique du Nord constituaient une circonscription cruciale, et Bergoglio s’en était déjà occupé lui-même. Les Latino-Américains voteront également pour lui, encouragés par le quasi-échec de 2005.

Le récit d’Ivereigh donne une bonne idée de l’intense politisation qui a eu lieu au Conclave de 2013. Les supporters de Bergoglio, instruits par leur expérience huit ans auparavant, se sont attachés à s’assurer que leur homme obtienne au moins 25 voix au premier tour de scrutin, un résultat essentiel pour lui donner de l’élan. C’est ce qui a été fait, et le deuxième jour, le 13 mars, Bergoglio a confortablement avancé au second tour de scrutin de la matinée, avec cinquante voix. Cet après-midi-là, le quatrième vote a donné lieu à un contretemps : un bulletin de vote vierge a été accidentellement inclus parmi les bulletins comptés, ce qui a invalidé l’examen minutieux. Les règles pour les conclaves papaux stipulent que seuls quatre scrutins devraient avoir lieu chaque jour, mais curieusement, cela a été ignoré, et un cinquième vote s’est déroulé comme si le quatrième n’avait pas eu lieu. À cette occasion, Bergoglio a été élu avec plus de 95 voix sur 115. Antonio Socci a soutenu avec force que ce cinquième tour de scrutin était nul et non avenu (46). Les avocats canonistes plus pondérés pensent que c’est discutable, mais sont moins précis en leur avis. À première vue, on pourrait dire que les alternatives logiques étaient soit d’ignorer le papier vierge et de considérer le quatrième examen comme valide, soit de le traiter comme tombant sous le coup des règles du vote irrégulier, ce qui implique de passer au suivant de manière ordinaire – dans ce cas, d’attendre jusqu’au lendemain. Que l’on choisisse ou non de défendre le point de vue de Socci, il y a quelque chose d’assez approprié dans le fait que l’héritier politique de Juan Perón aurait dû être élevé à la tête de l’Église Catholique par ce qui était sans doute un vote invalide.

---
(43) Bello, "El Verdadero Francisco" ( https://gloria.tv/track/TybHHJ2FhS1f1bA4kEyjBvnCm ), p.29.

(44) Informations provenant de sources privées à Buenos Aires.

(45) Bello, op.cit., p.32. Un bon rire attend ceux qui veulent comparer ces détails avec le saint récit d’Austen Ivereigh, op. cit., pp.350-351.

(46) Antonio Socci, "Non è Francesco", Milan, 2014. Le fait qu’un cinquième tour de scrutin ait eu lieu est bien connu ; voir e.g., Ivereigh, op. cit., p.361.

(traduit de l'anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )
>>> Totalité de l'ouvrage en PDF à télécharger ici : https://catholique.forumactif.com/t69-le-pape-dictateur-par-marcantonio-colonna-traduit-de-l-anglais#331
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8687
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6 Empty Re: Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna 2/6

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum