Catholique-Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -20%
Xiaomi Poco X3 Pro (256 Go) à 240€
Voir le deal
240 €
-41%
Le deal à ne pas rater :
Clairefontaine – Lot de 9 Cahiers 24×32 cm – 96 Pages Grands ...
14.82 € 24.96 €
Voir le deal

Pour la VALIDITÉ du BAPTÊME l'EAU DOIT COULER SUR la PEAU en même temps que les paroles sont dites

Aller en bas

Pour la VALIDITÉ du BAPTÊME l'EAU DOIT COULER SUR la PEAU en même temps que les paroles sont dites Empty Pour la VALIDITÉ du BAPTÊME l'EAU DOIT COULER SUR la PEAU en même temps que les paroles sont dites

Message par Gilbert Chevalier Lun 22 Avr - 12:28

Pour la VALIDITÉ du BAPTÊME l'EAU DOIT COULER SUR la PEAU en même temps que les paroles sont dites Le-bapt-me-5610191


Explication du Catéchisme de Rodez, 1821, Tome V, p.58-61, a écrit:
3°- Il faut verser de l’eau naturelle trois fois en forme de Croix, parce que l’Église l’a toujours pratiqué ainsi depuis les Apôtres, pour marquer par cette triple infusion, le mystère de la sainte Trinité et par l’infusion en forme de Croix, la mort de Jésus-Christ, qui par le Sang qu'il a versé sur l’arbre de la Croix, nous a mérité la grâce de la justification dans le Baptême.

Il faut cependant observer que l’Église ne croit pas absolument nécessaire pour la validité du Sacrement, qu’on verse trois fois de l’eau et qu’on le fasse en forme de Croix ; ainsi, quand on ne verserait de l’eau qu’une seule fois et sans le faire en forme de Croix, le Baptême ne serait pas moins bon. Mais on doit prendre garde surtout d’en verser en assez grande quantité, afin que l’eau coule sur la peau de la personne que l’on baptise, et que l’infusion puisse être regardée comme une ablution ; ceux-là s’exposent donc à ne pas baptiser validement, qui la prennent avec la main ou une petite cuiller, parce qu’il est dangereux que l’eau en si petite quantité ne lave point ; ainsi, si vous vous trouvez dans le cas de nécessité de baptiser, prenez l’eau ou avec une grande cuiller, ou verre, ou écuelle ; en un mot, avec ce qui vous tombera sous la main, et versez-en en assez grande quantité sur l’enfant, afin qu’il n’y ait pas danger de nullité.

4°- Il faut verser l’eau sur la tête de l’enfant que l’on baptise, et que l’eau ne mouille pas seulement les cheveux, mais qu’elle pénètre jusqu’à la peau ; ainsi, quand un enfant a beaucoup de cheveux, il faut d’une main verser l’eau, et de l’autre séparer les cheveux, ou tout au moins prendre garde qu’elle coule sur le front ou sur les épaules ; hors le cas de nécessité, il n’est pas permis de verser l’eau sur une autre partie du corps.

5°- Enfin, le Catéchisme nous dit qu’il faut qu’en même-temps qu’on verse l’eau, on prononce ces paroles « Je te baptise, au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. »

Remarquez bien ce que le Catéchisme dit. Il faut premièrement que tout se fasse en même temps, l’infusion de l’eau et la prononciation des paroles ; car, s’il y avait entre l’un et l’autre un intervalle considérable, le Baptême serait nul, parce que ce ne serait pas la même action. Mais pour ne rien risquer, il faut prononcer les paroles à proportion que l’eau tombe. Et c’est ainsi que l’Église le pratique ; car si vous l’observez, vous remarquerez que nous faisons les trois infusions en même temps que nous nommons les trois Personnes de la Sainte Trinité.

Secondement, il faut prononcer exactement les paroles : Je te baptise, au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit ; car, toutes sont nécessaires pour la validité du Sacrement ; et ne point y en ajouter, ni en substituer d’autres. Ainsi le Baptême serait nul, si on ne disait que ces paroles : Je te baptise sans dire celles : Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; ou celles-là Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, sans celles-ci : Je te baptise ; ou, si on ne nommait la personne qui est baptisée, en disant seulement : Je baptise sans dire Je te baptise ; ou, si au lieu de ce mot : Je on disait : Dieu te baptise, parce que c’est bien Dieu qui donne la grâce du Sacrement, mais ce n’est pas Dieu qui en est le Ministre ; c’est celui qui baptise ; ou, si on multipliait les paroles, comme qui dirait Je te baptise au nom du Père, au nom du Fils, au nom du Saint-Esprit, quoiqu il ne soit pas entièrement décidé que la répétition de ce mot au nom, rendît nul le Baptême, il le rend au moins douteux ; et alors il faut rebaptiser sous condition.

Troisièmement, il faut que la même personne qui verse l’eau, prononce les paroles ; car, si une versait l’eau, et que l’autre dit les paroles, le Baptême serait nul.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8681
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum