Catholique-Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -10%
Apple TV HD 4K 32Go (2021)
Voir le deal
179 €
Le Deal du moment : -65%
CYBEX Silver Siège Auto Solution X-Fix (3 ...
Voir le deal
72.88 €

News au 24 avril 2020

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty News au 24 avril 2020

Message par Gilbert Chevalier Ven 24 Avr - 7:59



Dernière édition par Gilbert Chevalier le Ven 24 Avr - 10:49, édité 1 fois
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8695
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty Re: News au 24 avril 2020

Message par Gilbert Chevalier Ven 24 Avr - 8:06



Dernière édition par Gilbert Chevalier le Sam 25 Avr - 10:13, édité 1 fois
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8695
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty Re: News au 24 avril 2020

Message par Gilbert Chevalier Ven 24 Avr - 11:02

- 1 -
MISSION IMPOSSIBLE

Ils sont fous, complètement fous ! Ils vous ont mis en tôle sans aucune raison, et maintenant ils veulent vous en faire sortir mais avec tant de barrières qu'il est pratiquement impossible d'en sortir. Mais comme vous en sortirez forcément en cassant les barrières, ils ont déjà prévu de vous y remettre, enfermés à double tour cette fois-ci. Et ensuite, ils recommenceront leur manège jusqu'à temps qu'ils aient trouvé le truc pour vous en faire sortir définitivement mais chacun transportant sa propre cellule avec lui.

Maintenant, à vous de transposer ce que je viens de dire, à la situation actuelle et à venir : vous n'êtes pas sortis de l'auberge ! Ou plutôt, vous en sortirez à la fin finale quand l'autre aura disparu, mais alors, il n'y aura plus beaucoup de survivants !!!
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8695
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty Re: News au 24 avril 2020

Message par Gilbert Chevalier Ven 24 Avr - 20:49

- 2 -

par basicblog (abonné de Mediapart), le 13 avril 2020

La Dr Sabine PALIARD-FRANCO a partagé le 26 mars des résultats aux effets très rapides sur quelques patients aux symptômes similaires au Covid-19, non confirmés pour cause d'absence de kit de test. Au cas où le ministre Olivier Véran ne se serait pas encore rué dessus, et pour que le Dr Raoult se sente moins seul, en voici le détail.

Présentation des résultats sur ce fichier téléchargeable.

ATTENTION, ce fichier a disparu. Vous le trouverez ici. La publication initiale (voir ci-dessous) reste intéressante (elle est devenue difficilement trouvable également, c'est pourquoi je l'ai reproduite).

Ces résultats ne sont pas "scientifiques", vous êtes prévenus. C'est un bilan de tentatives de soins administrés de manière empirique, fonction de l'expérience du Dr Sabine PALIARD-FRANCO, comme le font tous les médecins qui appliquent le serment d'Hyppocrate auquel ils ont juré de se conformer.
 
Voici la publication initiale :
 
26 mars – Isère

Dans le cadre de cette épidémie galopante de Covid-19 qui inquiète tout le monde, à
toutes fins utiles, je vous fais part de ce qui se vit dans notre secteur :

Sur Châbons, dans la Bièvre, comme chacun de mes confrères du Centre Médical, j’ai
reçu depuis 15 jours en consultation déjà au moins 36 patients pour des syndromes
grippaux atypiques, ayant les symptômes bien évocateurs du Covid 19.

En effet, les symptômes comme de la fièvre, de la toux, des maux de gorge très
inflammatoires, de l'anosmie, agueusie, des troubles digestifs inauguraux et des
malaises pour des patients âgés, qui pour la plupart avaient été vaccinés ou avaient déjà
fait la grippe saisonnière, dont 11 ont fait une forme sévère. Ces patients n’ayant
évidemment pas été testés, faute de tests disponibles jusqu'à il y a une semaine, ces
tests restant très rationnés, dans un labo distant d'1/2 h en voiture.(Voiron)

Pour toutes les formes sévères et variées de pneumopathies sur des sujets à risque
(diabète, obésité, âge avancé, troubles cognitifs, terrain cardio vasculaire ou cancer…) j’ai
prescrit dans un premier temps de la Rocéphine injectable 1 à 2 g/jour selon la
corpulence, ce qui a rapidement fait chuter la fièvre et amélioré certain symptômes
respiratoires chez les patients. Cependant, malgré ce traitement à large spectre, il
demeurait souvent une dyspnée avec état inflammatoire des bronches et du
rhinopharynx, une sibilance, une oppression thoracique, ou des glaires épaisses et
douloureuses dans les voies aériennes supérieures et inférieures.

Parallèlement, pour un jeune de 23 ans ayant les mêmes symptômes grippaux, mais ne
présentant pas de risque autre qu’un terrain allergique, avec fièvre, toux et aggravation
inquiétante de l’essoufflement et oppression thoracique à j7 , n'ayant que la clinique
pour prendre une décision, je l’ai traité par ZECLAR /Innovair /anti-histaminique comme
pour une surinfection de bronchiolite chez les nourrissons ou une pneumopathie
atypique printanière. Traitement qui a donné un très bon résultat en à peine 24h sur
tous les symptômes..

Confortée par la rapidité et l'efficacité de cette classe médicamenteuse, j’ai donc ajouté
à tous mes cas critiques cette prescription de macrolide (ZECLAR, RULID ou Zithromax
dont on connait l’action bactéricide sur les germes atypiques et l’action virucide) ce qui a
dans les 24h amélioré les symptômes subsistants chez tous les patients, même sévères,
âgés ou polypathologiques.

En cas d’essoufflement et/ou de toux rebelle, je prescris volontiers une association fixe
de bronchodilatateur et de corticoïde inhalé, et un anti-histaminique sur les terrains
allergiques. (pour réduire l'inflammation générale).

Je fais un suivi journalier de tous ces cas de syndromes grippaux atypiques et en
particulier pour tous les cas sévères.

Pour ceux à la limite de l’hospitalisation, je constate que sous ce double traitement,
(Rocéphine IM ou SC et macrolide per os, bronchodilatateurs) ils n’ont plus de
symptômes inquiétants ou sont déjà guéris.

Pour les cas les moins sévères, le macrolide suffit et agit dès les premières 24h tant sur
la toux, la fièvre, les myalgies, les signes ORL et l’état général.

C'est étonnant.

Quel que soit le stade d’avancement de la maladie lors du début du traitement ( J5, J7, J9
ou J12) je constate une réponse significative en moins de 48h et généralement dans les
24h, sur la surinfection, et les symptômes inquiétants, manifestement dissociée de
l’évolution naturelle du virus.

N’ayant pas accès aux tests, je ne peux pas savoir si la charge virale diminue avec ce
traitement, mais il est certain qu’avec ce traitement on lutte efficacement contre la
surinfection et l’inflammation, ce qui est l’objectif et m’a permis d’éviter au moins 7
hospitalisations dont 5 au-dessus de 75 ans.

Je suis en train de réaliser une synthèse des données médicales de cette population que
je ne manquerai pas de vous faire parvenir.

En espérant que cela vous sera utile, pour contribuer à la prise en charge en
ambulatoire des cas groupe I et II et éviter le basculement vers l'hospitalisation et la
réanimation.

En attendant d'autres consignes thérapeutiques pour les cas graves, comme
l'hydroxychloroquine, que je ne me suis pas risquée de prescrire, dans l'attente, cela
pourrait peut-être aider d'autres patients, notamment âgés, ou en institution. Ou éviter
le recours à la quinine en cas de contre-indication ou de risque de toxicité.

Bien cordialement,

Dr Sabine PALIARD-FRANCO
 
News au 24 avril 2020 Drisere
Extrait du bilan du traitement du Dr Sabine Paliard Franco 
>>> REMÈDE 100% EFFICACE contre le COVID-19 (Dr Sabine PALIARD-FRANCO) avec PDF
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8695
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty Re: News au 24 avril 2020

Message par Gilbert Chevalier Ven 24 Avr - 21:02

- 3 -

par Cathy LG (abonnée de Mediapart), le 14 avril 2020

Le docteur Sabine Paliard-Franco est un médecin de l'Isère qui a publié deux rapports. Elle donne à ses patients ayant les symptômes du Covid 19 des antibiotiques de la famille des macrolides associés ou non à une C3G. Elle soigne ses patients avec un taux de réussite de 100 %. Un autre médecin de Moselle, le docteur Jean-Jacques Erbstein utilise également les macrolides avec le même succès.


Le docteur Sabine Paliard-Franco l'a bien précisé, il ne s'agit que d'un retour d'expérience qu'elle souhaite partager, il ne s'agit en aucun cas d'une étude scientifique. Elle a prescrit les traitements entre J5 et J20 avec les mêmes excellents résultats et il n'y a pas d'effets secondaires.
 
Son premier rapport en date du 26 mars 2020 était en ligne jusqu'au 13 avril sur le site d'une association de gérontologie, document "Situation dans l'Isère", le lien internet n'est actuellement plus actif.
http://www.agree-asso.fr/index.php/actualite/123-experiences-territoriale s?fbclid=IwAR1mgHlDb97plpo6RCg6kJwhd9uZFrmXPoCc5us6Tl250LIKEaxwFSnuInE
lien archives :
http://cc.bingj.com/cache.aspx?q=url:https%3A%2F%2Fsfgg.org%2Fmedia%2F2020%2F03%2F26-mars-ise%25CC%2580re-sabine-paliard-franco.pdf&d=4744302643976739&mkt=en-WW&setlang=en-US&w=vRTE4Jmrm9JtdelZh2_6gae6V7mtZgTH
 

26 mars – Isère

Dans le cadre de cette épidémie galopante de Covid-19 qui inquiète tout le monde, à toutes fins utiles, je vous fais part de ce qui se vit dans notre secteur :


Sur Châbons, dans la Bièvre, comme chacun de mes confrères du Centre Médical, j’ai reçu depuis 15 jours en consultation déjà au moins 36 patients pour des syndromes grippaux atypiques, ayant les symptômes bien évocateurs du Covid 19.


En effet, les symptômes comme de la fièvre, de la toux, des maux de gorge très inflammatoires, de l’anosmie, agueusie, des troubles digestifs inauguraux et des malaises pour des patients âgés, qui pour la plupart avaient été vaccinés ou avaient déjà fait la grippe saisonnière, dont 11 ont fait une forme sévère. Ces patients n’ayant évidemment pas été testés, faute de tests disponibles jusqu’à il y a une semaine, ces tests restant très rationnés, dans un labo distant d’1/2 h en voiture.(Voiron)


Pour toutes les formes sévères et variées de pneumopathies sur des sujets à risque (diabète, obésité, âge avancé, troubles cognitifs, terrain cardio vasculaire ou cancer…) j’ai prescrit dans un premier temps de la Rocéphine injectable 1 à 2 g/jour selon la corpulence, ce qui a rapidement fait chuter la fièvre et amélioré certain symptômes respiratoires chez les patients. Cependant, malgré ce traitement à large spectre, il demeurait souvent une dyspnée avec état inflammatoire des bronches et du rhinopharynx, une sibilance, une oppression thoracique, ou des glaires épaisses et douloureuses dans les voies aériennes supérieures et inférieures.


Parallèlement, pour un jeune de 23 ans ayant les mêmes symptômes grippaux, mais ne présentant pas de risque autre qu’un terrain allergique, avec fièvre, toux et aggravation inquiétante de l’essoufflement et oppression thoracique à j7 , n’ayant que la clinique pour prendre une décision, je l’ai traité par ZECLAR /Innovair /anti-histaminique comme pour une surinfection de bronchiolite chez les nourrissons ou une pneumopathie atypique printanière. Traitement qui a donné un très bon résultat en à peine 24h sur tous les symptômes..


Confortée par la rapidité et l’efficacité de cette classe médicamenteuse, j’ai donc ajouté à tous mes cas critiques cette prescription de macrolide (ZECLAR, RULID ou Zithromax dont on connait l’action bactéricide sur les germes atypiques et l’action virucide) ce qui a dans les 24h amélioré les symptômes subsistants chez tous les patients, même sévères, âgés ou polypathologiques.


En cas d’essoufflement et/ou de toux rebelle, je prescris volontiers une association fixe de bronchodilatateur et de corticoïde inhalé, et un anti-histaminique sur les terrains allergiques. (pour réduire l’inflammation générale).


Je fais un suivi journalier de tous ces cas de syndromes grippaux atypiques et en particulier pour tous les cas sévères.

Pour ceux à la limite de l’hospitalisation, je constate que sous ce double traitement, (Rocéphine IM ou SC et macrolide per os, bronchodilatateurs) ils n’ont plus de symptômes inquiétants ou sont déjà guéris.

Pour les cas les moins sévères, le macrolide suffit et agit dès les premières 24h tant sur la toux, la fièvre, les myalgies, les signes ORL et l’état général.


C’est étonnant.


Quel que soit le stade d’avancement de la maladie lors du début du traitement ( J5, J7, J9 ou J12) je constate une réponse significative en moins de 48h et généralement dans les 24h, sur la surinfection, et les symptômes inquiétants, manifestement dissociée de l’évolution naturelle du virus.


N’ayant pas accès aux tests, je ne peux pas savoir si la charge virale diminue avec ce traitement, mais il est certain qu’avec ce traitement on lutte efficacement contre la surinfection et l’inflammation, ce qui est l’objectif et m’a permis d’éviter au moins 7 hospitalisations dont 5 au-dessus de 75 ans.


Je suis en train de réaliser une synthèse des données médicales de cette population que je ne manquerai pas de vous faire parvenir.

En espérant que cela vous sera utile, pour contribuer à la prise en charge en ambulatoire des cas groupe I et II et éviter le basculement vers l’hospitalisation et la réanimation.

En attendant d’autres consignes thérapeutiques pour les cas graves, comme l’hydroxychloroquine, que je ne me suis pas risquée de prescrire, dans l’attente, cela pourrait peut-être aider d’autres patients, notamment âgés, ou en institution. Ou éviter le recours à la quinine en cas de contre-indication ou de risque de toxicité.


Bien cordialement,


Dr Sabine PALIARD-FRANCO

 
Son deuxième rapport en date du 29 mars 2020 était également sur internet jusqu'au 13 avril. Le lien internet n'est actuellement plus actif.
https://sfgg.org/media/2020/03/protocole-groupe-i-29-mars-2020-bis-suspicions-covid-19-docx.pdf
Lien archives :
https://web.archive.org/web/20200413002926/https://sfgg.org/media/2020/03/protocole-groupe-i-29-mars-2020-bis-suspicions-covid-19-docx.pdf
 

RETOUR D’EXPÉRIENCE sur la prise en charge de MALADES SUSPECTS DE COVID 19 : GROUPE I
CABINET MÉDICAL DE CHABONS. Dr Sabine PALIARD-FRANCO


Suite à ma communication du 26 mars 2020 concernant les patients suspects de Covid-19 sévères (de groupe II) vous trouverez ci-dessous les graphes montrant l’évolution des symptômes des 24 patients ayant fait une forme modérée de syndrome grippal atypique (de groupe I), et pour lesquels je pensais qu’ils devaient quand même bénéficier d’un traitement et d’une surveillance rapprochée :

Les critères d’instauration du traitement sont les suivants : Durée d’évolution supérieure à 5 jours, toux sèche persistante, dyspnée, signes généraux marqués, fièvre prolongée, rechute d’une toux après un semblant de guérison à la 2e semaine entre J7 et J10... Facteurs de risque respiratoires et cardio-vasculaires, maladie auto-immune, cancer. Tabagisme, surpoids. Terrain allergique. Contexte social.


Les patients ont tous reçu au moins un Macrolide (Zithromax, Zeclar, Rulid ou Josacine) et dans les cas présentant une pneumopathie mal tolérée, une association avec une C3G (CEFTRIAXONE) ou Cefpodoxime.


J’ai prescrit le macrolide seul aux patients chez lesquels je constatais l’existence d’un syndrome bronchique avec pneumonie atypique, bilatérale, avec diminution du murmure vésiculaire et dyspnée, et une C3G en plus en cas de signes ORL marqués ou d’infections pulmonaires basses, franches lobaires aiguës. Car l’on constate lors de ce syndrome grippal une atteinte de tout l’arbre respiratoire à différents niveaux.


Nous avons suivi les patients chaque jour et relevé l’état les symptômes, au démarrage de la maladie, au jour d’instauration du traitement (noté T) et les 3 jours suivants (T1,T2,T3).


Les symptômes étudiés sont la toux, la fièvre, la dyspnée, l’asthénie, les troubles digestifs, les céphalées et les signes ORL (maux de gorge, obstruction nasale, anosmie et agueusie).


Graphique toux groupe 1


Après instauration du traitement au temps T, l’on constate la disparition rapidement progressive de la toux : 50 % des patients n’ont plus de toux en 24h, et plus personne ne se plaint de toux à 72h.


La lutte contre ce symptôme contribuant à la réduction du risque de contagion par projection de gouttelettes.


Graphique fièvre groupe 1


Une fièvre modérée est observée avant le traitement. Elle se normalise dans les 48h sous traitement.


Graphique dyspnée d'effort intense groupe 1


Le symptôme principal étant l’essoufflement, on observe, peu après l’introduction du traitement, une amélioration rapide de la dyspnée d’effort.


Graphique asthénie groupe 1


En à peine 24h de traitement, la fatigue diminue nettement, la plupart des patients retrouvant un bien meilleur état général.


Graphique ORL groupe 1


Les signes ORL comme les maux de gorge ou l’obstruction nasale diminuent très fortement à 48h après le début du traitement.


Graphique digestif groupe 1


Les patients ayant présenté des troubles digestifs inauguraux à type de douleurs abdominales fébriles, syndrome septique, diarrhée ou vomissements, ont reçu :

- soit une fluoroquinolone plus axée sur les symptômes coliques.
- soit un macrolide s’ils présentaient secondairement des signes respiratoires une fois la crise digestive passée.

Graphique céphalées groupe 1


Les céphalées présentes chez 1/3 des patients cèdent en à peine 24 h de traitement chez 3 patients sur 4 et chez tous les patients en 3 jours.


Graphique myalgies groupe 1


Près de 50% des patients présentaient des douleurs musculaires ou articulaires.


Les myalgies étant un signal d’alarme chez les patients, associées à une baisse de l’état général, et fréquemment de l’anxiété, cèdent en 48 heures avec le traitement.


Divers points :


1) Il faut noter que les patients n’ont pas tous été pris en charge au même stade de la maladie (entre J5 et J 20) 2) Il est remarquable que les patients présentent de nombreux symptômes qui cèdent tous dans le même délai de 48h, ce qui par conséquent écarte l’hypothèse d’une simple élimination naturelle du virus dans ce processus de guérison. 3) Les patients pour lesquels nous avons le plus de recul ne présentent plus de symptômes. 4) J’ai utilisé 4 macrolides différents, et n’ai pas remarqué de différence d’efficacité, mais seulement de tolérance digestive.


Conclusion :


Le covid-19, ce coronavirus venu d’Orient qui nous occupe depuis plusieurs mois partout dans le Monde, génère de l’angoisse chez des milliards d’individus confinés, fait des dégâts humains et économiques considérables, même dans des pays développés qui n’avaient pas vu venir la catastrophe.


Cette communication de la part d’un médecin généraliste n’était pas préméditée, surtout en ces temps où l’on est débordé de travail. Elle a été faite dans l’urgence car il ne fallait pas garder cela pour soi.


Même de manière bien peu académique, il m’a semblé important, dans ce contexte très particulier de partager à mes confrères au plus vite de bons résultats d’un traitement empirique sur une maladie très contagieuse, encore bien méconnue et entraînant des pneumopathies atypiques parfois graves et mortelles.


Cette étude clinique, montre la réponse rapide des patients hautement suspects de covid 19 à un protocole très simple : la prise d’un macrolide donné seul dans le groupe I ou combiné à une C3G dans le groupe II, ce qui semble, d’une part, stopper la dégradation de la maladie, et d’autre part, soigner efficacement tous ses symptômes en 24 ou 48h.


C’est étonnant et soulève de nombreuses questions :


En effet, il serait intéressant de savoir si le macrolide a aussi une action virucide même modérée, en complément de son activité contre la surinfection bactérienne et l’inflammation qui en découle.


Le Zithromax a pour sa part fait l’objet de travaux japonais en Octobre 2019 qui ont prouvé son action virucide sur le virus H1N1, avec une bonne description de son mécanisme de lutte contre les infections intra-cellulaires. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31300721/


Cette activité anti-virale s’appliquerait-elle aussi au coronavirus ?


Il serait intéressant de comprendre si certains macrolides ont effectivement des propriétés virucides, si certains seraient plus performants que d’autres, ou s’il s’agit simplement d’un effet de classe. Cette dernière hypothèse semble se confirmer compte-tenu de l’équivalence d’efficacité sur les symptômes lorsque l’on varie les molécules.


Ce qui aurait l’avantage de mettre à l’abri d’une éventuelle pénurie de médicaments macrolides s’ils s’avèrent très sollicités.


Il y a lieu de déterminer s’il faut prolonger le traitement antibiotique tant que l’excrétion virale persiste. Une durée de traitement minimale de 10 à 14 jours semble indiquée pour éviter les rechutes de ces pneumopathies atypiques.


A ce jour, il est très rassurant de constater que tous les patients que j’ai reçus avec ces symptômes sont répondeurs au protocole Macrolide seul (groupe I) ou Macrolide-C3G pour les formes sévères (groupe II). (une quarantaine de patients au 28 mars 2020 et cela ne cesse de croître)


La pandémie actuelle et le pic épidémique qui arrive dans notre pays nécessitent de réagir rapidement pour éviter les hospitalisations, et l’engorgement des hôpitaux.


Compte-tenu :


1/ de la relative innocuité des macrolides, et des céphalosporines, médicaments anciens et bien connus, évidemment dans le respect des contre-indications,


3/ de leur accès facile en Médecine de ville ou à l’Hôpital,


4/ dans l’attente de molécules actives validées, sûres ou innovantes, et d’un vaccin


5/ le rapport bénéfice-risque étant clairement favorable,


6/ lorsque l’hydroxychloroquine n’est pas envisageable chez certains patients ou mal tolérée


6/ il serait sans doute bénéfique d’en faire profiter sans tarder aux personnes touchées par ce virus, surtout les plus vulnérables, âgées, qui sont malheureusement variables d’ajustement dans cette période de pandémie.


Je n’ai pas testé les formes injectables des macrolides (Erythromycine, Rovamycine), qui pourraient être utiles auprès des personnes âgées ou dépendantes. Ce médicament tout simple n’est certes pas le premier envisagé dans les structures hospitalières habituées à utiliser des molécules à plus large spectre, mais il pourrait retrouver sa place dans ce contexte épidémique.


Il serait important que d’autres confrères s’engagent dans cette démarche d’appliquer ce protocole et communiquent leurs résultats pour conforter cette analyse. Le risque pour les patients est faible, par contre le bénéfice attendu est important en l’absence de traitement spécifique validé du covid-19. Car il est évident que les procédures engagées par les autorités entraînent des délais qui ne sont pas adaptés à l’urgence de la situation de terrain, qui nécessite des solutions applicables immédiatement.


Et ce, pour éviter la perte de chance et sauver des vies humaines quand on commence à entrevoir des traitements actifs.


Des études prospectives seraient à entreprendre, en faisant tester les patients dans des Ehpad ou des services hospitaliers et permettraient, je l’espère, de confirmer ces bons résultats et de conforter l’espoir qu’ils suscitent.


Avec mes salutations respectueuses et dévouées.


Dr Sabine PALIARD-FRANCO

38 10 76 26 4
4 ch de l’Orge, 38 690 CHABONS
 
Son fils Philippe Paliard  a publié sur son site Facebook une page d'hommage à sa mère.
https://web.archive.org/web/20200411151906/https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10221797991437151&set=a.10201824586194503&type=3


Je suis TRÈS fier de ma mère, le Dr Sabine Paliard-Franco, qui a guéri 100% de ses patients atteints du coronavirus.

Depuis plus d’un mois, ma mère est confrontée à plusieurs patients présentant les symptômes du Covid-19. Dans sa commune du Nord-Isère, de nombreuses personnes travaillent à Lyon, ville fortement touchée par l’épidémie.

En l’absence de piste de traitement pour ses patients –car c’était avant les premières apparitions publiques du Pr Raoult–, elle décide alors de leur prescrire une combinaison « Macrolide + C3G » : deux familles d’antibiotiques bien connus, très peu chers et faciles à produire, utilisés depuis 20 ans contre les pneumonies atypiques. Après tout, elle trouve que cela ressemble bien à une pneumonie…

En 24 à 48h, tous les symptômes disparaissent brutalement. Prodigieusement. Cela chez tous ses patients, des formes bénignes aux plus graves !

Quinze personnes présentaient des formes sévères de la maladie, avec des problèmes respiratoires et des terrains à risque (personnes très âgées, fumeurs, diabète, cancer, etc.). Elle imaginait devoir les envoyer aux urgences rapidement, et pensait même ne plus revoir certains d’entre eux.

Mais aucun n’a eu besoin d’aller à l’hôpital. Tous ont intégralement guéri en 24 à 72 heures !

Je peux moi-même témoigner de l’efficacité de ce traitement. Après avoir tenu un bureau de vote la journée du 15 mars pour les municipales, j’ai eu plusieurs symptômes du Covid. Au bout de plusieurs jours, j’étais de plus en plus malade et fatigué. Quand ma mère m’a prescrit ce traitement un matin, j’étais remis sur pied le soir même ! Le lendemain, je n’avais plus aucun symptôme et j’étais en pleine forme.

Quinze personnes, mais près de 80 en incluant les formes moins sévères, ce n’est que le petit échantillon qu’un médecin seul peut produire. Mais face à l’efficacité de son traitement, ma mère a rapidement souhaité partager son expérience à ses collègues. Son protocole de soins a alors été diffusé nationalement par la très sérieuse société française de gériatrie.

Voici les liens :

- Synthèse du 26 mars : http://www.agree-asso.fr/.../123-experiences...
- Formes sévères (groupe II) : https://sfgg.org/.../03/covid-traitement-macrolide-c3g.pdf
- Formes modérées (groupe I) : https://sfgg.org/.../protocole-groupe-i-29-mars-2020-bis...

Ce n’est pas une étude scientifique. Ma mère ne fait pas de recherche. Elle n’est pas payée pour faire des publications scientifiques dans des grandes revues. Elle n’est pas non plus payée par des laboratoires pour promouvoir des traitements à prix exorbitants. Elle ne recherche pas la gloire ni même la moindre publicité. C’est simplement un médecin généraliste, fidèle à son serment d’Hippocrate, qui veut sauver les vies de ses patients.

Depuis, plusieurs praticiens partout en France, mais aussi de nombreux services hospitaliers et EHPAD en Isère, Savoie, Haute-Savoie, dans le Grand Est et en région parisienne appliquent son protocole de soins. De nombreuses vies ont pu être sauvées ! Il y a quelques jours encore, ma mère a reçu les remerciements d’un médecin qui a ainsi pu guérir un patient de 97 ans en insuffisance respiratoire.

Nous avons beaucoup entendu parler du Professeur Raoult et de l’hydroxychloroquine. Le débat s’est vite porté sur cette molécule : traitement miracle pour les uns, inefficace voire même dangereux pour les autres à cause de ses effets secondaires.

Mais ce tumulte nous fait oublier quelque chose : le Professeur Raoult ne donne pas seulement l’hydroxychloroquine. Il la combine avec un antibiotique : l’azithromycine (ou Zithromax). Et qu’est-ce que l’azithromycine ? Un macrolide ! Référez-vous au début du texte : c’est ce que ma mère prescrit à ses patients ! Inutile de vous dire que cela l’a confortée dans sa conviction que son protocole fonctionnait.

Seulement, ma mère n’a jamais prescrit de chloroquine associée au macrolide. Il n’y a donc pas ces risques d’effets secondaires cardiovasculaires.

Et si le traitement miracle, ce n’était pas la chloroquine dont on n’arrête pas de parler ?

Et si c’était le macrolide, donné à la fois par le Pr Raoult, par ma mère et divers autres praticiens avec les mêmes excellents résultats ?

Il y a quelques jours, nous avons découvert la mise en ligne d’un dossier du Haut Conseil de la Santé Publique, daté du 5 mars 2020 et demandé par Jérôme Salomon, directeur Général de la Santé, avec les recommandations de traitement contre le covid-19. Il est écrit noir sur blanc ce même traitement : Macrolide + C3G.

Voici le lien, cela figure page 19/33 du rapport : https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger...

Enfin, pour les personnes ayant des contre-indications aux macrolides, il est possible de se faire prescrire une autre famille d’antibiotiques : les tétracyclines. Une étude américaine a montré leur action virucide contre le covid, et ma mère les a prescrits là-encore avec succès aux personnes qui ne pouvaient pas prendre de macrolides.

Il y a un traitement. Nous savons aujourd’hui qu’il fonctionne. Il sauve des vies chaque jour. Il est peu coûteux, facile à produire en grande quantité. Des institutions importantes commencent à diffuser cette information.

Relayez ce message. Car si vous ou l’un de vos proches est touché par le Covid, demandez à ce que l’on donne ce traitement.

L’heure est trop grave. Tant de personnes meurent chaque jour dans le monde de ce virus. Les réseaux sociaux peuvent nous aider à sauver ces vies.

Alors s’il vous plaît, partagez, partagez !

Voir également sur le sujet la vidéo YouTube de Silvano Trotta parue le 11 avril 2020.
https://youtu.be/giyZvits7DU
 
En complément, un article de l'Est Républicain du 11 avril 2020 sur un autre médecin de Moselle, le docteur Jean-Jacques Erbstein, qui a aussi d'excellents résultats en donnant des macrolides.
https://www.estrepublicain.fr/sante/2020/04/11/un-medecin-mosellan-constate-l-efficacite-d-un-protocole-a-base-d-azithromycine
 

Un médecin mosellan constate l’efficacité d’un protocole à base d’azithromycine

Deux médecins mosellans et l’une de leurs consœurs belges semblent avoir mis au point une combinaison médicamenteuse efficace contre le coronavirus. Tablant sur l’azithromycine sans recourir à l’hydroxychloroquine prônée par l’infectiologue Didier Raoult, ils ont constaté une chute nette des hospitalisations de leurs patients traités.


Par Thierry FEDRIGO - 11 avr. 2020 à 06:30 - Temps de lecture : 3 min


Jean-Jacques Erbstein, médecin à Créhange, a mis au point un protocole médicamenteux pour combattre le coronavirus. Photo RL /Thierry SANCHIS


Il avance à pas de loup sachant le sujet épineux, mais il ne s’en montre pas moins enthousiaste. Médecin généraliste à Créhange, Jean-Jacques Erbstein a testé sur ses patients atteints par le coronavirus, un protocole médicamenteux excluant la controversée hydroxychloroquine, mais mettant en avant l’azithromycine qui entre, elle aussi, dans la combinaison thérapeutique prônée par le professeur marseillais Didier Raoult. Et ses observations sont étonnantes. « Depuis quinze jours que j’expérimente cette formule, je n’ai plus ni décès, ni hospitalisation », affirme le praticien.


Prudents


Le traitement, assemblant plusieurs substances actives, découle de discussions menées sur le groupe Facebook médical « Le Divan des médecins » avec un confrère mosellan, Denis Gastaldi, et une consœur belge, Olivia Van Steen Berghe. « On a réfléchi ensemble à des alternatives thérapeutiques en se disant que par rapport à l’hydroxychloroquine, on allait rester prudent. Le professeur Raoult parle d’une association entre l’hydroxychloroquine et l’azithromycine. Or, ce dernier médicament, je le connais très bien et je l’aime beaucoup parce qu’il a trois propriétés reconnues : c’est un antibiotique de la famille des macrolides, il stimule une réaction antivirale alors que ce n’est pas un antiviral, et il a une action anti-inflammatoire pulmonaire. Je le prescris au long cours aux gens qui ont des bronchites chroniques parce qu’il évite les surinfections et des hospitalisations itératives. »


À l’azithromycine, Jean-Jacques Erbstein a allié le Singulair, une molécule utilisée dans le traitement de l’asthme pour son action anti-inflammatoire. « Ensuite, on a pensé à incorporer du zinc dans le protocole pour renforcer l’action de l’azithromycine », poursuit le médecin. Puis, en dernier lieu, afin de juguler les complications de type phlébite et embolie pulmonaire, il a été ajouté au protocole une injection quotidienne d’un anticoagulant, l’héparine, à « dose préventive ».


Méthode empirique


« Depuis qu’on applique ce protocole, c’est simple, on n’a plus d’hospitalisation. J’ai un retour positif sur une trentaine de patients. Le docteur Gastaldi, sur une bonne centaine. Et le docteur Olivia Van Steen Berghe, sur une trentaine également », dénombre Jean-Jacques Erbstein tout précisant bien que ses conclusions ne reposent pas sur une étude scientifique consolidée : « C’est sûr, on n’a pas de comparaison. Notre méthode est très empirique. Mais, le résultat est là. »


Le traitement est administré au début de la maladie, lorsque l’infection est diagnostiquée. « Coïncidence, fruits du hasard, je ne sais pas… En tout cas, ça a l’air de bien se passer », termine le thérapeute qui a systématisé sa médication et est convaincu qu’il y a là matière à pousser la réflexion sur l’emploi de cet antibiotique contre le Covid-19 à l’heure où tout le monde se « focalise sur l’hydroxychloroquine, sans vraiment s’intéresser à l’azithromycine », prédominante dans le protocole du professeur Raoult.
 
Bonne lecture à tous... pleine d'espoir en ces temps compliqués et douloureux... Merci Mediapart de nous permettre le partage de l'information !

En espérant que les scientifiques creusent cette piste intéressante, ce qu'ils font sûrement déjà ? En espérant que les médias et Mediapart relaient les informations données par ces deux médecins ? Et MERCI aux soignants.
 
Pour information, une vidéo vient d'être mise sur YouTube le 15 avril utilisant le titre de mon article et le chapô. Je ne suis pas du tout à l'origine de cette mise en ligne, je ne connais pas cet abonné YouTube.


Par ailleurs, je n'ai mis cet article que sur mon blog Mediapart. Il circule sur internet sur les sites d'associations diverses et variées que je ne connais pas, je ne suis pas à l'origine de ces autres mises en ligne.

 
 A lire sur le sujet l'article de Libération paru le 15 avril 2020
https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/15/l-antibiotique-azithromycine-est-il-vraiment-efficace-contre-le-covid-comme-l-affirme-cette-publicat_1785212
 
>>> REMÈDE 100% EFFICACE contre le COVID-19 (Dr Sabine PALIARD-FRANCO) avec les 4 PDF
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8695
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty Re: News au 24 avril 2020

Message par Gilbert Chevalier Ven 24 Avr - 21:15

- 4 -

par basicblog (abonné de Mediapart), le 16 avril 2020

Les effets des macrolides et associés semblent quasi immédiats. Le document cité dans mon dernier billet avait disparu. Je le restitue ici. Résultats à confirmer dans 6 mois par un protocole sur-vérouillé, après la bataille. À moins que... (protocole-groupe-i-29-mars-2020-bis-suspicions-covid-19-docx)


RETOUR D’EXPÉRIENCE
sur la prise en charge de MALADES SUSPECTS DE COVID 19 :
GROUPE I
CABINET MÉDICAL DE CHABONS.
Dr Sabine PALIARD-FRANCO

(nom du fichier original : protocole-groupe-i-29-mars-2020-bis-suspicions-covid-19-docx)

Suite à ma communication du 26 mars 2020 concernant les patients suspects de Covid-19 sévères (de groupe II) vous trouverez ci-dessous les graphes montrant l’évolution des symptômes des 24 patients ayant fait une forme modérée de syndrome grippal atypique (de groupe I), et pour lesquels je pensais qu’ils devaient quand même bénéficier d’un traitement et d’une surveillance rapprochée :

Les critères d’instauration du traitement sont les suivants : Durée d’évolution supérieure à 5 jours, toux sèche persistante, dyspnée, signes généraux marqués, fièvre prolongée, rechute d’une toux après un semblant de guérison à la 2e semaine entre J7 et J10... Facteurs de risque respiratoires et cardio-vasculaires, maladie auto-immune, cancer. Tabagisme, surpoids. Terrain allergique. Contexte
social.

Les patients ont tous reçu au moins un Macrolide (Zithromax, Zeclar, Rulid ou Josacine) et dans les cas présentant une pneumopathie mal tolérée, une association avec une C3G (CEFTRIAXONE) ou Cefpodoxime. J’ai prescrit le macrolide seul aux patients chez lesquels je constatais l’existence d’un syndrome bronchique avec pneumonie atypique, bilatérale, avec diminution du murmure vésiculaire et dyspnée, et une C3G en plus en cas de signes ORL marqués ou d’infections pulmonaires basses, franches lobaires aiguës. Car l’on constate lors de ce syndrome grippal une atteinte de tout l’arbre respiratoire à différents niveaux.

Nous avons suivi les patients chaque jour et relevé l’état les symptômes, au démarrage de la maladie, au jour d’instauration du traitement (noté T) et les 3 jours suivants (T1,T2,T3).

Les symptômes étudiés sont la toux, la fièvre, la dyspnée, l’asthénie, les troubles digestifs, les
céphalées et les signes ORL (maux de gorge, obstruction nasale, anosmie et agueusie).


News au 24 avril 2020 Capture-d-e-cran-2020-04-16-a-17-05-19

Après instauration du traitement au temps T, l’on constate la disparition rapidement progressive de la toux : 50 % des patients n’ont plus de toux en 24h, et plus personne ne se plaint de toux à 72h. La lutte contre ce symptôme contribuant à la réduction du risque de contagion par projection de gouttelettes.
 
News au 24 avril 2020 Capture-d-e-cran-2020-04-16-a-17-05-28

News au 24 avril 2020 Capture-d-e-cran-2020-04-16-a-17-05-52

News au 24 avril 2020 Capture-d-e-cran-2020-04-16-a-17-06-01

En à peine 24h de traitement, la fatigue diminue nettement, la plupart des patients retrouvant un bien meilleur état général.
 
News au 24 avril 2020 Capture-d-e-cran-2020-04-16-a-17-06-09

News au 24 avril 2020 Capture-d-e-cran-2020-04-16-a-17-06-19

Les patients ayant présenté des troubles digestifs inauguraux à type de douleurs abdominales fébriles, syndrome septique, diarrhée ou vomissements, ont reçu :

- soit une fluoroquinolone plus axée sur les symptômes coliques.

- soit un macrolide s’ils présentaient secondairement des signes respiratoires une fois la crise digestive passée.


News au 24 avril 2020 Capture-d-e-cran-2020-04-16-a-17-06-30

Les céphalées présentes chez 1/3 des patients cèdent en à peine 24 h de traitement chez 3 patients sur 4 et chez tous les patients en 3 jours.
 
News au 24 avril 2020 Capture-d-e-cran-2020-04-16-a-17-06-46

Près de 50% des patients présentaient des douleurs musculaires ou articulaires.

Les myalgies étant un signal d’alarme chez les patients, associées à une baisse de l’état général, et fréquemment de l’anxiété, cèdent en 48 heures avec le traitement.

Divers points :

1) Il faut noter que les patients n’ont pas tous été pris en charge au même stade de la maladie
(entre J5 et J 20)

2) Il est remarquable que les patients présentent de nombreux symptômes qui cèdent tous dans le même délai de 48h, ce qui par conséquent écarte l’hypothèse d’une simple élimination naturelle du virus dans ce processus de guérison.

3) Les patients pour lesquels nous avons le plus de recul ne présentent plus de symptômes.

4) J’ai utilisé 4 macrolides différents, et n’ai pas remarqué de différence d’efficacité, mais seulement de tolérance digestive.

Conclusion
:

Le covid-19, ce coronavirus venu d’Orient qui nous occupe depuis plusieurs mois partout dans le monde, génère de l’angoisse chez des milliards d’individus confinés, fait des dégâts humains et économiques considérables, même dans des pays développés qui n’avaient pas vu venir la catastrophe.

Cette communication de la part d’un médecin généraliste n’était pas préméditée, surtout en ces temps où l’on est débordé de travail. Elle a été faite dans l’urgence car il ne fallait pas garder cela pour soi.

Même de manière bien peu académique, il m’a semblé important, dans ce contexte très particulier de partager à mes confrères au plus vite de bons résultats d’un traitement empirique sur une maladie très contagieuse, encore bien méconnue et entraînant des pneumopathies atypiques parfois graves et mortelles.

Cette étude clinique, montre la réponse rapide des patients hautement suspects de covid 19 à un protocole très simple : la prise d’un macrolide donné seul dans le groupe I ou combiné à une C3G dans le groupe II, ce qui semble, d’une part, stopper la dégradation de la maladie, et d’autre part, soigner efficacement tous ses symptômes en 24 ou 48h.

C’est étonnant et soulève de nombreuses questions :

En effet, il serait intéressant de savoir si le macrolide a aussi une action virucide même modérée, en complément de son activité contre la surinfection bactérienne et l’inflammation qui en découle.

Le Zithromax a pour sa part fait l’objet de travaux japonais en Octobre 2019 qui ont prouvé son action virucide sur le virus H1N1, avec une bonne description de son mécanisme de lutte contre les infections intra-cellulaires. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31300721/

Cette activité anti-virale s’appliquerait-elle aussi au coronavirus ? Il serait intéressant de comprendre si certains macrolides ont effectivement des propriétés virucides, si certains seraient plus performants que d’autres, ou s’il s’agit simplement d’un effet de
classe. Cette dernière hypothèse semble se confirmer compte-tenu de l’équivalence d’efficacité sur
les symptômes lorsque l’on varie les molécules.

Ce qui aurait l’avantage de mettre à l’abri d’une éventuelle pénurie de médicaments macrolides s’ils s’avèrent très sollicités.

Il y a lieu de déterminer s’il faut prolonger le traitement antibiotique tant que l’excrétion virale persiste. Une durée de traitement minimale de 10 à 14 jours semble indiquée pour éviter les rechutes de ces pneumopathies atypiques.

A ce jour, il est très rassurant de constater que tous les patients que j’ai reçus avec ces symptômes sont répondeurs au protocole Macrolide seul (groupe I) ou Macrolide-C3G pour les formes sévères (groupe II). (une quarantaine de patients au 28 mars 2020 et cela ne cesse de croître)

La pandémie actuelle et le pic épidémique qui arrive dans notre pays nécessitent de réagir rapidement pour éviter les hospitalisations, et l’engorgement des hôpitaux.

Compte-tenu :


1/ de la relative innocuité des macrolides, et des céphalosporines, médicaments anciens et bien
connus, évidemment dans le respect des contre-indications,

3/ de leur accès facile en Médecine de ville ou à l’Hôpital,

4/ dans l’attente de molécules actives validées, sûres ou innovantes, et d’un vaccin

5/ le rapport bénéfice-risque étant clairement favorable,

6/ lorsque l’hydroxychloroquine n’est pas envisageable chez certains patients ou mal tolérée

7/ il serait sans doute bénéfique d’en faire profiter sans tarder aux personnes touchées par ce virus, surtout les plus vulnérables, âgées, qui sont malheureusement variables d’ajustement dans cette période de pandémie.

Je n’ai pas testé les formes injectables des macrolides (Erythromycine, Rovamycine), qui pourraient être utiles auprès des personnes âgées ou dépendantes. Ce médicament tout simple n’est certes pas le premier envisagé dans les structures hospitalières habituées à utiliser des molécules à plus large spectre, mais il pourrait retrouver sa place dans ce contexte épidémique.

Il serait important que d’autres confrères s’engagent dans cette démarche d’appliquer ce protocole et communiquent leurs résultats pour conforter cette analyse. Le risque pour les patients est faible, par contre le bénéfice attendu est important en l’absence de traitement spécifique validé du covid-19. Car il est évident que les procédures engagées par les autorités entraînent des délais qui ne sont pas adaptés à l’urgence de la situation de terrain, qui nécessite des solutions applicables immédiatement.

Et ce, pour éviter la perte de chance et sauver des vies humaines quand on commence à entrevoir des traitements actifs.

Des études prospectives seraient à entreprendre, en faisant tester les patients dans des Ehpad ou des services hospitaliers et permettraient, je l’espère, de confirmer ces bons résultats et de conforter l’espoir qu’ils suscitent.

Avec mes salutations respectueuses et dévouées.
Dr Sabine PALIARD-FRANCO
38 10 76 26 4
4 ch de l’Orge, 38 690 CHABONS
>>> REMÈDE 100% EFFICACE contre le COVID-19 (Dr Sabine PALIARD-FRANCO) avec les 4 PDF
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8695
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty Re: News au 24 avril 2020

Message par Gilbert Chevalier Ven 24 Avr - 21:53

- 5 -
COVID-19 :
ARTICLE du 16 avril 2020 DISPARU
MAIS CONSERVÉ à TEMPS



Le Dr Paliard
16 avril 2020/dans Corona, Les actualités /

Cet article [Le Dr SABINE PALIARD-FRANCO a GUÉRI 100% de ses PATIENTS ATTEINTS du CORONAVIRUS] a été retiré à la demande bienveillante du Dr Sabine Paliard-Franco pour lui permettre de travailler en toute sérénité.

Cependant l’information est passée, ce qui est le plus important.

A noter que ce traitement est semblable à celui des 3 médecins généralistes dont nous avions relayé également un article dans cette Lettre : https://www.lessymboles.com/coronavirus-trois-medecins-generalistes-trouvent-des-traitements-efficaces/

Il est intéressant de voir aujourd’hui qu’un certain nombre d’avancées thérapeutiques viennent des médecins généralistes de terrain et que les informations se recoupent.
 
 
Article paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 293
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8695
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty Re: News au 24 avril 2020

Message par Gilbert Chevalier Ven 24 Avr - 22:03

- 6 -

News au 24 avril 2020 Dr_sab11


(==> English translation at the end)

Je suis TRÈS fier de ma mère, le Dr Sabine Paliard-Franco, qui a guéri 100% de ses patients atteints du coronavirus.

Depuis plus d’un mois, ma mère est confrontée à plusieurs patients présentant les symptômes du Covid-19. Dans sa commune du Nord-Isère, de nombreuses personnes travaillent à Lyon, ville fortement touchée par l’épidémie.

En l’absence de piste de traitement pour ses patients –car c’était avant les premières apparitions publiques du Pr Raoult–, elle décide alors de leur prescrire une combinaison « Macrolide + C3G » : deux familles d’antibiotiques bien connus, très peu chers et faciles à produire, utilisés depuis 20 ans contre les pneumonies atypiques. Après tout, elle trouve que cela ressemble bien à une pneumonie…

En 24 à 48h, tous les symptômes disparaissent brutalement. Prodigieusement. Cela chez tous ses patients, des formes bénignes aux plus graves !

Quinze personnes présentaient des formes sévères de la maladie, avec des problèmes respiratoires et des terrains à risque (personnes très âgées, fumeurs, diabète, cancer, etc.). Elle imaginait devoir les envoyer aux urgences rapidement, et pensait même ne plus revoir certains d’entre eux.

Mais aucun n’a eu besoin d’aller à l’hôpital. Tous ont intégralement guéri en 24 à 72 heures !

Je peux moi-même témoigner de l’efficacité de ce traitement. Après avoir tenu un bureau de vote la journée du 15 mars pour les municipales, j’ai eu plusieurs symptômes du Covid. Au bout de plusieurs jours, j’étais de plus en plus malade et fatigué. Quand ma mère m’a prescrit ce traitement un matin, j’étais remis sur pied le soir même ! Le lendemain, je n’avais plus aucun symptôme et j’étais en pleine forme.

Quinze personnes, mais près de 80 en incluant les formes moins sévères, ce n’est que le petit échantillon qu’un médecin seul peut produire. Mais face à l’efficacité de son traitement, ma mère a rapidement souhaité partager son expérience à ses collègues. Son protocole de soins a alors été diffusé nationalement par la très sérieuse société française de gériatrie.

Voici les liens :

- Synthèse du 26 mars : http://www.agree-asso.fr/…/a…/123-experiences-territoriales…
(Edit du 11 avril : Les liens suivants ne sont pas fonctionnels car facebook modifie les liens. Je vous invite donc à copier les liens ci-dessous dans votre URL, sans les guillemets, et remplacer l'étoile par un point.)

- Formes sévères (groupe II) : "https://sfgg*org/media/2020/03/covid-traitement-macrolide-c3g.pdf"

- Formes modérées (groupe I) : "https://sfgg*org/media/2020/03/protocole-groupe-i-29-mars-2020-bis-suspicions-covid-19-docx.pdf"

Ce n’est pas une étude scientifique. Ma mère ne fait pas de recherche. Elle n’est pas payée pour faire des publications scientifiques dans des grandes revues. Elle n’est pas non plus payée par des laboratoires pour promouvoir des traitements à prix exorbitants. Elle ne recherche pas la gloire ni même la moindre publicité. C’est simplement un médecin généraliste, fidèle à son serment d’Hippocrate, qui veut sauver les vies de ses patients.

Depuis, plusieurs praticiens partout en France, mais aussi de nombreux services hospitaliers et EHPAD en Isère, Savoie, Haute-Savoie, dans le Grand Est et en région parisienne appliquent son protocole de soins. De nombreuses vies ont pu être sauvées ! Il y a quelques jours encore, ma mère a reçu les remerciements d’un médecin qui a ainsi pu guérir un patient de 97 ans en insuffisance respiratoire.

Nous avons beaucoup entendu parler du Professeur Raoult et de l’hydroxychloroquine. Le débat s’est vite porté sur cette molécule : traitement miracle pour les uns, inefficace voire même dangereux pour les autres à cause de ses effets secondaires.

Mais ce tumulte nous fait oublier quelque chose : le Professeur Raoult ne donne pas seulement l’hydroxychloroquine. Il la combine avec un antibiotique : l’azithromycine (ou Zithromax). Et qu’est-ce que l’azithromycine ? Un macrolide ! Référez-vous au début du texte : c’est ce que ma mère prescrit à ses patients ! Inutile de vous dire que cela l’a confortée dans sa conviction que son protocole fonctionnait.

Seulement, ma mère n’a jamais prescrit de chloroquine associée au macrolide. Il n’y a donc pas ces risques d’effets secondaires cardiovasculaires.

Et si le traitement miracle, ce n’était pas la chloroquine dont on n’arrête pas de parler ?

Et si c’était le macrolide, donné à la fois par le Pr Raoult, par ma mère et divers autres praticiens avec les mêmes excellents résultats ?

Il y a quelques jours, nous avons découvert la mise en ligne d’un dossier du Haut Conseil de la Santé Publique, daté du 5 mars 2020 et demandé par Jérôme Salomon, directeur Général de la Santé, avec les recommandations de traitement contre le covid-19. Il est écrit noir sur blanc ce même traitement : Macrolide + C3G.

Voici le lien, cela figure page 19/33 du rapport : https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger…

Enfin, pour les personnes ayant des contre-indications aux macrolides, il est possible de se faire prescrire une autre famille d’antibiotiques : les tétracyclines. Une étude américaine a montré leur action virucide contre le covid, et ma mère les a prescrits là-encore avec succès aux personnes qui ne pouvaient pas prendre de macrolides.

Il y a un traitement. Nous savons aujourd’hui qu’il fonctionne. Il sauve des vies chaque jour. Il est peu coûteux, facile à produire en grande quantité. Des institutions importantes commencent à diffuser cette information.

Relayez ce message. Car si vous ou l’un de vos proches est touché par le Covid, demandez à ce que l’on donne ce traitement.

Évidemment, bien que très répandu et quand bien même recommandé par le haut conseil de santé publique, tout traitement comporte des effets indésirables et contre-indications. Donc pas d'auto-médication, passez toujours par un médecin.

L’heure est trop grave. Tant de personnes meurent chaque jour dans le monde de ce virus. Les réseaux sociaux peuvent nous aider à sauver ces vies.

Alors s’il vous plaît, partagez, partagez !

==

Version anglaise ci-dessous. English version below.
Un grand Merci au professeur de médecine qui m'a fait parvenir cette traduction.
Many thanks to the Professor of Medicine who sent me this translation.

==

I am VERY proud of my mother, Dr. Sabine Paliard-Franco, who has cured 100% of her coronavirus patients.

For more than a month, my mother has been dealing with several patients with the symptoms of Covid-19. In his commune of Nord-Isère, many people work in Lyon, a city strongly affected by the epidemic.

In the absence of a treatment pathway for her patients - because it was before the first public appearances of Pr Raoult -, she then decided to prescribe a combination of “Macrolide + C3G (3rd generation oral cephalosporins)” to them: two families of well-known antibiotics, very few expensive and easy to produce, used for 20 years against atypical pneumonia. After all, she thinks it looks like pneumonia…

In 24 to 48 hours, all the symptoms suddenly disappear. Prodigiously. This for all her patients, from mild to severe forms!

Fifteen people presented severe forms of the disease, with respiratory problems and areas at risk (very old people, smokers, diabetes, cancer, etc.). She imagined having to send them to the emergency room quickly, and even thought that she would never see some of them again.

But none of them needed to go to the hospital. All were fully healed in 24 to 72 hours!

I can attest to the effectiveness of this treatment myself. After running a polling station on March 15 for the municipal elections, I had several symptoms of the Covid. After several days, I became more and more sick and tired. When my mother prescribed this treatment for me one morning, I was back on my feet the same evening! The next day, I had no symptoms and I was in great shape.

Fifteen people, but almost 80 including the less severe forms, is only the small sample that only a doctor can produce. But faced with the effectiveness of her treatment, my mother quickly wanted to share her experience with her colleagues. His treatment protocol was then disseminated nationally by the very serious French geriatric society.

Here are the links (French):

-26 march letter : http://www.agree-asso.fr/…/a…/123-experiences-territoriales…
(Edit- april 11th avril : the links below don't work because Facebook modifies links on its app. So please copy paste the links below and change the star into a dot.)

- (group II) : "https://sfgg*org/media/2020/03/covid-traitement-macrolide-c3g.pdf"

- (group I) : "https://sfgg*org/media/2020/03/protocole-groupe-i-29-mars-2020-bis-suspicions-covid-19-docx.pdf"

It is not a scientific study. My mother is not a researcher. She is not paid to do scientific publications in major journals. Nor is it paid by pharmaceutical industry to promote treatments at exorbitant prices. She does not seek glory or even the slightest publicity. He's just a general practitioner, true to his Hippocratic oath, who wants to save the lives of the patients that she takes care.

Since then, several practitioners throughout France, but also many hospital services and nursing homes in Isère, Savoie, Haute-Savoie, in the French Grand Est Region and in the Paris region have applied its treatment protocol. Many lives have been saved! Just a few days ago, my mother received thanks from a doctor who was able to cure a 97-year-old patient with respiratory failure.

We have heard a lot in France about Professor Raoult from Marseilles and hydroxychloroquine. The debate quickly focused on this molecule: miracle treatment for some, ineffective or even dangerous for others because of its side effects.

But this uproar makes us forget something: Professor Raoult does not only give hydroxychloroquine. He combines it with an antibiotic: azithromycin (or Zithromax). And what is azithromycin? A macrolide! Refer to the beginning of the text: this is what my mother prescribed for her patients! Needless to say, it comforted her in her belief that her protocol worked.

Only, my mother never prescribed chloroquine associated with the macrolide. So there is no such risk of cardiovascular side effects.

And if the miracle treatment, it was not chloroquine that we keep talking about?

What if it was the macrolide, given by Prof. Raoult, by my mother and various other practitioners with the same excellent results?

A few days ago, we discovered that a file from the French High Council for Public Health, dated March 5, 2020, was put online and requested by Jérôme Salomon, Director General of Health, with recommendations for treatment against Covid -19. The same treatment is written black on white: Macrolide + C3G.

Here is the link, it appears on page 19/33 of the report: https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger

Finally, for people with macrolide contraindications, it is possible to be prescribed another family of antibiotics: tetracyclines. An American study showed their virucidal action against Covid, and my mother again successfully prescribed them for people who couldn't take macrolides.

There is a treatment. We know today that it works. It saves lives every day. It is inexpensive, easy to produce in large quantities. Major institutions are beginning to disseminate this information.

Relay this message. Because if you or someone close to you is affected by Covid, ask for this treatment.

The hour is too serious. So many people in the world die from this virus every day. Social media can help us save these lives.

So please share, share!
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8695
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty Re: News au 24 avril 2020

Message par Gilbert Chevalier Ven 24 Avr - 22:23

- 7 -

par basicblog (abonné de Mediapart), le 16 avril 2020

Pour faire plaisir aux scientifiques de l’INSERM, de l’institut Pasteur ou du CNRS qui ont fait la leçon aux pauvres citoyens que nous sommes, incapables d’évaluer par nous-même la fiabilité d’un essai thérapeutique, nous commencerons par leur parler CHIFFRES.

À l’heure actuelle, l’IHU de Marseille a administré le cocktail chloroquine-azythromicine à 2628 patients confirmés atteints du Covid-19, dont 10 d’entre eux sont décédés. Le taux de mortalité est donc de 0.38%, c’est-à-dire dans la fourchette classique d’une petite grippe saisonnière située entre 0.2% et 0.5% de taux de mortalité.

Mais ce résultat est probablement pessimiste, car le nombre de morts est très faible. Il suffit que deux patients aient reçu les soins avec un état pneumonique trop avancé, or le traitement est préconisé avant l’infection pulmonaire. On passerait à un taux de mortalité de 0.3% au lieu de 0.38% avec seulement deux cas.

Représentativité et méthode


Les détracteurs du milieu biomédical ont mis en cause la fiabilité de l’évaluation du Dr Raoult. L’absence de groupe placebo, notamment, fait qu’il n’y a pas de données de référence permettant de comparer un groupe homogène ayant reçu les soins, avec un groupe homogène n’ayant pas reçu les mêmes soins. Sans cette référence, les sources d’erreur sont multiples. Les tests de dépistage du covid-19 effectués à Marseille pourraient être défectueux, ou même trafiqués intentionnellement. Restons sur la première hypothèse : les tests seraient si défectueux que les patients testés positifs sont en fait majoritairement négatifs. Le Dr Raoult ne “guérirait“ que des gens qui ne sont pas malades, ce que tout le monde sait faire. Le scepticisme de certains spécialistes était donc légitime, même si bien souvent ils se réfugiaient derrière le non-respect du « protocole scientifique », très pratique pour ne pas rentrer dans les détails ; leur fin de non-recevoir repousse l’utilisation de la chloroquine aux calendes grecques de l’essai Discovery piloté par l’INSERM, qui ne mentionne même pas l’azithromycine.

Une attitude naturelle eut été d’aller chercher les informations : des études chinoises, celle du Pr Seydi "vainqueur d'Ebola" au Sénégal, faites chacune sur à peu près 100 personnes, comblent en partie les incertitudes. Ce sont des médecins différents, avec des méthodes de dépistage différentes, et des groupes de gens malades composées dans des conditions différentes. Ni les autorités françaises, ni les diplomates, ni les spécialistes n’ont cherché à en savoir plus. C’était pourtant un complément essentiel et immédiat à la première étude de l’IHU portant sur 26 personnes.

Le Dr Raoult a depuis publié un deuxième rapport basé sur plus de 1000 patients confirmés contaminés par le Covid, au vu du dépistage. La moyenne d’âge de l’essai est de 43 ans, avec une moyenne d’âge nationale de 42 ans selon l’INSEE. La représentativité est donc excellente en termes de vieillesse. Les données sont cumulatives, les 2623 cas annoncés le 12 avril incluent les 1000 précédents, la moyenne d’âge n’a donc pas pu varier outre mesure, d’autant que la sélection se fait depuis le début par volontariat et ordre d’arrivée à l’hôpital. Contrairement aux essais thérapeutiques contrôlés du type Discovery, qui incluent des molécules assez peu connues comme le Remdesivir (autorisé par dérogation en 2019 en France, dans le cadre de la crise du virus Ebola), la chloroquine, dont les effets secondaires sont archi-connus, permet de traiter des milliers de patients sans faire prendre des risques déraisonnables aux patients.

Cet aspect est fondamental puisque ce sont précisément les propriétés statistiques des grands nombres qui confèrent à la méthode pragmatique et éthique du Dr Raoult, un niveau de crédibilité « scientifique ». Je conserve les guillemets puisque la médecine n’est pas une science « dure ». À ce titre, dire que l’essai Discovery portant sur quelques dizaines de personnes, groupes placebo inclus, est plus « scientifique » que la méthode pragmatique faite sur des centaines ou des milliers de personnes, avec de surcroit une molécule prescrite depuis 70 ans, est un jugement totalement arbitraire. Il n’est pas nécessaire de rappeler le scandale du Mediator, validé par des essais « scientifiques » : notre raisonnement exclut les questions de corruption.

Validité statistique


L’échantillon statistique est un ensemble d’individus représentatifs d’une population. Cette population est divisée en catégories selon l’objectif recherché, en l’occurrence l’état de santé des patients. Le nombre de catégories de population étant limité à quelques-unes (jeune, vieux, à risque…), un échantillon de mille personnes est considéré comme très correct. La formule mathématique est donnée sur ce wikipedia, dans le cas d’un tirage aléatoire. Cela se comprend aisément : s’il y a 500 catégories de population qui réagissent différemment à une cause donnée, un échantillon de 1000 cas ne fournit que 2 personnes par catégories, ce qui est statistiquement insuffisant.

Les tests du Dr Raoult ne sont pas vraiment aléatoires, puisque les patients font d’eux-mêmes le choix de se faire dépister à l’hôpital et/ou de suivre le traitement. Certains viennent sans aucun symptôme (par précaution, curiosité, prévenance pour des gens fragiles qu’ils côtoient…), d’autres parce qu’ils sont inquiets (car fragiles, âgés, hypocondriaques, stressés…), d’autres parce qu’ils ont les symptômes… Au vu du rapport intermédiaire basé sur 80 malades, il apparait que la proportion de gens à risques est très élevée : 57% « avaient au moins une affection chronique connue comme facteur de risque pour la forme sévère du Covid-19, diabètes ou maladie respiratoire chronique le plus fréquemment ».

Dans la recherche ou l’industrie, cela s’appelle un « pire cas » : si un processus de fabrication fonctionne dans des conditions « pire cas », c’est qu’il est robuste. Les chances de voir apparaitre un problème sur un temps long sont faibles. C’est clairement le cas de l’essai à 80 personnes, où très logiquement les personnes le plus inquiètes où mal en point étaient les plus nombreuses. Seule une personne de 86 ans était morte après traitement chloroquine/azithromycine.

L’IHU a ensuite publié le bilan des 1061 cas traités dans le service, dont voici un extrait de données:

News au 24 avril 2020 Tableau-1061cas-maladieschroniques
Extrait de l'étude sur 1061 personnes, IHU de Marseille.

On voit que 44.6% des personnes ont au moins une maladie chronique sérieuse, à comparer à la population nationale qui compte 35% d’affectés chroniques de tous ordres, selon l’Assurance Maladie. Encore une fois, l’échantillon humain de l’IHU est un « pire cas ».  Il n’y avait pourtant que 5 personnes sur 1061 décédées au moment de la publication. Le Dr Raoult conclut son rapport ainsi :

« La mortalité était significativement plus faible chez les patients qui avaient reçu plus de 3 jours de HCQ-AZ [chloroquine/azithromycine] que chez les patients traités avec d'autres schémas à la fois à l'IHU et dans tous les hôpitaux publics de Marseille.

Interprétation


La combinaison HCQ-AZ, lorsqu'elle est mise en œuvre immédiatement après le diagnostic, est un traitement sûr et efficace pour le COVID-19, avec un taux de mortalité de 0,5%, qui touche les patients âgés. Elle évite l'aggravation de la maladie et élimine la persistance et la contagiosité du virus dans la plupart des cas. 
»

Un autre critère très important est le délai entre l’apparition des symptômes et le début des soins. Le délai médian est de 4 à 6 jours, selon le tableau publié. Le professeur Raoult insiste sur l’importance de commencer le traitement au plus tôt, car s’il est efficace pour traiter le virus, il n’est pas adapté pour traiter la pneumonie elle-même. Didier Raoult n’arrête pas de le répéter : l’hydroxy-chloroquine seule est modérément efficace, c’est l’association avec l’azithromycine qui fait toute la différence. Il faudrait l’expliquer à Laurent Alexandre, un ancien chirurgien très porté sur les questions de transhumanisme, apôtre des manipulations génétiques, abonné aux comités d’éthique parlementaires ; voici son tweet :

News au 24 avril 2020 Laurent-alexandre-contra-chloroquine

Ce message est une merveille de manipulation et de soumission au culte des « standards internationaux ». Sans l’azithromycine, c’est juste normal que l’étude n’y trouve pas d’efficacité particulière (*a). On peut douter qu’elle ait respecté les « standards » puisqu’elle a été réalisée en pleine crise chinoise ; déplorant des conditions difficiles (« challenging »), les médecins notent que « les futurs essais devraient envisager d'enrôler les patients dès le début de l'admission en clinique ambulatoire ». Et pour cause : leur délai médian d’administration du traitement après symptômes était de 16 jours, à comparer aux 4 à 6 jours appliqués à l’IHU !!

L’acharnement scientiste anti-chloroquine


Laurent Alexandre fustige « l’hystérie autour du Dr Raoult ». Passons sur le terme « hystérie » honni par les féministes, on ne peut pas attendre des transhumanistes - ils font table rase du passé humain – qu’ils sachent l’histoire de la misogynie. Ni même qu’ils s’intéressent aux questions de principe ou de légalité, ce sont des freins à leurs folles ambitions. Les médecins qui crient au scandale sont les plus attachés au serment d’Hippocrate, base ancestrale de l’éthique médicale. L’article R.4127-8 du Code de Déontologie Médicale transcrit dans la loi certains principes du serment d’Hippocrate : « Dans les limites fixées par la loi et compte tenu des données acquises de la science, le médecin est libre de ses prescriptions qui seront celles qu’il estime les plus appropriées en la circonstance ».

Que ce soit à cause de la pénurie de chloroquine non résolue par le gouvernement, ou par son décret de quasi-interdiction, puisqu’il limite aux cas graves sa prescription, les médecins qui les estiment « appropriées » sont obligés de violer la loi et leurs principes. La chloroquine répond depuis 70 ans aux « standards internationaux ». Aucune loi n’interdit d’utiliser un médicament pour un autre but que celui visé initialement. Prévue contre la malaria, la chloroquine est utilisée pour soigner la polyarthrite. Des antidépresseurs sont prescrits pour aider les insomniaques à dormir. Vous avez vu les décrets d’interdiction ? Vous avez vu un décret qui interdit à un garagiste d’utiliser une pince crocodile à la place d’une clé de 12 ?

De telles préconisations peuvent se justifier s’il est vérifié qu’une pratique massive mette en danger la population. Les seuls effets graves constatés pour prise de chloroquine l’ont été dans des situation hors contrôle médical. À haute dose le paracétamol peut tuer, aussi.

Les malades, les familles des malades, les médecins qui se sentent floués, les citoyens solidaires ne peuvent se taire. Ils combattent les décisions irrationnelles faussement ou négligemment argumentées, ils combattent les « experts » liés aux lobbies pharmaceutiques (voir le cas de l’institut Pasteur très en lien avec l’AP-HP), ils combattent les intentions politiques dissimulées, ils combattent le bureaucratisme mortifère, ils défendent la pratique médicale empirique fondée sur l’expérience et les connaissances en lieu et place d’une prétendue et prétentieuse attitude « scientifique ».

Sans les prises de position idéologiques, politiques ou intéressées, le débat sur la chloroquine serait terminé. Il aurait été librement prescrit avec la mesure adéquate, plusieurs hôpitaux français auraient déjà fait des études rapides, c’est-à-dire similaires à celles de Marseille : nous l’avons vu, ce n’est pas un protocole scientifique qui s’impose en la circonstance, mais une diversité de moyens et de points de vue avec une approche pragmatique qui ne s’interdit pas de sauver des vies.

Le directeur de l’AP-HP Martin Hirsch a pris position contre la chloroquine dès le 1er mars, ce n’est donc pas étonnant qu’aucun hôpital parisien n’ait publié de résultats.

Quant aux autres traitements prometteurs : la publication du Dr Sabine PALIARD-FRANCO citée dans cet article a disparu le lendemain (je l’avais récupéré, je le dupliquerais dans mon prochain billet ce jour), et selon un autre témoignage (voir la section commentaire du billet), d’autres traitements efficaces subissent le même sort. Cette femme guérie du Covid, « diagnostiquée cas grave », débute ainsi son message :

OUI des traitements sont possibles !


Mauvaise nouvelle pour les croque-morts.
 
** NOTE ***

(*a) : Les chercheurs de cette étude ont tout de même tenté l’association HCQ-AZ, sur 2 personnes, avec des délais médians de traitement après symptôme de 16 jours ( >16 jours pour la moitié des patients, < 16 jours pour l’autre) donc loin des recommandations de l’IHU de Marseille. On ne peut donc en tirer aucune conclusion.
Extrait du rapport cité par Laurent Alexandre :
 
News au 24 avril 2020 Extrait-etude-chloroquine-laurentalexandre
 
 
News au 24 avril 2020 Croque-morts
Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8695
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty Re: News au 24 avril 2020

Message par Gilbert Chevalier Ven 24 Avr - 22:41

- 8 -

par basicblog (abonné de Mediapart), le 18 avril 2020

Le Docteur Gilles Besnainou, avec un collectif de « 18000 médecins » l’affirme : après avoir tâtonné, à cause d’infos contradictoires notamment, les contaminés covid qui se font soigner assez tôt (antibiotiques, macrolides…) ne vont plus à l’hôpital.

Le Docteur Gilles Besnainou le dit haut et fort, avec enthousiasme, exaspération et détermination :

« On a un arsenal d’antibiotiques », « n’hésitez pas à prendre de l’azithromycine », « maintenant on connait la pathologie », « ce n’est plus la même chose »


« Ces antibiotiques vous guérirons, oui messieurs vous guériront, ils nous ont fait perdre nos habitudes… ils ont sidéré tous les médecins, “ne donnez plus rien, ne donnez que du doliprane“… MON ŒIL ! »


« Dès que vous commencez à avoir un peu de fièvre, un peu de toux »


« Si vous ne pouvez pas prendre le traitement du Dr Raoult parce qu’il a été confisqué par le gouvernement, ce n’est pas grave, prenez l’azithromycine avec un deuxième antibiotique… »


« Prenez du Zinc avec, ça potentialise les antibiotiques ».


« Il y a une surinfection bactérienne, c’est pour ça que les antibiotiques marchent ».


C’est ce qu’on faisait il y a 10 ans pour traiter les grippes : de bons vieux antibiotiques…

Et de la vitamine C, pourrait-on ajouter…

La politique de santé depuis le début de la crise n’est pas nulle, elle est morbide. Je le disais dans ce blog voici plusieurs semaines : que donnait-on aux personnes arrivant à l’hôpital avec une déficience respiratoire ? Des antibiotiques…

À Paris, des amis ont passé des dizaines de coup de téléphones, quasi impossible d’avoir accès à un médecin généraliste. Et on s’étonne que les hôpitaux soient saturés ?

Un ministre de la Santé digne de ce nom aurait facilité la collecte des méthodes de soin les plus efficaces, aurait facilité la communication aux médecins, et serait allé vers la population en détresse : envoyer des équipes de fonctionnaires ou de volontaires dans tous les immeubles, en priorité celles des régions touchées, leur expliquer pourquoi il ne faut pas attendre l’aggravation des symptômes, leur donner les adresses locales des centres de médecine mobilisées. S’ils n’ont pas été capables de rendre assez de médecins disponibles (j’ai des témoignages de médecins qui proposent leurs services depuis des semaines, ils n’ont pas de réponse !!??), le Dr Gilles Besnainou dit que cela peut se faire par télé-diagnostique, mieux que rien...

On dirait que nos gouvernants regardent la population mourir.

Écoutez le Dr Besnainou sur cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=hiioRSM4Ohc , à partir de 5mn30s pour aller à l’essentiel :
Covid-19 Explications 3 par Gilles Besnainou Orl © Dr Gilles Besnainou

Nous avons par exemple reçu le témoignage d’une femme prise en charge bien trop tard, mais heureusement tirée d’affaire avec des antibiotiques/macrolides… :

OUI des traitements sont possibles! Bonjour, diagnostiquée cas grave j'ai pu bénéficier par un médecin de VILLE! d' un traitement Azithromicine+ cefixime soit un macrolide plus une cephalosporine de 3ème génération. Alors que depuis deux semaines j'avais les poumons en feu, le thorax compressé, le souffle court puis le dernier jour la langue qui se bloquait avec les glaires qui m'empêchaient de bien respirer (28 respirations par minutes). Avant de me décider à aller à l'hôpital, le paracetamol prescrit ne faisant pas effet, je me suis dit je tente le tout pour le tout. En une nuit mon thorax hyper tendu s'est décompressé et ma fréquence respiratoire est redescendue à 20! après trois jours plus de toux. Au moins je ne risquais plus de m'étouffer! Ensuite encore dix jours de traitements avec ajout de Lovenox (anti coagulant) infirmières à domiciles et bilan sanguin. Après un mois de galère j'entrevois la fin. A 42 ans, j ai perdu 5 kg de muscles à reconstruire pour retravailler bientôt aux champs.


Médecins de ville, il faut tenter, il faut prescrire
selon vos connaissances et vos patients. Les solutions doivent venir de la base, n'attendez pas un parachutage d'en haut d'une pilule miracle. Ayez confiance en vous. Vous avez des connaissances, du pragmatisme et connaissez vos patients. Chaque jour des gens souffrent fort ou meurent. Ce sont des médicaments connus, que vous savez manier. IL FAUT AGIR. Les hôpitaux se trouveront ainsi désengorgés des cas modérés et les moins graves.

Malheureusement le médecin qui m'a prescrit ce traitement comme de nombreux autres reçoivent des pressions. C'est un traitement symptomatique et pragmatique, pas 'scientifique'. Pourtant comme tant d'autres patients je peux témoigner de ma guérison. Il faut essayer ce que vous pensez être bon, c'est votre devoir.

 
SI EFFECTIVEMENT les médecins « reçoivent des pressions » (de qui ??), alors les patients doivent faire valoir leurs droits. Si un médecin refuse de délivrer des antibiotiques, le patient peut lui demander de rédiger un argumentaire signé par le médecin.

C’est évidemment délicat, il faut déjà être bien informé, et des contre-indications existent selon la santé de l’individu. La question n’est pas de s’auto-médicamenter, mais de se défendre face à une situation inédite : le doute légitime, vu tout ce qui s’est passé et se passe, quant à la réelle volonté des autorités de mettre en place les moyens de soins à disposition des personnes en détresse. À vrai dire, nous assistons plutôt à l’inverse.

Sur cette affiche de village d' Ile-de-France, on reconnait les consignes du ministère de la Santé. Les "symptômes graves" sont mis en avant, c'est le monde à l'envers. Ne devrait-on pas écrire : "Dès les premiers symptômes X, Y et Z, contactez votre médecin ou notre service de mise en relation" ?? D'autant que cette mairie a mis en place un service de “Veille Solidaire“, ce qui dénote un certain bon sens du maire, pas vraiment aidé par les directives ministérielles.

News au 24 avril 2020 Restez-chez-vous
Une mairie qui transcrit les communiqués officiels de santé. Non visible, un telephone de "Veille Solidaire“ est donné, louable initiative.

Pour ce qui est des cas graves : la contre-indication des anti-inflammatoires semble profondément remise en cause par des médecins américains.

Les maires des moyennes et grandes villes devraient s’organiser eux-mêmes, et si besoin forcer l’aide de l’État (ou l’Ordre des médecins, ou les départements, ou les instances adéquates), afin de mettre à disposition de tous les habitants L’INFORMATION et LES SOINS, en amont des services hospitaliers. Les citoyens doivent informer les maires, interroger leur politique de santé locale, celle des médecins locaux, faire pression sur les maires pour sortir les gens de la torpeur instillée, pour qu'ils se soignent.

Pris isolément, le mot d'ordre "Distanciation sociale" (et pourquoi pas spatiale?), a des effets délétères : une étude de 1988 montre que la désocialisation dégrade les défenses immunitaires.

Infos complémentaires :

Rapport médical sur un traitement au macrolides. Il a été appliqué par une docteur liée à la Société française de Gériatrie et Gérontologie, il est sans doute judicieux que les malades mentionnent cette Société à leur médecin :

Rapport initial, et rapport complet
 
Analyses protocoles chloroquine :
https://blogs.mediapart.fr/enzo-lolo/blog/150420/chloroquine-le-gouvernement-ne-tient-pas-savoir-si-le-traitement-est-efficace
 
https://blogs.mediapart.fr/basicblog/blog/100420/covid-19-pourquoi-ils-sabotent-le-traitement-la-chloroquine

Point de vue statistique sur chloroquine
(après 2600 patients traités dans les services du Dr Raoult) :
https://blogs.mediapart.fr/basicblog/blog/160420/covid-19-chloroquine-mauvaises-nouvelles-pour-les-croque-morts
[*]Partager
[*][url=https://twitter.com/share?url=https://blogs.mediapart.fr/basicblog/blog/180420/malades-du-covid-19-n-attendez-pas-des-generalistes-savent-vous-soigner?utm_source=twitter%26utm_medium=social%26utm_campaign=Sharing%26xtor=CS3-67&text=Malades du Covid-19%C2%A0%3A N%E2%80%99attendez pas%C2%A0%21 Des g%C3%A9n%C3%A9ralistes savent vous soigner%C2%A0%21%21, par basicblog via @MediapartBlogs][/url]

Gilbert Chevalier
Gilbert Chevalier
Admin

Messages : 8695
Date d'inscription : 09/11/2018
Age : 70
Localisation : Pays de la Loire (France)

https://catholique.forumactif.com/t1-le-chapelet-quotidien-recit

Revenir en haut Aller en bas

News au 24 avril 2020 Empty Re: News au 24 avril 2020

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum