Catholique-Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -50%
Bracelet connecté Xiaomi Mi Band 4C à ...
Voir le deal
14.99 €
-50%
Le deal à ne pas rater :
Montre Huawei Watch GT 2e (noire) à 69€
69 € 139 €
Voir le deal

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par Gilbert Chevalier Sam 24 Nov - 22:34

Hélas non ! car autrement les deux Témoins ne viendraient pas.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8681
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par Louis Sam 24 Nov - 22:39

@Gabrielle.RJ a écrit:
@Gilbert Chevalier a écrit:Ça y est ! La clef de contact a été mise et la voiture a démarré !

Merci Gabrielle pour ton feuilleton qui en instruira sûrement plus d'un.

Bon courage pour taper la suite ! Basketball
Je n'ai rien à faire, Louis a numériser le texte , mit en format Word et hop! Il ne me reste plus qu'à copier/coller.

Comme dirait Louis : That's the way I like my desk!  Very Happy

Et je répondrais à Gabrielle : You better believe it ! Very Happy
Louis
Louis

Messages : 26
Date d'inscription : 14/11/2018

http://messe.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par ROBERT. Sam 24 Nov - 22:40

@Gilbert Chevalier a écrit:Hélas non ! car autrement les deux Témoins ne viendraient pas.
.
Pourquoi ne pourrait-il pas y avoir des convertis avant la venue des deux Témoins ?
.
ROBERT.
ROBERT.

Messages : 55
Date d'inscription : 22/11/2018

http://messe.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par Gilbert Chevalier Sam 24 Nov - 22:54

Pour qu'il y ait des conversions, il faut des prédicateurs. Or il n'y a plus de prédicateurs, d'où absence de conversions.
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8681
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par Gabrielle.RJ Dim 25 Nov - 13:52

@Gilbert Chevalier a écrit:Pour qu'il y ait des conversions, il faut des prédicateurs. Or il n'y a plus de prédicateurs, d'où absence de conversions.
Je suis d'accord avec Robert. Dieu n'a besoin de personne, il peut intervenir directement dans l'âme des personnes et les amener à la Vérité.
Gabrielle.RJ
Gabrielle.RJ

Messages : 70
Date d'inscription : 13/11/2018

http://messe.forumactif.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par Gabrielle.RJ Dim 25 Nov - 13:55

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

(SUITE)

Dans le mois de mai, nous écoutons sur cassette le Père Barbara : n'ayant pas su qu'il venait au Canada, nous n'avons pas pu le rencontrer, mais il gagne des abonnements. La clarté de sa position est un encouragement.

Fin Mai 1975 : Mgr Grégoire fait une déclaration publiée dans la presse affirmant "interdite" la Messe Tridentine ; voilà les journalistes à nos trousses !

Désormais, ils feront partie de notre quotidien : entrevues, prises de films ; enfin, ils sont embêtants, mais on fait la une de tous les grands quotidiens du Québec.

Pendant ce temps, les marguillers sont sur le bord de la dépression nerveuse, et là, ça va mal : l'église se remplit, mais pas un seul paroissien ; nous l'occupons de fonds en comble et tous les jours de la semaine : adoration nocturne, premier vendredi du mois, retraite, conférence, réunion après la messe du dimanche ; tout marche à fond de train. Mais les divergences de tendances se heurtent parfois vivement. Il faudra bien faire quelque chose : impossible de défendre vraiment si nous n'avons pas le même esprit.

Nous descendons dans les rues...

Manifestation : Paisiblement, devant les locaux de l'archevêché, nous déambulons, réclamant la Messe Tridentine, scandant que le N.O.M. est une offense à Dieu. La police nous a à l'œil, mais nous avons un permis et personne ne peut nous empêcher. Nous répéterons souvent ces manifestations. Mgr Grégoire n'en peut plus : il se sert des pouvoirs civils pour déloger le curé. Là on est rendu presque à l'hiver ; pour nous, l'épopée de la résistance va commencer.

Scandaleux Premier Vendredi du Mois…
Gabrielle.RJ
Gabrielle.RJ

Messages : 70
Date d'inscription : 13/11/2018

http://messe.forumactif.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par Gabrielle.RJ Dim 25 Nov - 13:57

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

(SUITE)

Scandaleux Premier Vendredi du Mois…

Tous les fidèles sont à genoux, le Saint Sacrement est exposé. Tout à coup, on voit entrer dans le chœur un homme vêtu d'un imperméable ; il s'approche de l'autel ; les fidèles bondissent ; il prend l'ostensoir, sort la lunule et la met dans sa poche d'imperméable. Un de mes amis, bondit dans le chœur, le saisit par l'épaule, le retourne vivement et le poing prêt à frapper le profanateur ; il s'arrête : le traître porte un col romain, c'est un prêtre de Mgr Grégoire. La police envahit l'église et nous intime l'ordre de sortir. On place des scellés sur toutes les serrures.

Nous voilà donc dehors. Le lendemain, dans tous les journaux du Québec, en première page, on voit ce prêtre mettre la Sainte Hostie dans ses poches.

Le curé Normandin déclare que jamais personne ne le fera passer le seuil de la porte de son église. Alors, qu'à cela ne tienne, dans la cour du presbytère, il y a une grande fenêtre ; le curé installe un autel de fortune et nous assistons à la messe dehors ; une roulotte nous sert de confessionnal à -35° ; les fidèles, agenouillés sur la glace ou la neige, se prosternent à l'élévation ; la communion, distribuée par l'abbé B. se fait sur le trottoir de la ville. La foi se manifeste publiquement : on gèle, on grelotte, mais rien ne nous aurait empêché d'assister à ces messes, dans cette cour à ciel ouvert qui nous sert désormais de cathédrale.

Le curé Normandin donne une entrevue : A la question du journaliste qui veut comprendre cette désobéissance au pape il répondra : Nous ne désobéissons pas, il n'y a plus de pape dans l'Église, actuellement.

Les plus clairvoyants (comme notre groupe de Montréal) nous jubilons : enfin, la vérité est lancée en pleine télé et aux heures d'achalandages d'écoute. Mais les autres factions s'énervent : la CRC et la FSSPX, les disciples de l'abbé Saey plus que les autres. Ils essaient de nous éloigner du curé et mettent sur lui beaucoup de pression pour avoir son silence devant les journalistes. Le curé est à bout de nerf.

8 ou 9 décembre 1975 : Le curé doit comparaître en Cour : une injonction est levée par Mgr Grégoire ; s'il ne s'y rend pas, c'est la prison pour outrage au tribunal. À 5 heures du matin, déjà, les journalistes font le pied de grue ; mais, fidèle à sa promesse de ne pas passer le seuil de son église, le curé sort avec dignité par une échelle apposée au balcon de sa chambre.

Le prêtre qui le remplacera est présent ; il entre dans l'église, et c'est ainsi que l'histoire de Sainte Yvette se terminera.

Mais nous ne nous comptons pas battus pour autant ; les intrus de V2 n'ont pas fini d'entendre parler de nous.

Milieu décembre 1975: L'abbé B. est demandé par Mgr Grégoire, il s'y rend ; Mgr, lui remet la lettre d'une sanction : interdiction de confesser, prêcher, et dire la messe sur le territoire de Montréal. L'abbé B. essaie de lui expliquer la situation, réponse de Mgr Grégoire: "J'aime mieux me tromper avec Paul VI que d'avoir raison contre Paul VI" ; fin de la rencontre. À noter : l'abbé B. fut le seul prêtre à recevoir une sanction.

Tard dans la soirée, chez nous, réunion de la résistance catholique. Nous discutons comment nous organiser.

L'abbé B. arrive et nous fait part de la sanction.

Première réaction : des intrus ne peuvent sanctionner un prêtre catholique. Tout cela n'a pas force de loi. 

Deuxième réaction : tous demandent à l'abbé B. pour se confesser. 
En cette soirée, les convictions se renforcent : ces hommes ne sont pas l'Église et, désormais, rien ne viendra ébranler cette conviction.

Conscients que la force de cette conviction n'est pas le partage de la majorité, qui elle, cherche le maintien des sacrements seulement, et non la défense de la Vérité, nous réagissons vite. Il faut donner des lieux où la messe pourra être célébrée, si nous voulons pouvoir instruire les fidèles de la situation et les amener à faire passer la gloire de Dieu avant la réception des sacrements.

On s'organise...
Gabrielle.RJ
Gabrielle.RJ

Messages : 70
Date d'inscription : 13/11/2018

http://messe.forumactif.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par Gabrielle.RJ Dim 25 Nov - 13:58

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

(SUITE)

On s'organise...
 
Noël approche, nous sommes sans lieu pour célébrer la messe ; les fidèles moins affermis sont découragés ; il faut réagir. L'abbé Coulombe (il en sera reparlé plus loin), ayant quitté sa fonction de vicaire en raison de la Messe, loge dans un collège de frères (les Maristes) ; il parvient à louer une salle du collège pour la messe de Minuit, et voilà notre première célébration hors les murs d'une église.

Mais la semaine on fait quoi ? En moins de deux (enfin, manière de dire : il a fallu travailler des jours consécutifs à la préparation du lieu, du matin jusqu'à la nuit), nous et des amis qui nous sont chers, Jeanne et Carl, nous nous organisons : nous à Montréal, eux à Laval. Une partie des maisons est transformée en chapelle très fonctionnelle : Notre-Seigneur Jésus-Christ y est toujours présent (j'ai été gâtée par le Ciel, c'était moi la sacristine). La messe est célébrée tous les jours (deux par jour : une à 6 h pour les travailleurs, l'autre à 8 h), les vêpres le dimanche, les premiers vendredi du mois, les quarante heures, reposoir du Jeudi Saint (que de nuits blanches aux pieds du Seigneur).

Quelquefois il y a du monde jusqu'à la porte de dehors : chez nous la chapelle est dans le sous-sol... (un baldaquin est installé au-dessus de l'autel : les plus grandes cathédrales du monde n'auront jamais pour moi la beauté de cette chapelle.) La chapelle, le sous-sol, la cave, l'escalier, le vestibule, tout est rempli : c'est magnifique.                                                                                              

On ne sait pourquoi, mais les voisins nous regardent avec un drôle de petit air !

Il reste à solutionner le dimanche : on ne peut pas faire avec deux chapelles, car l'abbé B. étant le pilier, il faut que les gens puissent l'entendre prêcher. Mais où, dans Montréal, trouvera-t-on un lieu ?

Petits éclaircissements sur l'abbé B. Il a toujours célébré la Messe Tridentine ; il est rattaché à un diocèse au Brésil (quoique Montréalais) ; il fit une partie de ses études à Rome ; il était réellement très clairvoyant, mais la suite de l'histoire montrera une chute lamentable. Pour nous, quand nous l'avons connu, nous avions déjà ces notions sur le N.O.M. et sur Montini : le sensus fidei, probablement de ma mère, femme d'une très grande foi qui, dès la fin de V2, parlait d'hérésies et de fondation d'une nouvelle religion.

C'est pour cela que nous sommes devenus les collaborateurs de l'abbé B. Le curé Normandin fut comme la figure la plus connue en raison de sa charge de curé, mais il n'était pas celui sur qui allait se greffer les autres prêtres fidèles.

Un Lieu de culte...
Gabrielle.RJ
Gabrielle.RJ

Messages : 70
Date d'inscription : 13/11/2018

http://messe.forumactif.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par Gabrielle.RJ Dim 25 Nov - 14:03

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

(SUITE)

Un Lieu de culte...

Des gens font des démarches pour trouver un lieu : ils nous assurent qu'ils n'ont pu trouver mieux qu'un club de nuit.

Janvier 1976 : Nous nous déplaçons alors vers un autre lieu, les gens sont craintifs. Un club de nuit : voilà ce que l'on dit être la seule place où l'on veut bien nous louer une salle, le dimanche matin :

Drôle de place : Les prêtres font l'exorciste des lieux à chaque dimanche mais, tout de même, l'odeur de bière et d'alcool cadre mal.

Cette situation est à notre sens intolérable, alors je vais, avec Robert, vers la commission des écoles catholiques de Montréal. Nous voulons louer une école, pour le dimanche ; les craintifs poussent les hauts-cris : « c'est dangereux ; ils vont nous repérer facilement, ils vont nous excommunier ». Réaction de ceux qui prennent la secte pour l'Église ; cela amène des conflits.

Nous réussissons à signer un contrat : Notre-Seigneur Jésus-Christ sera au moins dans un endroit moins profané. Coup de la Providence : nous tombons sur un concierge d'une gentillesse extrême, qui comprend notre situation ; il donne des locaux pour ranger nos affaires : Après tout, transporter un autel tous les dimanches, plus des confessionnaux portatifs, ce n'était pas un cadeau.

Louis est chargé de se rendre tous les samedis pour monter l'autel ; il accomplit un travail formidable. Louis fut le servant de messe de Mgr L., le premier après le sous-diacre (le cérémoniaire). D'ailleurs il a toujours été notre servant de messe principal.

Robert est chargé de l'enregistrement audio des sermons et conférences (dont nous pouvons nous servir pour renseigner les gens) ; il est un expert. Dès le début, comme dans la revue Sub Tuum_ et la Tribune Mi ca EL, nous avons compris que, hormis la doctrine sur la situation actuelle, il fallait aussi nourrir les âmes par une bonne spiritualité, car comment faire pour adhérera toutes les exigences de cette situation, si l'âme n'est pas fortifiée dans les vertus et l'amour de Dieu ?

Nous remplissons l'auditorium : plus de 600 personnes (pour la grand-messe).

Notons que pour le Québec c'est beaucoup, car les distances sont immenses : certains font 5 heures de route pour venir à la messe. L'abbé B est le prêtre autour de qui se greffent les autres. Maintenant la lutte peut commencer.

En 1976, l'abbé B. arrive à exposer la conclusion que le N.O.M. est invalide parce que basé sur les offrandes juives, et que ceux qui y participent ne peuvent recevoir la communion à la messe Tridentine en raison de leur "communicatio in sacris" avec les hérétiques. Les positions se durcissent et la guerre des nerfs commence : coups de téléphone, lettres, pressions. Il résiste, mais les prêtres qui l'entourent ne sont pas tous d'accord.

L'abbé B. sort un tract qu'il veut diffuser dans tout le Canada, au niveau des paroisses et des archevêchés : que d'enveloppes à coller !

Pour Montréal, les tracts seront distribués directement dans les églises. Oh! Oh!

On risque d'avoir des curés à nos trousses. On cherche des volontaires ; je m'inscris : la première sur la liste ; et me voilà partie vers toutes les paroisses de la ville. Pendant le N.O.M. je m'introduis dans les portiques et glisse le tract dans les feuillets paroissiaux. Il faut faire vite ; on risque de se faire attraper, ce n'est pas tout à fait légal. Une fois, je vais même avec mon compagnon de guerre (le grand Jean) jusqu'à entrer dans une église et placer les tracts dans tous les bancs.

On opère à une vitesse folle ; juste le temps de sortir et hop! Le curé est sur le perron, rouge de colère ; son regard cherche les coupables sur la rue ; nous nous éloignons à pas feutrés.

Voici ce petit tract. Son but : faire prendre conscience aux catholiques de la situation, une première approche….
Gabrielle.RJ
Gabrielle.RJ

Messages : 70
Date d'inscription : 13/11/2018

http://messe.forumactif.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par Gabrielle.RJ Dim 25 Nov - 14:06

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

(SUITE)

Voici ce petit tract. Son but : faire prendre conscience aux catholiques de la situation, une première approche.

IL FAUT AVOIR LE « FLAIR » CATHOLIQUE

N 'avez-vous pas été choqué par de « curieuses » cérémonies dans nos églises ?

N'êtes-vous pas en train de vous y habituer ?

« A force de tout voir, on finit par tout admettre ; à force de tout admettre, o finit par tout approuver. » (Saint Augustin) 

La sanctification du Jour du Seigneur exige en notre temps un acte de prudence il ne suffit pas qu’une cérémonie soit « religieuse » pour qu'elle soit bonne.

Un catholique fidèle sait qu'il ne doit pas fréquenter les lieux de culte non catholiques. Or, le modernisme n’est pas catholique. L 'Eglise l'a condamné solennellement. Le saint Pape Pie X en particulier, dans son encyclique Pascendi (8 sept. 1907). 

Malheureusement, on célèbre dans nos églises des cérémonies entachées de modernisme. Un catholique fidèle n’a pas le droit d'y participer.

Vous les reconnaîtrez aux symptômes modernistes les plus certains : le changement pour le changement et le culte de l'homme. Cela se voit, cela se « sent » tout de suite, quand on a le flair catholique. Le modernisme est une hérésie, qu'il faut éviter plus farouchement que la peste. Dès que vous le « sentez », ne vous laissez pas contaminer. Mais fuyez les lieux de culte empoisonnés par le modernisme. Il y va de votre foi et de celle de vos enfants.

De la vraie foi, sans laquelle on ne saurait plaire à Dieu (Hébr 11,6) ni, par conséquent, faire son salut éternel (Jn 3, 15,18)

Ce tract est distribué par le Mouvement pour le maintien de la liturgie romaine traditionnelle, C.P. 326, Station Saint-Michel, Montréal.

Ecrire à cette adresse pour tout renseignement, ou téléphoner à : xxx-xxxx(ici était le numéro de téléphone de notre maison).

Recherchez, même au prix de lourds sacrifices, la vraie messe catholique, la messe traditionnelle, la seule qui soit sûrement valide, sûrement licite et même sûrement légale dans l'Église, aujourd hui comme hier. Elle est toujours célébrée publiquement par un nombre croissant de prêtres qui, devant l'anarchie et l'impiété des messes de la nouvelle liturgie, comprennent leur grave devoir de revenir à la messe sainte et irréprochable de leur ordination.

Le saint sacrifice de la messe de la tradition catholique est célébré tous les dimanches à l'école Lucien-Pagé, 8200, boul.  Saint-Laurent, Montréal, à 8 h (basse messe) et à 9 h 30 (grand' messe). Bienvenue à tous. Il est demandé ai dames une tenue modeste et d'avoir la tête couverte.

N.B. Et s'il nous est absolument impossible d'assister à la vraie messe catholique de la tradition ?  direz-vous. N’oubliez pas que la Vierge à Fatima a dit qu'il viendra un temps où l'on n'aura plus que notre chapelet pour sanctifier le Jour du Seigneur. Mieux vaut dire un Rosaire le dimanche, en famille ou avec des amis, que d'aller à une cérémonie qui offense gravement le Seigneur, à cause de son ambiguïté et de l'hérésie que cache cette ambiguïté.

L'heure est d'une extrême gravité. Ne grossissons pas le nombre des indifférents et des apostats, qui augmentent sans cesse. Mais restons inébranlablement fidèles à la religion catholique, telle que l'ont pratiquée nos pères. Rejetons toutes les nouveautés suspectes qui n 'ont rien de catholique et constituent, en fait, une nouvelle religion.

Pendant ce temps à l'Archevêché de Montréal…
Gabrielle.RJ
Gabrielle.RJ

Messages : 70
Date d'inscription : 13/11/2018

http://messe.forumactif.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

La petite histoire de la résistance québécoise à V 2 - Page 2 Empty Re: La petite histoire de la résistance québécoise à V 2

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum